AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
I never resist the temptation of beauty {Aman}

 :: National Gallery of Canada
Aller à la page : 1, 2  Suivant

I'm not strange, I'm unique ♝
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm not strange, I'm unique ♝

IDENTITY CARD
Messages : 131 Je suis arrivé(e) le : 08/08/2016 Sous les traits de : Harry Shum Jr. Je me dédouble : Angel & Alek Pseudo : Mellowness Crédits : Ilyria Points : 484 Couleurs RP : DeepSkyBlue

J'ai : 26 ans Je travaille comme : Barman Actuellement, je suis : Un papillon libre qui aime butiner les plus belles fleurs ~ Niveau social : Modeste




MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 15 Aoû - 20:37
I never resist the temptation of beauty
« Maman, pourquoi le monsieur là-bas il a mis du maquillage ? » «  Chut il va t'entendre ! » le réprimanda sa mère. Malgré tout, elle ne put s'empêcher elle aussi d'observer l'homme désigné par son fils. Il avait vraiment du maquillage autour des yeux. Il s'agissait d'un maquillage  couleur cobalt agrémenté de quelques paillettes. Tout cela semblait en accord avec ses cheveux bruns aux reflets bleutés. Comme si ce n'était pas suffisant, il avait à ses doigts plusieurs bagues d'une taille considérable. Elles brillaient toutes aux couleurs de l'argent, sauf une contenant une pierre semblable à un saphir. Peut-être une imitation.En tout cas, elle scintillait sous les lumières de la pièce. Puis que de dire de ses vêtements ! Ils étaient tout aussi voyants, et tout aussi farfelus. Non mais d'où sortait-il celui-là ? C'était une nouvelle mode ? Était-ce l'un de ces étranges déguisements japonais dont les gens parlaient souvent ? Pff, les jeunes ne savaient vraiment plus quoi inventer. Qu'est ce qu'ils pouvaient être grotesques. Mais comment osaient-ils sortir ainsi en public ? Elle espérait  sincèrement plus tard, pouvoir protéger son fils de tous ces gens délurés et non normatifs. Elle n'avait aucune envie qu'il suive le même chemin que ce type-là. Non vraiment aucune envie.

À quelques pas d'eux, l'homme au maquillage semblait absorbé par sa contemplation d'un tableau. Bien sûr, il avait entendu la remarque de l'enfant et n'avait pu retenir un sourire en coin. Ce qui était plus déplaisant, c'était le regard défiant et hautain de la mère. Enfin, il en fallait plus que cela pour le perturber. Après tout, c'était lui qui voulait qu'on le remarque. Il ne pouvait donc s'en plaindre. Et puis, ce n'était pas ce genre de choses qui pouvait entacher sa bonne humeur. Parce que oui, il était de bonne humeur. Il l'avait senti dès qu'il s'était levé. Déjà, il ne travaillait pas aujourd'hui. Et pour une fois, le réveil n'avait pas été difficile car il n'était pas sorti la veille - fait si rare qu'on se devait de le faire remarquer - en plus son frigo n'était pas vide - il lui arrivait souvent d'oublier de faire les courses - et sa voisine au cerveau détraqué n'était pas venu le traiter d'être "hanté par le diable". Apparemment, les tenues vestimentaires de Shawn, plus son maquillage, plus son homosexualité, c'en était trop pour elle. Suffisamment pour qu'elle le croit maudit. Mais elle était comme cela avec presque tout le monde. Même avec sa fille, pourtant très sympathique. Bref, il ne l'avait pas vue aujourd'hui et c'était parfait ainsi.

Shawn avait donc décidé que ce serait une bonne journée et qu'il en profiterait. Hors de question de rester cloîtrer chez soi, il lui fallait faire quelque chose. Mais quoi ? Réponse rapidement trouvée. Le musée. Lieu idéal pour satisfaire sa soif permanente d'art, tout en profitant de la présence d'autres individus. Parce qu'il détestait rester seul trop longtemps. Les tête-à-tête avec lui-même se révélait rapidement ennuyants.  Après tout, il savait tout de lui-même, cela n'avait donc aucun intérêt. Non, il était beaucoup plus divertissant de se confronter à d'autres personnes. Quelles qu'elle soient. Alors, il n'était jamais fermé à de nouvelles rencontres. Bien au contraire. Mais pour l'instant, il fallait avouer que toute son attention était focalisée sur un unique tableau. Ce n'était pas la première fois qu'il le voyait, mais ce dernier lui faisait toujours le même effet. Les peintures surréalistes avaient toujours quelque chose de fascinant, celle-ci particulièrement. L'artiste n'était pas aussi célèbre que Salvador Dali, mais ses œuvres dégageait toujours une aura indéfinissable dont Shawn ne se laissait pas.  Alors, il comptait rester encore un moment ici. Connaissant de toute façon ce musée comme sa poche,  il ne serait pas dramatique qu'il n'ait pas le temps de voir toutes les œuvres.

