AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
On pouvait avaler un demi-litre de sang avant de tomber malade. || Themis

 :: Archives des rps
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

I ain't nobody's bitch
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I ain't nobody's bitch

IDENTITY CARD
Messages : 339 Je suis arrivé(e) le : 22/07/2016 Sous les traits de : Norman BADASS Reedus. Je me dédouble : Bastian. Pseudo : Boogey. Crédits : Boogey pour le vava. || Okinnel pour la sign. Points : 3926 Couleurs RP : #009966 Beating Me Down

J'ai : 42 ans. Age d'apparence : Une petite quarantaine. Je travaille comme : Patron du Blue Devil, un casino insalubre. Actuellement, je suis : Veuf... Niveau social : Modeste, avec de grosses rentrées d'argent ces jours-ci...





















MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 26 Aoû - 14:48

On pouvait avaler un demi-litre de sang avant de tomber malade.






L'argent n'a pas d'odeur.

Pourtant, je sentais le doux parfum de la fortune arriver. Elle ne voulait rien en échange, parfait. Si se battre lui suffisait, alors ça m'allait également. Même si je n'avais pas aimé le ton qu'elle avait employé en répétant mot pour mot ce que j'avais dit plus tôt dans la soirée. Je serre toutefois sa main pour rendre ce contrat oral valide pour nous deux. Comme si cette simplement poignée de mains nous rendait tous deux soudainement incapables de tourner la situation à notre avantage à la moindre occasion.
Themis avait soulevé un problème à ce sujet: comment lui faire confiance? Elle pouvait disparaître du jour au lendemain, et avec elle, les rénovations de mon casino, seul but dans ma vie actuellement. Je ne me faisais pas à l'idée de la croire sur parole, au contraire. Si elle avait soulevé l'idée qu'elle pourrait m'arnaquer, c'est qu'elle y avait déjà pensé en amont. Et quelque chose me disait que perdre un combat volontairement ne serait pas son seul plan si elle souhaitait me nuire. Alors lui faire confiance aveuglément, ce n'était même pas envisageable. Non, il me fallait un moyen de la tenir, d'avoir un contrôle, même minime, sur ce qu'elle ferait, pour qu'elle ne puisse pas librement m'avoir. L'amour, l'argent, la peur... Tant de moyens pour tenir quelqu'un en laisse, le garder soigneusement près de soi.

"Je serais le plus grand des crétins si je faisais confiance à une gamine que je viens de rencontrer, tu crois pas?..."

Je récupère mon paquet de cigarette dans la poche de mon sweat, ainsi que mon zippo. Je grille l'un de ces échantillons de cancer en profitant du goût de la fumée pour me remettre à tourner autour de Themis en parlant. J'ai l'impression qu'entre elle et moi, on ne sait plus vraiment dire qui est le fauve et qui est le dresseur. Mais peu importe. Je veux juste une légère emprise sur ce contrat improvisé.
Je passe un bras autour des épaules de Themis, me postant tout à côté d'elle, cigarette au bec. Je baisse les yeux vers elle, sûr de moi et de mes agissements.

"Je suis sûr et certain que tu meurs d'envie de me voir en colère, pas vrai? T'es un peu masochiste sûrement, ou t'as juste envie de te faire remettre à ta place comme la gentille petite que t'es. Papa est trop gentil pour te punir, maman a autre chose à baiser, alors tu t'occupe comme tu peux avec des garçons pas toujours gentils mais trop cons pour être vraiment des salauds. Ca te fait rêver de te faire mettre une branlée monumentale qui te ferait te sentir vivante. C'est après ça que tu cours, hm?"

Themis était simple à comprendre. Pour ses proches, elle était sûrement un mystère, mais moi j'avais touché le fond. je savais ce que ça faisait de chercher la violence à tout prix. Et j'avais une vague idée de ce qui trottait dans la tête de Themis. On ne traîne pas en pleine nuit dans un vieil abattoir si on ne veut pas trouver des ennuis. Encore moins lorsqu'on sait ce qui se trame en sous-sol. C'était ce que l'albinos voulait trouver là. Elle avait peut-être une allure de fille sage, mais elle n'en avait pas le moindre trait de caractère.
J'enchaîne ma petite tirade sans lui laisser l'occasion de répondre, serrant un peu les doigts sur son épaule pâle.

"Je pourrais te proposer de l'argent, un coup d'un soir, ou une quelconque connerie, mais je pense que tu seras plus sensible à un autre genre de récompense." je cendre ma cigarette avant de la reprendre en bouche "Alors si jamais t'essaye de me devancer, je pense que je me ferais une joie de te la faire à l'envers."

Je sens mes pupilles se dilater à nouveau, bien plus légèrement que lorsque j'avais attrapé Themis par le cou. Je serre encore davantage ma prise sur l'épaule de la morveuse en souriant doucement.

