AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Intrigue | Groupe 3 ~ Massacre à l'hôpital

 :: Archives des Events
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 2 Mar - 11:00
Groupe 3




« And another one bites the dust »

Chacun échangeait, s'activait, personne ne cédait a la panique, ce qui avait tendance a l'apaiser aussi. Si l'un d'entre eux s'était mis à paniquer il ne savait pas si il aurait pu garder son sang froid de la sorte. L'alchimiste proposa de les immuniser. Devant la situation actuelle il tendit le bras sans hésiter, écoutant d'une oreille distraite ses échanges avec l'autre soldats. Des noms qui semblaient tirés de films. Il n'était pas forcément un cinéphile, mais ce n'était quand même pas des films inconnus. Enfin, il recentra sa pensée, il lui semblait que Astrid lui avait parlé.

Chacun y allait de son mot pour signifier que celle que le temps avait le plus marqué ici devrait se débrouiller pour survivre, parce que personne n'était en mesure de lui offrir une aide suffisante. Cependant, lui, il pensait qu'il en était un minimum garant, donc il s'en chargerait au mieux de ses capacités. Il avait beau côtoyer la mort en travaillant dans un hôpital, dans un service ou parfois on ne pouvait pas sauver tout le monde, mais il ne voulait pas avoir sur la conscience l'idée qu'il aurait pu empêcher la mort et qu'il ne l'avait pas fait.

- Je sais qu'elle est vulnérable, mais je l'aiderais au mieux personnellement. Personne d'autre n'aura a s'en charger.

Après tout c'était lui qui l'avait emmenée ici. Il la regardait du coin de l'oeil obéir à l'alchimiste. Jusque la elle n'avait pas posé problème, tant que ce serait le cas tout irait bien. L'organisation du mouvement le laisserait de toute façon a coté d'elle. Si elle n'était pas assez rapide, il ferait sans doute des effort pour la tirer avec lui. Pour le moment, rien n'empêchait le fait d'essayer. La fille qu'Astrid voulait mettre a l'arrière, qui avait une odeur assez différente de ceux qu'il croisait ordinairement dans son environnement, lui signala la présence sure d'au moins une autre stryge. Bon il fallait s'attendre à ce qu'ils aient au moins deux adversaires.

Jusque la il n'avait pas eu l'occasion de réellement analyser ce qu'il sentait des autres, puisque l'odeur du sang dans la pièce était assez forte, mais il prenait un peu plus le temps cette fois de se poser pour enregistrer les quelques informations que pouvait lui livrer son odorat. La martre est un animal qui a une ouie et un odorat assez développé. Il n'en profitait pas totalement en tant qu'humain, mais toujours plus que n'importe quelle personne. Le dénommé Willy se manifesta pour demander ou aller après. Il n'habitait pas excessivement loin, sa voiture était même garée non loin de la sortie.

Il repensa rapidement a son frère, espérant qu'il soit a la maison, si ce n'était pas le cas, au moins qu'au studio il n'y ait pas eu la même chose ou du moins qu'il soit dans un endroit sûr. Mikhaïl voulait croire qu'il soit en mesure de tout surmonter, mais plus sincèrement au fond il en doutait. Il n'était plus un enfant, il n'avait plus les mêmes illusions. Enfin pour le moment il s'agissait de sortir de là, il chercherait a le contacter en plus tard, une fois en sécurité, si il n'était pas a l'appartement. Pour l'heure, il devait d'abord se sauver lui même.

- Pour après ma voiture n'est pas garée loin de l'hopital et j'habite à entre un quart d'heure et vingt minutes a pied d'ici. Je peux vous loger le temps que vous trouviez un autre endroit ou aller. Je ne pense pas que ma voiture puisse semer les stryges, mais au moins cela fait une porte de sortie.

Le russe ne voyait pas inconvénient a ce qu'ils restent un peu, se remettre de leurs émotions, mais il ignorait si les stryges ne s'en étaient pris qu'à l’hôpital, ou si les anges de la mort étaient présent dans tout le quartier ce qui était déjà plus gênant. Dans une situation pareille Piotr ne refuserait sans doute pas qu'ils viennent un peu.

- Lorsqu'on aura fini avec les préparatifs il serait bien que nous sortions avant qu'ils viennent nous chercher.

Lui en tout cas, il se considérait comme prêt. Il n'avait rien de plus a faire, il ne savait pas se battre du tout donc il pensait devoir compter sur les aures pour ce qui était de la protection et au pire des cas il avait toujours moyens d'utiliser ses compétences de Berserker, si cela pouvait tirer d'un mauvais pas...



