AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Le tout puissant a créé un monde imparfait pour se divertir... (Labeyrie)

 :: Archives des rps

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 1 Avr - 16:17
Purefoy & Mag'




Alors il va vraiment beaucoup se marrer  

aujourd'hui Monsieur Dieu !


En vrai, le type lui faisait super peur. Ouais… Magyar avait vraiment la trouille. Au milieu du grand bric-à-brac que constituait la boutique d’antiquité qu’il venait de prendre d’affection, le Pixie se rendait compte –tardivement comme toujours- que le taulier lui foutait les jetons. Mais genre pas petitement ! Non non, plutôt grandeur nature, le mec pouvait à n’importe quel instant se tourner lentement vers lui avec son regard dur et ses airs froid, murmurer un léger ‘bouh’, juste à peine à peine… et Magyar se sauverait sans doute en hurlant, les bras en l’air et les genoux montant le plus haut possible dans sa course comme si cela l’aiderait à aller plus vite. Bon, vu l’ambiance plutôt ‘bordel contrôlé’ de la boutique, il se cognerait partout pour finir en boule de flipper, à rebondir sans savoir dans quelle direction partir et reviendrait sans doute vers la source de sa couardise… mais vous voyez le genre. Non, en vérité le Pixie regrettait déjà presque d’avoir cédé à sa curiosité. Mais c’était qu’il fallait plusieurs fois à la créature surnaturelle pour se faire un avis et laisser les informations grimper jusqu’à son cerveau comme un débutant gravis l’Everest ! C’était long, pénible, et pratiquement voué à l’échec. Pratiquement …

Parce que cette fois, il avait bien conscience que le mec qui tenait cette boutique et à qui il avait tenu la dernière fois un discourt particulièrement poignant sur la rénovation d’une chaise de cuisine et qui n’en avait sans doute au final… rien à foutre. Bref, ce mec-là avait vraiment un minois à faire dans son froc. Pas rigolos. Et pendant que ce dernier semblait faire l’inventaire de sa boutique ou trouver d’autres occupations qui semblaient particulièrement prenantes (sans doute pour éviter la conversation avec le client plus que bavard !), Magyar lui l’observait en reposant un article au ralentit. Il ne le lâchait pas des yeux pour éviter de perdre le fil de ses mouvements à lui… Et éviter encore une fois de crier comme une fille parce qu’en deux secondes, le temps d’un battement de cils, le mec c’était retrouvé juste derrière lui. C’était arrivé au supermarché quelques jours auparavant et il avait sans doute faillit buter une p’tite mamie qui avait à son tour balisée, surprise par le hurlement aigu du grand gaillard au rayon bio. Mais maintenant, deux options s’offraient à lui : faire le courageux et rester encore quelques minutes, acheter un article aux prix ridiculement bas histoire de braver le regard du type et de survivre à sa proximité… ou alors se barrer comme un voleur. Mais sans voler, parce que ça ne se faisait pas, et qu’il aurait alors la mort d’un petit commerçant sur le dos… Et survivre à sa était impossible… pas les petits commerçants !!

Ok, allez, COURAGE ! C’était juste un type barbu, comme lui… et qui semblait un peu sortir du placard à cauchemars. Genre monstre de catégorie 2, caché sous ton lit ! Oh … maman. A cet instant, Magyar reposait une boite en bois qui… vraisemblablement ne servait à rien hormis tomber à terre pour attirer l’attention de l’homme sur lui. De suite, il devint parfaitement rouge de honte et de confusion alors qu’il exprimait toutes ses excuses en un sourire crispé. Puis il se pencha lentement pour ramasser la boite, déglutir avec peine… et attraper n’importe quoi pourvu qu’il puisse l’acheter et prouver sa vaillance avant de s’en aller pour ne plus jamais revenir dans ce foutu quartier.  Aussi après quelques secondes d’immobilité, le Pixie commença sa lente ascension vers le comptoir du patron pour acheter son article. Qui se trouva être un coucou en bois sculpté de feuilles et de petits oiseaux. Super, comme s’il avait besoin d’une horloge ! L’air con, il s’arrêta à une distance respectable avant de déclarer, histoire de détendre l’atmosphère :

« Vous vendez les graines avec ?! »

S’il avait éclaté de rire… ce dernier vint à se tarir rapidement quand Magyar s’aperçu que l’autre ne riait pas, mais alors pas du tout. Ne pas pleurer, ne pas lâcher quelques petits pets de terreur, ne pas passer pour un con… Pitié, pitié pas encore une fois !  



