AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Intrigue | Groupe 1 ~ Prise d’otages à la Mairie

 :: Archives des Events
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Maire de la ville - PNJ
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Maire de la ville - PNJ

IDENTITY CARD
Messages : 101 Je suis arrivé(e) le : 25/08/2015 Sous les traits de : Morgan Freeman Crédits : rusty nail Points : 389 J'ai : 69 ans Je travaille comme : Maire d'Ottawa Actuellement, je suis : Célibataire exigeant Niveau social : Riche et puissant parmi les Hommes
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 21 Fév - 11:08
Prise d’otages à la Mairie
De ses doigts, l’homme récupère un billet qui indique son numéro de passage. Le 357. Les chiffres rouges qui s’affichent sur le tableau sont encore loin du sien et il se résout à s’installer sur une chaise, en se penchant vers la jeune femme près de lui, celle-ci tenant le numéro 324. Son impatience l’oblige à la complimenter sur la tenue qu’elle porte, mais son air impassible, ses yeux qui le dévisagent de haut en bas, comme s’il n’était qu’un morceau de viande qu’elle souhaite se mettre en bouche l’incite à se raviser et à s’enfoncer dans son siège, silencieusement. A présent, il observe chaque chose autour de lui pour passer le temps, ces gens bien vivants qui ne se comportent pas toujours de la plus belle des manières. L’un envoie balader un petit vieux avec sa canne qui souhaite prendre sa place, prétextant que n’est pas parce que son apparence est jeune, qu’il n’a pas le corps fragile. Une autre, pressée, se hâte vers le guichet en criant haut et fort que son cas est bien plus urgent que ceux présents.

Mais d’un coup, d’un seul, l’urgence n’est plus dans de simples papiers à remplir. L’énervement des usagers retombent dès lors qu’une chose pénètre dans le hall de la mairie, en claquant les portes derrière elle. Sa peau est lumineuse, ses yeux dilatés renferment un sentiment plus fort encore que la haine et donnent l’impression qu’ils vont sortir de leurs orbites. Ses veines qui ressortent lui donnent un aspect encore plus effrayant et ses ailes qui poussent dans son dos, provoquant un cri de douleur à la créature, force définitivement les gens à se taire et s’immobiliser dans le noir le plus complet suite au hurlement de la chose qui n’est pas venue seule. L’homme au numéro 357 reste figé sur sa chaise, tremble, souffle rapidement en sentant une ombre se déplacer autour d’eux, invisible à l’œil nu, mais dont la présence se sent par les papiers qui volent. Pétrifié, il ne s’était pas rendu compte que la blonde près de lui s’était levée et que des ailes lui poussaient du dos. Elles sont tellement grandes, puissantes, qu’il suffit que l’humaine transformée en créature bouge d’un quart sur elle pour lui fouetter le visage et le faire tomber de sa chaise.

Vous qui étiez en train de vous en faire sur votre ordre de passage, ou à la durée que ça prendrait pour que vos papiers soient de nouveau en règle, vous ne pensez plus à rien qu’à ce qui vous entoure. Les Stryges dominent la situation, vous ont rassemblé contre trois pans de mur pour vous garder à l’œil, loin de l’entrée bloquée par une énorme armoire qu’ils ont fait tomber devant. Aucune issue ne semble possible et si la première menace lancée à l’adresse du Maire vous a d’abord effrayé, elle vous paralyse sur place maintenant qu’un exemple est donné. Un otage est assis face à vous, agonisant, le sang coulant de son front jusqu’au sol. Il mettra bien une heure avant de souffler son dernier mot incompréhensible. Maintenant vous êtes à présent certain que si le Maire ne sort pas de sa cachette bien sécurisée au deuxième étage, les Stryges vous tueront un par un, de la plus horrible des manières.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 22 Fév - 19:02