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Break the bridle to make
losing control, easy
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Break the bridle to makelosing control, easy

IDENTITY CARD
Messages : 648 Je suis arrivé(e) le : 03/01/2016 Sous les traits de : Phoebe Tonkin Je me dédouble : // Crédits : Tumblr et moi même Points : 4201 Couleurs RP : #936A7C

J'ai : 539 années Age d'apparence : 25, aux environs Je travaille comme : Darwinette Actuellement, je suis : Célibataire Niveau social : Modeste



Les amants des prostituées
Sont heureux, dispos et repus;
Quant à moi, mes bras sont rompus
Pour avoir étreint des nuées.

C'est grâce aux astres nonpareils,
Qui tout au fond du ciel flamboient,
Que mes yeux consumés ne voient
Que des souvenirs de soleils.
En vain j'ai voulu de l'espace
Trouver la fin et le milieu;
Sous je ne sais quel oeil de feu
Je sens mon aile qui se casse;

Et brûlé par l'amour du beau,
Je n'aurai pas l'honneur sublime
De donner mon nom à l'abîme
Qui me servira de tombeau.
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 3 Mar - 17:56




« stupidity sometimes leads to the worse massacres »


Plusieurs réponses se firent. Celle de Louve, plus ou moins très directe. La veille devrait avancer ou bien crever, puis il y avait Mikhaïl qui disait s'en charger et que personne d'autre n'aurait à le faire. Dans le fond, elle ne voulait pas se voiler la face, elle était du même avis que la Sidh. C'était triste, mais une personne âgée dans ce genre de situation, c'était un miracle qu'elle n'ai pas déjà fait une crise cardiaque.

Cependant elle se contenta d'hocher la tête. Si il disait pouvoir s'en charger, tant mieux. Cela dit elle garderait un œil sur eux quand ils passeraient la porte. Si jamais la femme se retrouvait en mauvaise posture, elle pourrait essayer de la sauver. Si c'était désespéré, elle ne risquerait pas sa vie pour elle.  Se tournant vers l'Alchimiste, celle-ci venait de leur parler de vaccination contre ses poisons. Astrid n'était pas vraiment fan des vaccins, et devoir en faire un deux dans la même journée lui arracha un léger soupir. Mais c'est sans rechigner qu'elle tendit son bras vers Avalon; il valait mieux ça que mourir.

Le deuxième Ange Noir de la pièce posa une deuxième question. Après être sorti de l'hôpital, où aller ? Après que l'Alchimiste en ai finit avec elle, la jeune femme se rapprocha du groupe. Mikhaïl avait sa voiture non loin, et pourrait les conduire chez lui le temps pour eux de trouver un abris. C'était une bonne idée, en espérant que les Stryges ne soient pas à l'extérieur. Comme la majorité des personnes dans la pièce, elle se demanda si l'hôpital était le seul endroit attaqué au moment même. Sûrement pas. Enfin là n'était pas le moment de se poser ce genre de questions, il fallait qu'ils agissent. Le militaire, amis de l'Alchimiste avait été sanglé fermement sur le dos de Willy à l'aide de tubes dont elle n'avait strictement aucune idée à quoi ils servaient normalement. En tout cas, il était bien attaché, et c'était tout ce qui comptait. Astrid balaya la salle du regard, mémorisant avec plus d'attention les visages et silhouettes des personnes présentes, pour pouvoir mieux les reconnaître lors de leurs fuite si jamais quelque chose arrivait. Elle n'avait pas vraiment envie de faire des pauses tous les dis mètres pour faire l'appel.

Le Berserker proposa de sortir une fois les préparatifs finis. Tous semblaient prêts; le militaire était attaché, la femme près de Mikhaïl et les autres pouvaient se débrouiller seuls. Avant de sortir, l'Ange Noir se dirigea une fois de plus vers le fond de la salle, elle cherchait une arme, n'importe quoi. Même un tournevis aurait suffit. Cela dit, c'était une salle d'opération, elle trouverait forcément quelque chose de tranchant ou un minimum dangereux pour mieux garantir sa sécurité dehors, et celle des autres. Être à l'avant du groupe ne la dérangeait pas plus que ça, même si son bras était déjà dans un sale état. Le problème était juste, que son bras était endommagé. Si jamais cela l'affaiblissait, il ne restait plus que pour défendre les autres l'Alchimiste. Quant à Louve, elle doutait de sa morale. Pour la jeune femme, la Sidh pourrait tout aussi bien prendre la fuite et les laisser seuls au lieu de les aider. En quelques secondes, elle tomba sur un tiroir rempli de scalpels, et autre objets à l'usage chirurgical - en temps normal. Elle en saisit un dans sa main la plus valide, avant de resserrer son bandage de fortune.

Si tout le monde est prêt, on peut y aller.

