AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Intrigue | Groupe 5 ~ Lutte à mort au centre de soin

 :: Archives des Events

Maire de la ville - PNJ
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Maire de la ville - PNJ

IDENTITY CARD
Messages : 101 Je suis arrivé(e) le : 25/08/2015 Sous les traits de : Morgan Freeman Crédits : rusty nail Points : 389 J'ai : 69 ans Je travaille comme : Maire d'Ottawa Actuellement, je suis : Célibataire exigeant Niveau social : Riche et puissant parmi les Hommes
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 21 Fév - 11:12
Lutte à mort au centre de soin
Ils sont arrivés vites, silencieusement… et sans laisser à personne le temps de comprendre la situation, de l’anticiper. De réagir. Le Centre de Soin pourtant, baignait encore quelques instants plus tôt dans un calme olympien. La routine n’avait été troublé que par le débarquement de trois Faës ayant consommés trop de remède Alchimiste anti-migraine… La nouvelle mode chez les jeunes, dont les pupilles devenaient alors fluorescentes. Léthargiques, ils avaient fini évanouis dans les bras de médecins. Mais rien. Rien ne permettait à qui que ce soit de prévoir les évènements à venir. Et encore moins de s’en défendre. Comment deviner dès lors, que ce calme, ce rassurant quotidien puisse éclater en quelques secondes et ne laisser place qu’à la désolation la plus totale…

Et pourtant, ce fut rapide. Comme un murmure au départ, tandis qu’ils approchaient. Une faible clameur au loin, alors que certains tendaient l’oreille pour essayer de deviner la provenance de ces éclats de voix inhabituels. Personne pourtant ne s’en inquiéta. C’était seulement un peu de bruit… Et puis, ils s’étaient rapprochés. Les tonalités lointaines s’étaient peu à peu changées en timbre de voix agressifs. En bruits plus sourds. Et soudain, un guérisseur sembla comprendre. L’effroi qui filtrait dans son regard n’échappa à personne alors qu’il se tournait vers la porte la plus proche pour l’observer d’un air déjà presque résigné. Car le bruit, sourd… il n’y avait pas de doute dans son esprit, était celui d’un corps qui heurte le sol. Et puis… alors que les larmes montaient à ses yeux, la peur le paralysant, le premier Stryge fut là. Couverte de sang, tous crocs dehors… l’Ange dans toute sa splendeur laissait ses ailes déployées imposer une vision frappante. Des Stryges à la Cour des Faës. C’était impossible ! Le Guérisseur fixait pourtant la créature aux lèvres ruisselante et écarlate… juste avant qu’elle aussi ne la voit. Et qu’un sourire se dessine sur son visage anguleux. Puis d’autres vinrent… et il fut le premier à tomber.