Rp de groupe : Intrigue




J'avais laissé Avalon endormie dans mon lit, enfin, notre lit à présent. Même si celle-ci n'habitait pas avec moi, nous passions le plus clair de nos nuits ensemble, nous retrouvant à la fin de nos journées, un vrai petit couple. J'avais reçu une convocation venant de la mairie, me disant que ma carte d'identité devait-être renouvelée. Du coup, je n'avais pas d'autre choix que de me lever tôt, malgré mon jour de congé, pour ramener mes fesses sur les lieux d'un prochain carnage. J'avais enfilé un jeans normal, une chemise noire et un pull à colle roulé, après tout, dehors, il ne faisait pas spécialement chaud. J'étais épuisé. Mon médecin tentait un nouveau traitement pour rallonger mon espérance de vie, espérant ainsi me voir dépasser la trentaine. Je n'y croyais pas trop, mais Avalon tentait de me rassurer, même si je voyais la peur dans ses eux à chaque fois que le sujet était abordé. Elle savait, elle en était consciente, ma maladie prenait du terrain. Mes tremblements se faisaient plus nombreux, ma fatigue plus oppressante et je chutais assez régulièrement. Ça en devenait presque invivable pour moi, comme pour elle sûrement. Finirait-elle par partir ? Peut-être, je ne le souhaitais pas, je l'aimais. Deux heures après mon réveil j'avais donc atterri à la mairie, prenant un numéro, 345, j'avais encore le temps. Dans un soupire, je vais m'asseoir dans un coin et consulte mes mails via mon téléphone. Le temps passe, les gens s’énerve et cela ne fait que me rendre nerveux et m'énerver. Tous des gamins impatients. Pourtant, tout fini par basculer. ILS entrèrent, des ailes, un visage féroce, une cruauté évidente se dessinant sur leur visage.

« Bordel, c'est quoi cette merde... »

Murmurais-je complètement sous le choc. ILS demandent à voir le Maire, bien sûr, celui-ci n'allait pas se montrer si facilement. Un otage sert d'exemple sous mes eux effrayés. Je n'ai pas vite peur, mais là j'étais carrément à l'ouest. Des gens avec des ailes, butant les humains. C'est quoi ses créatures. J'ai du mal à respirer, alors qu'on nous place contre un mur sans grande délicatesse. Je m'appuie sur celui-ci, alors que mon regard semble totalement hypnotisé par la flaque de sang qui s'étend vers mes pieds. Instinctivement, je tente de décaler ceux-ci. Blanc comme un linge, je tremble, un mélange de peur et de pression évidente. Franchement, mon état de santé n'allait pas s'améliorer avec ce qui se passait actuellement.

AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 22 Fév - 19:49



♪Ding Dong♪

Hell's Bell's♪


Et bien et bien... Comme quoi même à la maire on pouvait se faire embêter. Quoi que se faire embêter N'était pas le bon terme. N'était ce pas l'occasion qu'il attendait depuis cette foutue bataille. Ça avait été drôle pendant un temps d'être les déchets de la société des Faës... Mais c'était devenu lourd au fil du temps. Voyez vous, celle qui avait transformé Nils avait toujours vu les Faës comme des pourritures. Et lui en temps que bon petit samaritains, il avait toujours tout fait pour se forger son propre avis. Quitte a être gentil avec tous. Meme avec ceux qui étaient toujours en froid avec lui. Il était directeur d'un centre pour jeunes difficiles.. Ce n'était pas vraiment une information negligeable. Et il avait souvent été prit pour un con. C'est dingue ce que Nils a pu être naif d'ailleurs. Bon dieu ce qu'il avait pu être naif. Et il se tenait là contre ce mur, pas vraiment paniqué, il avait survolé du regard Luke qu'il connaissait, une petite victime qui allait peut-être y passer? Hm, pour une fois il n'espérait pas la perte de quelqu'un. Après les visages n'étaient que des perles de pluies perdues dans l'océan. Il ne connaissait personne et ça n'etait pas plus mal, il n'aurait peut-etre pas supporter voir quelqu'un qu'il appréciait -au nombre si bas- se trouver dans cette situation. Ce n'était pas le genre de situations que l'on aimait vivre au quotidien.

