AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Merci pour les tentacules autour de mon coeur ~ feat. Cici-la-pieuvre

 :: Archives des rps

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 1 Mar - 21:30




Dépêchons-nous je n’ai que quelques heures...


La Saint Valentin n'ayant pas été un franc succès... Magyar cherchait dès lors une manière plus concrète de passer du temps avec Circé. Il fallait quand même dire que s'il avait passé une excellente soirée avec son ami, ni le Dragon ni le Pixie littéralement hystérique n'avaient eu l’occasion de voir ne serait-ce que l'ombre d'un génie des eaux. A leur grande déception d'ailleurs, surtout pour Magyar qui comptait enflammer une déclaration des plus sincères, et qui avait fini la soirée entre Siam et Selen à vider une boîte de chocolats, en larmes devant Love Actually. Les happy-ends étaient tellement peu courantes en ce monde et dans sa vie, qu'il avait espéré en vivre une petite avec Circé ce soir-là. Et bien non... Pourtant, il aurait été capable de beaucoup. Peut-être même d'apprendre le Colombien comme Colin Firth avait fait avec le Portugais pour gagner le cœur de sa serveuse. Ou bien, faire du porte à porte durant des heures afin de la trouver, elle. Juste pour lui dire qu'il tenait à cette Faës sublimissime qui avait daigné poser le regard sur lui. Que c'était beau ! Que c'était chevaleresque ! Mais la dame en question n'avait pas pointé le bout de son nez malgré ses multiples réclamations et le Pixie avait fini transi de déception, très vite menacé par une crise de foie qui le rendit malade deux jours durant. Et puis, c'est ensuite la distance que semblait mettre Circé, qui lui fila des maux de ventre...

Pourtant, Magyar souriait toujours, comme à son habitude, depuis lors. Il se contentait de voir le meilleur, et ce malgré les terribles événements qui avaient eu lieu à la Cour. Le temps semblait depuis s'être figé. Gelé dans l’effroi, la crainte... la peur de ce conflit qui fatalement se mettait en marche. La guerre allait éclater, ce n'était peut-être pas sur toutes les lèvres mais dans toutes les pensées, oui. Et en tant que Faës, Magyar possédait en son cœur une crainte plus vive que les autres. Surtout que Lorcàn avait été là-bas... Par chance, il était brillant, talentueux, et ses compétences de soldats lui avaient permis de s'en sortir sans dommage. Mais depuis lors, Magyar redoutait que quelque chose de plus grave n’arrive. Il avait peur pour Selen, et pour Circé... mais par chance ni l'un ni l'autre n'avait été touché. Alors, le Pixie s'était occupé de son frère, et focalisé sur lui avait bien involontairement placé Cici de côté. Mais maintenant, il mourrait d'envie de la voir. Surtout que si les calculs étaient corrects, ils n'avaient pas eu de véritable tête à tête depuis le soir où la Marid lui était tombée dessus (n'est-ce pas ?) pour mettre fin à tant d'années d’abstinences... physiques, comme émotionnelles. Et depuis, quoi alors ? Certes, elle avait beaucoup de travail et puis, il y avait eu les attentats. Mais au-delà de ces faits, il en existait un autre que Magyar essayait d'ignorer, bien qu'une angoisse certaine le lui rappelait sans cesse : elle était distante.

Mais loin de laissé tomber, le Pixie au contraire avait aujourd'hui décidé d'utiliser sa journée de congé pour voir Circé. Et peu importait si elle ne répondait pas à ses textos, il semblait cette fois déterminé à passer du temps avec elle... Parce qu'elle semblait avoir débloqué chez lui quelque chose, touchant sa sensibilité, le forçant à s'ouvrir et à nourrir un besoin d'elle qui n'était finalement pas né de leur unique nuit ensemble mais prenait racine avant cela. Mag' ne s'était jusqu'alors pas rendu compte de la place qu'elle avait petit à petit prise dans sa vie, mais aujourd’hui cette distance qu'elle s'évertuait à mettre entre eux lui faisait mal. Aussi le Pixie restait fidèle à lui-même, et se pointait la bouche en cœur à la réception de l'hôtel. Une fois arrivé, il posa un énorme panier de piquenique par terre, souffla un moment alors que le réceptionniste déjà excédé par la dégaine de l'homme, le toisait avec impatience.

« Bonjour les p'tits loups ! J'suis le copain de la patronne ! Vous pouvez lui dire que je suis là s’il vous plait ? C’est une surprise ! »

Son grand sourire fut balayé par l'éclat de rire cruel du réceptionniste qui avait avant cela, prit le temps de le reluquer de la tête au pied. Bah quoi ? Il portait une doudoune couleur prune... prune très claire. Et un fut' jaune canari motif carottes en folies mais... était-il réellement en train de le juger ?

