AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Tic, tac. My brain is on fire. [PV Aldous]

 :: Royal Ottawa Hospital

IDENTITY CARD
Messages : 30 Je suis arrivé(e) le : 27/08/2016 Sous les traits de : Chloe Moretz Pseudo : Madame Poulpe Crédits : Swan Points : 277 Couleurs RP : Gras

J'ai : 18 ans Je travaille comme : lycéenne
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 4 Sep - 13:39

Tic, tac. My brain is on fire.


Tic, tac. Tic, tac. Cette horloge était insupportable. Tic, tac, en boucle, encore et encore, tandis qu’Alice séjournait dans son lit, les bras le long du corps, le regard perdu sur le plafond. Après son escapade nocturne, l’hôpital l’avait isolé dans une chambre, seule, et l’avait enfermée ici. Seule avec cette horloge écoulant le temps aussi lentement que possible. La blonde soupira.
Il n’y avait rien à faire ici. Les murs étaient désespérément blancs, trop sobres, sans rien sur les murs à part cette fichue pendule scolaire, en plastique et en métal, accrochée au dessus d’un petit bureau d’appoint qui ne contenait rien. Pas un crayon, pas une feuille, rien. Après avoir vu l’état de ses poignets, l’infirmière avait également verrouillé les fenêtres, bien qu’elle soit au troisième étage. Dommage. Une opportunité de perdue. Qui sait, si elle ne sautait pas, peut être que l’ennui la tuerait littéralement.

Alice leva les yeux sur sa perche.
Peut être devrait-elle arracher la seringue et se piquer avec pour faire venir Aldous. Mais, même en se crevant les yeux, elle ne savait pas si cela suffirait. Et puis, il avait dit qu’il reviendrait. Avec des réponses. Soupir. Plus rien ne tenait dans la tête de la blonde. Ses pensées s’emmêlaient : l’inconnue rousse, Aldous, son oncle. Ses peurs aussi jouaient au méli-mélo, et elle craignait le moment fatal où les forces de l’ordre ouvriraient cette porte, accompagnés ou non de Marty. Elle redoutait également le moment où elle retournerait chez elle.
Il la tuerait en la battant, tellement il serait en colère. Elle en était persuadée. Non. Cela ne devait pas arriver. Plutôt mourir que de retourner là-bas. Surtout mourir.

La blonde se redressa et se recroquevilla sur elle-même. Elle attrapa son drap et le défit, pour s'emmitoufler dedans. On ne voyait plus que sa tête et ses yeux bruns désespérés. Son corps semblait inerte mais la peur et la fatigue se lisaient clairement sur son visage.
Son coeur se serrait. Elle avait mal, non pas à la tête, mais à l’esprit. Elle avait envie de pleurer mais aucune larme de ne venait.

Aldous… pensa-t-elle simplement, de toutes ses forces.

Revenir en haut Aller en bas

Alone We Die, My Frozen Angel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Alone We Die, My Frozen Angel

IDENTITY CARD
Messages : 238 Je suis arrivé(e) le : 07/07/2016 Sous les traits de : Charlie Hunnam Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Jahaal J. Sepehr & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : SWAN Points : 2313 Couleurs RP : #003366

J'ai : 75 ans Age d'apparence : 28 ans Je travaille comme : Mécanicien/Carrossier Actuellement, je suis : Célibataire Niveau social : Au ras des pâquerettes
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 10 Sep - 19:31
"My Brain is on Fire"