Malgré l'extase artistique que lui procurait ce chef d’œuvre, il entendait tout ce qu'il se passait autour de lui. Si bien qu'il ne passa pas à côté de la nouvelle remarque de l'enfant :   « Et lui Maman, pourquoi il a les cheveux longs alors que c'est un garçon ?  » La mère sembla consternée en s’apercevant qu'effectivement, un autre homme singulier était entré dans cette salle. C'était un musée ici, pas un carnaval ! « Bon vient, on s'en va d'ici. » Le gamin sembla ravi à l'idée de quitter cet endroit. Lui qui rêvait d'enfin jouer dehors plutôt que de devoir écouter les cours artistiques et historiques de sa mère. Mais quand ils passèrent devant Shawn, ce dernier ne put s'empêcher de répondre à la question du garçonnet, sur le ton de la confidence et avec un sourire mi-espiègle, mi-provocateur. « Parce que ça le rend terriblement séduisant »  Si l'enfant ne parut pas comprendre, la mère quant à elle sembla profondément outrée. Elle lui lança un regard assassin et rempli de dégoût avant de partir d'un pas rapide, que son fils peinait à suivre. Shawn les regarda s'en aller, l'air amusé. Puis, il reporta son attention sur le bel inconnu dont l'arrivée avait été remarquée. Il n'avait probablement pas entendu la remarque de l'humain, mais Shawn pensait réellement ce qu'il avait dit. Les cheveux longs de cet homme ne faisaient que renforcer son charme insolite mais ô combien intense. C'était exactement le genre de personne qui le captivait totalement. Alors tandis que l'inconnu s'était arrêté devant une sculpture, Shawn le rejoignit aussitôt. Sans la moindre hésitation. Il lui adressa un sourire. « Vous attirez tellement les regards qu'on en oublie les œuvres d'art ! »

© Nalex
Revenir en haut Aller en bas

Faës - Qilin
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Faës - Qilin

IDENTITY CARD
Messages : 35 Je suis arrivé(e) le : 09/08/2016 Sous les traits de : Willy Cartier Je me dédouble : Merry Stuart, Jesse P. baker Pseudo : Livia Crédits : Me, tumblr Points : 373

J'ai : 118 ans Age d'apparence : La trentaine Je travaille comme : Artiste Actuellement, je suis : Célibataire certains jours, en couple d'autres, ça dépends... Espèce : Qilin Niveau social : Pauvre
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 15 Aoû - 21:25

Aman ne savait pas trop quel jour l'on était en temps normal. Sauf le mercredi. Parce que c'était le jour de la gratuité du musée local. Et que c'était une chose importante. Assez importante pour affronter la ville.
Le beau temps le réjouit, mais Aman se réjouissait de peu de choses en définitive. Il aimait simplement voir les plantes croître doucement, jour après jour, sous un ciel d'un bleu limpide. Savourer la caresse du soleil sur sa peau mate. ces choses très simples que plus personne ne pensait vraiment à savourer. Il avait enfilé un simple jean troué aux genoux, des tongs en plastique rose et un marcel brun foncé.  Ses cheveux longs laissés libres courraient jusqu'à la moitié de ses omoplates, en de légères ondulations, un peu sauvages. Il s'examina un instant dans le miroir fendu de sa salle de bain défraîchie. La seule soin maniaque qu'il apporta à sa tenue fut de multiples bracelets en métal aussi variés que du plus pur toc coloré à l'argent le plus pur. Plusieurs colliers fantaisie, agencés sans réelle logique, tout ornés de strass brillants, de plumes ou de fils chatoyants. Et au moins une bague à chaque doigt, massives ou plus discrètes. Brillantes comme des soleils. Et deux boucles d'oreilles en plumes de paon ajoutaient à sa touche inimitable.

