AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Intrigue | Groupe 2 ~ Incendie au centre commercial

 :: Archives des Events
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Maire de la ville - PNJ
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Maire de la ville - PNJ

IDENTITY CARD
Messages : 101 Je suis arrivé(e) le : 25/08/2015 Sous les traits de : Morgan Freeman Crédits : rusty nail Points : 389 J'ai : 69 ans Je travaille comme : Maire d'Ottawa Actuellement, je suis : Célibataire exigeant Niveau social : Riche et puissant parmi les Hommes
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 21 Fév - 11:09
Incendie au centre commercial
Boom.

 Quelques secondes suffirent pour faire table rase du calme de la galerie marchande d'Ottawa, en plein cœur de Westboro.
 La première cible ? Une boulangerie. L'explosion est rapide, brève, et emporte une partie de la population présente à ce moment-là. Sous les yeux médusés des passants, la boutique prend feu tout aussi rapidement. Une mère, au sol et mortellement blessée, tient contre son elle son enfant en pleurs dans un ultime geste d'amour maternel. Le gâteau qu'il avait à la bouche n'est plus que cendres brûlantes. Ce moment de détente familial se transforme rapidement en un triste cauchemar, sans qu'il ne puisse comprendre.

 L'une des boulangères reste introuvable dans les décombres de l'incendie si soudain. Et pour cause : elle est allée rejoindre ses véritable alliés. Droits comme des piques au milieu des allées, ils observent, délectés, les mises à feux qui s'enclenchent les unes après les autres. Une à l'étage, dans le magasin de chaussures. Une autre dans une épicerie. Une autre encore, et encore une autre, jusqu'à ce que le Feu prenne une place imposante. Le groupe se gargarise de l'harmonie des cris de désespoirs qu'a causé cette petite sauterie organisée depuis bien longtemps. Et pour ne rien arranger à la cohue et au danger, ceux-ci revêtent leur véritable apparence : des ailes se découpent dans les flammes. Leur peau se grise et leurs crocs luisent à la lumière orangée. Les Stryges ont investi la galerie marchande, et la précipite vers les Enfers. Pas de portes de secours. Les seules issues ont été scellées au préalable. Impossible de sortir, ni d'entrer. La meute d'Anges Noirs observent toujours, et finissent par s'amuser véritablement. Ils griffent, mordent, dévorent quelques passants dans l'euphorie la plus totale, avant que l'un des monstres ne proclame un signe de ralliement. Tous, subitement, s'envole vers le ciel et brise le plafond de verre pour s'en aller, laissant la population en prise d'un désastre attisé par le vent.

 Vous êtes présents. Comme les autres, vous étiez simplement ici pour faire vos courses ou flâner entre amis. Mais désormais, vous faites partis de la cohue général, et le mouvement de panique vous emporte tant bien que mal. Alors que la foule hurlante s'amasse contre les portes condamnées, vous tentez de ne pas céder à la panique. Vous finissez par repérer ceux qui, comme vous, ont décidé de trouver une autre sortie. Vous levez la tête. Le plafond brisé se tapisse rapidement de fumée noire, tout comme le reste des bâtiments que vous apercevez à l'extérieur. Mais si vous parvenez à l'atteindre, elle pourrait représenter une échappatoire. L'un d'entre vous émet l'idée de partir à la recherche d'extincteurs, tandis qu'un autre souhaite secourir les blessés éventuels avant qu'il ne soit trop tard. Mais un autre encore constate que le feu est en train d'atteindre les fondations du bâtiment... et que si vous ne mourrez pas brûlés, vous finirez écrasés. Parviendrez-vous à prendre les bonnes décisions pour sauver votre peau ? Jouerez-vous la carte de l'altruisme en allant secourir les personnes prisonnières, quitte à y rester ? Ou tenterez-vous de vous hisser vers le ciel, à la manière de ces terroristes ? Quel que soit votre choix... faites-le vite.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 21 Fév - 16:36
Savannah - Kiet - Leah & Luke




« I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me. »


Les mains dans les poches, j’observe distraitement un musicien posté de l’autre côté de la galerie, face à la boulangerie. Il est jeune, insouciant… Il me rappelle quelqu’un. Un gamin que j’aimais embêter, agripper, regarder. Un petit blond avec qui je passais la majorité de mes journées. Un dealer qui était parvenu à se faire une place dans mon cœur, que je me surprenais à aimer plus que de raison. Et qui avait tout simplement disparu de ma vie depuis cinq longues années. Quand je repense à Owen, je suis incapable de faire le tri parmi les sentiments qui se bousculent dans ma tête ; affection, rancœur ? Où est la limite entre ces deux opposés ?

