AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
When the dark night seems endless - Ft. Flynn et Themis

 :: Archives des rps

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 15 Aoû - 19:39
Flynn, Themis et Eros




"Ça va aller, tu n'es pas seule ... Tu auras toujours un endroit pour rentrer"


Seulement deux jours que Jezabel avait quitté le domicile conjugal pour rejoindre Toronto… Une conférence, qu’elle avait à peine mentionnée en fuyant jusqu’à la gare. Pour éviter sans doute qu’Eros ne la retienne ou ne l’accompagne, la flamboyante avait caché son départ jusqu’à la dernière minute. Et son époux depuis n’arrivait pas à trouver le sommeil. Il passait ses nuits devant l’écran de télévision, ou à errer de ci de là. A cuisiner à outrance, à nettoyer, à cultiver ses plants. Et restait pendant des heures à fixer les toiles de sa femme. A tuer le temps comme il le pouvait sans tourner en rond. Mais ses pensées sans cesse revenaient à Jezabel et sa fuite. Au fait qu’elle l’avait rejeté pour s’en aller et qu’il l’avait laissé s’éloigner avec la conscience que c’était là… c’était ce moment-là qu’il avait toujours redouté. Celui où elle partirait. Où elle prendrait conscience qu’il n’était qu’un fardeau attaché à sa cheville. Pire encore … il semblait que la suspicion ne s’installe peu à peu en son âme, que le doute ne l’entache. Jez’ … était-elle seulement seule à Toronto ? Eros réfutait cette probabilité, avec véhémence, mais le doute persistait.

« I need a hero, I'm holding out for a hero… 'Til the end of the night. He's gotta be strong… And he's gotta be fast… And he's gotta be fresh from the fight… »

Chougner/chanter/se lamenter devant Shrek 2, cela n’avait vraiment aucun sens. Mais c’était bien ce qu’il était en train de faire, dans le noir quasi complet du salon. Comme une pauvre âme perdu, les larmes aux yeux, à implorer sa femme au loin de lui rester fidèle et de l’aimer quand même malgré sa mortalité. Il avait lui aussi, voulut être un héros pour elle… c’était raté. Puis il renifla bruyamment, avant de se trouver con. Si par malheur Adria passait dans le coin à cet instant précis, pour sûr il aurait le droit à une scène ou une sacrée leçon… alors Eros se leva, éteignit le téléviseur et secoua la tête pour chasser ses mauvaises pensées, celles qui le rendait insomniaque et paranoïaque. Les tourments l’empêcheraient sans doute de dormir, mais il ferait au moins semblant ! Il devait être quoi, 2h00 ? 3h00 du matin ? Eros n’avait même pas le courage de vérifier et se contenta simplement de trainer des pieds jusqu’aux escaliers et de grimper en essayant de faire le moins de bruit possible. Jusqu’à s’arrêter devant la porte de la chambre de Themis. Cette Berserker était-elle seulement heureuse avec eux ? Avec Jezabel oui… elles étaient si complices que cela crevait les yeux. Mais avec lui… c’était peut être autre chose. Eros avait toujours désiré être père, il portait encore cela en lui… depuis toujours. C’était son souhait le plus cher mais désormais le plus irréalisable. L’adoption de Themis s’était fait naturellement… ce n’était même pas une réelle démarche, ils étaient surtout ses parents de cœur. Et se retrouver à tisser des liens avec une adulte … était pour lui quelque chose de difficile. Pourtant devant sa chambre, Eros ne manqua pas de ralentir, pour ouvrir doucement et observer dans l’entrebâillement de la porte. Il voulait s’assurer qu’elle dormait, qu’elle ne manquait de rien, qu’elle se sentait bien … Tout ce qu’un père pouvait faire, finalement. Mais il sourcilla, et tiqua en ne la voyant pas dans son lit. Alors il ouvrit la porte en grand et alluma la lumière, en proie à une terreur glaçante qui lui fit immédiatement couler une sueur froide le long de l’échine.

« Themis… THEMIS ?! »

L’évidence était qu’il appelait pour rien, car la jeune femme n’était pas dans sa chambre au lit pourtant défait. Et la fenêtre ouverte ne laissait rien présager de bon. Qu’avait-il fait, pour qu’elle veille s’enfuir ?! Prit de panique, il s’accrocha à une silhouette ensommeillé qui passait alors dans le couloir.

« Flynn !! Themis a disparu ! »

Le pauvre jeune homme se levait très certainement pour faire valser la p’tite gougoutte nocturne (expression sale bonjour !), et ne devait pas comprendre un traitre mot de ce que le Chilien racontait. Pourtant il pourrait sans doute sentir que la situation était grave, et qu’Eros réclamait en réalité son aide.