Elle s'avança vers la porte, et se retourna vers les autres. Elle attendit quelques secondes, pour les laisser se préparer physiquement et mentalement à ce qui les attendaient dehors. Elle aussi se préparait mentalement, à affronter ce qui pourrait bien la faire craquer malgré qu'elle se l'interdisait de toutes ses forces. Les corps, le sang.. Elle chassa rapidement cette vision de son esprit et se ressaisit. Elle déplaça l'armoire qu'elle avait placé. Les autres devaient se mettre en place maintenant.

Poussant un battant, puis l'autre, la jeune femme sorti sa tête et jeta un coup d'œil rapide au dehors. Le couloir était désert. Quelques corps et signes de luttes, mais pas de Stryges en vue pour le moment. Elle se retourna vers le groupe derrière elle.

Il y a personne pour le moment, il faut en profiter.

Elle ouvrit entièrement les porte. Il fallait y aller. Tous ses muscles se tendirent, elle se préparait à n'importe quoi.  Ses congénères dehors semblaient sans pitié, cruels et prêts à tout juste pour ôter des vies. Elle n'aimait pas ceux qui tuaient sans raison, ceux qui s'amusaient avec la vie des autres comme avec des poupées. Astrid se plaçait peut être du côté des survivants en fuite, elle en était pas moins une Stryge douée pour l'affrontement et approchait ses cinq-cents quarante années. Elle serra la poignée du scalpel dans sa main et s'avança dans le couloir, jetant des regards dans toutes les directions possibles. Une fois tout le groupe dehors, elle se retourna vers le groupe et parla à voix basse, presque en chuchotant. Parler le plus bas possible était une nécessité; si jamais une personne haussait le ton, la moindre Stryge aux alentours les entendraient et les prendraient en chasse.

On devrait avancer selon le plan que Mikhaïl a dessiné. Essayez de faire le moins de bruit possible, sinon on se retrouvera avec une poignée de Stryges à nos trousses, et c'est pas vraiment mon option préférée.




© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

SHE'S BUILT FOR IT, ALL THE ABUSE ✽
Ma pauvre muse, hélas ! qu’as-tu donc ce matin ? Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes, et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint la folie et l’horreur, froides et taciturnes.
Revenir en haut Aller en bas

Sacrifices are necessary.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sacrifices are necessary.

IDENTITY CARD
Messages : 252 Je suis arrivé(e) le : 09/12/2015 Sous les traits de : Eva Green Je me dédouble : Maxence le Lepry-Chieur & Saf la dépressive - agressive Pseudo : Pims Crédits : Tumblr - Xelette - Swan Points : 6585

J'ai : 35 ans et méfiance à ceux qui oserait dire plus. Je travaille comme : Psychiatre militaire spécialisée dans les trouble explosifs, anciennement meneuse d'interrogatoire pour le compte de l'armée. Actuellement, je suis : Veuve, enceinte de son mari décédé. Pouvoir : Emission de poisons et antidotes Niveau social : Héritage familial et marital conséquent, retraite militaire confortable, méchamment riche

- Soit comme un loup blessé, qui mord le couteau, de sa gueule qui saigne. -




- On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu'on prends pour l'éviter. Je te connais mieux que toi-même ; je suis le reflet consacré. Je suis le féminin, je suis l’origine. Je suis la preuve de ta candeur ; je suis celle qui vient adoucir la terrible arrogance de ta chair
inflexible. Par la pratique d’un supplice infini, je souffre pleinement dans mon corps immaculé. Je suis la muse oubliée des hommes. -



« Nous sommes ceux que vous ne voyez pas,
Parce que vous ne savez pas voir.
Nous prenons sans rendre.
La vie, la Mort.
Sans pitié.  »
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 3 Mar - 22:07




It's Our War Zone


Bon apparemment tout le monde était plus ou moins prêt à en découdre et à se battre pour rester en vie. La question était : est ce que tout le monde serait solidaire jusqu'au bout ? Parce que c'était bien beau de dire ça maintenant à l'abri dans la salle d'opération mais en serait – il de même quand les stryges allaient leur tomber dessus ? Elle ne doutait pas du médecin, il avait l'air franc et droit, elle n'avait pas vraiment confiance dans les deux stryges et la sidh lui paraissait franchement suspecte mais bon avait – elle vraiment le choix ? Elle sangla donc Maximillian sur le dos du stryge qui se laissa faire avec grande docilité. Bon elle reverrait peut être son jugement sur lui.

Tout le monde accepta de se laisser « vacciner » par l'alchimiste, elle devait leur injecter un grand panel d'antidote pour leur éviter les effets des poisons si elle avait à en utiliser près d'eux. Faire ça lui aurait demander énormément d'énergie du coup elle puisa la propre force de chacun pour créer ses antidotes. Ça n'était en rien douloureux, ça pouvait juste picoter un peu. Pour les deux stryges elle omit de les vacciner contre un poison en particulier, elle aurait ainsi en réserve de quoi les neutraliser au cas où. On n'était jamais assez prudent.