Comme la musique est entrainante et qu’une pièce de monnaie se balade entre mes doigts depuis cinq minutes, je décide d’aller l’offrir à cet inconnu. J’aurais pu me poser à ses côtés et entamer une conversation. Cela aurait pu être le début d’une histoire, qui sait ? Cela aurait pu… si le guitariste ne s’était pas fait tuer durant mon avancée.

Alors que j’ai seulement fait deux pas, d’immenses flammes s’élèvent soudainement de la boulangerie, emportant le jeune homme avant que qui que ce soit n’ait pu faire un mouvement. L’incendie étonnamment puissant se propage rapidement, léchant déjà les autres boutiques. Pétrifié, je me contente de fixer l’atroce spectacle qui se déroule sous mes yeux. Les cris alentours me parviennent en écho, comme s’ils émanaient tous d’un long tunnel. C’est une violente bousculade me précipitant au sol qui réveille mon instinct de survie. L’ami le plus fidèle de l’homme. Et surtout de moi. La respiration haletante, je me relève précipitamment, les yeux écarquillés et le pouls déchaîné. Mes jambes prennent automatiquement la direction opposée au feu. Désormais, les sons tonitruants des étincelles me vrillent les tympans tandis que les hurlements déchirants de la foule gagnent en intensité à mesure que celle-ci réalise l’horreur de la situation. Les corps se pressent, se cognent, tombent, s’agitent. C’est la cohue dans le centre commercial.

Horrifié, je m’arrête brusquement, forçant une femme hystérique à me contourner. Une créature tout-à-fait répugnante se trouve là, à quelques mètres devant moi. De grandes ailes noires se dressent dans son dos, des canines sanglantes pointent de sa bouche et des yeux terrifiants me toisent. Un homme a le malheur de passer devant la bête à ce moment-là. En moins de deux secondes, l’homme n’est plus là. Sa carcasse gise, la plaie béante sur son ventre s’élargissant à mesure que l’ange noir s’amuse à le déchiqueter. Une marre de sang se forme bientôt, atteignant presque mes pieds. Réprimant un haut-le-cœur de justesse, je ne m’attarde pas plus longtemps et fuis. D’autres massacres de ce genre se produisent tout autour de moi. Boosté par l’adrénaline, j’évite de peu la poigne menaçante qui frôle mon bras.

Aussi soudainement que cela a commencé, tout cesse. Les criminels s’élèvent tous vers le ciel, brisant le haut plafond pour s’échapper. Eh ! C’est trop injuste là ! Moi aussi je veux faire ça ! Plutôt que rester coincé comme un rat dans une cheminée ! J’ai pas prévu de finir mes jours cramé moi ! Merde hein ! « Bordel, la tuile… » Et puis toutes ces gonzesses qui crient comme des possédées, elles ne pourraient pas se la fermer et réfléchir deux secondes ? Trouver une solution, non ? Parce que là, elles me stressent plus qu’autre chose…