« Tu sais quelque chose ? Est-ce que tu l’as vu partir ? S’il te plait dis-moi que ton instinct de danger ne détecte rien… »



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 15 Aoû - 22:13
Flynn, Themis et Eros




"I want, a way out of lonelyness"


Un léger cri sorti de sa bouche tandis qu'il s'asseyait sur son lit. Secouant la tête le garçon se passa une main sur le visage, l'envie de pleurer était présente. Il sentait sa gorge se serrer comme un bon nombre de fois avant. En fait c'était con mais c'était presque comme un deuil. Son front était trempé. Comme ses draps, il les envoya d'ailleurs voler pour s'assoeir mieux sur son lit. Se prenant la tête entre les mains Flynn soupira. Bon dieu ce que les cauchemars l'énervaient au derniers point. Le fait est qu'il en avait presque toutes les nuits n'arrangeait pas son histoire. Il ne se réveillait pas en sursaut comme on le faisait la plupart du temps dans les films. Il ne criait pas comme un dératé, ne subissait pas de terreur nocture. Il était juste pris d'une immense fatigue. Physique et mentale. A vrai dire, dormir c'était presque devenir une légende pour lui. Ce qui le faisait rire? Ce n'était pas vraiment la seule personne dans cette maison. La plupart du temps Eros trainait en bas, sûrement le départ de Jezabel ne lui avait pas vraiment plu... Et Themos n'était pas vraiment des plus bavardes avec lui. Enfin, c'était plutôt lui qui n'était pas vraiment très bavard avec elle... Soupirant, Flynn se leva pour sortir de sa chambre.

« I need a hero, I'm holding out for a hero… 'Til the end of the night. He's gotta be strong… And he's gotta be fast… And he's gotta be fresh from the fight… »

Ah bah oui pourquoi pas? Flynn haussa les épaules avant de refermer la porte de sa chambre. Il n'était pas déprimé au point de se laisser aller devant un film. Pourtant, frissonnant légèrement torse nu, il attrapa son draps, s'enroulant dedans il s'assit de nouveau attrapant un livre. C'était pas grand chose, ça ne le garderait pas réveillé bien longtemps mais c'était pas grave. Disons que c'était l'idée qui comptait? Allumant une lampe située à côté de son lit, il se pencha pour attraper un petit tube dans son sac. C'était des somnifères, Asher lui en avait parlé il y a un très bon moment, avant sa disparition et Flynn s'était renseigné. Pas sur la disparition, bruh, une personne en plus, une en moins c'était pas bien important. Il s'était renseigné sur les médicaments. Disons que ça avait eu son utilité au début. Et puis après ça avait été un peu inefficace. Peut-être que si il augmentait les doses ça l'aiderait? L'idée prit place dans son esprit mais finalement, le livre en main le garçon posa le tube pour se plonger dans sa lecture. Mais boooon, ça non plus il n'était pas très bon ces derniers temps, il voulait bien, Flynn essayait mais ça fonctionnait pas très bien. A chaque fois qu'il voulait lire dans le silence, il y avait des idées qui lui venait en tête, des souvenirs. Le Deslauriers était plutôt mal foutu. D'ailleurs, au passage, c'était quoi son nom de famille maintenant? Parce que à la base, adopté, son nom aurait pas du être Deslauriers, puis après il était parti avec quelqu'un, quelqu'un d'autre, le nom de famille aurait du changer, oh lui le non majeur? Bruh, la vie passionnante. Voilà le genre de débat qui pouvait se lancer entre deux lignes dans l'esprit de Flynn. Le garçon soupira de nouveau et noua son draps autour de sa nuque pour ne pas avoir trop froid. Se levant pour aller changer de livre parce que celui-là il l'avait déjà lui, la cape traina après lui. Le garçon sourit doucement. Super-déprimé était là! Disooons, que ça sonnait pas si mal en fait. Hey, on avait bien des héros qui foutaient leurs calbuts au dessus de leurs collants.

« Themis… THEMIS ?! »

Le garçon bailla en entendant finalement la voix dans le couloir. Il était tout de même pas assez reveillé pour que ça crit dès... 3 heures du matin. D'accord. Pourquoi pas une seconde fois! L garçon bailla une seconde fois, voilà qu'il commençait à se rendormir en fait, et finalement il sortit dans le couloir.

« Flynn !! Themis a disparu ! »

Quoi pardon? Themis? Disparu. Ok, mauvaise nouvelle bonjour. Il se frotta les yeux en regardant Eros essayant d'assembler les pensées. Themis disparu 3 heures du matin. C'est pas vraiment une bonne nouvelle en effet.

« Tu sais quelque chose ? Est-ce que tu l’as vu partir ? S’il te plait dis-moi que ton instinct de danger ne détecte rien… »

Flynn secoua la tête. "J'ai..." Il se racla la gorge "J'ai rien vu." S'arrétant il chercha une migraine mais... Tout était calme dans sa tête. "Non, tout va bien." Il se mordit la lèvre; "Je crois pas que c'est la première fois..."