Aman n'aimait rien tant que les couleurs chatoyantes dansant sur un bijou et pouvait rester des heures durant à observer les reflets continuellement changeants sur le plus banal des strass. Mais ce matin, il se força à se détourner des lumières brillantes et sans cesse renouvelées de ses parures improbables - entres bijoux d'adolescente sans le sous et merveilles de métaux précieux gravés à la main.
Lorsqu'il sortit du manoir, oubliant totalement de prendre sa sacoche avec son vieux portable à clapet ou même son porte-feuille toujours vide en dehors de quelques piécettes, il entendit deux aboiements sourds et vit aussitôt ses filles débouler des sous-bois.
Les deux rottweiler se jetèrent autours de leur maître en bondissant et aboyant de joie alors qu'il riait, innocent et tranquille en s'abaissant pour qu'elles lui lèchent la figure, leur large gueule étirée par un sourire canin.
"Non, les filles, c'est mercredi et la réceptionniste du musée râle toujours si je vous laisse faire les folles sur la pelouse en m'attendant. On ne voudrait pas qu'elle ne veuille plus que je vienne. Soyez sages et veillez que les bonsaïs ne s'échappent pas." Les mots s'étaient imprimés dans l'esprit des deux chiennes, alors qu'un sourire étirait les lèvres fixes d'Aman.

Tout content à l'idée d'aller comme chaque mercredi admirer les œuvres qu'il connaissait par cœur, il laissa Perle et Quartz courir encore un moment derrière lui tandis qu'il s'éloignait de son domaine. Finalement les chiennes s'arrêtèrent avant la fin des sous-bois et se retirèrent dans la forêt. Le Qilin continua seul. Il évoluait dans les rues écrasées de chaleur avec la grâce d'un funambule. Ses pas, jamais, ne faisaient le moindre bruit. Et il répondait parfois aux regards appuyés par un sourire rêveur, là sans être vraiment présent, totalement dans son monde.

Le musée n'était pas si loin et il en trouva le chemin familier avec plaisir, pénétrant dans le hall où Sophie - a moins qu'elle ne s'appelle Rochel, il ne se souvenait jamais - roula des yeux en le voyant arriver, l'air à la fois exaspérée et amusée. "Ton ticket. Tâche de ne pas oublier l'heure de la fermeture cette fois" Le Qilin ne répondit que par un grand sourire joyeux (même si Rochel aurait juré l'entendre le remercier mais les lèvres du Qilin n'avaient pas bougé), se dirigeant dans le musée connu par coeur. Cette fois il y avait une exposition temporaire sur l'art du vitrail.

Ce fut ainsi qu'il rencontra Shawn pour la première fois. Ses pas silencieux le guidèrent jusque dans l'une des salles et son ouïe surnaturelle ne perdit rien de l'ébauche de discussion qui s'engagea entre la mère de famille et ce garçon bleu. Bleu comme un scarabée pensa Aman dans un sourire rêveur. Il était joli, comme un bijou à taille humaine et il l'observa un instant sans gêne qui rembarrait la mère de famille. Le petit garçon, dans sa tête, entendit une douce voix grave qui lui dit "Les cheveux ça pousse comme les plantes, et couper les branches d'un arbre, n'est-ce pas triste ?" Un instant le bambin se tourna vers Aman avec un air amusé, puis il suivit sa mère en trottinant sans s'étonner de la voix dans sa tête comme seuls les tous jeunes enfants peuvent encore le faire.

Le Qilin se stoppa devant une statue, un peu dans la lune, quand il entendit le garçon-scarabée le rejoindre. Le compliment le fit sourire encore plus et il se tourna vers ce dernier, regardant les jolis reflets du maquillage sous ses yeux, un instant fasciné par les jeux de lumière au point qu'il en oublia de répondre pendant un trop long moment. Puis, enfin, il songea à dire cette fois à haute voix - haute était vite dit, la voix d'Aman ne portait guère plus loin qu'un murmure à cet instant : "Bonjour petit scarabée." Il souriait toujours autant, tout amusé par cette trouvaille qui éclipsait un instant les œuvres d'art connues par cœur.
"Moi ? Ho ?" Il s'empourpra comme une collégienne et gratta un peu le carrelage du bout de son pieds chaussé de sa tong rose barbie. "Ce n'est pas trop gentil pour les œuvres... Vous allez leur faire de la peine." Il se gratta un peu la joue, embarrassé parce que souvent les gens le disaient beau. Lui préférait les bijoux ou les autres gens mais chacun ses goûts.
En parlant de bijoux, les gestes du garçon scarabée faisaient scintiller de multiples bagues - aussi nombreuses que les siennes et il se perdit totalement dans la contemplation des reflets dansants sur les joyeux en toc ou véritables, demeurant planté là, à la fois présent et déjà partit. Totalement fasciné.
Revenir en haut Aller en bas