Point positif ; les épouvantables démons se sont barrés, stoppant là leurs éviscérations. Points négatifs ; je ne suis pas vraiment fan de l’apparence d’abattoir des lieux et les flammes qui s’approchent dangereusement des survivants, ce n’est pas tiptop non plus. Surtout de moi en fait. J’ai toujours imaginé ma mort d’une balle dans la tête et on n’en parle plus. Jamais je n’aurais cru que je finirais en fait grillé au barbecue. Ça compromet un peu mes plans quand-même. Le groupe de survivants s’amasse contre la première porte de secours disponible. Bien évidemment, celle-ci est bloquée. Pourtant, ces abrutis continuent de forcer, suppliant on ne sait qui de leur ouvrir. Si je ne sentais pas la chaleur alarmante des flammes s’approchant, j’en aurais ri. Même en plein moment de panique intense je ne comprends toujours pas la bêtise humaine. Un coup d’œil sur la droite m’indique qu’une minorité a décidé de tenter le tout pour tout en partant à la recherche d’une autre issue. Génial ! Laissant l’équipe des perdants, je rejoins les aventuriers. « Ces boloss vont crever d’ici cinq minutes. On ferait mieux de se magner le cul loin d’ici. » Un craquement à glacer le sang se fait soudain entendre, me forçant à lever un regard soucieux vers le plafond. Même si le feu n’est pas encore à notre niveau, les fondations commencent déjà à brûler, provoquant une série de bruits tout sauf rassurants. « Le plafond ne va pas tarder à s’écrouler ! » je remarque en commençant à courir. « Essayons par-là ! » Je pointe un tournant du doigt. Là, les cadavres ensanglantés se font légèrement plus rares. Peut-être la voie vers une potentielle sortie ?



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN




Dernière édition par Sloan Williams le Mar 1 Mar - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 21 Fév - 23:41
Savannah - Kiet - Sloan & Luke



Le manège tourne avec lenteur, déferlant par la même occasion sa musique monotone. Je m'arrête devant, quelques secondes, observant les enfants, sourires jusqu'aux oreilles, qui sont persuadés que ce manège est la meilleure chose au monde. C'est leur activité favorite, celle qui aimeront pour toute la vie. Celle pour laquelle ils sont prêts à faire une crise de nerf. Ce manège. Ce cheval avec son crin rose et bleu. Quand on regarde de plus prêt, je trouve vraiment que ce cheval fait peur. Ses yeux figés, ses dents apparentes... Il pourrait très bien prendre vie dans un film d'horreur, monté par Chucky et se ruer sur les passants, insouciants. Je souffle un bon coup et détourne mon regard. Je reprends ma route, resserrant un peu plus contre moi le sac qui contient mes derniers achats. Il y a foule aujourd'hui. Quelle mouche m'a piqué pour que je vienne ici ? Moi qui n'aime pas trop quand il y a trop de monde, voilà que je dois presque zigzaguer entre les personnes dans le centre commercial. Mon estomac gargouille et je rejoins en vitesse l'escalator pour récupérer l'étage. Je vais aller me chercher une viennoiserie à la boulangerie qui fait l'angle entre Abercombie et Pull&Bear. C'est la meilleure boulangerie du centre et je suis prête à faire un peu la queue pour un pain au chocolat. La musique du manège s'estompe, laissant place à celle plus entraînante d'un guitariste posté face à la boulangerie. De nombreuses personnes l'écoutent et j'en aperçois quelques un venir jusqu'à lui et déposer une pièce dans l’étui de sa guitare. C'est vrai qu'il a du talent et sa voix sonne bien dans le centre. Je m'engouffre cependant dans la boulangerie : l'appel du ventre est plus important.

Je ressors quinze minutes plus tard, ma viennoiserie proprement emballée dans un sachet blanc. Le guitariste est toujours là, les gens vont et viennent devant lui. Certains s'attardent, d'autres pas. En passant à proximité, je dépose à mon tour la monnaie que j'ai dans la main et reprends mon chemin. Jusqu'à ce qu'un bruit assourdissant se fasse entendre et que je me sente projetée de plusieurs mètres en avant. Ma tête claque violemment sur le sol et je ferme les yeux. Mes oreilles bourdonnent. J'entends des cris, mais ils me semblent lointains. Je suis abasourdie. Une douleur lancinante me traverse la jambe mais je n'ai pas la force de me relever, ni même d'ouvrir les yeux. Sonnée, je reste immobile ce qui me semble être une éternité. Reprenant peu à peu mes esprits, je parviens à ouvrir les yeux. Quelqu'un trébuche sur moi, se relève aussitôt et reprends sa course. Des dizaines de jambes s'éparpillent et je relèvent la tête, m'appuyant avec peine sur mes mains. Je vois les gens devant moi courir, tout en regardant en l'air quelque chose qui semble les effrayer mais je ne prends de m'y attarder. Je me redresse, grimaçant en voyant un morceau de verre d'une taille démesurée planté dans ma cuisse. Je comprends mieux la douleur que je ressens. Je dois me lever. Poussée par l'adrénaline et tous les gens qui hurlent, je finis pas me mettre sur mes deux jambes et, sans réellement savoir comment, je suis un groupe mené par un brun aux cheveux bouclés.  On fini par arriver à une issue de secours,  la douleur me lance de plus en plus. « Attends, attends ! » lance-je en attrapant le bras du mec aux cheveux bouclés. « Tu peux m'enlever ça ? » Je traîne sérieusement la jambe et avec ce truc en travers de la cuisse, j'arriverai jamais à aller plus loin. Je vais crever ici, carbonisée. Je le supplie du regard, lui tendant ma jambe dans un acte désespéré. Je prends alors le temps d'observer les alentours et découvre des dizaines de corps allongés au sol dans une marre de sang. Au loin, j’aperçois le guitariste. Mort.