En baissant les bras, les croissant sur sa poitirne, Nils rit doucement en regardant un des assaillants, passant vaguemment ses yeux sur le sang au sol.

- C'était.. Tu viens de salir du marbre la champion! Je pense qu'il y avait moyen de le saigner plus proprement.

La Stryge le regarde en grondant, sûrement avec une terrible envie de l'attaquer, Nils sourit, étend ses ailes. Ce n'est pas la peine de jouer a ce petit jeu avec lui. Il a plus de 400 ans. Alors jouer la carte du méchant pas beau Stryge ça ne passe pas. Lui tout du moins il a fait son choix. C'est fort désagréable d'être le centre des regards. Mais Alekseï, parce que oui, retour à la base, Alekseï a choisi d'être dans les mechants aujourd'hui. D'être dans ceux qui tuent les humains. Sa cause il faut bien que quelqu'un la défende. Le brun remet ses lunettes avec un petit sourire. On lui demande qui il est. Bonne question... Il est celui qui a bosser trop longtemps aux côtés des Faës pour maintenant se faire insulter de la sorte.

- Aleskei, pour vous servir!

Avec un nouveau petit sourire, la Stryge attrape une chaise et croise les jambes en regardant les humains contre le mur. Enfin, humain, disons qu'il n'y a pas que ça... Jolie vision, il pourrait tres rapidement y prendre goût tiens.
© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Dernière édition par A. Nils Šako le Dim 28 Fév - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Stryge
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Stryge

IDENTITY CARD
Messages : 207 Je suis arrivé(e) le : 21/12/2015 Sous les traits de : Mads Mikkelsen Pseudo : Opium Crédits : Tumblr Points : 1647 Couleurs RP : #2F4F4F

J'ai : Quatre cent cinquante ans Age d'apparence : Quarante cinq ans Je travaille comme : Avocat Actuellement, je suis : Veuf Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 23 Fév - 23:07





Elles l'insupportaient avec leurs commérages sans intérêts. Leurs voix criardes, qui n'avaient de cesse de monter dans les aiguës, le mélange de leurs parfums additionné à une odeur persistante de cuisine... Tout chez elles, l'agaçait au plus haut point.

Le chiffre imprimé sur son ticket était pourtant promesse d'une attente longue et fastidieuse, comme beaucoup d'autres ici. Il lui faudrait supporter les deux harpies installées de part et d'autre, ainsi que leurs palabres incessants. Oh le Stryge les aurait bien étripé sur place, là, au milieu de la pièce, devant la secrétaire de mairie. Il leur aurait bien arraché la langue, à mains nues..


Préférant chasser ces idées plaisantes de son esprit, il se leva, puis piocha au hasard dans le tas de torchons qui jonchaient une table basse, avant de se rasseoir. Il se mit à feuilleter le magazine, nerveusement. Sa patience s’effrita dangereusement lorsque l'une de ses voisines exposa un avis très personnel sur l'utilisation des crèmes anti-hemorroidaires...  Le Stryge expira bruyamment, se mordit la lèvre inférieure. A défaut de pouvoir faire autre chose, Daniel fusilla du regard la rombière qui le jouxtait. Celle-ci pas plus gênée, lui adressa un large sourire en partie édenté.

Un peu plus loin, un homme envoya paître un grand-père, sans retenue. A croire que tous les vieux présents ici-bas avaient décidé à l'unisson d'importuner le monde.


*****

Le revirement de situation tomba comme un cadeau du ciel. Tandis que tous s'épouvantèrent de l'apparition « horrifique », Klein lui, s'en accommoda. A contrario de la majorité, l'on ne put lire sur son visage de la peur – Juste de la surprise. Lorsque les Stryges ordonnèrent à tous de se rassembler en un point précis il fit comme les autres, il obtempéra, curieux quant à la suite.

Les menaces proférées, les Stryges envahisseurs sélectionnèrent un malheureux, l'utilisèrent comme exemple. L'odeur du sang écoulé - douce exhalaison alléchante - stimula les sens de Daniel.