A peine quelques minutes, et tant de vies prises. Le sang répandu sur le sol luit d’un étrange éclat, symbole de la violence acharnée des Stryges qui ont passés les portes de la Cour. Tous ignore comment une telle chose est possible… mais c’est un fait. Ils sont là, et à travers la panique et les hurlements, les Anges semblent se frayer un chemin avec un objectif passablement facile à deviner : Massacrer, mais surtout détruire. Anéantir. Réduire les ressources médicales à néant. Et exterminer le corps médical… rendant ainsi le centre totalement inexploitable. Mais pas sans s’amuser… jamais sans jouer. Et certainement pas sans rependre la terreur… Et vous, dans ce chaos, semblez parfaitement perdu. Les raisons de votre présence ici vous échappent, surtout que maintenant, l’instinct de survie prend le dessus sur la logique. Les raisonnements s’enchainent, comment sortir d’ici vivant ? Alors qu’un corps sans vie s’écroule sur le sol devant vous et que plus loin, une guérisseuse hurle de douleur, avant que le Stryge qui l’enserre avec force ne l’égorge de ses crocs. Un peu plus loin, d’autres clameurs terrifiées éclatent, une pièce entière flambe et les Stryges eux, observent d’un air satisfait. La fumée étouffe des Faës passant par-là, cherchant une issus, mais un nouveau groupe d’Anges leur tombe rapidement dessus. Sans pitié. Le petit groupe de survivants que vous formez désormais avec quelque autres personnes échappe lui, de très peu au même sort. Partout, l’horreur et la confusion troublent vos sens, mais vous parvenez alors à trouver une pièce qui a échappé à la vigilance des Stryges. Sans attendre, vous vous y réfugiez. Mais avant même d’avoir verrouillé la porte, quelque chose bloc… et une force surhumaine parvient à ‘l’ouvrir. Ils sont trois… trois Stryges à vous toiser en silence un moment. Aucunes autres issues n’est visible, simplement… parce qu’il n’y en a pas. Mais après un court silence, l’un d’eux prend la parole, vous laissant tous stupéfaits : Celui qui survivra, aura la vie sauve… Un jeu cruel, un arrangement immonde, qui sous-entend qu’en vous entretuant, l’un de vous pourra sortir d’ici indemne. Car si la parole des Stryges a de la valeur, c’est exactement ce que le deal offre. Une vie, une seule… Puis la porte se referme, se scelle, vous laissant entre vous… Et au doute qui s’installe quant à la possibilité de survivre par ce biais.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 21 Fév - 13:13
La Riposte des Stryges




Lutte à mort au Centre de

Soin


J'aimais me rendre à la Cour des Faës de temps à autre. Bon d'accord je n'appréciais pas trop la grouillante activité qui y règne en général mais au moins je pouvais m'y promener sous ma véritable apparence : celle de Sidh. Errant sans trop de but, voilà que je me retrouvais au Niveau -4. Le Centre de Soin était calme, le silence y régnait pour favoriser la bonne convalescence des patients. Pour moi, il s'agissait d'un moment de repos. Le bruit, la foule, ce n'était pas mon truc. Je flottai discrètement, mes pieds ne touchaient pas le sol mais glissaient dans l'air, entourés d'une légère brume grise. C'était bon de se sentir léger sous ma vraie apparence. A Ottawa, ma forme humaine m'obligeait à marcher mais bien évidemment je devais faire cette effort pour passer inaperçu.

Tout changea très vite, ce n'était d'abord qu'un petit bruit avant de devenir une immense clameur. Ce que je ressentis à distance, ce fut une émotion que je connaissais bien pour l'avoir infligée à tant de gens : la peur. Face à moi, le sang d'une faible Faë gicla, recouvrant le mur de perles écarlates. Des Stryges ici ?? Comment est-ce possible ? Stupéfait, mon visage resta néanmoins de marbre. Les Anges ne pouvaient rien contre moi, ce seraient plutôt à eux de me craindre. Je continuai mon chemin sans trop me soucier du massacre. Les boucheries faisaient remonter en moi de mauvais souvenirs, je préférais y tourner le dos.

Le nombre de Stryges ne cessa d'augmenter, et soudainement il y eut une petite explosion. Une pièce entière venait de prendre feu. En mon fort intérieur, les flammes brisèrent mes défenses pour me rendre susceptible à l'horreur à l'oeuvre ici. Je ne pouvais rien y faire, j'avais une peur panique du feu. Dans une bourrasque de brume argentée, je m'élançai en direction de ce qui me semblait être une sortie, mais il n'en était rien. Bien au contraire, un flot de Stryges arriva par là, le passage était bloqué. Mon instinct avait pris le dessus sur la raison, je fis brusquement demi-tour vers un cul de sac. Les Stryges souriaient, me pensant piégé dans une impasse.  Quelles stupides créatures à plumes noires.... Avec un sourire mauvais, je leur fis un petit coucou avant de passer à travers le mur. Il y avait des avantages à être un spectre, mon pouvoir d'intangibilité entre autres...