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 261 Je suis arrivé(e) le : 04/01/2016 Sous les traits de : Godfrey Gao Je me dédouble : Je suis tout seul dans ma tête pour l'instant Pseudo : Ullrïka Crédits : Tumblr / Kiet Points : 2103 Couleurs RP : #15997F

J'ai : 28 ans Je travaille comme : Barman au Crazy Darwin Actuellement, je suis : Célibataire Niveau social : Modeste
Plus que des amis, ils sont mes frères. Plus que des frères ils sont les fondations de mon être...

MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 23 Fév - 20:04

Savannah - Kiet - Leah & Luke





C'est fou les choses que l'on est prêt à faire quand on s'emmerde.
Une journée de libre, un Therion fourré dans je ne sais quelles affaires, un Mila je ne sais où, une flemme monumentale et me voilà donc les fesses posées sur l'un des bancs du centre commercial.
Comme quoi, tout peut arriver quand on se fait chier…

J'avais flâner de-ci delà dans les galeries, fais du lèche-vitrine. Du moins jusqu'à ce que je ne passe devant une boulangerie... Ce ne fut pas la bonne odeur du pain chaud qui me harponna littéralement, mais des accords lâchés dans l'air par une jolie guitare tenue par un joli garçon. La musique était sympa et le musicien pas mauvais, alors je décidai de rester encore un peu, histoire de prendre le temps d'écouter.
Vu ce qui arriva ensuite, j'aurais mieux fait de me tirer.

Une détonation et un souffle hardant qui me firent me courber en deux tout en pleurnichant sur le sort de mes pauvres tympans et une chaleur qui ne cessait de monter…
Je me relève lentement, sonné. Et là mon cerveau ne veut tout bonnement pas interpréter ce que voient mes yeux.

Je ne sais pas combien de temps je suis resté là, les bras ballants. Il fallut que l'on me bouscule pour que je retrouve enfin mes fonctions motrices. Sauf que quand je décide enfin de bouger, ça devient pire…
Je m'étais retourné, bien décidé à détaler comme un lapin quand l'homme devant moi se fit littéralement écrabouiller par une masse pour le moins impressionnante de plumes.
Un ange, un foutu ange à la sauce Légion. Putain ce que je hais ce film ! Les ailes s'écartent pour révéler une créature de cauchemar à la peau grise et aux lèvres rouges.
Ah non, ça c'est le sang de l'autre mec… Mmm, délicieux…

Malheureusement elle semble s'intéresser à moi, ne me laissant de ce fait pas le temps de m'interroger sur ma santé mentale et tout particulièrement mon rapport à la violence et à l'hémoglobine.
Je tombe en garde par pur réflexe plus qu'autre chose. D'ordinaire je suis plutôt confiant envers mes capacités,  mais là, je me vois obligé de mettre l'orgueil au placard. Je ne fais clairement pas le poids. C'est sûr, je vais me faire bouloter…
Elle attaque, j'esquive… De justesse. Ses serres entaillent mon dos et mon épaule. Ce n'est pas très profond, mais je le sens passer. Je me relève. J'ai réussi à contourner l'ange psychopathe, cool. Maintenant il est absolument hors de question que je lui tourne le dos…