Une fois que ce fut fait tout le monde se prépara à sortir sur les ordres d'Astrid et du médecin, l'alchimiste se rendit donc près de la porte et défit ce que son alchimie avait fait. C'était plus simple de casser quelque chose que de la créer elle ne bousilla donc qu'une infime partie de sa force. Elle regarda ses compagnons d'infortune, ils faisaient vraiment une belle équipe de bras cassés. La stryge dégagea la porte et l'ouvrit, la voie étant libre tout le monde sortit sans faire de bruit. Elle attrapa au passage le bras de Willy.

« Protège le au péril de ta vie, je me charge d'ouvrir la voie. »

Ses paroles suintaient la menace, elle espérait qu'il comprendrait qu'elle n'allait pas faire dans la dentelle si il venait à arriver quelque chose au soldat. L'alchimiste trottina jusqu'à Astrid et resta en tête avec elle. Elle n'avait pas peur d'être en première ligne, elle n'avait même pas peur de mourir. Elle se savait en capacité de survivre, mais pour ça les autres devraient en pâtir. Mais ce n'était pas encore d'actualité. Le couloir dans lequel ils évoluent est désert, un brancard est abandonné là, des sonnettes clignotent dans le couloir, un pied à perfusion est renversé. Comme si tout le monde était parti à la va vite sans s'inquiéter du reste. Et eux ils sont là comme des abrutis. Avalon opina du chef aux consignes d'Astrid.

« Dès qu'on est dehors on court à la voiture de Mikhaïl et on se barre le plus loin possible. »

Si on arrive à s'en sortir. Avalon calquait ses mouvement sur ceux de la stryge, ses pieds nus frôlaient le sol dans faire de bruit et elle canalisait au maximum son fluide pour le lâcher au moindre danger. Elle évita une carafe et son contenu étalé par terre, pas le moment de déraper dans de l'eau et de se vautrer avec perte et fracas.  Ils arrivèrent au premier coude du couloir comme avait préciser le médecin, bon maintenant c'était quitte ou double. Elle jeta un coup d’œil en arrière, surveillant leur formation de fortune, c'était pas la grande joie mais tout le monde semblait prêt à toute éventualité.





© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

Only Bones And Flesh
Je suis le sacrifice primordial, la victime première, le dernier rempart. Je suis la preuve de ta candeur, je suis celle qui viens adoucir la terrible arrogance de ta chair inflexible.Je suis la Muse oubliée des hommes. Je suis la Conscience.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 9 Mar - 11:55




A la base, moi, je suis innocent  !
J'ai  vu de la lumière et je suis entré...


Il devait transpirer l'angoisse et la peur à des kilomètres à faire des petits cents au centre de la pièce et à tirer sur les manches de la blouse blanche qu'il avait ramené sur ses bras. Entre ses doigts, le plan dessiner par le médecin qu'il essayait d'apprendre par cœur, de temps en temps, il le montrait à Maximillien sur son dos qui faisait de même, ce qui parvint quand même à le rassurer, parce que si lui oubliait, le soldat pourrait toujours le guider. Lorsque les autres décidèrent qu'ils étaient prêts à sortir de là, Willy déglutit et hocha finalement la tête pour les suivre, mais Avalon le stoppa net, le faisant déglutir sous ses menaces. Ses propos étaient pourtant calme, mais les menaces, bien que sous entendues, étaient très claires. Donc non seulement il lui fallait protéger sa peau, mais protéger celle de son chargement aussi. Il n'était pas particulièrement enchanté, mais il n'avait pas le choix. Après tout, il avait lui-même proposé de se charger de l'homme. De nouveau, il hocha la tête pour montrer qu'il avait bien compris et qu'il ferait de son mieux. Pas question qu'il promette quoi que ce soit, il n'était même pas sûr de pouvoir se protéger lui-même.

Suivant donc les deux femmes, restant quand même quelques pas en arrière au cas où, parce qu'après tout, Astrid lui avait demandé de rester devant, enfin, lui avait ordonné sans s'adresser à lui, et Avalon venait de lui dire de se tenir à l'écart un peu. Donc la meilleure solution, c'était d'être ni devant, ni derrière. Rester au milieu. Tout en étant à bonne distance d'elles, il jeta un rapide coup d’œil au reste du groupe, vérifiant qu'ils suivaient, sauf qu'en étant ainsi distrait, Willy manqua de glisser et de se ramasser par terre. Maximillien, dans son dos, lui mit une claque derrière la nuque ce qui lui permit de se rattraper à temps. Penaud, il baissa la tête.

- Pardon...