3 Août 2016 - 20h00 - Aldous & Alice


J'suis pas rentré tout d'suite après qu'Marie m'ait laissé au motel. J'suis même pas passé faire un tour dans la chambre d'la paumée facile qu'elle m'avait tuyauté. Pas envie. J'avais la tête ailleurs. Foutrement ailleurs. J'ai marché. Dans la nuit. Comme si ça pouvait m'aider. Pour une fois qu'j'pensais pas à moi et mes putains d'problèmes. Non. Là j'pensais qu'à elle. Alice. Ma conversation avec Marie m'avait salement r'tourné l'cerveau. Parc'qu'au final, j'étais pas plus avancé. J'avais pas confiance en elle pour décider quoi faire. Elle était tellement paumée, c'te gosse. Mais j'étais qui, hein, pour faire ce choix à sa place. Personne. J'avais aucun droit d'le faire. Et j'ai suffisamment souffert dans ma vie des gens qu'on choisit à ma place pour pas faire subir ça à cette môme. J'm'étais attaché à elle. Beaucoup trop pour mon bien. Et pour l'sien aussi. Mais faut croire qu'j'étais l'seul rayon d'lumière dans sa pauvre chienne de vie. Si j'étais du genre à avoir pris cher, Alice décrochait la palme. J'aurais mieux aimé qu'elle devienne Sidh. Ca au moins j'maîtrise, j'connais. J'aurais pu la guider. Faire qu'sa mort soit plus belle qu'sa vie. Mais c'est pas possible. J'peux pas avoir la certitude qu'elle sera transformée si j'la tue moi-même. Et j'serais pas capable d'supporter qu'son porc d'oncle la tue pour prendre l'risque d'voir si ça marcherait. J'en suis pratiquement sur, mais j'peux pas parier d'ssus. Alors qu'la proposition d'Marie ...

Il était revenu à l'hôpital tard, très tard. Il s'était roulé en boule sur le fauteuil d'accompagnant, invisible, intangible, et était resté là. Il avait regardé dormir, péniblement, aidée par la morphine et les antalgiques qu'on lui passait dans sa perfusion. Elle avait l'air de souffrir, même dans son sommeil. Il s'était rapproché alors, et s'était allongé près d'elle, sur son lit, sur le draps, simple spectre dont la présence régulerait son souffle. Le lendemain, il était parti. Parti pour se faire sa dose et vivre son trip loin de la pauvre Alice et de ses peines. Il ne pouvait plus tenir clean, c'était trop difficile, son corps réclamait la came comme son esprit pour s'apaiser. Ce n'est que dans la fin d'après-midi, alors que la descente touchait à sa fin, qu'il revint, toujours aussi peu visible, se mettre sur son fauteuil pour veiller sur Alice. Il craignait que son oncle la retrouve et ne lui fasse du mal : le matin, ce n'était qu'après s'être assuré qu'il ne pourrait pas entrer auprès des infirmières, qu'il était parti. Cela faisait trois heures qu'il la regardait. Trois heures à se demander s'il lui proposerait ce que Marie pouvait faire. Trois heures à s'interroger sur la façon de lui expliquer. Trois heures pour savoir comme la convaincre de faire son propre choix. Trois heures aussi car il faudrait qu'il lui dise ce qu'il était.

Elle était d'plus en plus agitée. J'la voyais s'tortiller, s'mettre dans tous les sens et fixer la potence, l'horloge, comme si tout ça faisait sens dans sa caboche, et que ça lui permettrait d'trouver une solution. Les anxio qu'lui filaient les méd'cins suffisaient pas à la calmer. J'me mords la lèvre en tripotant ma barbe. J'la vois s'recroqueviller, mordre le draps et appeler comme on supplie quand on a plus rien à perdre. Alors j'apparais. J'fais pas en bruit. Mais j'sais qu'elle m'a vu. J'm'approche pas tout d'suite. Parc'qu'j'suis encore un peu groggy d'cette nuit et d'cette journée. L'héro a presque foutu l'camps d'mon corps, mais j'sens ses stigmates partout dans mes veines. J'suis courbaturé quand j'me traîne jusqu'à son lit et qu'je m'allonge à côté d'elle. J'dépose un baiser sur son front à moitié recouvert du bandage qui camoufle la plaie de Marie.

"J'suis là, Puce, j'suis là."