Un gong invisible semble me sauver la peau puisque les créatures prennent leurs envols. Le soulagement est de courte duré quand je prends pleinement conscience de l'incendie et de la masse de personnes à la sortie qui ne semble pas arriver à passer les portes.
Un mouvement en périphérie attire mon attention. Un jeune homme se dirige vers un petit groupe qui s'est mis à l'écart. Je le suis plus par instinct qu'autre chose. J'arrive quelques secondes après lui pour l'entendre dire :

" Ces boloss vont crever d’ici cinq minutes. On ferait mieux de se magner le cul loin d’ici. "

Ça fait mal au cul mais, il a raison et j'ai encore assez d'instinct de survie pour être d'accord avec lui.

"Il faut trouver un plan, il y a forcement d'autres issues. Et un instincteur ce serait pas mal non plus"

Un horrible bruit se fait entendre. Sans plus tergiverser, la petite troupe se met à suivre le jeune homme. On semble arriver à une issue de secours quand une petite femme stoppe le bouclé.

" Attends, attends !  Tu peux m'enlever ça ?

Je baisse les yeux et découvre que le "ça" en question est un beau morceau de verre dans la jambe de la petite dame.

"S̄ịh̄ạw pị ! Si on te la retire sans faire de garrot tu vas te vider de ton sang…"

Et un garrot te vaudra probablement une amputation. Mais ça j'évite de lui dire, ça n'aidera surement pas. Et évidemment, puisque je n'en porte pas aujourd'hui…

"Quelqu'un a une ceinture ? C'est encore ce qu'il y a de mieux… "



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 23 Fév - 22:03
Une sortie au centre commercial qui devait être rapide. Savannah profita d'être libérée un peu plus tôt que d'ordinaire pour faire quelques achats de dernière minute. Sa liste en tête, la jeune femme était passée à la pharmacie, achetée de la pommade pour Ashleig et d'autres produits de parapharmacie. Puis elle poursuivit ses achats et son chemin la mena à proximité de la boulangerie. Savannah ralentit pour regarder la devanture et les gâteaux exposés, mais  elle ne céda pas à la tentation et se remit en marche. Elle s'était éloignée de quelques mètres lorsqu'elle fut projetée à terre par la déflagration de l'explosion survenue dans son dos. UNe parmi tant d'autres. Sonnée, les oreilles sifflantes, Savannah mit quelques minutes à retrouver ses repères et à se relever. Devant la cohue et la panique environnante, Savannah en oublia son sac de courses répandu sur le sol. Un incendie s'était déclarée dans la boulangerie et  gonflait à vue d’œil.

Cependant, une impression de danger tel un fourmillement descendant sa colonne vertébrale incita Sana à porter son attention sur certaines personnes. L'appréhension et la peur la saisirent quand elle vit les ailes noires. Une ombre de son passé se matérialisait devant elle et elle fut projetée dans ses souvenirs. Elle revoyait l'intervention qui avait coûté la vie à plusieurs de ses collègues, cette créature cauchemardesque. qui avait laissé son empreinte sur son buste.  Elle ne souhaitait pas revivre la même situation et dégaina son arme de service, visant le monstre le plus proche d'elle. Celui-ci avait  une proie entre ses mains et le sang coulait au sol.

- Hé ! Lache-là !

Son cri fut en partie couvert par le bruit ambiant et  les clients paniqués ne permettait pas à Savannah de tirer librement sans risque. D'autant que les éclats de verre ne l'avait pas épargné, la blessant légèrement.  La créature se redressa, laissant le cadavre choir au sol, comme si elle avait entendu un signal. Savannah croisa son regard et frissonna. Puis les anges noirs prirent leur envol, fracassant la verrière. Savannah grimaça en rangeant son arme.et elle prit la direction  des issues de secours. Echec. La foule s'amassait et les portes restaient désespérément fermées. Savannah fit un tour sur elle-même, l'incendie gagnait du terrain. Son attention fut attirée par un groupe qui essayait une autre chemin.