"J'ai vu de quoi t'étais capable là-bas. Pas mal. Mais t'avais de la chance qu'ils soient tous cons. Moi pas. Et je sais très bien que si tu viens ici, c'est soit parce que t'as aucune famille qui t'attend, soit parce que tu dois leur cacher ta nature. Sinon tu serais pas venue seule, t'aurais un exutoire approuvé par tes parents. Ce serait con que tu perde ta famille pour si peu. Imagine le désespoir dans leurs yeux s'ils apprenaient que leur petite chérie s'est faite défoncer dans une ruelle. Moi je vois ça très bien." je la lâche enfin, faisant quelques pas pour m'éloigner avant de regarder Themis de nouveau "Je peux faire beaucoup de choses que t'adorerais, mais je peux aussi trouver tes petites faiblesses. Alors me prends pas pour un de ces connards de la cage, chérie."


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 27 Aoû - 14:05
I want to swallow a pint of blood. #dantexthemisC'est ici que les choses commençaient à devenir réellement intéressantes et Themis demeura silencieuse tandis que le Stryge tournait autour d'elle ; l'albinos ne montra rien car à vrai dire, elle ne ressentait rien. C'était une créature impavide dont la chimie cérébrale exceptait ces sentiments Dante espérait exploiter et qui comprenait la crainte et la culpabilité. Sans être téméraire, elle ne le craignait pas et ce même s'il était un Stryge. La peur obscurcit le jugement direct, celui-là même dont elle avait besoin pour agir selon ses propres convictions. La proximité de l'homme ne la dérangea pas le moins du monde et elle l'accepta bien familièrement, sans reculer ni avancer. Sans avoir peur et en sachant refréner cette envie de retourner renifler son corps car le jeu avait muté. C'était une question de pouvoir et de contrôle à présent. La confiance ne faisait pas non plus parti du panel de sentiments limité de Themis. Il baisse les yeux sur elle, elle relève les siens vers lui ; la position n'a pas l'air de la gênée, sure d'elle autant que lui l'est. C'est un bras de fer amusant entre eux, dont Themis ne se lasse pas. C'est très excitant. C'est assurément la meilleure partie de la soirée, dans cette ruelle sombre qui sentait la pisse et la fumée.

Elle voit clair dans son jeu, puisqu’il se lance dans une tirade sans lui laisser en placer une et commence par une question. Elle-même sans empathie mais pas dénuée de perspicacité, le comprend sans mal. Dante sait assurément parler aux gens et tirer son épingles du jeu, mais Themis a l'air de s'en foutre car à aucun moment elle ne se reconnait dans ses dires et il y a sur son visage un air étrange, de celui qui dit : je ne comprend pas ce dont tu parles, réellement. Et tandis que la Gargouille serre un peu plus son épaule, la jeune fille loin de repousser cette main pose la sienne délicatement dessus ; elle avait déjà eut ce geste dans la cache : elle emprisonnait au lieu de repousser. Du bout des doigts de son autre main, elle caressa doucement le coude du bras de Dante comme pour lui rappeler qu'elle n'avait rien d'une oie blanche que le contact effrayait. Peut-être avait-il le droit de savoir pour orienter un mieux mieux ses arguments, car Themis voulait le voir la faire douter, la faire suer. Pourrait-il la tourner en bourrique ? Pour ce faire, Dante devait avoir les bonnes armes.

"Commencer par une question, ça réoriente bien", admit la Berserker qui n'était pas la dernière à reformuler pour orienter les discussions, "mais quand tu déduis comme ça, c'est aussi du bluff. Là c'est manqué. Je ne te dirais pas où tu t'es trompé non plus sinon ce n'est pas amusant. Ou peut-être que si ?", elle lui rappela alors, "je cours pour courir, mec, pas pour courir après quelque chose."

La Berserker lui sourit à belles dents ; il avait quelque chose de grossier et de charmant à la fois, ce Stryge aux manières tantôt très brutales et très fallacieuses ; un vrai contraste de bonnes et de mauvaises manières. Elle repensa à la notion de "récompenses" telle que lui avait enseigner le Docteur Tillinghast, au travers des barreaux de sa cage à coup de taser ou de canne. Themis avait été contrôlée tant d'année par le vieil Alchimiste... ce n'était pas l'indépendance ou la liberté qui la motivait. Elle était un chien d'attaque. Elle gardait sa laisse mais n'avait besoin d'aucun motif pour être ce qu'elle était à présent : les motifs sont des justifications, les justifications des excuses. S'il ne la lâche pas, elle ne le lâche pas non plus et demeure attentiste en ne parlant que pour lui répondre. Elle n'est pas sûr de qui mène qui dans cette histoire mais tout comme Dante, elle ne désire qu'un peu de contrôle dans l'affaire ; les deux se heurtent par crainte d'être dépassés. C'est très excitant.