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 16 Aoû - 12:13
Flynn, Themis et Eros




"Ça va aller, tu n'es pas seule ... Tu auras toujours un endroit pour rentrer"


La terreur que lui inspirait cette situation le rendait totalement incapable de réfléchir. On ne pouvait pas dire qu’il brillait par ses réflexes devant l’absence de Themis dans sa chambre… Après tout, que pouvait-il, que devait-il faire ? La jeune femme n’était pas une humaine, tâcher de la comprendre était aussi difficile que de se montrer totalement empathique envers Jez’ durant ses crises. Elles étaient là, toutes deux des créatures aux instincts que le commun des mortels ne pourrait jamais ne serait-ce qu’envisager. Et voilà que Themis, que sa fille n’était plus là, qu’elle avait disparu en pleine nuit pendant que Jez’ elle, était à des heures de voyage, probablement à savourer la distance instaurée entre elle et son époux. Cet imbécile… pouvait-il seulement croire que cette situation durerait ? Mais Puisqu’elle n’était pas ici, qu’il était seul devant le grand lit vide de Themis, Eros devait maintenant oublier Jezabel et se consacrer au retour de la Berserker. C’était le plus important… Plus que tout le reste. C’était facile pour Eros de rouler ses émotions et ses souffrances en boule pour les rejeter loin dans l’obscurité. Il le faisait tout le temps avec sa rousse, chaque jour. Il oubliait un peu ses propres tourments pour soulager ceux de Jezabel. Alors il le ferait aussi pour Themis. L’apparition prophétique de Flynn eut le don de le rassurer un peu. Aussi n’avait-il pas attendu que le jeune homme sorte un peu de son état de sommeil pour l’assener de question.

Eros l’avait alors doucement saisit par les épaules, pour capter son attention. Et aussi le tranquilliser puisqu’il avait été peut être… un peu trop pugnace en lui sautant ainsi dessus. Pauvre Flynn, lui qui avait déjà suffisamment été brutalisé comme ça dans son existence tombait dans une famille chaotique. Attentive, et pleine de bon sentiments certes, mais qui petit à petit semblait tendre vers le dysfonctionnel. Alors il garda le silence en laissant le pépère s’exprimer piteusement. « J'ai... J'ai rien vu. Non, tout va bien. Je crois pas que c'est la première fois... » L’annonce lui fit l’effet d’une douche froide coloscopique (pour la poésie) et il se sentit sur le point de grelotter. Pas la première fois… c’était donc une fugue ? Mais cela n’avait aucun sens… Themis était adulte, majeure du moins… et elle n’avait pas besoin de filer en douce. Non … il y avait autre chose. Quelque chose qu’Eros n’arrivait pas à déterminer mais qui clochait dans l’équation. S’il était tout de même rassuré de savoir que Flynn ne sentait rien, il se pressa tout de même de retourner dans la chambre de la jeune femme pour observer à la fenêtre ouverte. Bien sûr, il n’y voyait rien de probant… simplement quelques affaires disséminée dans l’herbe, prouvant que la jeune femme s’était transformée.

« Tu crois qu’elle est encore là ? Elle… c’est peut être perdue. »

Espoir vain qu’elle soit encore dans les parages, alors qu’elle devait errer très loin, probablement sur le bord d’une route et pire encore : dans sa forme totem. Péniblement, Eros déglutit avant de fermer les yeux quelques secondes pour essayer de calmer les battements sourds de son cœur, qui l’empêchait d’entendre comme de raisonner. Bien, doucement… calme toi… Tu peux la retrouver. Tu es un alchimiste bon sang ! Après un long soupir, il se tourna à nouveau vers Flynn avec un visage qui se voulait plus détendu.

« Je vais partir à sa recherche… si elle reprend sa forme humaine il se peut qu’elle ne retrouve pas son chemin. Elle doit être effrayée… quelque part. »

Cette pensée lui brisa la voix comme le cœur, puis il adressa un sourire à Flynn pour lui indiquer que son aide était la bienvenue avant de dévaler les marches de l’escalier pour enfiler des bottes forestières. Il laissa un mot à Adria, attrapa une lanterne dont quelques psaumes murmurés allumèrent une flamme blanche et miroitante. Puis il sortit à toute vitesse jusqu’aux vêtements de Themis qu’il ramassa pour fourrer dans un sac à bandoulière qui d’ordinaire servait à ses cueillettes sylvestres… Maintenant, il fallait y aller. Mais en brandissant sa lanterne devant lui, les faisceaux lumineux à travers les arbres lui indiquèrent qu’il ne savait pas du tout par où entamer les recherches… Aussi la présence de Flynn à nouveau fut la bienvenue. L’inquiétude le rendait hésitant…

« Je ne sais pas par où commencer… »




© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 17 Aoû - 2:11
Flynn, Themis et Eros




"I want, a way out of lonelyness"