Je débouchai dans une petite pièce, quelques survivants s'étaient retranchés ici pour se protéger. La peur était lisible sur leur visage, je devais avouer que je n'étais pas très à l'aise non plus. Trois Anges enfoncèrent la porte. Celui qui semblait être le chef prit la parole et exposa son terrible plan.  A l'annonce de cette sentence, je ne pus m'empêcher de murmurer : «Ça craint...» Tous ici devaient s'entre-tuer, seul le dernier survivant aurait la vie sauve. La colère m'envahit, bien sûr on devait avoir affaire au plus gros salaud de Stryge sur Terre. A cet instant j'avais envie de lui faire boire mon sang, qu'il affronte mille souffrances en se régalant de ce breuvage toxique pour lui. «Laisse les sortir connard !» criais-je en direction de la porte qui venait de se fermer.

Je pouvais partir n'importe quand en me téléportant, mais je décidai de rester. Je voulais me venger de l'enfoiré qui s'en prenait ainsi à des innocents. Et je n'avais pas envie de me battre contre les gens ici présents. Je devais aussi me calmer après la vision horrifique des flammes qui hantaient encore mon esprit. Pour ce faire, je restai dans un coin de la pièce, attendant de voir comment tous ici allaient réagir....

© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 21 Fév - 13:51



quitte à être dans la merde

autant l'être à plusieurs


La putain d’arnaque… C’était la première fois que je me rendais à la Cour des Faës. Depuis le temps que j’habitais Ottawa, que j’en entendais parler, je n’avais encore jamais osé m’y rendre. C’était pour moi un lieu qui devait être incroyable, magique… mais aussi grand, et intimidant. J’avais jusque-là préféré attendre de le ‘mériter’. D’être une bonne Alchimiste… Ce que je pensais franchement être après toutes les heures d’études solitaires de cette discipline. Mais aussi et surtout, depuis qu’Oreste avait décidé de se la péter en mode maître Jedi pour la soit disant Newbie que j’étais. Bon il s’était sans doute vite rendu compte que les bases, il pouvait se les carrer où j’pense… et passer direct aux hostilités. Mais quand je lui avais appris que je n’avais jamais été à la Cour, il s’était enflammé comme une vieille torche sèche et avait décrété que, puisqu’il s’y rendait, je devais ab-so-lu-ment l’accompagner… Ok, d’accord mon gars !

La bonne nouvelle, c’était que j’étais pas seule avec lui… Le retour d’Hécate dans sa vie, je l’avais appris le jour même et pour être sincère, j’avais été vraiment très heureuse ! C’était non seulement une joie immense que de la revoir après autant de temps, mais encore plus de la savoir à nouveau aux côtés de son imbécile de … d’ex-mari. Qui était de ce fait son mec-ex, la classe ! Dans l’idée d’éviter d’en parler à ma mère avant quelques décennies, j’étais cependant d’une humeur radieuse et les accompagnait donc dans une ambiance joyeuse et familiale pour découvrir la Cour en même temps qu’Hécate… L’arnaque, c’était qu’on n’était pas là pour faire du shopping ou du tourisme mais pour qu’Oreste passe un check-up magique ou un truc du genre. La rigolade. Là, j’étais dégoutée. Mais pas encore au bout de mes surprises quand l’attaque eut lieu…

En à peine dix minutes, et n’ayant pas même le temps de reprendre mes esprits, je me retrouvais avec Oreste, Hécate et un autre jeune homme dans une pièce fermé. Sans issue… et avec un con de Stryge qui déclarait fièrement que le dernier survivant de ce 8 clos (on dit 4 clos là ? –Gnhééé-) sortirait de cet enfer sans passer par la casse exécution de Stryges. Alors déjà, j’avais bien envie de crier au gros mytho, mais je l’observais surtout, hagard, fermer la porte alors que le jeune homme se jetait dessus pour ordonner qu’ils « nous » laisse sortir. Sous-entendu, il en avait rien à foutre d’être piégé ? Le gars était quand même concerné nan ?

- T’abime pas comme ça mon gars ! Je crois que tu es trop frêle pour servir de bélier… sauf ton respect. Mais bel effort quand même !