"Quelle nature ?", demanda Themis, consciente qu'il ne devait ps savoir ce qu'elle était mais qu'elle savait qu'il était un Stryge, espérant lui faire comprendre qu'elle avait sur lui une information qui lui manquait sur elle. Elle haussa des épaules, "te devancer sur quoi ? On a pas le même but, je ne peux pas te devancer."

Themis lui sourit aussi doucement qu'il le fit en l'écoutant sans l'interrompre. Encore une fois, Dante essayait de bluffer, prêchant le faux pour avoir le vrai, cherchant le vrai pour avoir confirmation ou des précisions. Il lui dit pouvoirs trouver ses faiblesses, alors même qu'ils venaient de se rencontrer dans d'étranges circonstances. Oh, peut-être prendrait-il le temps de chercher, mais l'albinos en ferait de même. Elle se gratta le crâne avec un air pensif, plus détendue maintenant qu'elle avait pu remiser ses envies de coïts dans un coin de sa tête pour jouer à un autre jeu de pouvoir avec le Stryge.

"Ils savent bien ce que je suis", elle continua, sur un ton plus neutre, extrêmement franc, "mais je me moque de ce qui peut leur arriver. Je ne serais ni triste ni embarrassée s'ils meurent."

La manière franche qu'eut Themis de dire cela à Dante attestait qu'elle disait la vérité : elle se moquait du devenir des Callahan-Munoz, comme elle se moquait de son propre devenir car pour elle seul l'instant présent comptait. Un coup donné qui sera rendu, c'était la seule projection vers l'avenir dont était capable l’albinos. Elle essaya d'imaginer ce qu'il lui présentait mais la perceptive d'une famille aux yeux mouillés ne lui tira qu'un rire franc.

"Oh....", elle eut un large sourire de chat, "je m'en cogne, vraiment."

Lorsqu’il la lâche, Themis le lâcha de même pour le laisser s'éloigner sans le perdre des yeux, remettant un son sac sur son dos avec un air désinvolte. Elle sourit de bon entrain lorsqu'il reprit la parole, à moitié séduite par les perceptives qu'il lui offrait, des plus savoureuses aux plus déplaisantes.

"Tu me dragues ou tu me menaces, en fait?", elle passa ses doigts contre un de ses sourcils dans un geste de simple coquetterie, fière de sa plaisanterie, "si je te prenais pour un de ces connards, j'aurai pas discuté avec toi, chéri. Je parle pas aux merdes de chien."

Elle haussa des épaules.

"Tout le monde a ses faiblesses mais je te conseille de prendre ton temps pour m'en créer de nouvelles, comme je pourrais le faire aussi. Sinon on va ramer tous les deux. Honnêtement, je ne désire rien. Je fais juste ce qui me plait, comme toi. Mais je sens que cet argent va te servir à un but plus grand. Parie sur moi si tu veux, je serais là une fois par semaine", elle réfléchit, levant le nez vers la lune, "le mercredi soir", Themis marqua une pause puis reprit, sincèrement, "mais je ne veux pas donner de but à ce que je fais, ni avoir de récompense sinon ça n'a plus de sens pour moi, ni d’intérêt et bien que j'adorerai te faire une bonne gâterie de temps en temps, je doute que... quoique, joindre l'utile et l'agréable...."

Elle glissa les mains dans ses poches et lui tourna autour, mais de manière sereine et distante.

"C'est mon apparence qui te dégoûte ?", elle sourit de plus belle, "ou parce que tu penses que je suis une fille à papa ? Perso, je me suis dis en te voyant que tu étais un mec qui avait tout perdu. Genre le mec qui a perdu sa vie d'avant, peut-être même sa famille - vu comment tu insistes sur la mienne - et cherche à garder sa liberté - rapport à comment tu t'es énervé quand j'ai essayer de te dominer physiquement. Et par dessus le marché, je suis sûre que t'aimes pas qu'on essaye de fouiller dans ta tronche comme je suis en train de le faire. Comme tu l'as fais avec moi. Moi, j'aime pas ça non plus mais je suis rodée, les psy font ça tout le temps avec moi."

Elle haussa les épaules et s'éloigna un peu de lui avant de reprendre, sur un ton plus grave, de sa voix qui n'avait rien d'adolescent tant elle était grave :

"Je penses qu'on est quittes. Je n'ai pas de raison de te devancer, puisque si j'ai des raisons de faire un truc, ce truc ne m'amuse plus. Et puis tu me plais, je pense que tu l'as compris. Mais t'es pas un garçon facile et ça, je l'ai bien compris aussi."