Flynn était peut-être un peu dérangé mentalement, ou plutôt émotionnellement, mais il était sûr que'il n'appréciait pas particulièrement voir les gens souffrir... Mentalement ceci dit. Eros était quelqu'un de très attaché à sa famille. Ça, Flynn était au courant. Vraiment bien au courant. Il ne s'accrochait plus aux gens de peur d'être blessé, mais il voyait bien, continuait de ressentir les émotions des autres. Pas besoin d'être calé en sentiments pour ça. Même Le Deslauriers, l'handicapé des sentiments s'en rendait bien compte! Non Eros était quelqu'unde très attaché aux valeurs morales. Hm, et c'était quelque chose que respectait particulièrement Flynn. Parce qu'il savait y faire sur un terrain où lui était totalement incapable. L'idée était étrange, respecter quelqu'un pour quelque chose que vous même ne savez pas faire, c'est normal. Mais par rapport aux sentiments c'est plus compliqué déjà. Et l'idée le fit sourire doucement en regardant l'homme le secouer. Ok, ça pouvait carrément faire un peu chelou de sourire lorsque quelqu'un vous secouait doucement, mais c'était un fin sourire, quelque chose d'indescriptible. Quelque chose d'invisible lorsque l'on ne le savait pas. Et pourquoi il souriait? Question qui marqué un point. La couette qu'il avait noué autour de son cou jouait maintenant dans le vent. Idée plutôt drôle, c'était ça qui le faisait rire. Pff... Il était sûrement temps d'aller se recoucher en fait.

Flynn n'essayait pas de lui donner un bon mal de crâne, ou bien un arrêt cardiaque en disant que ce n'était sûrement la première fois que Themis sortait. Il avait dit ça sans réfléchir, n'était pas sûr de son information mais presque tout de même. Sa petite amie était de celle qui avait un animal à l'intérieur  de leur corps. Il comprenait donc pourquoi il y avait toujours du mouvement chez elle. Garder un animal à l'intérieur de soi, quelque soit le style d'animal /à part peut-être un pauvre petit paresseux/ il était assez compliqué de rester sans bouger. C'était comme si... On était hyperactif en permanence. C'était plutôt compliqué mais c'était jouable, si la possibilité de se promener dans les bois sans être poursuivi était jouable. Non le fait est que là on allait la suivre. Frissonnant, Flynn deserra le noeud de sa couette pour finalement s'enrouler dedans comme un petit buritto. Suivant Eros dans la chambre de Themis pour regarder par la fenêtre il frissonna. Elle était bien courageuse pour aller finalement conquérir le froid de la nuit. Flynn Fronca les sourcils en plissant les yeux. Il ne voyait pas grand chose mais aucun mal de crâne ne se faisait donc c'était un cas plutôt positif. Ceci dit,on était jamais sûr. Au point où ils en était, un mal de crâne de plus ou de moins, ça ne changeait pas grand chose pour lui. Mais dans l'idée, c'était plus compliquée... Pour elle s'était plus compliquée.

" Je... Je ne pense pas qu'elle traîne encore dans les parages. Elle a dû partir un peu plus loin. Mais je suis sûr qu'elle va bien. ." 

Le garçon se passa la langue sur les lèvres en réfléchissant. Elle était parti plus loin, c'était sûr. Mais c'était aussi sûr qu'elle allait bien. Si c'était quelque chose de reçurent, alors c'était une bonne chose pour elle. Elle était sûrement en bon état. Étrange de parler ainsi d'un être humain... Mais le fait est qu'elle allait sûrement bien. Capable de s'enfuir, courir plus vite que les autres! Et voilà, il était sûr qu'elle allait bien! Ouais, idée qu'il se répétait souvent d'ailleurs. Valait mieux qu'elle aille bien d'ailleurs! Flynn y tenait!

" Eros... Je suis sûr qu'elle va bien calme toi! Ses vêtements sont en bas, ça veut dire qu'elle a descendue consciemment l'étage! Elle sait ce qu'elle fait... ." 

Il essayait de faire des efforts pour aider Eros. Vraiment. Il ne voulait pas du tout que l'alchimiste s'inquiète pour la jeune femme qui s'en sortirait sûrement très bien toute seule. Pourtant, ce dernier n'y arrivait pas. Et quelque part, Flynn comprenait très bien pourquoi. L'attachement, ce genre de choses c'était plutôt compliqué. Lorsque l'on s'était attaché à une personne, la perdre, c'est beaucoup plus douloureux. Comme déjà dit. Alors lorsque l'homme lui dit qu'il descendait, Flynn partit dans sa chambre. Il lacha la couette pendue à son cou et sourit en attrapant son tee-shirt. Un sourire sur le visage, bizarrement un peu d'action ne le mettait pas de mauvaise humeur, Flynn enfila son pantalon et mit ses chaussures. Attrapant sa veste, le jeune homme l'enfila, attrapant sa lampe torche par la même occasion. Il descendit pour se retrouver avec Eros.

" On a qu'à remonter la piste de ses vêtements? ." 



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 17 Aoû - 7:49

The dark night seems endless.
"A soldier on my own, I don't know the way. I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate."