- Ne restez pas là, lança-t-elle à ceux qui s'acharnait sur l'issue de secours. Mais elle ne poursuivit pas , n'ayant aucune alternative à leur proposer actuellement, néanmoins elle espérait qu'ils comprendraient qu'ils ne devaient pas rester là.

Elle devait trouver un autre chemin. Rejoignant les personnes s'étant détaché du reste, Savannah arriva au moment où ils œuvraient aux soins d'une blessée.

- Un garrot n'est pas une bonne idée... Compression et pansement relai, dans un premier temps. J'espère simplement qu'aucune artère ne soit touchée. Savannah fit signe à la jeune femme de s'asseoir et se pencha sur la blessure. Tout en observant la plaie, Sana ôta sa veste et sa chemise, se retrouvant en débardeur. Elle fit signe à l'un des gars présents. Tu vas ôter le bout de verre quand je te le dirai. Elle roula sa chemise suivant la largeur de la plaie et la positionna sous la cuisse de la blessée.  Ok on y va. Maintenant.

Dès l'instant où l'objet fut enlevé, Savannah mit en place le pansement, ne lésinant pas sur la compression, serrant au maximum. Dans le pire des cas, elle portait une ceinture mais elle préférait laisser le garrot en dernier recours.

- Bon faut quitter les lieux et vite...

Savannah ne connaissait pas vraiment la configuration des lieux et vu que les issues de secours semblaient condamnés... La voie des airs lui semblait compromise. A cet instant, l'idée de trouver une boutique ayant un accès vers l'extérieur lui traversa l'esprit.

- Il faudrait trouver une boutique ayant une double entrée, une sur la galerie et une sur l'extérieur du centre commercial... Elle proposait n'ayant pas de boutique en tête. En espérant que cette solution existe et qu'elle n'était pas en train de brûler.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 1 Mar - 18:50
Savannah - Kiet - Leah & Luke




« I survived because the fire inside me burned brighter than the fire around me. »


« Il faut trouver un plan, il y a forcement d'autres issues. Et un extincteur ce serait pas mal non plus. » Poursuivant ma course, je tourne la tête vers le jeune homme qui vient de parler pour ne rien dire. « Un ridicule extincteur ne te sera d’aucune utilité face à un incendie. » Être coincé dans un centre commercial en train de cramer ne devrait pas empêcher de réfléchir. Il pensait sérieusement pouvoir venir à bout de ce désastre avec un peu de mousse ? Je jette un rapide coup d’œil à ceux qui me suivent ; un gars et deux filles. Eh bien, ça ne fera pas beaucoup de survivants au final. Mais bon, tant que j’en fais parti, peu m’importe à vrai dire. Je veux juste sortir vivant de ce putain de cauchemar.

Sauf qu’il y a toujours des empêcheuses de tourner en rond. Notamment des filles qui ne sont là que pour emmerder le monde, ramener leur fraise aux moments critiques. « Attends, attends ! » On m’attrape le bras à l’instant où l’on débarque devant une issue de secours. Me dégageant brusquement, certainement remonté par l’adrénaline et l’urgence de l’instant, je me retourne vers la détentrice de la voix alarmée. « Tu peux m'enlever ça ? » Mon regard descend jusqu’à sa jambe, qu’elle me désigne. Celle-ci est ensanglantée, transpercée par un joli morceau de verre qui semble bien douloureux. Je détourne vivement la tête avec une grimace de dégoût. « Beeerk ! » Non, je ne suis pas une fillette prête à s’évanouir à la moindre goutte de sang. Non, je ne suis pas une chochotte. Mais là, la plaie est béante et n’a rien d’une simple égratignure. Avec tous ces cadavres autour de moi, ma sensibilité est accrue. Je n’y peux rien. Le type avec la fabuleuse idée de l’extincteur dit qu’il faut faire un garrot. Quoi ? On va vraiment se poser pour s’occuper de la demoiselle ? Et pourquoi pas un pique-nique tant qu’à faire ? « Quelqu'un a une ceinture ? C'est encore ce qu'il y a de mieux… » Ouais, moi. Mais si je l’enlève, je risque de perdre mon jean. Et courir avec un pantalon au ras du cul, non merci. La situation est assez problématique, on est tous d’accord là-dessus. Je ne réponds pas, me contentant de rester immobile, les mains dans les poches. En attendant que la petite troupe se rende compte qu’on est loin d’avoir le temps d’accorder une petite séance de massages à madame. L’autre jeune femme prend les choses en main et, après un discours incompréhensible et un rapide strip-tease, s’accroupit en demandant à la blessée de s’asseoir. « Nan mais vous voulez pas du thé aussi ? On a le feu au fion, je vous rappelle ! » Personne n’écoute mes protestations et, avec l’aide de l’asiatique, ils ôtent le bout de verre enfoncé dans la chair. Si elle m’avait demandé de m’en occuper, je lui aurais pété à la figure. « Bon faut quitter les lieux et vite... » Putain, c’est ce que je me tue à dire depuis deux minutes.