I'm not strange, I'm unique ♝
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm not strange, I'm unique ♝

IDENTITY CARD
Messages : 131 Je suis arrivé(e) le : 08/08/2016 Sous les traits de : Harry Shum Jr. Je me dédouble : Angel & Alek Pseudo : Mellowness Crédits : Ilyria Points : 484 Couleurs RP : DeepSkyBlue

J'ai : 26 ans Je travaille comme : Barman Actuellement, je suis : Un papillon libre qui aime butiner les plus belles fleurs ~ Niveau social : Modeste




MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 18 Aoû - 0:50
I never resist the temptation of beauty
Le plus important, c'était d'avoir toujours quelque chose - ou quelqu'un - qui nous raccrochait solidement à la vie. Quelque chose qui nous fasse tenir contre vents et marées. Quelque chose qui nous pousse à avancer et à ne pas sombrer. Beaucoup confiaient cette responsabilité à une, ou des, autre(s) personne(s). Pas Shawn. Les vies humaines étaient malheureusement, bien trop fragiles. Il suffisait d'une seconde pour qu'amis, famille, amour disparaissent. Comme s'ils n'avaient jamais existé ou du moins, qu'ils n'avaient jamais été moins fragile qu'une brindille. Sa mère. Son meilleur ami.  Irrévocablement  morts. Impossible ensuite pour Shawn d'échapper à cette souffrance empoisonnée qui dévastait sur son passage une partie de son âme. À chaque fois qu'on perdait quelqu'un, on se perdait soi-même. Alors si seules ces personnes étaient nos ancres, on se retrouvait comme abandonné dans une mer déchaînée. Jusqu'au moment où le déluge était si puissant, si cruel qu'on finissait par se noyer. Et plus on s'enfonçait dans les abysses, plus le monde qui nous entourait, devenait confus, lointain et douloureux. Il n'existait pire sensation.

Alors si on voulait s'en préserver, si on ne voulait plus jamais la revivre, il n'existait d'autre choix que de trouver une autre ancre. Quelque chose d'autre qui nous donne une raison de nous lever chaque matin. Parce que les sentiments humains n'étaient définitivement pas fiables. Pour Shawn, il n'y avait aucun doute. Cette ancre, c'était l'art. C'était cela qui inspirait ses pensées, qui faisait battre son cœur et qui stimulait ses sens.  L'art, cela ne se voyait pas. Parfois même cela ne se comprenait pas. Non, cela se ressentait. Pour lui toutes ses œuvres, ce n'était pas uniquement des témoins du passés, ni uniquement la démonstration du talent des artistes. Non, elles étaient beaucoup plus que cela. Elles étaient des points d'accès à une autre dimension.  Une dimension qui échappait aux lois de la physique et qui le fascinait plus que toute autre chose au monde. Il aimait autant créer que contempler car dans les deux cas, il rejoignait cette sphère indéchiffrable. C'était de là que venait tout l'intérêt et toute la beauté de ces œuvres. Peinture, sculpture, écriture, musique....etc. Période classique, romantique, contemporaine...etc. Tout était lié. Alors ce musée gigantesque était la réunion de tous ces genres, de tous ces courants. Shawn avait beau le connaître aussi bien que son propre appartement, il retrouvait à chaque fois cette sensation unique. Cela ne signifiait pas qu'il s'enfermait dans un autre univers, l'art était juste une autre manière de voir le monde présent.

En ce moment par exemple, le barmaid avait parfaitement conscience du lieu dans lequel il se trouvait et de ce qu'il se passait atour de lui. Il ne pouvait pas, ne pas voir ce bel et étrange apollon qui semblait capter toute la lumière de la pièce. En tout cas, il avait capté l'attention de Shawn. Ce dernier n'avait d'ailleurs pas résisté à ce que lui soufflait son instinct et s'était alors approché de l'inconnu aux cheveux longs. Fait exceptionnel, l'homme semblait porter plus de bijoux et d'accessoires que lui-même. Ce qui n'arrivait pratiquement jamais d'habitude.Il y avait cependant une nette différence entre l'un portant une tenue de qualité et impeccablement coupée, bien que très fantaisiste, et l'autre n'ayant sur lui qu'un marcel et un pantalon parsemé de trous.. Mais ce qui attira le plus l’œil aiguisé de l'humain fut les tongs rose bonbon épousant les pieds de l'éphèbe. Shawn raffolait porter des vêtements flamboyants et fastueux qui le sublimaient - enfin à ses yeux - mais le beau brun face à lui semblait plutôt ne pas prêter attention à ce genre de détails. Si cela ne tenait qu'à lui Shawn aurait adoré le rhabiller de la tête aux pieds. Après tout, il y avait des tonnes de magasins de vêtements à Ottawa. Ils n'avaient d'ailleurs aucun secret pour lui. Mais peu importe, mieux valait refréner cette drôle d'envie. Il pouvait se montrer  -souvent - étrange, mais  peut-être pas au point de proposer une séance shopping à un inconnu. Quoi que.