Woodkid - Iron ▽ Elle avait passé une partie de cette nuit assise par terre, le dos au radiateur de sa chambre dans la sensation connue, pas forcément confortable - d'une position maintes fois adoptée. Son lit lui semblait bien trop mou et douillet pour elle et l'albinos ne trouvait parfois pas le sommeil dans ce nouveau foyer si loin des chambres sécurisées ou des cages du vieux Pretorius. On l'avait traité comme une bête la majeure partie de sa vie, et elle en était devenue une ; à présent qu'on lui parlait comme à une humaine, Themis ne savait parfois pas comment réagir. Ce n'était pas qu'elle était un animal sauvage. C'était qu'elle était par éducation, et non par essence, un animal dressé. Elle se sentait confusément plus bête qu'humaine et tantôt ses pulsions impérieuses appelaient des tréfonds de son âme double pour lui rappeler qui elle était : elle ne devait pas jouer à l'humaine. Ces nuits-là, Themis disparaissait dans la nuit pour obéir à ce qu'elle appelait "sa véritable nature". La forêt proche de la maison improbable de ceux qui étaient à présent sa famille - sa meute - devenait son lit et son terrain de jeu.

Dans l'humus souple aux relents de champignons et de vieilles choses décomposées, dans la fragrance du pétrichor, senteur de terre rance après la pluie, l'albinos apaisait ses sens. Son petit corps blanc sur le crâne, du front jusqu’au haut du cou, blanc-gris sur tout le dos, lui était incroyablement confortable. Themis et Ratel avançaient de concert dans la forêt à la recherche d'un endroit sombre où dormir. ils craignaient la lumière, la chaleur ; ces choses diurnes. Chacun étaient nocturnes et ensembles, ils avaient besoin de l'inconfort du dehors, de son froid, pour accepter cette nouvelle vie fait de lits confortables et de gens qui l’appelaient par un prénom, et plus juste un numéro. Le Ratel avait saisit un gros lièvre par la gorge et l'avait saigné à blanc, pour le dévorer paisiblement contre le tronc d'un vieil arbre. Son festin terminé, elle s'était allongée sur le dos et s'était roulé dans la terre pour se rafraîchir, trouvant le sommeil là, le pelage ensanglantée de ses excès : il ne restait presque rien du pauvre léporidé dont elle avait même consommé les os, craquant délicieusement sous ses dents petites mais redoutables. Humaine et animal s'endormirent là, dans la peau de Ratel.

Un bruit la réveilla pourtant en sursaut et l'animal roula d'instinct pour se remettre debout, les sens en éveil, la queue et le dos ébouriffé dans une tentative d'intimidation dans le vent. Le ratel grogna, mauvais, cherchant la source du bruit ; il y avait quelqu'un tout proche. Ratel les sentit en premier, Themis comprenant dans les lointaines de son esprit que ce devait être des humains. Ses griffes se plantèrent dans l'écorce de l'arbre et elle grimpa sans effort pour se hisser sur une grosse branche en retrouvant son apparence humaine, nue comme un ver, du sang séché à son menton et sur son torse. Elle demeura alerte, ses avant-bras se couvrant d'une ligne de poils gris partant du coude jusqu'à son poignet. Une douleur inconnu hantait son corps frémissant tandis que ses pupilles roses parcouraient l'obscurité à la recherche de mouvement. L'albinos huma l'air comme un chien, cherchant des odeurs connues.Elle grogna, mauvaise, comme un animal qui siffle sur des intrus sur son territoire, déjà prête à se battre. Sa voix n'avait rien d'humain ; ce n'était qu’un gargouillis animalesque. Elle sentit leurs odeurs.

Eux qui l’appelaient Themis, mais elle demeurait Trente-trois, ainsi que l’appelait le vieux Pretorius quand il la faisait rentrer dans sa cage à coups de canne. Elle grogna sur sa propre famille, mauvaise par instinct de préservation.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 20 Aoû - 15:17
Flynn, Themis et Eros




"Ça va aller, tu n'es pas seule ... Tu auras toujours un endroit pour rentrer"