Le balafré n’avait pas l’air vraiment paniqué, juste… vraiment très paumé et emmerdé pour nous. Bref, je me tournais alors vers Oreste pour lâcher :

- Sympa la sortie scolaire … La prochaine fois, fais-moi penser à m’auto-infliger une gastro hein, que j’évite d’être en danger de mort ou d’ennui …

Mais j’étais quand même très inquiète… La méga trouille même. Celle qui bloquait la respiration, broyait les entrailles et rendait son cœur insupportablement lourd. Mais je tentais quand même de garder la tête froide et m’approchant d’Hécate, prenait sa main dans la mienne. Elle, elle était Humaine… et dans un environnement qui lui était étranger, ne pas être doté de pouvoir pour se défendre devait être vraiment très flippant.

- Bon alors… je bute qui en premier moi ?

Je me forçais à sourire à Hécate, puis cherchais le regard d’Oreste qui semblait pourtant être une maigre consolation… mais en espérant qu’il saurait activer son cerveau (on est mal barré) pour trouver une solution rapidement.


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 28 Fév - 17:25
La Riposte des Stryges





Comment dire... tomber dans un traquenard mortel n'était pas vraiment au programme de la renaissance du Deslauriers. Au contraire même, et c'était bien là le problème. Car s'il avait été seul, il n'aurait eu qu'à craindre pour sa propre vie, et c'était une chose dont il avait l'habitude malgré son regain de vitalité avec la fin de sa malédiction.
Mais voilà. L'alchimiste n'était pas seul, l'idiot avait eu la bonne idée d'amener deux personnes chères à son cœur pour leur montrer toute la beauté de la cour. Il avait bien fait, tiens... même s'il n'aurait jamais pu prédire une telle catastrophe. Non, ça... jamais.

Il s'agissait pourtant d'une belle journée. Hécate savait enfin tout de la nature profonde de son ancien mari - qui n'était plus tout à fait ancien -, et pouvait donc appréhender celle d'Ottawa avec plus de naturel. Oreste avait donc décidé de lui montrer ce que la ville canadienne cachait en son sein, quelques menues choses réservés aux non-humains. Quant à la présence de Riley... il n'avait pas vraiment d'excuses que celle de jouer au professeur initiant l'apprentie, lui donnant l'envie de venir plus souvent dans l'antre magique.
Après une journée passée dans le plus grand bonheur aux côtés de ses deux piles électriques, il était venu à l'esprit d'Oreste de passer au centre de soins afin de vérifier qu'aucune trace de poison Pixie ne subsistait en lui. Quelle idée...
En quelques secondes, les Stryges avaient envahi l'endroit, mettant les lieux à feu et à sang. L'alchimiste n'étant en rien un habitué des champs de bataille, il avait fait de son mieux pour protéger Riley et Hécate, quitte à se confiner dans un endroit à défaut de pouvoir sortir, le temps que les choses se calment. Un garçon était avec eux, mais il ne l'avait jamais vu. Bien que dans cette galère, les connaissances importaient peu, et il fallait sauver le plus de monde possible.
Mais non. Même cette manœuvre avait échouée, et un ultimatum étrange reposait désormais sur ses épaules. S’entre-tuer pour survivre. Voilà bien une menace déguisée à laquelle l'alchimiste ne croyait pas le moins du monde... Ces créatures étaient là pour tout détruire. Qu'importe les survivants d'un jeu stupide ou d'une vague promesse...

« Bon sang... », maugréa-t-il entre ses dents. S'il avait eu son grimoire, il aurait pu au moins trouver quelque chose pour les ralentir ou les anihiler. Il jeta un regard vers sa femme et sa protégée, rempli de désolation mais essayant de cacher son inquiétude. Tenter de leur dire qu'il les sortira de là, quoiqu'il arrive, même s'il n'avait aucune idée de comment agir et que la peur, lancinante, le prenait lui aussi au corps. Le garçon, lui, s'était déjà jeté contre la porte.