Débarrassé qu'il était des deux commères qu'il avait supporté assez longtemps, il ne put savourer sa tranquillité bien longtemps. Car l'une d'entre elle, le pensant sans doute assez massif pour la protéger du danger, se rapprocha de lui. Elle lui rappela sa présence en lâchant un « Mon Dieu » désespéré. Toute la rancœur accumulée refit surface subitement et le sentiment s'accentua lorsqu'elle passa l'un de ses bras sous celui de Daniel ; Elle se colla à lui, cherchant réconfort et soutient... Puis commença à se plaindre de la situation à voix basse..



La mornifle infligée - monumentale - retentit au moment même ou un Ange noir présent parmi les otages, clama haut et fort vouloir servir le « mauvais camp ». La femme violentée s'étala sur le sol, lamentablement. Quelques exclamations outragées s’élevèrent dans l'assemblée ; Les regards courroucés se tournèrent vers Klein, tandis qu'un homme releva la malheureuse.

Un vague rictus sinistre apparut sur les lèvres de l'avocat, satisfait de s'être débarrassé – D'une manière plutôt soft - de l'harengère . Il n'avait pas dévoilé sa nature, n'avait pas non plus affirmé appartenir aux « bons » ni aux « mauvais ».  Son geste était pourtant quelque peu significatif  - Quelques uns s'écartèrent de lui, car son comportement particulièrement suspect engendra de la méfiance et du doute [...]

Spoiler:
 



©️ fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 26 Fév - 13:54




Des milliers d'années d'évolution et de découvertes géniales, de guerres, de paix, d'inventions révolutionnaires et de l'établissement de civilisations pour finalement aboutir à une salle d'attente bondée et un distributeur de ticket affichant déjà un nombre à trois chiffres. Bravo, humains, nous avons fait honneur au Grand Enfoiré là-haut. Brouhaha, les cliquetis de la grande horloge, la voix féminine qui se veut apaisante appelant les numéros concernés qui se lèvent et se dirige vers la file comme du bétail vers l'abattoir. Je n'aurais même pas dû me lever aujourd'hui.

Qu'est-ce qu'une carte d'identité finalement ? Un bout de carton plastifié attestant de l'appartenance au gros du troupeau. Un morceau de papier qui détermine si on est du bon côté de la frontière ou non. Et si c'est le cas, dites bonjour aux taxes et impôts qui payent de gros lards en uniformes censés protéger et servir cette population d'enflures. Et ils parlent, ils parlent ces bouches où l'émail blanc dispute aux tâches jaunes les dents agitées en une parodie de communication. Un babillage ininterrompue qui éveille la haine et qui fait battre le cœur dans la pièce surchauffée et son marbre froid, propre. Ça et là, des costards, des pantalons rapiécés, quelques vieillards branlants à la respiration erratique et la bouche baveuse, des requins aux yeux de prédateur qui détaillent des courbes moulées dans une robe. Et toujours cette putain de pendule intolérable qui résonne dans mon crâne, tel les battements d'un cœur de cuivre, sur le même rythme que le souffle immortel de la pierre sous mes pieds. Je peux survivre à ça, je me dit. Je peux survivre à cette foule braillante, patchwork d'êtres méprisables que je ne peux ignorer tant ils prennent de la place dans mon esprit fatigué.

Mon ticket s'envola lorsque les premières ailes claquèrent.

Sang, mort. Des yeux laiteux roulent dans leurs orbites alors que l'ange noir se penche au dessus de sa victime d'un air affamé. Foutus vautours, foutus empaffés volants, des parasites dont le seul contact corrompt la pierre sur laquelle il marche. Je la sens souffrir de leur toucher malsain. La faim qui bouffe leur raison jusqu'à qu'il ne reste que les pantins de leurs pulsions. Pourritures. Mon majeur se lève au passage de Nils et de ses ailes sombres. Crevure, rejoins ta horde de bâtards, c'est là ta seule place. Un autre frappe une de ces pies qui ne peut décidément pas se taire. Ami ? Ennemi ? Peu m'importe, je n'ai pas peur de leurs menaces. Je suis invincible. Ils se briseront les dents sur mon armure. Alors je lâche un ricanement étrange qui, je le sais, ne fera que m'attirer des ennuis. Mais qu'ils sachent que, dans cette salle, nous ne sommes pas tous du bétail effrayé.