« Dites, vous voulez bien l’appeler pour moi ? Je vous jure que je dis la vérité… Appelez Circé, elle vous le confirmera... Je suis Magyar, son petit ami. »

Son regard un peu triste n’eut comme réponse qu’un nouvel éclat de rire, alors que le type appelait un collègue groom pour lui raconter l'histoire et persifler sur le pauvre Pixie qui, rouge de honte, baissait le nez vers son panier à piquenique. Peut-être qu'il aurait dût au moins passer un coup de peigne ? En attendant, il gardait dans sa poitrine un cœur bien trop lourd pour se battre et insister. Car les types avaient raison... il était ridicule. Et si Circé Orthega ne prenait plus la peine de répondre à ses sms, c'était sans doute qu'elle était passée à autre chose. Ou alors, à quelqu'un d'autre, de moins naïf, de plus viril. De pas-lui quoi.


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 7 Mar - 16:03




À l'occasion, je vous mettrai un petit coup de polish...



Paye tes journées de feignasse.
J'avais pas grand-chose à faire, pour tout vous avouer. En tant que directrice on pouvait dire que j'me la coulais douce sans vraiment avoir de scrupules, et en plus j'avais le joli titre doré qui ornait mon blaser bleu marine digne des plus belles godiches. Non, vraiment, j'avais pas vraiment à me plaindre. Le loubard à qui j'avais chippé le cheftaine du Fairmont Château Laurier devait s'en mordre les doigts. Faut dire que le boulot en lui-même était juste... bah, de la vérification. Comme inspecter les chambres, checker le services, envoyer tout le monde au turbin sous la coupe de leur grande manitou au cul rebondi. Y'avait de quoi se marrer quand même, à les voir tous s'agiter comme des fourmis pendant que je bouffais des chips au poulet dans mon large bureau nacré.

Mais bon. Au fond du fond de moi-même, j'avais quand même pas grand-chose à foutre de cette affaire, même si au bout de cinq ans de leadership je m'attachais de plus en plus à cet endroit. Si j'avais pu m'en débarrasser à nouveau en le refourguant au premier pigeon venu, croyez-moi que j'l'aurais fait, mais... faut croire que mon destin était de tenir cet endroit d'une main de fer. Et quitte à être la dictatrice du Laurier, au regard froid et à la réplique incisive, autant jouer ce rôle jusqu'au bout !

Bref, une journée comme les autres allait s'ajouter à mon calendrier canadien. Enfin. C'était sans compter sans une intervention complètement venue d'ailleurs qui allait rompre mon fameux cycle de glandage. Alors que j'avais les doigts de pieds en éventail dans mes talons aiguilles, confortablement installée sur le vieux meuble en bois nacré qui me servait de range-paperasse, j'étais tranquillement en train de dévorer un sandwich au pastrami et un magazine de mode quand Claudette, une des réceptionniste, entra en trombe. Ce qui eut non seulement le comble de me surprendre mais aussi de faire tomber mon précieux repas sur le tapis oriental. Sacrée Claudette... faudra que je pense à la virer, un jour.

« Madame... Quelqu'un vous demande en bas...
- Ouais bah, ce « quelqu'un » attendra que j'ai terminé mon article sur la fashion week de Milan. Barrez-vous Claudette, prenez-votre pause, j'sais pas, faites quelque chose... mais cassez-vous de mon bureau.
- Mais... ça semble assez urgent... »

J'émettais un soupire. Elle comprenait pas le français, cette vieille carne maquillée à la truelle ? A la « truie-elle » même, vu sa gueule de porcin.

« Booooon, d'accooooooord. Qui me demande ?, dis-je, claquant le magazine en le refermant sur mes cuisses.
- Un homme, dans le hall... Un certain Magyar, je crois. Il dit être votre petit-ami. »

Oh, bordel.
Alors là. Ma tronche devait bien ressembler à une sorte de mélange entre l'effarement et la stupéfaction pure et simple. Si je m'attendais à ça... Magyar. Ce fichu pixie... A quoi il s'attendait, en venant jusqu'ici ? Ouais bon d'accord, j'ai peut-être trop mis le grappin dessus pour coucher avec, je l'ai coursé pendant des semaines, mais j'allais quand même pas lâcher le coup d'un mec aussi sexy juste parce qu'il était long à la détente  ? Mais maintenant que c'est fait... pourquoi est-ce qu'il reviendrait me voir ? C'est fini, non ? Non... peut-être pas. J'en sais rien, en fait. C'est bien trop nébuleux quand je pense à lui. Un peu trop à mon goût...
Je regardais Claudette qui semblait inquiète face à mon expression, avant de redevenir sérieuse. Sans répondre quoi que ce soit, je me suis levée, j'ai poussé la vieille à l'extérieur et j'ai fermé mon bureau avant de descendre quatre à quatre jusque dans le hall d'entrée. Putain. Elle avait pas menti, il était bien là, affublé comme un gyrophare sous LSD et son air de puppy sur la face. J'sais pas si ça se voyait... mais j'étais quand même assez déconcertée. Et un peu furax, aussi. Je m'approchais alors de lui, les talons claquant, mon regard de patronne hautaine flanqué sur le visage. En espérant que ça le fasse déguerpir, car si c'était pas lui qui partait, c'était mes clients qui crèveraient d'épilepsie vu son accoutrement.