« Il est hors de question de céder... personne ne tuera personne, Riley. »
, lança Oreste, cherchant des yeux une échappatoire. « Il doit bien y a avoir un moyen de s'en aller... »

Le regard de l'alchimiste se perdit autour de lui. La pièce ressemblait à une sorte de débarras, étouffant, sombre, rien de bien rassurant en soi. Il tâtonna pour trouver une source de lumière, et finalement, ses yeux ses collèrent au plafond. Une bouche d'aération. Ou tout du moins, une sorte de conduit large où passait un brin d'air, indiquant une potentielle sortie de cet enfer.

« Peut-être... par-là. »

© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 7 Mar - 0:52
La riposte des stryges



Jusque-là, la journée s’était bien déroulée. En compagnie de Riley, Oreste nous a fait découvrir ce qu’ils appellent la cour des Faës. Ce petit nom m’échappe encore tant il y a de sous-espèces et je ne pense pas pouvoir tout retenir en une seule journée, mais l’intérêt que j’ai pour ce monde est si grand que ma mémoire a très bien fonctionné. Je ne m’attendais pas à ce que notre monde regorge de secrets de ce genre et si j’en suis effrayée, j’en suis bien plus admirative. Les boutiques n’ont tellement rien à voir avec celles qui sont en haut, les nôtres, avec des vêtements, des objets divers et variés. Là, ce sont des grimoires, des potions, des objets plus fantaisistes et de nombreuses créatures viennent y passer du bon temps. Celles qui m’ont le plus marquées sont… les Sidh. Cet aspect qu’ils arborent me fait penser à Alan que j’ai croisé à mon retour, avant qu’il ne disparaisse sans répondre à mes questions. Sur le moment, j’ai vraiment cru que c’était mon imagination qui me jouait des tours, mais à présent, tout est embrouillé. Je n’ai pas encore demandé plus d’informations à ce sujet à Oreste, mais c’était dans mes projets. Avant ça. Avant ce champ de bataille.

Figée sur place, je laisse Oreste prendre les choses en main et me laisse tirer par la main, observant tout autour de nous ce qui se passe. Le sol est recouvert de sang, de cadavres laissés derrière nous, dont les regards scrutent le plafond. La dernière chose qu’ils ont vue, c’est ça. Ils sont morts sans personne pour leur tenir la main, ou pour leur souffler des mots apaisants et moi, là, j’en aurais clairement besoin aussi.

L’admiration a laissé place à la panique. Les doigts de Riley se referment autour des miens, alors que le garçon qui frappe contre la porte me fait sursauter. Je ne suis pas une si grande peureuse que ça, pourtant, tout ce qui me vient à l’esprit c’est que nous allons mourir dans d’atroces circonstances, que ces créatures avec des dents horribles vont nous faire tomber, un à un. Je serre les dents, retiens comme je peux les larmes qui menacent de couler, mais la peur doit se lire sur mon visage. Je me suis toujours demandée comment je réagirai si je venais à être confrontée à la mort. La courageuse qui est en moi était convaincue qu’elle y ferait face, tant que ce ne soit pas extrêmement douloureux et qu’on ne me torturait pas. Mais là, dans de telles circonstances… Je n’ai certainement pas la foi à me faire décapiter comme une femme du corps médical. J’ai vu sa tête rouler sous la table. Sa tête. Le cœur lourd, battant à cent à l’heure, je tente désespérément d’écouter ce que dit Oreste, mais avec les bruits autour de nous, les cris, c’est difficile. « On va mourir. » dis-je, en lâchant un rire nerveux. « Avec la façon dont ce gamin est en train d’attirer l’attention sur nous, il est clair qu’on ne va pas y échapper. » Je baisse la tête, puis passe ma main sur mon cou, avant de relever la tête vers le haut, l’issue que nous indique mon homme. « Oh mon dieu. » soufflé-je, sans me rendre compte que j’écrase les doigts de Riley. Je ne sers à rien. Littéralement. Je suis tellement paniquée, la tête euthanasiée, que je n’arrive même pas à trouver un truc pour les aider.