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 2 Avr - 20:12
Purefoy & Mag'




Dieu, prête moi ta patience parce que si tu me donnes

ta force, je vais faire une connerie


Parfois, le désert lui manquait. Le sable chaud sous des bottes épaisses et poussiéreuses. La chaleur étouffante qui prenait à la gorge et qui mettait à terre même les plus robustes. La gorge sèche, avide d'une eau rare que l'on ne trouvait que grâce à des locaux payés rubis sur l'ongle pour guider toute les troupes, une par une. Les conditions étaient désastreuses, l'on perdait des hommes par dizaine rien que par des insolations vicieuses, alors il fallait garder les casques dans lesquels certains avaient littéralement cuit. Et puis la guerre aussi, les escarmouches sur la route où l'on peinait à se mouvoir tant la fatigue et la lassitude prenaient les soldats à la gorge. Une époque dure que celle qu'avait vécue Purefoy, mais bien préférable à l'ennui qu'il ressentait en ce moment.

Lorsqu'on a expérimenté toute une existence l'épée à la main, passer ses jours dans une vieille boutique à attendre l'argent d'ignares semblait peu attractif. Et malgré la pratique continue du meurtre et de l'ultra-violence sur quiconque avait le culot de sortir du droit chemin dans le coin, l'ancien templier s'ennuyait. Aussi, il fixait d'un air sombre l'abruti qui se mouvait craintivement dans son commerce, au milieu de ses articles. Tout était d'origine. Après tout, il avait eu le temps de fouiller un peu partout, au gré des époques et des âges. Une occupation comme une autre alors qu'il habitait encore en France. Son regard finit d'ailleurs par se poser sur une longue lance dans une vitrine. Il y a bien longtemps qu'il ne l'avait pas utilisé, celle-là. Environ 300 ans pour être précis, alors qu'un Change-forme s'était amusé à décimer troupeaux et villages dans le Gévaudan. Sale histoire que celle de l'Homme assouvissant ses désirs les plus brutaux. Purefoy secoua la tête, il n'était pas bon de ressasser le passé, il en avait fait les frais.

Le son abrupt du bois contre le bois l'arracha de ses pensées. Un bruit retentissant dans toute la boutique comme le glas sombre des ennuis qui arrivent, ou qui étaient déjà arrivés. Non pas qu'il était mécontent d'apercevoir enfin le bout du nez d'un acheteur, mais parce que ledit client lui donnait littéralement envie de s'accrocher une corde pour se jeter du haut d'un mur. Il était déjà venu, ce joyeux luron, déblatérant un flot de paroles sans interruption aucune et aussi dérangé qu'il était irritant. Et le voilà maintenant lançant une blague qui tomba vite à l'eau, puisque le templier n'avait aucunement envie de rire. Purefoy lui arracha l'objet des mains, étudiant rapidement l'oiseau finement sculpté et ses vignes délicates qui constellaient le bois ancien. Il ne valait pas une fortune, mais le prix affiché restait relativement élevé. L'antiquaire leva un sourcil dubitatif et emballa le tout dans une pochette qu'il tendit au jeune homme.

Il m'était venu à l'esprit que vous, les Pixies, vous n'aimiez point ce qui était fait de bois mort. Désirez-vous régler par carte ?