« Magyar… Mais qu'est-ce que tu fous là ? »

© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 12 Mar - 11:41




Dépêchons-nous je n’ai que quelques heures...


Les moqueries des autres, Magyar en avait l’habitude. C’était quelque chose qu’il avait appris à accepter, puisqu’il n’était pas le plus grand des finauds et avait conscience d’être quelqu’un de naïf. En grande partie grâce à Lolo, qui prenait beaucoup de temps à faire de la prévention auprès de son frangin. Mais c’était plus fort que lui, il était ainsi fait ! Et même le savoir, ne lui permettait pas d’éviter ce genre de situations pas vraiment agréable. Encore une fois, il devait s’être planté. Mais bon … fallait dire que les ricanements des deux hommes lui faisaient vraiment mal cette fois-ci. Parce qu’il y avait cru, et s’était donné. Entièrement, et pour la première fois depuis la perte de Baïa, il avait semblé au Pixie que les choses tournaient pour lui et que l’intérêt que lui portait Circé était affectueux et sincère. Et il y croyait toujours ! Mais Magyar se disait aussi, qu’au fond, elle était bien trop pour lui. Trop belle, trop brillante, trop importante… Jusque-là il n’y avait pas vraiment fait attention. Mais se retrouver dans le hall de ce si bel hôtel, avec cette dégaine, son panier remplit de gourmandises et d’espoirs sous les railleries des deux employés lui filait une sacrée gifle.

Aussi était-il resté comme un gland à attendre… à attendre on ne savait pas quoi d’ailleurs parce que les deux mecs semblaient pas vraiment décidés à bouger leurs derrières respectifs pour faire quelque chose. Circé n’était sans doute pas prête d’être prévenue de sa présence. Mais le couillon restait pourtant là, à mater le bout de ses godasses sans arriver à les faire décoller du sol brillant du Palace pour rentrer chez lui s’enfermer dans son placard avec du chocolat… qu’il boufferait certainement avec la cellophane, en guise d’expression de son désespoir, d’avoir ainsi le cœur piétiné par un génie sexy et cruel qu’était cette pieuvre qui l’avait envouté. Mais … parce que oui le mec vivait clairement dans ‘Coup de foudre à Ottawa’, l’apparition de la dite pieuvre fit comme dans les films. Et il écarquilla les yeux, laissant ses doutes, et les craintes qui le taraudaient s’envoler littéralement loin de son esprit désormais illuminé par la présence de la belle. Elle l’illuminait d’une telle lumière ! Elle était si … brrrrr !! – qu’il ne vit même pas son regard hautain et fit quelques pas vers elle, une banane immense sur la face. « Magyar… Mais qu'est-ce que tu fous là ? »

Cette fille était la perfection, il en était désormais certain. Peut-être pas faite pour lui, ou l’inverse… car finalement c’était surtout Magyar qui n’était sans doute pas un homme digne d’elle mais, il voulait essayer. Avec cette femme, il était prêt à le faire, à tourner la page et passer à autre chose. Circé avait eu des mots et des gestes qui l’avait convaincu, alors pas question de laisser leurs différences les éloigner. Le Pixie était prêt. Et cela faisait 11 ans qu’il ne s’était pas senti à l’aise avec une femme… et avec lui-même également. Aussi prit-il ses mains dès qu’elles furent à porter, pour les porter à ses lèvres. Un bisou sur chacune d’elle, alors qu’il s’exclamait :

« J’ai cru que tu ne viendrais jamais ! Ils ne voulaient pas me croire quand je disais que je suis ton amoureux ! Bon d’accord je sais que je suis pas vraiment… enfin j’ai pas l’image qu’il faut mais je vais faire des efforts si tu veux ! »

Ni une ni deux, il déposait un baiser rapide sur ses lèvres, avant de repartir en arrière pour aller chercher son panier de piquenique lourd comme un nuckelavee mort. Il le traina à moitié jusqu’à Circé, son sourire idiot toujours imprimé sur ses lèvres et les yeux brillants de joie. Elle ne pouvait pas comprendre, à quel point la voir aujourd’hui lui faisait du bien. Surtout après avoir ainsi trouillé quelques minutes avant !

« J’ai pensé que tu aurais faim ! Et comme je savais pas trop ce que t’aimais, bah j’ai pris de tout… J’ai fait une quiche, une salade, un cake, des wraps, des mini-sandwichs, des cannelés, des muffins salés… et après bah y’a des légumes et des fruits, et des jus ! Et des cacahuètes aussi… je sais pas si j’ai oublié un truc. Mais je te jure que tu vas aimer ! »

Enthousiaste ? … je ne vois pas ce qui vous fait dire ça !



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Merci pour les tentacules autour de mon coeur ~ feat. Cici-la-pieuvre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merci pour les tentacules autour de mon coeur ~ feat. Cici-la-pieuvre
» merci pour l'accueil.
» Je vous aime. Oui, je suis originale pour les titres, merci, merci.
» 500 messages et bien plus pour moi. MERCI UP !
» Merci à vous pour tout ce que vous avez fait pour moi.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Archives des rps-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3