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 28 Fév - 19:35



Who thought that my end would be so soon ?


Lua n'avait pas l'habitude de passer près de la Mairie. En ce jour funeste pourtant, elle avait dû s'y rendre, comme un caprice du hasard qui la précipita dans un cauchemar sans fin. La fac demandait des passeports valides pour un voyage de fin d'année à Prague. La blondinette n'en avait pas, pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait jamais eu à quitter sa terre natale. Il lui fallût donc aller le plus vite possible en créer un pour être fin prête, et qu'un soucis en moins n'emplisse plus sa petite tête.

Par contre, elle n'avait pas prévu que son esprit serait à ce point chamboulé, de quoi lui faire complètement oublier cette histoire de voyage. Le seul auquel elle aura droit, dans le pire des cas, c'est celui pour l'autre monde.

Elle n'y crût pas, au début. Un mécanisme du cerveau qui impose un déni dangereux face à la peur, qui oppresse une réalité trop dure à voir. Et pourtant, elle les avait vu. Ces ailes, ce sang, cette prise d'otage et l'appel au maire.
Il sembla à la jeune qu'un blocage s'opéra. Son casque où criait un morceau de rock avait glissé de ses oreilles pour laisser place à des murmures apeurés, d'autres cris, d'autres douleurs. Ses iris claires tremblaient sans qu'elle ne puisse rien faire devant le rouge qui glissa, lent serpent, sur les interstices du carrelage marbré du bâtiment.

Lua recule. Lua ne croit plus en ses fantasmes d'extra-terrestres qui viendront l'arracher de cette terre et la sauver de ces monstres hideux. Elle au centre de quelque chose qui la dépasse, et lui donne envie de pleurer. Comme une petite fille qui n'a qu'à se réveiller d'un mauvais rêve et sauter dans les bras de ses parents pour se rassurer. Mais elle n'a pas de parents, pas plus que tout ceci est un rêve.

Devant la menace, la blonde frémit, porte ses mains à sa bouche pour ne pas hurler et attirer l'attention sur elle. Elle ne veut pas finir comme cette femme au sol dont la vie n'a plus de sens, ou comme cet homme, au-loin, qui a servi de sacrifice.
Elle a peur. Peur de cette société qu'elle croyait douce et civilisée. Peur de voir qu'elle ne peut pas se confronter à un monde plus cruel encore.

Son dos frôle un mur, elle se sent piégée. Très vite, elle cherche de l'aide mais ses yeux s'affolent. Alors, elle souffle, tente de rester calme. Et soudainement, une ombre familière la harponne du regard, juste un peu plus loin, la poussant à croire à une échappatoire. Un murmure plein de sanglot s'échappe de sa gorge, alors qu'elle n'arrive pas à faire autrement que de se raccrocher à ce petit bout d'espoir.

« Je... Jeremiah ?... »
© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Dernière édition par Lua Valente le Dim 13 Mar - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 8 Mar - 21:09



Rp de groupe : Intrigue




Sur le coup j'étais totalement perdu, déboussolé. Que se passait-il ici ? Qu'était ses choses ? Je n'avais vraiment pas envie de mourir, enfin, pas maintenant alors que je devais me marier, ça serait vraiment con de perdre la vie avant cette occasion. Mes pensées se tournèrent une fois de plus vers Avalon. Que faisait-elle ? Était-elle seulement en sécurité ? Je n'en avais pas de certitudes. En tout cas, moi j'étais loin d'être dans un endroit sûr. Un homme prit la parole face aux agresseurs, enfin, face à ses choses vraiment, mais vraiment pas humaine. Tout ce sang ? Je n'avais jamais été dérangé par cette vue, mais là, cette image me donnais envie de vomir. Le cœur battant dans ma poitrine, je sens mes membres trembler aussi bien de peur que face à cette maladie qui drainait toute mon énergie. Bordel, j'allais quand même pas faire un arrêt cardiaque sur place. Si ? J'entends une gamine prononcer un prénom. Tournant légèrement les yeux vers elle, je me mords simplement la lèvre avant de me rapprocher très discrètement. La pauvre, elle semblait parfaitement apeurée, autant que moi.