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 19 Mar - 13:49



quitte à être dans la merde

autant l'être à plusieurs


On va mourir ? Ouais bah non justement, j’avais beau avoir une trouille monstrueuse accrochée au ventre, j’avais pas vraiment envie de crever aujourd’hui. L’idée même de ne pas pouvoir prolonger mon existence me rendait malade. Putain, encore plus à cause des Stryges quoi ! Ces cons là étaient immortels et en plus, ils se la ramenaient à cause de quoi ? D’une sombre histoire de punch ? Quelque chose m’échappait vraiment, et pourtant j’étais adepte des causes à effets stupides, en était une moi-même. Et puis non. Je sais pas si c’est la phrase d’Hécate, le fait qu’elle me défonçait la main à la serrer si fort ou la tentative d’Oreste à vouloir passer par le plafond mais rapidement, un jolie regain d’énergie venait balayer un peu de la terreur qui m’avait saisi dans l’effroi des visions de morts et de massacres.

- Oreste mais tu déconnes ? Tu as jamais vu Alien ou quoi ? Si on passe par là soit on finit en buffet gratis pour les Stryges soit on se prendre une hélice là… le truc d’aération dans la pastèque, j’te jure que ça va pas passer crème.

Avec un faux sourire, et une grimace de douleur, je récupérais ma main version crêpe auprès d’Hécate et la secouais pour faire passer la douleur. Bordel mais une humaine dans ce merdier. Déjà que moi-même, avec Oreste, en plein cœur de mon univers je n’en menais pas large… J’imaginais bien que c’était pas la fête à Cacate (sauf son respect).

- T’inquiète pas, même si t’es un boulet, on te lâchera pas en pâture pour faire diversion.

Quoi que… ouais non … ce n’était pas très gentil. Non non allez on oublie et on cherche une solution. Le problème, c’était que j’étais pas vraiment adepte du coin et que je connaissais pas le plan de la baraque. Un seul coup d’œil m’aurait permis de le retenir et de l’exploiter mais bon, j’avais un peu trop été attiré par le distributeur made in faës et le cucul d’une aide-soignante pour m’occuper d’autre chose. Alors, j’activais un peu la Ririclopédie, tournant en rond comme un lion en cage.

- Avec les connards de Stryges au cul il va falloir trouver des parades pas trop mal foutue. Limite…  
Et là je réfléchissais fort. Vraiment très fort, en évitant de canaliser mon attention sur le fait que les autres là, nous avaient enfermés pour crever en nous en foutant mutuellement plein la courge. Puis, après quelques secondes de réflexions, je me tournais vers Oreste.
- Faudrait qu’on se rende invisibles, indétectables, ou un truc du genre non ? J’vois pas comment faire d’autre et bon … partons du principe que j’ai p’t’être en mémoire un truc pas trop con. Si on se peinturlure le corps ça pourrait créer un mirage ou pas ?

Et justement, c’était peut-être l’Humaine du groupe qui avait eu le don de me filer la puce à l’oreille. Il suffisait alors de croiser plusieurs textes, plusieurs cultures et des éléments distincts qui me revenaient facilement en mémoire. Mêlés à une certaine cryptographie alchimique, j’étais persuadée que le sort pourrait fonctionner… et se maintenir quelques minutes au moins. Mais globalement, j’avais plus d’idées que de forces, si bien qu’Oreste seul pourrait déterminer si c’était faisable.

- Je crois qu’on peut faire quelque chose avec ‘La Roue d’Hécate’.


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue | Groupe 5 ~ Lutte à mort au centre de soin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Intrigue V] "La mort vient du ciel"
» Intrigue | Groupe 4 ~ Casse dans les boutiques de la Cour
» PATINOIRE (intrigue, groupe 3.)
» CHIENS DE TRAÎNEAU (intrigue, groupe 2.)
» Intrigue | Groupe 6 ~ Chasse à l'homme au niveau -5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Archives des Events-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3