Face à cette sculpture et avec une patience naturelle, Shawn attendit que l'homme sorte de ses pensées et lui réponde enfin. Mais il haussa légèrement les sourcils, surpris.  Lui, un scarabée ? Il devait faire référence à ses cheveux soyeux d'un noir bleuté. Shawn ignorait par contre s'il était censé prendre ça comme un compliment. Mais au vu du sourire étonnement paisible de l'inconnu, ce n'était nullement une insulte.  En tout cas, il était clair que cet homme n'avait rien de commun avec les autres. Même sa voix était profondément apaisante. Comme si, quoi qu'il dise, il ne perdrait jamais rien de son charme délicat. « Petit scarabée ? C'est original. D'ordinaire, il faut avouer qu'on m'appelle plutôt Shawn, mais c'est sûrement trop banal. Et vous, vous êtes ?  » Bien sûr, il veillait à ne pas s'exprimer d'une voix trop élevée, ils étaient dans un musée. Pas en tête-à-tête. Toujours est-il que parfois, les journées prenaient une tournure surprenante. C'est ce qui les rendait toujours si intéressantes. Et puis, cela se confirmait, c'était bel et bien une bonne journée. Shawn ne pouvait rester indifférent face à cet homme magnifique dont les joues prirent une teinte rosée. Ravi de voir que son compliment avait fait mouche. « Oh, je viens souvent ici alors ce sont des vieilles amies. Elles ne m'en voudront pas pour ça, et je suis même certain qu'elles partagent mon avis » ne put-il s'empêcher de répliquer, avec un clin d’œil malicieux. Oui après tout, ces œuvres étaient comme des amies. À la différence qu'elle au moins, étaient presque éternelles. Elles seraient toujours ici. Et alors que Shawn s'apprêtait à plaisanter de nouveau, il remarqua l'intérêt soudain que l'inconnu portait à ses mains, ou plutôt à ses bagues scintillantes. Son regard semblait envoûté, et Shawn le trouva véritablement délicieux à cet instant. Il le contempla quelques secondes,, sans prêter attention aux autres personnes présentes, avant de reprendre la parole. « Ce sont mes bagues qui vous plaisent tant ? Je vous en aurais bien proposé une, mais vos mains en sont déjà remplies. Ces petits bijoux ont le don d'être fascinants, n'est-ce pas ? »

© Nalex
Revenir en haut Aller en bas

Faës - Qilin
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Faës - Qilin

IDENTITY CARD
Messages : 35 Je suis arrivé(e) le : 09/08/2016 Sous les traits de : Willy Cartier Je me dédouble : Merry Stuart, Jesse P. baker Pseudo : Livia Crédits : Me, tumblr Points : 373

J'ai : 118 ans Age d'apparence : La trentaine Je travaille comme : Artiste Actuellement, je suis : Célibataire certains jours, en couple d'autres, ça dépends... Espèce : Qilin Niveau social : Pauvre
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 18 Aoû - 11:51

Aman se souciait presque de rien et portait paradoxalement attention à tout. Il était une créature paisible et lymphatique qui ne se laissait jamais gêner par les conventions d'une société qu'il ne comprenait pas et ne désirait pas comprendre. Il évoluait en marge totale. Cela avait pour les mortels quelque chose d'attirant, du moins les premiers mois. Avant de se rendre compte que ce n'était pas un jeu où Aman pourrait changer. Il avait dépassé le siècle et les êtres comme lui ne pourraient jamais vraiment évoluer. Les marginaux n'attirent qu'un temps. Passé la découverte et cette impression de se laisser aller à faire quelque chose d'innovant dans une vie codifiée, les gens partaient toujours. Aman, lui, restait tel qu'il avait toujours été, n'en concevant pas de chagrin. Toute chose doit mourir un jour, l'amour, la tendresse et le désir comme les fleurs, perdront de leur superbe et se faneront.