« Je... Je ne pense pas qu'elle traîne encore dans les parages. Elle a dû partir un peu plus loin. Mais je suis sûr qu'elle va bien. Eros... Je suis sûr qu'elle va bien calme toi! Ses vêtements sont en bas, ça veut dire qu'elle a descendue consciemment l'étage! Elle sait ce qu'elle fait... » Les paroles de Flynn étaient censés, il n’avait pas tort. A aucun moment il n’avait parlé pour rassurer Eros en lui mentant. Non il disait la vérité et cela aurait dû tranquilliser l’homme qui observait par la fenêtre, comme si Thémis allait d’un moment à l’autre lui envoyer un signal de fumé ou carrément un incendie de forêt pour qu’il puisse la localiser. Mais les paroles sages de Flynn ne suffirent pas. L’angoisse d’une créature vivante, animale ou non reste désespérée et rien ne l’apaise. Et l’animal justement, ils allaient devoir le retrouver… Si la disparition de Themis pouvait presque faire sens dans son esprit, Eros se sentait atrocement coupable de négligence, de naïveté. Si elle était partie, c’était que forcément il avait raté quelque chose… Peut-être que jusque-là Jezabel avait surveillé les agissements de Themis, qu’elles avaient toutes deux été de connivences puisqu’il était évident que leur complicité surpassait de loin celle qui se nouait péniblement entre la Berserker et son ‘père’. Receuillir cette adulte dont il ne pouvait que soupçonner les souffrances passées n’avait rien de facile. Et la présence de Flynn devenait une bénédiction, une fois devant les bois. Car Eros se sentait proche de Flynn. Ils étaient des Alchimistes tous les deux, et véritablement Eros pouvait le considérer comme un enfant avec qui partager des choses seraient sans doute plus faciles qu’avec Themis. Qui ressemblait plus à Jezabel. Qui était bien mieux comprise par elle… mais qui n’était pas là. « On a qu'à remonter la piste de ses vêtements? » Son cœur s’était serré, et il considéra la ‘piste’. Puisqu’Eros venait de ramasser toutes les affaires de la Berserker il ne restait plus grand-chose à suivre. Et pourtant, il opina vigoureusement du chef, avant de lancer un regard brillant de reconnaissance à Flynn avant de se lancer dans la forêt. Armé de sa lampe torche et de l’espoir de retrouver la colombe aussi vite que possible, il s’élança dans la forêt. Les ombres fuyaient devant le jais de lumière, mais il n’y voyait pourtant presque rien… il ne compta bien sur aucunement le nombre de fois où il manqua de se prendre les pieds dans des racines pour s’écraser contre l’écorce d’un arbre. Cette forêt qu’il connaissait si bien depuis le temps, de jour comme de nuit au grès de ses cueillettes lui semblait alors infiniment hostile.

Il s’agrippa plusieurs fois à l’épaule de Flynn, le garçon restant bien plus solide que lui à cet instant. Et il appela. Longtemps, avant patience, laissant ensuite les sons étouffer de la nature lui parvenir en comptant sur un appel de Themis pour le guider. La marche, la très lente évolution au cœur de la forêt lui sembla durer une éternité. Et au moment où il allait s’avouer vaincu, et demander pardon au garçon qu’il l’avait affablement suivi jusque-là, un grognement dans un arbre lui imposa le silence.

« Tu as entendu ? »

Il s’adressait bien sûr à Flynn, et sembla un instant hésiter à lever les yeux pour regarder ce qu’il pouvait bien se trouver jusqu’au-dessus des Alchimistes. Mais avec prudence, il dirigea le faisceau de lumière magique vers l’origine du son. Pour découvrir dans un arbre, la silhouette nue d’une Themis à l’expression menaçante et aux prunelles fluorescentes comme celle d’un chat sauvage. Il sursauta, et pressa un peu plus sa main contre l’épaule du garçon.

« Themis… c’est nous… »

Il avait tenté cela en sachant pertinemment que 1) il aurait l’air d’un con 2) qu’il n’avait aucune crédibilité et 3) que cela rassemblerait plus à un imbécile se justifiant d’être là qu’autre chose. S’il ignorait la nudité de sa fille de cœur, il eut quand même le réflexe de lâcher Flynn pour lui cacher les yeux… Il n’y avait peut-être qu’Eros pour préserver la pudeur de Themis à cet instant, mais cela lui semblait nécessaire. Et puis après… il ne sut plus quoi dire. Il était certain qu’elle demeurait dans un état second, elle n’était pas la femme, elle était encore l’animal qui longtemps avait été séquestré dans une cage, et qu’elle tentait peut être désormais d’enfermer à l’intérieur de son âme pour privilégier l’humaine. Mais bien qu’au bord des larmes, les mots au bout des lèvres, Eros ne savait pas quoi faire, ou quoi dire. Alors il posa simplement la lanterne sur le sol terreux avant de tendre une main vers Themis perchée sur sa branche.

« Reviens avec nous Themis. Il faut rentrer à la maison. Nous sommes tous les deux venu de chercher, tu comprends ? Nous étions inquiets pour toi… »

Et puisqu’il avait conscience de ne dire que des banalités, d’être trop à fleur de peau pour pouvoir s’appuyer sur ses instincts, il ajouta à l’attention de Flynn :

« Dis quelque chose, toi aussi… »

Crétinx…





© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 23 Aoû - 1:56
Flynn, Themis et Eros