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

I ain't nobody's bitch
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I ain't nobody's bitch

IDENTITY CARD
Messages : 339 Je suis arrivé(e) le : 22/07/2016 Sous les traits de : Norman BADASS Reedus. Je me dédouble : Bastian. Pseudo : Boogey. Crédits : Boogey pour le vava. || Okinnel pour la sign. Points : 3926 Couleurs RP : #009966 Beating Me Down

J'ai : 42 ans. Age d'apparence : Une petite quarantaine. Je travaille comme : Patron du Blue Devil, un casino insalubre. Actuellement, je suis : Veuf... Niveau social : Modeste, avec de grosses rentrées d'argent ces jours-ci...





















MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 31 Aoû - 16:54

On pouvait avaler un demi-litre de sang avant de tomber malade.






Mais bon sang, elle n'a donc aucune attache?

Rien ne lui tient à coeur, ni l'argent, ni ses proches, ni des valeurs dictées par la société. Un véritable animal. La mettre en cage serait enfantin, l'utiliser aussi. Mais la menacer devenait impossible. Sans rien à écraser pour la faire plier, je ne voyais pas vraiment comment l'effrayer de quelques manières que ce soit. même la mort et la torture ne devaient pas lui arracher le moindre frisson d'effroi.
Voilà qu'elle se met à me psychanalyser comme si j'étais un patient désespéré. Elle avait raison sur toute la ligne et je détestais ça. Mais je haïssais plus que tout qu'on me parle de Juliette, qu'on remette sur le tapis ce deuil que je ne parviendrais jamais à accepter. J'avais la culpabilité d'un survivant, et malgré les supplices que j'endurais depuis ma mort, je n'estimais toujours pas avoir payé le même prix que Juliette et ma famille. J'étais mort, mais je méritais de souffrir davantage.
Je ne bouge pas, je laisse Themis parler presque dans le vide, incapable de montrer la moindre émotion face à ce débit de vérités. Mais mes pupilles, elles, se dilatent de nouveau, guidées par ma colère grandissante. Mes cheveux sont retombés sur mon visage mais ne parviennent pas à cacher ce regard de prédateur en chasse. Je le sais, je vais encore devoir tuer ce soir. Ce sera simplement plus violent qu'il y a deux jours, pour extérioriser cette rage qui me possède. Rien de plus.

Le meurtre était devenu facile.

Et c'était arrivé bien plus rapidement que je ne l'imaginais. Je ne voyais déjà plus les vies humaines comme des biens précieux mais seulement comme des sacs de viande ambulant. Je n'avais presque plus besoin de raison pour tuer quelqu'un, seulement une envie. Si Themis savait quelle vie j'avais perdu avant de devenir un stryge, elle ne m'aurait pas cru. J'avais changé. Cet homme plein de valeurs et heureux de vivre était mort avec Juliette, et ce sans la moindre tombe pour reposer en paix.
J'avais tout de même esquissé un sourire discret quand elle avait cherché à savoir si c'était son physique ou son attitude qui m'empêchait de me la faire. J'avais mille raisons de la mettre dans mon lit, mais je n'en avais pas l'envie. Je ne me permettais jamais de garder une amante en vie, je ne voulais pas avoir à mon actif des dizaines de filles faciles capables de me reconnaître dans la rue. je donnais un faux nom, un faux numéro, une fausse adresse, mais je finissais surtout par les dévorer vives. Sans compter que j'avais un genre de femmes bien particulier.

J'ai des goûts de luxe, dirons-nous.

Selon elle, nous étions quittes, et elle n'avait pas la moindre raison de me devancer. C'était sans doute ça le plus inquiétant. Elle n'avait pas de raison d'être réglo avec moi, mais elle n'en avait pas non plus de faire un coup bas. Cette fille était à double tranchant. Mais c'était très flatteur de la savoir me désirant. Je ne voulais d'elle que ses capacités au combat, mais je ne me refusais pas l'idée d'aller plus loin si jamais je devais m'en débarrasser un jour.

"Pas facile, ouais... on va dire ça. T'es pas mal non plus dans le genre." j'aurais souri si j'avais pu, mais l'odeur de cendres et d'ordure ne suffisait plus à dissimuler le parfum de la chair qui émanait naturellement de Themis "On est quittes. Sois pas en retard mercredi prochain. J'ai bien envie de me défouler un peu dans la cage moi aussi."

Oh ça oui, je mourrais d'envie de me battre. Mais pour l'heure, j'avais besoin de mordre. Mais aucune de ces envies ne serait infligée à Themis. Je ne frappe ni les femmes, ni les hommes à terre. Non, au lieu de ça, j'avais déjà repris ma route en direction du bar le plus proche où j'espérais bien trouver un petit encas...


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

On pouvait avaler un demi-litre de sang avant de tomber malade. || Themis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» dans la taverne [pv]
» Dillys Almè, demi-elfe
» Beratorn, Sang-mêlé. Demi-elfe. [Terminé]
» présentation de demi lovato
» Don de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Archives des rps-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3