Alors à cette heure paisible, dans cet endroit connu par coeur, la nouveauté qu'était Shawn retint un instant le Qilin. Parce qu'il aimait les gens, les humains, malgré tout ce qu'ils infligeaient à son pauvre monde et à ses chères forêts. Il ne parvenait pas à leur en vouloir. Ils n'étaient que des enfants cruels et maladroits. Ils se dressaient sur les jambes tremblantes comme celles des faons et pensaient tout connaître de la réalité parce qu'ils pouvaient distinguer l'atome.
Le prénom de l'humain lui était égal, il préférait le voir comme quelque joli scarabée d'un bleu brillant et il l'oublia presqu'aussitôt. Il faillit ne pas entendre la question de son identité. Les noms étaient de délicieuses frivolités.
"Aman." Dit doucement le Qilin, si bas qu'il fut difficile de l'entendre, aussi répéta-t-il à peine plus fort. "On m'appelle Aman."

A la mention de Shawn pour sa complicité avec les œuvres, le Qilin n'eut qu'un sourire sibyllin. Ce garçon aimait l'art. Comme beaucoup de ses semblables mortels sans doute se raccrochait-il à la beauté travaillée. Mais que savaient les humains de la vrai beauté ? Certains semblaient capables de la voir, d'autre non. Il y avait parfois dans la délicatesse enchanteresse de la plus anodine plaque de mousse sur un roc une beauté qui pouvait vous transpercer le cœur.
"Sans doute. Elles doivent bien vous aimer. Les choses se nourrissent des sentiments qu'on leur prête. Elles ne sont muettes que pour ceux qui ne voient en eux que les éléments qui les composent et pas leur globalité." Il sourit, sans prétention. L'art était quelque chose qu'il pratiquait depuis sa plus tendre enfance, aimant la sensation de toucher à l'expression de quelque chose de plus grand que lui. Quant aux bijoux de ce drôle de scarabée bleu...
"Les bijoux m'aiment bien, je crois. En tout cas tous les miens ne se plaignent pas de m'avoir comme gardien. Mais gardez vos jolis bagues, ce serait dommage d'enlever des couleurs à tes élytres de coléoptère." Il souriait toujours, alternant le vouvoiement et le tutoiement de manière complètement anarchique.

Le Qilin finit par se lasser des reflets changeants - il se força plutôt à reposer son attention autre-part car il aurait pu rester des heures entières à contempler fixement une pierre mais il ne savait que trop bien que les humains sont une race empressée et prompte à s'ennuyer.
"C'est amusant, je viens ici tous les mercredi et tu viens tout aussi souvent et nous ne nous sommes jamais croisés." Remarqua-t-il. Il s'ébroua de son immobilisme et se décida à avancer dans la galerie. Après tout, il venait voir l'exposition de vitraux - une source inépuisable de fascination pour un Qilin amoureux de la beauté.

Il ne faisait pas un seul bruit lorsqu'il marchait, le pied étrangement sûr, comme s'il savait instinctivement exactement comment le poser pour déranger le moins possible. "Je vais voir les vitraux. Viendrez-vous ?" Fit gentiment Aman en tournant un instant ses yeux sombres sur Shawn avec toujours ce même sourire égal, éthéré, comme s'il souriait à l'instant plutôt qu'à une personne.
Il fallait pour cela traverser une petite cour intérieure aménagée. De gros pots en terre-cuite abritaient des plantes fleuries, entre les allées de gravier soigneusement entretenue et des sculptures plus modernes en aluminium brillant comme des soleils sous la lumière crue de ce chaud jour d'été. Après les salles climatisées la chaleur était écrasante.

Aman s'arrêtait parfois longtemps dans cette cour, lorsqu'il sentait les plantes l'implorer à l'aide : certaines avaient soif, d'autres se désolaient des pucerons qui commençaient à sucer leur sèvre. Ce jour là ne fit pas exception. Il oublia Shawn aussi vite qu'il lui avait proposé de le suivre, sans s'en excuser. Il se tendit comme aux aguets, yeux clos, écoutant toute ces voix familières. Puis, d'un coup, se précipita sans déranger le moindre gravier malgré sa rapide foulée vers un rosier récemment planté aux feuilles encore tendres et aux tiges frêles ployant sous le poids de ses propres corolles blanches.
Le Qilin soupira en secouant la tête, contrarié. Les humains hybridaient n'importe comment les plantes. Il y avait quelque chose de grotesque dans ce chétif rosier aux fleurs démesurées, pliant sous son propre poids, souffrant que sa sèvre ne parviennent qu'à alimenter les fleurs et pas les jeunes pousses qu'il essayait de créer pour s'étoffer. Bien sûr, personne n'avait prévu de tuteurer le pauvre végétal. De plus en plus contrarié, le Qilin sembla chercher quelque chose et, voyant un tuteur dans une jeune glycine qui n'en avait absolument pas besoin, récupéra le bâton et fouilla un peu dans les poches de son jeans en sortant une poignée de breloques, dont un peu de ficelle grossière dont il se servait pour attacher ses tomates. Tranquillement, il tuteura soigneusement le rosier, lui parlant doucement pas télépathie, veillant à redresser les tiges courbées avec une grande délicatesse.