"I want, a way out of lonelyness"
Le garçon tentait d'être rationnel! Ce qui était d'ailleurs plutôt facile sachant qu'il n'avait pas pris les pilules qui le faisait dormir! Alors oui il était lucide pour le moment et essayait d'aider son nouveau papa adoptif comme il pouvait. Parce que peut-être que c'était facile? Flynn faisait tout ce qu'il fallait pour ne pas s'attacher mais il savait bien que ce n'était pas le cas de Themis et qu'elle était très attachée à Eros comme lui était attaché à elle. Il était donc normal que ce dernier panique. Et le jeune homme pouvait affirmer ce qu'il voulait, mais lui aussi paniquait. Il n'était peut-être pas best friend forever avec la jeune fille mais elle n'avait jamais été méchante avec lui. Au contraire elle faisait des efforts que lui... Et bah ne faisait pas vraiment. Alors oui il pouvait se mettre à paniquer aussi. Mais ça n'aurait pas été une bonne idée. Il fallait garder un peu de sang froid entre les deux hommes qui étaient là. Tous deux en train de paniquer sur le sort d'une jeune fille qui s'en sortait déjà avant qu'elle ne vienne croiser leur route. Enfin, Flynn ne connaissait pas l'histoire de Themis, ce n'était pas ce genre de chose que l'on pouvait demander si facilement. Mais si elle se retrouvait en famille d'adoption, tout ne s'était sûrement pas bien passé dans sa vie. Quand ils la retrouveraient (hors de question de mettre un si) le garçon lui poserait la question. Même lui qui n'était pas à l'aise avec sa vie ces derniers temps, il ne lui viendrait pas à l'idée de fuir ce foyer qu'on lui a offert. «" C'est toujours mieux que rien! On suit les vêtements.  ."  Rester positif. Tu pouvais être chiant Flynn mais là il y avait plus flippé que toi, alors ce n'était pas le moment d'en faire qu'à sa tête. Alors le garçon offrait des solutions. Elles étaient peut-être stupides, inutiles, ne mèneraient à rien mais ce n'était pas grave. Il fallait essayer. Parce qu'au bout de la piste il y aurait sûrement Themis, perdue peut-être, seule, sûrement. Et ce n'était pas bon de rester seul... Le garçon resserra la veste sur ses épaules, enfonçant les mains dans ses poches il suivit la route qu'offrait Eros à l'aide de sa lumière. Oh lumière douce lumière... Une légère migraine s'installa dans sa tête. Risque continu de tomber et de se faire mal... Dans la nuit, pas facile de marcher.

Flynn soupira doucement soutenant Eros. Ils n'y arriveraient pas. Et l'idée le mettait plus en colère qu'elle le décevait. Ils ne pouvaient pas décemment laisser Themis seule dans cette forêt cette nuit. Il fallait l'aider mais la jeune fille ne répondait pas. Même suite aux appels répétés de son père et frère adoptifs (ça sonne bizarre à dire, non?). Flynn commençait à désespérer. Où pouvait elle être et que pouvaient-ils faire pour la trouver? C'était ce genre de questions qui lui résonnait en tête lorsque finalement Eros le sortit de sa torpeur.

" Entendu? »  ." 

Non Flynn n'avait pas entendu. Mais pourtant Eros avait l'air convaincu. Le jeune homme fronca les sourcils en tendant l'oreille. Peut-être que lui aussi allait entendre nan? Tandis que l'alchimiste plus vieux levait le faisceau de sa lampe, le garçon plissa les yeux avant de finalement reconnaitre la jeune fille et retenir un petit cri de peur. Elle était... Déconcertante ainsi. Renaissant la tête le garçon évita de regarder. Elle était nue.

"Nom de Zeus... »  ." 

Une main vint se poser devant ses yeux. Et si la situation avait pas été plus légère, le garçon aurait sûrement rit. Pour le moment son regard était plongé vers le sol. Oh la jolie feuille. De plus il était nerveux parce qu'il savait très bien qu'un berserker dans sa forme animale ou encore animale mentalement pouvait relativement être dangereux. Artémis en colère et animal ça devait pas être beau à voir. Mais l'idée n'était pas sur sa jolie petite amie pour le moment mais pour la soeur qu'on lui avait offert et qui était pour l'instant dans de sales draps. Le garçon fronca les sourcils avant de finalement retirer la veste qui le couvrait et de la tendre à Eros avec un petit "Tiens c'est pour elle" si le garçon devait garder les yeux baissés, il ne voulait pas particulièrement que la jeune fille en haut de la branche tombe malade. Ce ne serait pas conforme à son code de gentleman.

Toujours la tête baissée le garçon écoutait les dires d'Eros en hochant doucement la tête. Il savait dire quelques mots. Mais tandis qu'on lui donnait la parole le garçon ouvrit la bouche comme un poisson...

" heu... Themis, redescend de là... On t'en demande peut-être beaucoup, t'es peut-être mieux enfermée dans ta petite bulle, mais c'est seulement parce que tu le crois. Si tu savais à quel point le vieux est inquiet à ton sujet... Il faut que tu descende Themis. On a besoin de toi en bas, et pas dans tes mauvais souvenirs. Tout ça c'est fini. Reviens dans le moment présent... ." » Le garçon toussa et un peu plus bas à l'intention d'Eros. " J'ai foiré ?  ." 