« Hey, ça va aller d'accord ? Moi c'est Mathis. »

Je tente de lui sourire calmement. Une si jeune fille ne devrait pas à subir de telles épreuves, ce n'était pas logique, pas sain pour elle. J'avais beau être totalement pétrifié, je devais essayer de garder la tête froide, de comprendre ce qui se passait autour de moi. Apparemment, ses créatures n'étaient pas naturelles. Une expérience génétique qui aurait mal tourné à la Dark Angel ? Vous voyez cette série avec Jessica Alba et Jensen Ackles quand il était gamin, Monticorp, des soldats génétiquement modifiés, un code barre dans la nuque...Ouai, d'accord, j'poussais un peux trop loin mon imagination là. Mais bordel, ils ont des ailes ! DES AILES !

« Toi c'est comment ? »

Je murmure espérant ne pas me faire entendre, essayant de garder sur elle un regard rassurant et calme.

AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
avatar

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 8 Mar - 23:20



♪Ding Dong♪

Hell's Bell's♪


Ouh c'est Noël! Un rire nerveux s'échappe des lèvres de Nils tandis qu'il s'assit en tailleur sur sa chaine, ne pouvant s'empêcher de remettre sa casquette une nouvelle fois. Point glauque mais pour une fois, Nils se sent comme un gosse à Noël. Anxieux certes mais il sait enfin ce qu'il veut et on lui offre sur un plateau. Anxieux ... Ouais... Avec un peu, beaucoup d'amusement, son regard passe sur la petite foule d'humains regroupée ici serrée. La peur compresse les entrailles de certains, les rends moins aptes à comprendre qu'il y a une raison derrière ça... Comment auraient-ils pu aussi. Son regard toujours posé dans la foule, il se pose sur Luke. Et au lieu de lever les yeux au ciel, un rire s'échappe de ses lèvres tandis qu'il hausse les sourcils. C'est drôle de voir une personne non effrayée. Ça la rends plus adepte à mourir en première. Même si cette fois ci, la Stryge repasserait sur le meurtre. Dans la foule quelques murmures. Les gens ont peur. Peur des anges. Pas seulement. Les gens se sont reculés, fait un pas de côté. Nils penche légèrement la tête en observant l'homme qui se tient au milieu des gens. Il a un léger rictus sur le visage. Une autre Stryge. Ceci dit, Nils n'est pas sur que cette dernière se tient de son côté. Alors il l'interpelle.

- C'est pas très gentil d'attaquer les vieilles dames.

Venant du type qui avait engueulé une Stryge parce qu'elle avait sali le sol. C'était assez ironique? Mais il n'avait pas donner un soufflet à une vielle Dame lui. La politesse avant tout - urf la blague-. Remettant ses lunettes, Nils plissa les yeux en observant dans la foule un autre jeune homme, un humain qui tentait de rassurer une plus jeune fille qui se tenait là. Arf, ça, ce genre de chose, les enfants pouvaient le faire douter de ce qu'il faisait! Mais après tout il servait un plus grand dessin le petit Nilsou.
© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue | Groupe 1 ~ Prise d’otages à la Mairie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» the city burns (groupe B) | Prise d'otages au New York Marriott
» Prise d'Otages [Réservé Birds Of Prey]
» Mission Intrigue N°2 : Prise d'otages dans une banque
» Intrigue | Groupe 4 ~ Casse dans les boutiques de la Cour
» Haïti pris en otage par des « bandits légaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Archives des Events-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3