Le templier lui lança un sourire carnassier. Dieu et lui-même n'avaient rien contre ces créatures malicieuses. Celle-là avait été tout sauf discrète, avec son odeur fleurie, de sève et de feuilles, d'herbe mouillée après un soir de pluie. Ce n'étaient que des créatures du Seigneur, inoffensives  mais certaines aimaient à jouer des tours, des tours qui pouvaient s'avérer mortels. Autant s'assurer qu'elle ne s'amuserait pas à lancer tel sort dans le seul but de se distraire. Purefoy attrapa le bras posé sur le comptoir et le tira a lui avec force, le mince corps de son client heurtant le bord en bois alors qu'une autre main venait appuyer la tête du Pixie contre la partie vitrée à côté de la caisse.

Par pur hasard, tu n'aurais point attaqué un mortel récemment ? Point de malédiction ? Parle, car ma patience est limitée.

La voix du templier s'était réduite à un sifflement, amusé certes, mais un faible souffle de mauvaise augure. Sans sous-estimer la créature qui était maintenant couchée à plat ventre, les jambes battant l'air, il comptait sur sa peur pour éviter qu'elle ne réveille la propension au combat propre à sa race. Il n'était pas dans le but du chevalier de blesser l'innocent (jusqu'à preuve du contraire), mais il ne prenait pas le risque de devoir éviter à son corps partiellement mortel des chutes malencontreuses de piano qui l'écraseraient sans doute pour un bon bout de temps.




© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 5 Avr - 19:48
Purefoy & Mag'




Alors il va vraiment beaucoup se marrer  

aujourd'hui Monsieur Dieu !


Bon... Le vendeur n'était donc pas à classer dans la catégorie des personnalités à tendance humoristique. Au contraire, il semblait plutôt même être un véritable distributeur de glaçons. Il n'avait pas esquissé un mini de chez micro sourire un peu aimable... comme les autres vendeurs à la technique commercial bien brassée. Habituellement, ils riaient tous aux blagues de Magyar, ne serait-ce que par politesse et pour valoriser le client. Magyar le savait bien ça, mais c'était toujours agréable d'avoir un échange, même superficiel... au moins il avait ainsi l'illusion d'un contact social qui lui manquait cruellement au quotidien. Mais alors celui-là, de diou ! A croire qu'il était fait du même bois que le coucou ! En tout car il était tout aussi rigide. Et dur, puisque Magyar venait de se heurter au mur qu'il représentait alors, pour s’y péter la tête vigoureusement. Le type se contenta simplement d'observer l'objet que le Pixie comptait acheter... et le Pixie étudiait craintivement le type qui examinait le coucou. Fort heureusement le coucou, lui, ne fixait personne. Ce fut un moment qui sembla d'une longueur infini, alors que Mag' semblait à deux doigts d'éclater en sanglot pour partir en courant, criard comme un môme à travers les allées de la boutique. Mais il tenait bon ! Il résisterait ! La puissance de sa volonté, il la plaçait dans ce coucou qu'il voulait acquérir pour se prouver qu'il était braaaaaaaaaave et fooooooooort ! Et qu'il allait vaincre de l'adversité que représentait ce grand vendeur peu avenant qui lui filait froid dans le dos. Chacun ses challenges les gars... chacun ses challenges. Certains gosses devaient allez toucher la pierre tout près de la maison de la « sorcière », et Magyar devait acheter un article chez l’antiquaire Prout-Glace. « Il m'était venu à l'esprit que vous, les Pixies, vous n'aimiez point ce qui était fait de bois mort. Désirez-vous régler par carte ? » Ah bah enfin l'autre retrouvait l'usage de la parole ! Sans prendre le temps de méditer les mots de l'homme (ce qui était fort con, et fort dommage), Magyar enchaina :

« Bah, non ! Ça c'est les Qilins ! Nous autre c'est plutôt les produits pour le ménage, m'voyez ? Et puis alors il y a aussi... heeeeeu... attendez... »