« Il faudrait trouver une boutique ayant une double entrée, une sur la galerie et une sur l'extérieur du centre commercial... » Tapant du pied, je me prépare à repartir au pas de course. « C’est cool de chercher des solutions. Vraiment. Mais si on pouvait le faire tout en s’éloignant le plus possible du feu, ça m’arrangerait. » Sans attendre de réponse, je repars au pas de course. D’un côté, elle n’a pas tort la blonde. Une boutique donnant sur l’extérieur pourrait bien nous sauver la vie, avec un peu de chance. « Il y a un magasin de fringues à l’étage du dessous. Il me semble que l’entrée principale se trouve à l’extérieur ! On peut tenter là-bas. »



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 7 Mar - 18:02
Savannah - Kiet - Sloan & Luke



Mort. Le guitariste est mort et, maintenant que j'y fait attention, plusieurs corps jonchent le sol, inertes. La boulangeries est sous les flammes, tout comme les boutiques qui l'entourent. Le centre commercial est en train de brûler, un épais nuage noir nous entoure. Et nous, on va cramer ici. Je vais cramer ici si personne ne me retire ce bout de verre qui s'est entaillé dans ma cuisse. Je n'arriverai pas à les suivre. Le projectile remue dans ma chair à chaque mouvement que je fais, me décrochant des grimaces de plus en plus explicites. Je demande de l'aide, une voix presque implorante. Je ne veux pas mourir ici, pas maintenant. On s'agite autour de moi. L'asiatique demande une ceinture et j'écarquille les yeux. Une ceinture ? Un garrot ? Je veux juste qu'il me retire le bout de verre, pas qu'il me coupe la jambe. La panique s'empare de moi et je m'adosse au mur pour ne pas flancher. Je me penche un peu en avant, respirant de plus en plus fort, soufflant pour contrôler la douleur. Une voix de femme se fait entendre et je redresse la tête. Elle a l'air de savoir de quoi elle parle. Est-elle médecin ? Infirmière ? La douleur me coupe la parole et je me contente de les regarder les uns après les autres, continuant de souffler, contrôlant ma respiration. S'ils se rendent compte que je commence à paniquer, ils vont me lâcher. M'abandonner à mon triste sort. Ils vont se barrer sans moi, pour pas que je les ralentisse. Je tourne la tête vers le brun frisé et fronce les sourcils. Connard. Heureusement que les autres sont là, lui m'aurait laissé crevé sans aucuns remords. Je resserre les poings, la jambe maintenue par la blonde. Ils vont retirer le morceau de verre et j'ai peur de ce que ça va être après. Je crois que je vais... Je lâche un gémissement. Ma voix se coupe de douleur et les larmes me monte aux yeux. « Putain. » Qu'est-ce que ça fait mal. La blonde ne me laisse pas le temps de respirer et m'entoure la jambe de ses vêtements, comprimant au maximum. Ok, je crois que je vais perdre ma jambe. « Merci... » lâche-je dans un souffle en me redressant. La douleur est toujours là, intense, mais au moins je n'ai plus ce morceau de verre qui peut s'enfoncer encore plus à n'importe quel moment. Ils repartent en courant et je les suis, non sans peine. Je ne dois pas penser à ma cuisse, je dois les suivre. Et la fermer. J'ai l'impression qu'on est dans une série lambda sur la fin du monde. « Là, l'escalator ! » m'exclame-je en pointant du doigt le tapis roulant qui, dieu merci, fonctionne toujours. Si on doit rejoindre l'étage du dessous comme le propose le frisé, il faut qu'on descende et rapidement avant que le feu ne se propage. En quelques mouvements, on rejoint le tapis. Mais l'étage du dessous est lui aussi envahi par une épaisse fumée et les gens courent dan tous les sens. « On devrait peut-être prendre un extincteur avec nous, non ?? »J'en vois un sur le mur pas loin. C'est certainement très lourd comme objet et je ne sais absolument pas comment on s'en sert mais... peut-être que ce serait utile ?