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 23 Aoû - 22:35

The dark night seems endless.
"A soldier on my own, I don't know the way. I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate."

Woodkid - Iron ▽ Les odeurs n'étaient pas s inconnues. Elles furent même les premières choses que perçut Themis au delà de l'agréable voile qu'elle avait laissé tomber sur ses réflexions, sur son arbre perchée. Un faisceau de lumière perça les ténèbres et l'éclaira si brutalement que l'albinos eut un sifflement animal, se protégeant les yeux de la lueur de la lanterne, photophobe. Ses yeux luisaient dans l'obscurité comme ceux d'une bête nocturne qui n'avait guère aimé être dérangée, les avant-bras déjà couvert de fins poils blancs, la bouche garnies de crocs malgré ses allures encore très humaines. La surprise de la lanterne passé,e la jeune fille n'avait pu retenir un rire acide au sursaut des deux alchimistes qu'elle reconnut sans mal : c'était son père et son frère. Eros et Flynn, cette nouvelle famille qui était la sienne. Contrairement à ce que les deux hommes pensaient, elle était assez lucide pour les reconnaître. Lorsqu'Eros les annonça, elle dit dans un rire, la voix pourtant très gutturale pour une fille de cette taille :

"Oui, j'avais vu..."

Sa voix chuintait en travers de ses dents pointues. Du sang coulait de son menton et avait maculé la blancheur de sa poitrine tandis qu'elle s'essuya la bouche d'un revers de main en espérant se rendre un peu plus présentable. Elle perdit tout attribut animal, ne laissant d'elle que Themis, la fille aux sourires de chat. Voir son père chercher le secours de Flynn l'amusa et elle sourit franchement en fixant cette famille qui était venu la chercher dans l'air froid du soir qui piquetait sa peau de chair de poule. Le plus marrant était encore de regarder le cirque du père qui cachait les yeux de Flynn. C'était bidonnant ! Sur sa branche, Themis eut un fou rire, s'accrochant à l'arbre pour demeurer agrippée à la branche à bout de bras, pendant dans l'air comme un petit singe sanguinaire. La pudeur était pour elle, trente-trois, une donnée inutile. Les vêtements ont été inventés par les humains pour se créer des barrières et se cacher derrière.

"Il a surement déjà vu une fille toute nue !", fanfaronna la Berserker en se montrant volontairement nue à la vue des deux hommes, sans rien cacher.

Flynn détourna le regard comme un bon garçon en tendant à Eros sa veste pour elle l’albinos sembla se formaliser de cette attention détournée, lui demandant : "pourquoi tu ne me la donne pas directement ?" même si finalement ça n'avait aucune sorte d'importance. Elle regarda la main tendu du chilien, l'attitude de son frère adoptif. La Berserker avait du mal à les comprendre mais constatait une chose : c'était le mal qu'ils se donnaient pour elle. Alors, devenant plus docile, elle saisit la main d'Eros et prit doucement la veste que lui avait donné Flynn pour l'enfiler sans rien dire, un sourire étrangement indulgent aux lèvres alors que c'était elle qui était en faute.

"Je suis désolée de vous avoir inquiété. je comprend... parfaitement", dit-elle sans le penser une seconde, hochant la tête de manière limpide, bien trop pour une Berserker, "Ha, Flynn...", elle se gratta l'arrière du crâne, "tu n'as pas foiré du tout."

Elle sourit gentiment à son petit frère malgré son apparence de ménade débraillée, les lèvres sombres du sang du lièvre. L'albinos ferma lentement la veste qu'on lui avait donné avec un air calme et détendu, ignorant la peur de sa famille car elle lui semblait proprement sans importance aucune. Par contre, elle leur devait une explication et en avait une qu'elle espérait convaincante :

"J'ai parfois besoin de dormir dehors et de manger un animal pour être en harmonie avec mon totem. Sinon c'est malsain pour moi. Il ne faut pas vous inquiéter, je ne fais que ce qui est naturel pour Nous"
, elle haussa les épaules avec une certaine désinvolture, "je ne voulais pas vous effrayer. Parfois mon lit me semble trop confortable et ça me fait peur, alors la forêt me réconforte."

Themis n'avait jamais vraiment ni aborder le sujet de son Animal, ni de son passé. Elle n'avait pas dit quel était son totem à sa famille, et n'avait pas insisté sur son enfance. On avait fourni un dossier à Eros, détaillant que la jeune fille avait été le sujet d'un trafic d'humains et qu'elle avait passé quatorze ans enfermée, puis cinq en maison carcérale spécialisée pour jeunes délinquants. Les détails, elle n'avait pas désiré les aborder; pas maintenant. C'était trop tôt pour elle. Non pas par pudeur ou crainte -elle n'en avait pas - mais parce qu'elle désirait garder son mystère pour elle.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

When the dark night seems endless - Ft. Flynn et Themis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aaron & Thea - Dark night
» Lois = For every dark night, there's a brighter day.. | UC
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Archives des rps-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3