Et oui, c'était seulement maintenant que Magyar s’apercevait d'une chose d'une importance presque capitale : comment ce mec avait-il deviné son appartenance à la grande espèce des Pixies ? Et puis c'était quoi ce sourire ultra-flippant qu'il se tapait là ! Le mode requin semblait activer... Il avait l’air super mauvais, ça puait du cul ou pas ? Est-ce qu’il devait crier ? C’était maintenant ? Mag' allait lui faire remarquer que sourire de cette manière n'était sans doute pas bien vendeur puisqu'il avait à cet instant très envie de se pisser dessus plutôt que d'acheter l'article… Mais il n'eut absolument pas le temps de le faire, qu'une chose étonnante se passa. En quelques secondes, le Pixie s'était retrouvé avec une pression derrière la tête, et basculait sans douceur sur la table. WHAAAAAAAAT ?! Mais ??! Quoi ? Il n'avait pas répondu à la question du bonhomme mais ce n'était pas une raison pour se mettre en colère et en venir à porter atteinte à l'intégrité physique de Magyar ? Déjà qu'il n'avait actuellement plus beaucoup de dignité... Définitivement le patron de cette boutique n'avait pas la fibre commerciale. Bien qu'il mangeait actuellement le bois du comptoir et tentait de s'en dégager, Magyar se mit à brailler :

« Je choisis le payement en espèces Monsieur ! EN ESPECES ! »

Seulement il s'avéra vite qu'il avait tout faux. Ce n'était pas le type de règlement qui foutait son interlocuteur en rogne... Et même si Magyar, totalement en panique, n'arrivait pas bien à comprendre la cause à effet des mots de l’autre agressif chronique, il les écouta attentivement. « Par pur hasard, tu n'aurais point attaqué un mortel récemment ? Point de malédiction ? Parle, car ma patience est limitée. » Mais... Il avait véritablement un pète au casque celui-là ! Qu'est-ce qu'il lui prenait d'agresser les braves Pixie dans son genre ? On ne pouvait guère plus faire ses emplettes tranquillement ou acheter un objet de type horloger sans se prendre une mandale par acompte d’un acte dont il n’était même pas coupable ? Mais c'était qui ce mec bon sang ! Magyar se débattait toujours... et puis, après quelques secondes, il s'arrêta net... vraisemblablement épuisé par cette très mince lutte qui lui avait pourtant coûté beaucoup d’énergie. Et puis il n’avait ni la force, ni la souplesse de se dégager de lui-même. Il était dans la merde... Aussi resta t-il dans un état végétatif, les bras dégoulinant des deux côtés de son corps inerte comme s'il avait succombé à un étouffement. Mais la grosse bête était bien vivante, et tentait surtout de retenir ses larmes d’effroi, toujours choquée par cette attaque gratuite et aux motifs infondées.

« Mais non y'a pas de raison que j'attaque des Humains moi ! C'est vous qui attaquez les gens espèce de brute ! C'est scandaleux !! Oh putain... Je ferais plus jamais de shopping excessif ! Lolo avait raison, sortir c'est pas mon truc et ça a jamais été mon truc ! La baraque est suffisamment belle... Je vais pas prendre le coucou hein, finalement ! C'est trop lourd... ça ira pas j'ai une déco un peu trop romantique pour ça vous comprenez ?! Vous pouvez me lâcher maintenant ? »

Pitié qu'il le lâche ! Il n'avait rien fait... et quand bien même cela aurait été le cas, Magyar ne voyait pas bien ce qui permettait à son interlocuteur d'agir de la sorte... Si bien qu'en plus de ressentir peur et humiliation, le Pixie commençait un peu à s'irriter devant cette attaque qui lui paraissait tout à fait injuste.



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Le tout puissant a créé un monde imparfait pour se divertir... (Labeyrie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le tout puissant a créé un monde imparfait pour se divertir... (Labeyrie)
» Que le Tout-Puissant bénisse le Canada jusqu'à la nième génération!
» "Un génie sommeille en moi. Malheureusement, il dort tout le temps"
» [Divers] Menu transcendant et prêche
» MJ = Vicieux et tout Puissant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Archives des rps-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3