Fort heureusement, le "jeune" Stryge parvint à calmer la panique qui menaçait de le submergé pour se concentrer et avancer à pas de loup dans le couloir, contournant bien le pied de perfusion, le brancard et la carafe renversée, sans doute un peu trop lentement, mais vu son karma plus que merdique, il était largement préférable qu'il soit un peu trop sur ses gardes que pas assez. Et puis, s'il se cassait la gueule, ce serait avec le soldat sur son dos, avec son poids, il était pratiquement sûr de se trouver dans une situation inconfortable et délicate. En plus, avec le bruit, ça les ferait repéré sans le moindre doute.

Sans trop de problème cette fois-ci, et en couvrant sa bouche et son nez pour masquer au mieux la terrible et si douce odeur du sang de plus en plus présente autour d'eux, l'Amérindien fut tout juste derrière la première ligne et soupira légèrement de soulagement. Apparemment, le Stryge qui l'avait poursuivit quelques minutes auparavant avait décampé. Du moins, il n'était pas dans les alentours. Il était cela dit improbable qu'il soit définitivement parti. Ils devaient faire des rondes dans les couloirs si leur but était de massacré tout le monde.


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 10 Mar - 17:57
Groupe 3




« And another one bites the dust »

Ils étaient sortis, ils étaient enfin sortis. Livrés à eux mêmes ans les couloirs sanglants. Le berserker se retrouvait au milieu, avec la plus agée. Passé la porte, l'odeur du sang revint de plus, troublant son odorat.Il considéra tout ces gens qu'ils connaissait un peu ou pas du tout, ses compagnons d'infortune. Si ils s'en sortaient, ils en garderaient surement un certain souvenir commun, peut être deviendraient ils des amis, peut être que certains raconteront a leurs amis ce jour d'infortune. Peut être que certains mourront et que tout les autres viendront honorer leur mémoire. Qui pouvait prévoir avec certitude ? Le russe essayait de restait concentré et attentif, de ne rien céder du tout a l'animal. Le moment était important, généralement il n'avait pas à garder un contrôle excessif car son alter égo était en bonne symbiose avec lui, mais il avait peur qu'avec le danger imminent celui ci en soit vraiment affecté. Il serait mauvais qu'il commence a fuir.

Les premiers pas furent faciles, la voie semblait dégagée jusqu'au premier coude de couloir, et aucune des formidable créatures de leur étrange compagnie ne perevait de menace imminente. Tout allait au mieux, le cardiologue s'en félicitait. Lui, il évitait les petits obstacles, la carafe, la perfusion, le chaos ambiant, faisait en sorte que l'humaine fasse de même, la file se tenait et courageux ou pas, l'athmosphère imposait une rigueur imparable. Le temps semblait s'étirer terriblement et il entendait battre son propre cœur, avec l'adréanaline que produisait la tension. L'une de ses mains était posée dans le dos de la femme. Il sentait sa peur et sa tension a elle aussi. Ou était ce un effet de son imagination ?

Ce calme éphemère fut brisé rapidement après avoir passé le premier coude de couloir. En effet, la stryge qu'il avait eu l'occasion de croiser un instant plus tôt était toujours dans le secteur. Ou pour être plus exact, l'être effrayant se dirigeait a présent vers eux, le regard fou, les crocs plein de sang, les griffes tout autant sales. Il avait laissé choir un cadavre encore frais, qui au moment ou ils avaient pu repèrer la stryge, s'agitait encore. Avant de tomber comme une marionnette dont on aurait coupé les fils. Le russe se fit violence pour ne pas avoir un mouvement de recul. Il regardait celle qui était a coté de lui, pour le moment on pouvait dire qu'elle ne nuisait pas. Pas de cris, rien. Son regard se recentra sur l'espèce de monstre sanguinolent qui pour le moment, surpris dans sa ripaille, n'avait pas encore commencé à attaquer.

Il n'était pas vraiment armé. Il se révela que la stryge qui était en face avait fait venir un cogénère, pour être sur d'avoir plus de succès. Ils semblaient trouver étrange la composition du petit groupe de rescapés, sans doute s'interrogeant sur la raison de la présence de certains de leurs cogénère parmi eux. Puis, sans laisser trop de temps non plus, ils attaquèrent de concert, tentant de contourner les premières lignes pour atteindre directement les plus vulnérables.Mikhaïl tentait encore d'avoir l'air égal a lui même, mais son totem s'affolait. Lorsque son totem se faisait ressentir ainsi ce 'était pas bon présage, mais il se connaissait, a force. Si le groupe réagissait assez vite, alors il n'y aurait pas de problèmes...



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Break the bridle to make
losing control, easy
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Break the bridle to makelosing control, easy

IDENTITY CARD
Messages : 648 Je suis arrivé(e) le : 03/01/2016 Sous les traits de : Phoebe Tonkin Je me dédouble : // Crédits : Tumblr et moi même Points : 4201 Couleurs RP : #936A7C

J'ai : 539 années Age d'apparence : 25, aux environs Je travaille comme : Darwinette Actuellement, je suis : Célibataire Niveau social : Modeste



Les amants des prostituées
Sont heureux, dispos et repus;
Quant à moi, mes bras sont rompus
Pour avoir étreint des nuées.