Puis, sa tâche achevée, il posa son regard sur Shawn, l'observant une seconde avant de dire très simplement "Auriez-vous une bouteille d'eau ? Mon pauvre ami manque de tout. Je ne peux pas le laisser comme ça." A cette heure, le Qilin sembla réellement démuni et ses yeux suppliaient le jeune homme de venir en aide à ce malheureux végétal.
Revenir en haut Aller en bas

I'm not strange, I'm unique ♝
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm not strange, I'm unique ♝

IDENTITY CARD
Messages : 131 Je suis arrivé(e) le : 08/08/2016 Sous les traits de : Harry Shum Jr. Je me dédouble : Angel & Alek Pseudo : Mellowness Crédits : Ilyria Points : 484 Couleurs RP : DeepSkyBlue

J'ai : 26 ans Je travaille comme : Barman Actuellement, je suis : Un papillon libre qui aime butiner les plus belles fleurs ~ Niveau social : Modeste




MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 24 Aoû - 20:29
I never resist the temptation of beauty
Il était heureux d'être là. Dans ce si beau musée, en si belle compagnie. Alors, il profitait. Ses pensées virevoltaient. Et ses yeux ne se gênaient pas pour admirer le charme exotique de l'éphèbe. Après tout, chaque être est une merveille. Certains le sont seulement plus que d'autres. Un instant l'esprit de l'humain s'égara, si bien qu'il ne perçut pas le nom que le brun venait de lui révéler. Par chance, l'homme le répéta une seconde fois. Mais tous les mots qui sortaient de sa bouche ressemblaient à de doux et faibles murmures. Fascinant. « Sachez que je suis enchanté de vous rencontrer Aman. Mais ne m'en voulez pas si je ne vous appelle pas ainsi, j'adore les surnoms !  » s'exclama Shawn, avec une voix guillerette qui trahissait sa félicité soudaine. Il faut dire que malgré son calme apparent, il n'avait jamais été du genre à dissimuler ses émotions. Quand il était de bonne humeur - c'est-à-dire très souvent - il aimait le faire savoir. Il ne comprenait pas les gens qui semblait toujours impassible, stoïque, hermétique à toute émotion. Quel mal pouvait-il y avoir à montrer sa joie, sa colère ou sa peine ? Après tout, il était bien plus sain mentalement de les exprimer ! La folie de Shawn était déjà suffisante, alors mieux valait éviter en plus qu'il garde prisonnier intérieurement le feu d'artifice d'émotions qui l'animait en permanence. En revanche, il ne comprenait pas non plus ceux qui donnaient l'éternelle impression de voir le monde en noir. Pourquoi se focaliser uniquement sur les événements funestes ou épouvantables alors qu'en contre-poids, il existait tant de splendeur et tant d'agréables surprises.

Contrairement aux apparences, Shawn n'avait jamais été naïf ou totalement insouciant. Il avait vu de propres yeux les plus bas et sombres  tréfonds de l'âme humaine. La vie était aussi belle que cruelle, il le savait parfaitement. Mais ensuite, c'était à chacun de nous que le choix revenait. Voir le verre à moitié vide ou à moitié plein ?  Ne voyant pas l'intérêt d'une vie remplie de désespoir et de pessimisme, Shawn avait préféré la seconde option. Alors en compagnie du dénommé Aman, il abordait son habituel sourire. Mais lorsqu'il entendit l'éphèbe parler de l'art avec une profondeur surprenante,  son regard brilla d'un attrait nouveau. « Et muettes pour ceux qui cherchent à les comprendre sans vraiment les écouter. L'art est en effet une langue qu'on ne peut apprendre qu'avec le cœur. Je ne suis pas certain de maîtriser réellement ce langage, mais je tente au moins de leur livrer tout l'amour que je leur porte à chaque fois que je viens ici. »  Trop de gens passaient devant toutes ces œuvres sans vraiment les voir. Alors en venant ici, non seulement il ravissait son esprit artistique et esthétique, mais il essayait également d'apporter toute l'attention qu'elles méritaient. Et il était toujours plaisant de rencontrer quelqu'un qui partageait cet intérêt pur envers l'art. Ainsi, le contraste était saisissant entre les vêtements miséreux d'Aman et la richesse intérieur qu'il semblait contenir en lui.