J'sais pas quoi dire. J'sais pas par où commencer. Alors j'préfère attendre qu'elle m'pose des questions. J'passe ma main sur sa joue, et caresse doucement sa peau d'pêche. Elle est plus pâle qu'jamais. J'suis pas sur qu'elle bouffe comme il faut, et c'est pas à l'hosto qu'ça irait mieux. Alors, j'me r'dresse, et j'sors d'la poche d'mon cuir, une barre chocolatée. J'lui donne en la r'gardant avec tendresse. J'suis sur qu'j'aurais fais un bon père. J'me l'dis souvent. Quand j'la vois avec ses grands yeux bleus et sa tignasse blonde. Parc'qu'elle m'ressemble, la môme, comme si j'l'avais faite !

"Tiens mange, j'ai vu c'qu'ils te filent à bouffer ici, et tu vas finir par passer sous les portes."




© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 30 Je suis arrivé(e) le : 27/08/2016 Sous les traits de : Chloe Moretz Pseudo : Madame Poulpe Crédits : Swan Points : 277 Couleurs RP : Gras

J'ai : 18 ans Je travaille comme : lycéenne
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 13 Sep - 23:17
Tic, tac. My brain is on fire.


Il apparaît, là, à ses côtés.
Alice sourit ; un discret sourire, complice, rassuré. Un sourire sincère, comme elle n’en a jamais fait à personne d’autre depuis des années.

« T’en as mis, du temps. » plaisanta-t-elle avec un léger rire étouffé. Son sourire s’élargit en sentant la main d’Aldous sur sa joue et elle baissa naturellement la voix. « On m’a enfermé ici. Ils n’aiment pas trop les balades nocturnes de leurs patients, visiblement… »

Elle marqua sa phrase d’un sourire en coin, un peu désinvolte. La rage d’être enfermée dans cette chambre s’était envolée dès l’instant où son ami l’avait rejoint ; une fois sa solitude dissipée, Alice se sentait plus légère. Si ce n’était le poids qui appuyait son ventre, la faim la tiraillant. Machinalement, la blonde posa sa main sur son estomac.
Aldous devança ses besoins en lui tendant une barre chocolatée. La jeune femme se redressa sur le coude avant de s'asseoir, les yeux dévorant d’avance la friandise.

« T’es trop fort, Al’ ! » lâcha-t-elle avec enthousiasme en ouvrant le sachet. « J’ai rien mangé depuis ce matin. Le repas de ce midi était douteux et celui de ce soir… Bah, je crois qu’ils ont eu peur d’ouvrir la porte. » Elle eut un rictus. « Je dois avoir l’air menaçante avec ma perche. » ironisa-t-elle en secouant légèrement son poignet gauche, attaché à une poche médicamenteuse.

Elle se tut alors, mangeant silencieusement, le cliquetis de sa perfusion demeurant.
Chaque fois qu’elle était avec lui, c’était comme si elle retrouvait sa voix. Alice si discrète, Alice si sombre. Pourtant, en bonne compagnie, elle était juste… elle. Une partie d’elle si effacée qu’elle s’oubliait presque. Elle avait parfois peur qu’elle disparaisse à jamais. Mais ce n’était qu’une question de temps, de toute façon, non ? Elle mourrait bientôt. Elle essaierait, en tout cas. Ses yeux s’assombrirent d’un coup : de mauvaises pensées revenaient. Son oncle, ses abus, les infirmières...

...Et cette rousse.
Le regard d’Alice s’éleva doucement avant de se poser sur Aldous. Elle demeura encore un instant silencieuse, mâchant discrètement sa barre chocolatée. Une fois avalée, elle demanda enfin :

« Sinon… » Son pied droit s’entortillait machinalement dans le drap. « Tu l’as retrouvée ?... Tu sais pourquoi… elle ne m’a pas… enfin… Pourquoi elle m’a pas tué ? »

Pourquoi diable avait-elle bégayé ? Comme si une partie d’elle hésitait encore.
Alice déglutit une nouvelle fois, bien que sa bouche soit dorénavant vide. Elle sentait tout autant la peur que l’espoir lui tordre le ventre.