C'est grâce aux astres nonpareils,
Qui tout au fond du ciel flamboient,
Que mes yeux consumés ne voient
Que des souvenirs de soleils.
En vain j'ai voulu de l'espace
Trouver la fin et le milieu;
Sous je ne sais quel oeil de feu
Je sens mon aile qui se casse;

Et brûlé par l'amour du beau,
Je n'aurai pas l'honneur sublime
De donner mon nom à l'abîme
Qui me servira de tombeau.
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 10 Mar - 23:04




« stupidity sometimes leads to the worse massacres »


Un silence de mort régnait. Rien ne bougeait, rien de respirait. Seuls quelques néons abîmés par les attaques clignotaient de façon lugubre, à la façon d'un film d'horreur. Sauf que c'était bien réel, et un peu trop au goût de la jeune femme. L'odeur du sang frais envahissait ses narines, la dégoutant autant que ça l'attirait. Maîtrisant ses tremblements face à cette abondance, elle porta un bras à son visage, enfouissant son nez dans sa manche. C'était certainement plus psychologique que réel, elle en avait conscience, mais elle sentait moins le sang autour d'elle.

Elle jetait des coups d'œil derrière elle, sur le groupe. Tout le monde semblait suivre "calmement", personne n'osait parler. En même temps, c'était elle qui leur avait recommandé. Elle serrait sa prise sur son arme de fortune, alors qu'elle continuait d'avancer, en tête avec Avalon. C'est à peine si elle osait cligner des yeux. Affronter d'autres Stryges, se battre, elle en avait l'habitude. C'était même, une habitude. Seulement, elle ignorait leurs nombre. Une dizaine ? Cinquantaine ? Cela pourrait être bien pire encore. Elle avait un bras en mauvais état, et le sang la rendait malade. Autant dire que ce n'était pas le starter pack rêvé.

Pour l'instant, tout restait calme. Elle n'aurait su dire si le temps semblait s'accélérer du à l'adrénaline, ou se rallonger. Les couloirs semblaient longs, interminables. A chaque seconde qui passait, Astrid s'attendait à voir surgir de derrière n'importe quel obstacle un Ange Noir prêt à les tuer tous. Mais le calme la pesait bien plus que l'idée de se faire surprendre. Ce lourd silence, toujours ce même silence de mort. N'y avait-il vraiment aucuns survivants à part eux ?

Quelques instants plus tard, les yeux de la Stryge se posèrent sur une silhouette sombre plus loin, imposante et sanglante. Elle venait de lâcher un corps dont la vie le quittait, avant de poser ses yeux sur le groupe. Elle avait espéré pouvoir éviter toute confrontation, c'était un peu stupide de sa part. Postant ses bras en avant, elle était prête à en découdre avec son congénère, qui aussitôt en appela un autre. En apercevant le deuxième ange rappliquer, Astrid déglutit, et jeta un regard derrière elle aux autres. Si ils devaient fuir, seuls elle et Willy étaient assez rapides pour leur échapper. Ils nous pourraient jamais tous les sauver.. Se retournant vers les deux créatures qui semblaient s'interroger sur la présence des deux anges dans le groupe, elle chassa l'option de fuite de son esprit. Se faisant violence, elle jeta un regard noir de colère et méprit à ses opposants. Trop fière pour admettre ses doutes, elle remplaça ce sentiment semblable à la peur par de la colère. Rapidement, les deux Anges Noirs adverses passèrent à l'attaque. Elle le remarqua rapidement dans leurs gestes, ils tentaient d'atteindre ceux de derrière. Apercevant un brancard un peu plus loin sur le côté, elle eu juste le temps de l'atteindre, s'en saisir, et le lancer de toutes ses forces sur une des Stryges qui chargeait, la stoppant dans sa course vers le groupe. Elle ne pourrait pas s'occuper des deux, aussi elle laissa le second adversaire à Avalon, tout en surveillant de loin ce qu'il se passait.

A peine avait-elle reprit son souffle que la Stryge assommée se relevait, lui rendant un regard tout aussi plein de colère. Lorgnant sur la partie du groupe qui restait, il devait avoir rapidement comprit que ceux là, étaient plus ou moins sans défense. Rappliquant dans la seconde, manquant de force elle n'eu d'autre choix que directement se jeter sur la Stryge de prier pour que son poids suffise à la déstabiliser. Elle s'éjecta aussitôt après l'impact. L'ange avait trébuché, à peine. En tout cas, son attention était reportée sur elle. Un grognement sourd venait de la créature, alors qu'Astrid affichait un sourire provocateur. Elle se déplaçait prudemment, faire en sorte que son adversaire se retrouve dos au groupe. Cerise sur le gâteau, elle claqua à plusieurs reprises de la langue, comme un appellerait un animal domestique. La réponse ne se fit pas attendre, et aussitôt la créature en rogne se jeta sur elle. D'un côté, elle se félicitait d'avoir réussit à distraire la brute, de l'autre, c'était vraiment lourd et fatiguant.