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 261 Je suis arrivé(e) le : 04/01/2016 Sous les traits de : Godfrey Gao Je me dédouble : Je suis tout seul dans ma tête pour l'instant Pseudo : Ullrïka Crédits : Tumblr / Kiet Points : 2103 Couleurs RP : #15997F

J'ai : 28 ans Je travaille comme : Barman au Crazy Darwin Actuellement, je suis : Célibataire Niveau social : Modeste
Plus que des amis, ils sont mes frères. Plus que des frères ils sont les fondations de mon être...

MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 11 Mar - 19:21

Savannah - Kiet - Leah & Luke





Notre petit groupe de Survivors s'était vite formé et on était digne des pires clichés des pires films d'horreur. Il y avait le connard ultra énervant qu'on a envie de baffer; à coup sûr, il allait survivre jusqu'à la fin celui-là. Il y avait la petite nana qui n'a pas, mais alors vraiment pas de bol. Mais si, vous savez, celle qui tombe toujours dans des situations abominables et qui s'en sort in-extrémis, mais juste pour tomber dans pire. Il y avait le représentant d'une minorité - coucou c'est moi ! - et je bénissais le ciel de ne pas être noir, parce que sinon je n'aurais vraiment pas donné cher de ma peau. Et pour finir on avait la jolie blonde badasse qui savait garder la tête froide. L'héroïne de l'histoire quoi.

Et y avait pas à tortiller, c'était elle la chef. Pour ce qui me semblait la première fois de ma vie, j'étais vraiment content que l'on me donne des ordres, parce que ne vous y trompez pas, j'étais vraiment largué. J'en venais presque à regretter le départ des anges noires. Contre un adversaire je savais quoi faire, comment me placer, où frapper. Là, j'avais juste l'impression d'être parfaitement inutile...

Enfin pas temps que cela apparemment puisque j'aide Mm Badasse dans ses soins. Elle comprime la plaie, j'arrache le morceau de verre d'un coup sec et sans frémir après avoir lâché un court "serre les dents" en guise d'avertissement.  
L'opération est vite exécutée et bientôt j'aide Miss Malchance à se relever et passe son bras derrière ma nuque. On est un peu ridicule, mais je préfère cela à devoir l'attendre.

On se déplace, l'escalator nous permet de souffler une minute. En bas, c'est la panique, pas cool...

"On devrait peut-être prendre un extincteur avec nous, non ?? "

Ah ! Je ne suis pas le seul à penser que ça pourrait servir ! Mais se pose alors le problème du poids. Je ne sais pas combien pèsent ces machins, mais je pense pouvoir en trimbaler un. Enfin j'espère... Pour l'utilisation, je ne me fais pas trop de souci, il y a toujours une notice accrochée au mur avec les bonbonnes rouges. Reste plus qu'elle soit lisible ....

"On est loin de la boutique de fringues ?"

Si on est à côté, s'encombrer vaudra probablement le coup. Sur une plus grosse distance, c'est moins sûr...  
Je me tourne et interroge du regard Mm Badass. Je ne pourrai pas porter un extincteur et notre blessée en même temps...



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue | Groupe 2 ~ Incendie au centre commercial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Centre commercial de Doublonville
» Centre commercial de Nénucrique
» Centre commercial de Volucité
» Centre Commercial de Ekaeka
» [INTRIGUE #1] DISCUSSION ─ NYC centre commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Archives des Events-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3