Revenir en haut Aller en bas

Alone We Die, My Frozen Angel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Alone We Die, My Frozen Angel

IDENTITY CARD
Messages : 238 Je suis arrivé(e) le : 07/07/2016 Sous les traits de : Charlie Hunnam Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Jahaal J. Sepehr & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : SWAN Points : 2313 Couleurs RP : #003366

J'ai : 75 ans Age d'apparence : 28 ans Je travaille comme : Mécanicien/Carrossier Actuellement, je suis : Célibataire Niveau social : Au ras des pâquerettes
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 15 Sep - 23:18
"My Brain is on Fire"



3 Août 2016 - 20h00 - Aldous & Alice


Enfermée. C'est pas plus mal, c'est clair. J'peux qu'comprendre c'te décision. Quand on connait le passif de la minette, c'était vraiment pas une option. Combien d'fois j'avais rappliqué parc'qu'elle était sur l'point d'se buter ? Combien d'fois j'venais la voir en espérant la trouver vivante, en bonne santé, et pas morte qu'que part. Les Sidhs sentent les humains qui vont mourir, surtout ceux qu'ils protègent, mais avec les doses d'came qu'j'me colle dans les veines, j'compte plus les fois où j'perds carrément la notion du temps. Des journées entières qui disparaissent sans qu'j'me rappelle d'rien, des pans d'mon existence où j'étais pas vraiment là. Alors si un jour j'avais pris conscience et qu'j'm'étais rendu compte qu'Alice c'était bousillée à c'moment là, et qu'j'étais pas v'nue pour prendre soin d'elle, j'sais pas c'que j'aurais pu faire ... J'préfère pas y penser. C'est quand j'la vois sourire comme ça qu'j'me dis qu'toute cette merde est un foutu gâchis. Si elle avait eu un peu plus d'chance, à la base, elle s'rait pas d'venue comme ça, la pauvre gosse. Elle aurait pu avoir une belle vie. Comme moi. Et comme plein d'autres qu'ont été les victimes d'celui qui s'amuse à tirer les ficelles par là-haut.

Alice se redresse et se met à dévorer la barre chocolatée avec bon appétit. Elle confirme ce qu'il a observé depuis son fauteuil, tapis dans les ombres : elle ne mange pas beaucoup ici. Et ce n'est pas comme ça qu'elle reprendra des forces. Quoi qu'elle fasse, quoi qu'elle décide, il lui faudrait de l'énergie pour y faire face. Son regard s'assombrit un peu car il sait qu'il ne pourra pas échapper bien longtemps à cette conversation fatidique. Il aimerait s'y soustraire, offrir par une autre manière plus idyllique une solution à chaque problème d'Alice, il voudrait pouvoir effacer tout ce qui lui a fait du mal, guérir ce qui a été meurtris, remplacer ce qui a été arraché. Mais il n'en avait pas le pouvoir. Personne ne l'avait. Quoi qu'elle choisisse, quoi qu'elle devienne, elle n'oublierait jamais. Tout cela ferait partie d'elle à jamais. Il soupire un peu. Il a du mal à se dire que peut être, Alice deviendrait un prédateur, une Stryge assoiffée de sang, maître de son existence d'immortelle, à la merci de sa vengeance. Que son choix la pousserait à cette extrémité là.

J'réponds pas. Pas tout d'suite. D't'façon, elle a bien pigé. J'repense à ma conversation avec Marie. A c'qu'elle a promis. D'faire ça vite et bien, d'pas la faire souffrir outre mesure. Qu'j'pourrais toujours l'aider à mourir si elle voulait. Qu'elle la laisserait choisir, qu'elle l'obligerait pas. Ca d'vrait m'rassurer, sauf que non. Sans doute parc'qu'au fond, j'sais déjà c'qu'Alice va choisir. J'suis pas sur qu'elle l'fasse pour les bonnes raisons, mais au fond, c'est quoi, les bonnes raisons ? J'suis foutrement mal placé pour juger c'qu'elle peut r'ssentir et pourquoi elle voudrait d'l'immortalité, d'l'invincibilité. J'la vois qui pose son r'gard sur moi. J'peux pas y résister bien fort, elle a tellement d'souffrance dans les yeux, tellement d'détresse mêlée d'espoir qu'elle fonde en moi. Comment j'pourrais faire pour la décevoir ?