L'attaquant devait être plus jeune qu'elle, ses tentatives et coups heurtaient rarement la jeune femme. Malgré les coups et chocs reçus, au bout de quelques minutes de combat acharné et à coups de scalpels, Astrid réussit à prendre le dessus et le mettre hors d'état de nuire. Mort, peut être pas, mais il allait devoir prendre son temps avant de se relever. Affalée au sol non loin du corps de l'oiseau de nuit, elle se redressa sur ses mains en laissant son "arme" dans le corps de l'autre monstre. Elle se laissa tomber dos au mur derrière elle pendant quelques secondes, le temps de calmer son esprit embrouillé par la violence, le sang et la douleur. S'appuyant sur le sol pour se relever, elle jeta un œil à Avalon, voir comment elle s'en était tirée. Puis, elle regarda le groupe. Sans mot dire, c'est par un mouvement las de tête qu'elle leur indiqua qu'il fallait continuer à avancer.




© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

SHE'S BUILT FOR IT, ALL THE ABUSE ✽
Ma pauvre muse, hélas ! qu’as-tu donc ce matin ? Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes, et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint la folie et l’horreur, froides et taciturnes.
Revenir en haut Aller en bas

Sacrifices are necessary.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sacrifices are necessary.

IDENTITY CARD
Messages : 252 Je suis arrivé(e) le : 09/12/2015 Sous les traits de : Eva Green Je me dédouble : Maxence le Lepry-Chieur & Saf la dépressive - agressive Pseudo : Pims Crédits : Tumblr - Xelette - Swan Points : 6585

J'ai : 35 ans et méfiance à ceux qui oserait dire plus. Je travaille comme : Psychiatre militaire spécialisée dans les trouble explosifs, anciennement meneuse d'interrogatoire pour le compte de l'armée. Actuellement, je suis : Veuve, enceinte de son mari décédé. Pouvoir : Emission de poisons et antidotes Niveau social : Héritage familial et marital conséquent, retraite militaire confortable, méchamment riche

- Soit comme un loup blessé, qui mord le couteau, de sa gueule qui saigne. -




- On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu'on prends pour l'éviter. Je te connais mieux que toi-même ; je suis le reflet consacré. Je suis le féminin, je suis l’origine. Je suis la preuve de ta candeur ; je suis celle qui vient adoucir la terrible arrogance de ta chair
inflexible. Par la pratique d’un supplice infini, je souffre pleinement dans mon corps immaculé. Je suis la muse oubliée des hommes. -



« Nous sommes ceux que vous ne voyez pas,
Parce que vous ne savez pas voir.
Nous prenons sans rendre.
La vie, la Mort.
Sans pitié.  »
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 11 Mar - 10:29




It's Our War Zone


Chaque respirations se répercutaient sur les murs du couloir, chaque pas semblait amplifier. Chacun mettait du sien pour se montrer le plus discret possible. Du coup de l’œil elle avisa un mouvement vif de la part de Maximillian, il venait de frapper la nuque de son porteur. Le stryge évita la chute de justesse et Avalon feula entre ses lèvres, est ce qu'il pouvait se concentrer un minimum c'est pas comme si toutes leurs vies étaient en jeu. Le soldat fit un clin d’œil a la jeune femme pour la rassurer. Elle se concentra de nouveau sur leur avancée, sur sa droite Astrid était tendue à l'aguet. D'un côté Avalon était rassurée que la stryge soit en tête avec elle, d'un autre côté elle se disait qu'elle pouvait très bien être une véritable sadique et jouer avec le petit groupe. Si c'était le cas elle avait garder un atout dans sa manche.

Bon si ils passaient ce coude du couloir ils seraient tranquille, Avalon déplia lentement ses doigts pour faire revenir le sang dans ses paumes. L'odeur rance du sang la dérangeait peu mais apparemment ce n'était pas le cas d'Astrid qui se couvrit la bouche avec sa manche. Elle évita des morceaux de verre mais du mettre ses pieds nus dans une flaque de sang pour cela. Elle fit une grimace.

Le silence était étouffant et en même temps salvateur, peut être qu'ils allaient s'en sortir sans encombres. Ses espoirs furent réduits à néant quand ils tournèrent et qu'une silhouette se découpa entre les murs, grandes, noires, avec des ailes, entrain de dépecer une victime à peine morte. Aucun doute. L'alchimie flamba dans ses veines, lui coupant le souffle une seconde. Avalon eut un frisson d'horreur quand elle vit un second stryge arriver. Ils se dirigèrent rapidement vers eux, l'alchimiste vit que Astrid s'occupait de celui qui se rapprochait dangereusement de l'arrière du groupe.

« Reculez ! »

Avalon s'empressa d'aller toucher le mur près d'elle, toute son attention se concentra sur l'attaque, le reste n'existait plus. Elle devait se focaliser sur une seule chose si elle ne voulait pas que son alchimie fasse n'importe quoi. Un pan du mur sembla s'étirer de sa structure et alla frapper le stryge qui courrait vers elle, il se prit de plein fouet l'impact et fit un vol plané. La jeune femme s'empressa d'avancer vers lui, pas question de lui laisser une ouverture vers l'arrière du groupe. Le stryge se releva sans aucune égratignure, Avalon se baissa et ramassa une tubulure à perfusion qui traînait là. L'alchimie coula dans le tube et le transforma en un fouet de fortune en métal. Sa tête commençait à lui tourner.

Le stryge se jeta sur elle, il était horriblement rapide, elle n'avait jamais eu l'occasion de se confronter à cette espèce. De justesse elle l'esquiva mais ses griffes entaillèrent son ventre et une partie de son épaule. Avalon hurla, de douleur et de rage. Elle fit claquer son fouet et tint en respect et en arrière le stryge une courte seconde. Elle le vit déplier ses ailes et alors qu'il se jetait sur elle Avalon eut une pensée qui la fit se décider « Hors de question de mourir avant mon mariage putain. ».

Le poids du stryge la fit tomber au sol, de nouveau elle cria de douleur, son épaule lui faisait un mal de chien. Mais il était hors de question qu'elle se fasse bouffer par cette abomination, qu'elle laisse les autres en danger. Elle plaqua sa main sur le visage de la créature, frôlant ses dents proéminentes et déversa la dose la plus concentrée de toxine botulique qu'elle pouvait. Son adversaire émit un cri étranglé alors que son visage semblait ravager de l’intérieur, Avalon tira sur ses réserves et rajouta encore un peu de poison pour l'achever. Le teint de la créature devint d'une couleur indéfinissable et il arrêta de bouger. Est ce qu'elle l'avait tuer elle n'en savait foutre rien mais pour l'instant il allait les laisse tranquille. Écrasée sous le stryge elle avait du mal à respirer, tout ses muscles tremblaient.

« Quelqu'un peut venir ôter cette chose dégoûtante de moi ? »





© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

Only Bones And Flesh
Je suis le sacrifice primordial, la victime première, le dernier rempart. Je suis la preuve de ta candeur, je suis celle qui viens adoucir la terrible arrogance de ta chair inflexible.Je suis la Muse oubliée des hommes. Je suis la Conscience.
Revenir en haut Aller en bas

Maire de la ville - PNJ
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Maire de la ville - PNJ

IDENTITY CARD
Messages : 101 Je suis arrivé(e) le : 25/08/2015 Sous les traits de : Morgan Freeman Crédits : rusty nail Points : 389 J'ai : 69 ans Je travaille comme : Maire d'Ottawa Actuellement, je suis : Célibataire exigeant Niveau social : Riche et puissant parmi les Hommes
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 13 Mar - 10:01
Massacre à l'hôpital
Le plan n’était pas mauvais… il était même très bon. Comptant sur le silence et sur la rapidité, vous auriez très bien pu vous en sortir rapidement et sans trop de dommage. Mais le nombre, et la voracité des Stryges n’étaient pas à négliger. Malheureusement, toute la discrétion du monde ne pouvait pas empêcher ce moment-là d’arriver… le moment où malgré toute la volonté du monde de passer inaperçu, votre groupe attire l’œil d’un seul et unique Stryge. Mais ce dernier suffit à donner le signal… et désigne votre groupe. L’un des votre vient d’achever l’un des siens, alors la guerre est déclarée. C’est donc plus d’une dizaine de créature aux crocs luisant d’écarlate qui s’empressent de vous tomber dessus, vous forçant à vous replier dans un couloir… finissant en cul de sac. Vous êtes piégés, comme des rats, votre sort semble scellé devant la masse d’Anges prêt à vous faire la peau.

Encore une fois, il va falloir survivre, vous battre… et peut être abandonner le blessé qui vous ralentit pour pouvoir sortir vivant de ce massacre. Le choix vous appartient. Encore faut-il le faire vite !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue | Groupe 3 ~ Massacre à l'hôpital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Intrigue | Groupe 3 ~ Massacre à l'hôpital
» Intrigue | Groupe 4 ~ Casse dans les boutiques de la Cour
» PATINOIRE (intrigue, groupe 3.)
» CHIENS DE TRAÎNEAU (intrigue, groupe 2.)
» Intrigue | Groupe 6 ~ Chasse à l'homme au niveau -5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Archives des Events-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3