"Ouais ..."

J'soupire un peu en prenant sa main dans la mienne et en entrelaçant nos doigts.

"Ouais j'l'ai r'trouvé ..."

J'me crispe un peu.

"Et ouais, j'sais pourquoi elle t'a pas tué ..."

Il se tait. Parce que la suite est plus difficile à amener. Parce qu'il n'est pas doué pour parler, encore moins pour expliquer ce genre de choses. Parce qu'il sait aussi que ce qu'il va dire aura du poids pour Alice, et que ça influencera forcément sa décision. Pourtant il ne veut pas l'influencer. Il ne veut pas que son avis transparaisse, il voudrait simplement pouvoir lui expliquer clairement le choix qui s'offre à elle. Sauf qu'il est trop investi, trop impliqué, pour faire ça. Il grogne un peu, parce qu'il voudrait que ce soit plus simple.

"Mais pour t'expliquer, va falloir qu'on parle de plusieurs trucs. Notamment ... est-c'que tu sais c'que j'suis, exactement ?"



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 30 Je suis arrivé(e) le : 27/08/2016 Sous les traits de : Chloe Moretz Pseudo : Madame Poulpe Crédits : Swan Points : 277 Couleurs RP : Gras

J'ai : 18 ans Je travaille comme : lycéenne
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 22 Sep - 13:46
Tic, tac. My brain is on fire.


Son regard ne quittait pas celui d’Aldous. Les réponses qu’elle attendait arrivaient, elle pouvait le sentir au fond de son ventre. A moins que ça ne soit le stress, ou la peur. Ses yeux s’écarquillaient légèrement et elle avait arrêté de manger ; attentive, concentrée, le moment où son ami commença à ouvrir la bouche lui parut durer une éternité. Et enfin, il prit la parole. Alice sourit à nouveau :

« Super ! T’es trop fort, Al’ ! » s’exclama-t-elle avec enthousiasme.

Elle se demandait encore comme il avait réussi à retrouver son agresseur. Peut être était-il simplement allé à l’endroit qu’elle lui avait indiqué, même si c’était vague. Peut être que les meurtriers retournaient vraiment sur les lieux de leurs crimes. Mais elle n’était pas encore morte. Et c’était bien là le problème.
L’air tendu d’Aldous inquièta légèrement la jeune fille. Pourquoi était-il si crispé ? Le stress qui lui tenait les entrailles ne s’envola pas. Et puis, il lui manquait encore tant de réponses. Il se tut, un instant, et Alice reprend alors la parole :

« Et du coup ? Pourquoi elle ne m’a pas… tué ? »

Mais les réponses ne vinrent pas encore. A leur place, encore des questions. Toujours des questions. La jeune fille fronça un instant les sourcils et avala le reste de sa barre chocolatée. Elle ne comprenait pas vraiment où son ami voulait en venir. Ce qu’il était ? Elle s’était posée bien des fois la question, mais n’avait jamais demandé à l’intéressé. Il n’était pas humain, c’était certain : cependant, Alice n’y connaissait rien en contes, légendes ou créatures. Aussi, elle ne lui avait jamais posé la question, de peur que cela puisse le faire disparaître, ou quelque chose comme ça. On ne peut jamais trop savoir. La blonde fit un sourire en coin en penchant légèrement la tête, avant de se redresser :

« Je sais pas, un justicier ? » Elle ricana en froissant le papier de son repas. « Un héros dark ! »

Elle ricana encore, plaisantant ouvertement. Elle savait très bien que ce n’était rien de tout ça. Elle devint alors plus sérieuse, caressant la main d’Aldous de son pouce. Ses yeux se posèrent un instant sur leurs doigts entrelacés, le regard plus vide. Sa tête resta immobile mais ses pupilles se levèrent vers son interlocuteur, auquel elle demanda dans un demi-chuchotement :

« Un mort ? »

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Tic, tac. My brain is on fire. [PV Aldous]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Brain Drain to Brain Gain (Emeagwali)
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Fear To Fire II
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Royal Ottawa Hospital-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3