Il sourit à nouveau en entendant les paroles du brun,  et comprit que ce dernier était resté fixé sur son idée de scarabée puisque qu'il le qualifia cette fois de coléoptère. Mais Shawn ne s'en formalisa nullement. Il ne se formalisa pas non plus du mélange dee tutoiement et de vouvoiement dont faisait preuve Aman à son égard. Mais lui-même décida désormais de tutoyer le bel homme. « Tu as raison, et puis j'aime l'éclat qu'elles donnent à mes doigts » avoua-t-il en contemplant ses propres mains l'espace d'un instant. Il ne choisissait jamais ses bagues au hasard. Très souvent, elles étaient en plus mises en valeur par du vernis qu'il mettait sur chacun de ses ongles. Mais pas cette fois-ci. Tout dépendait de ses humeurs capricieuses. « Oh, il se trouve qu'ordinairement, je travaille tous les mercredis.  Aujourd'hui, j'ai exceptionnellement pu bénéficier d'un jour de repos ! Sans cela, peut-être aurions nous pu continuer à venir ici sans jamais se croiser. Cela aurait été fort regrettable, non ? »  En parlant, il  suivait tranquillement le Qilin, bien qu'il pensait à voir affaire avec un simple humain comme lui. S'il commençait à avoir des soupçons sur les Stryges, il n'avait en revanche  aucune connaissance du reste des créatures surnaturelles. Alors quand Aman lui proposa d'aller voir les vitraux - c'étaient eux les stars du musée aujourd'hui - il accepta aussitôt.. « Avec plaisir mon ami ! Je te suis ! »

Voilà maintenant que les deux hommes traversaient une ravissante cour, nimbée à la fois du vert des plantes et du gris des sculptures d’aluminium. Ce lieu mélangeait à sa façon, nature et art contemporain. Il dégageait quelque chose d'apaisant, bien que ce sentiment était mis à mal aujourd'hui à cause de l'étouffante chaleur. Évidemment, l'air était bien plus agréables dans les salles intérieures du musée. Alors que l'humain avait hâte de rentrer pour échapper aux rayons ardents du soleil, il se rendit compte qu'il avançait désormais seul. Immédiatement, il se retourna. À une dizaine de mètres de lui, comme s'il était seul au monde, Aman se tenait droit et immobile, paupières fermées, devant tous ces végétaux. Qu'était-il en train de faire ? Shawn le regardait, partagé entre la curiosité, l'incrédulité et l'amusement. Il fit quelques pas pour s'avancer, bien qu'il n'osa pas interrompre... la "méditation" (?) de son nouveau compagnon. Puis, ce dernier fonça soudainement vers un rosier à l'état douteux. L'humain pencha légèrement la tête, cherchant à comprendre ce qui se déroulait devant lui. En tout cas, l'air aussi concentré que mécontent , Aman paraissait savoir parfaitement ce qu'il faisait.   « Tu m'avais caché que tu étais jardinier » , plaisanta doucement Shawn avant de remarquer que le brun n'avait probablement pas entendu ce qu'il venait de dire. La plante accaparait littéralement toute ton attention. Patiemment, l'humain attendit. Jusqu'au moment où Aman l'implora de lui donner de l'eau. Shawn n'avait pour habitude d'être utile à qui que soit, et ni qu'on le regarde de cette manière. Légèrement décontenancé pendant une seconde, il se reprit ensuite pour lui répondre. « Je n'ai pas d'eau sur moi malheureusement, mais je sais en trouver ! Je reviens dans une minute, attends-moi. »

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Shawn était retourné dans la salle où ils se trouvaient quelques minutes  plutôt,  appréciant au passage  de sentir de nouveau le souffle d'air climatisé dans sa nuque. À pas pressés, il rejoint ensuite le hall jusqu'à atteindre l'accueil. Deux personnes s'y trouvaient, une femme d'une trentaine d'années et un  garçon plus jeune, qui n'était pas là quand Shawn était arrivé au musée. Lorsqu'il vit l'asiatique, ses joues prirent la même teintes que les roses rouges siégeant dans la cour.   « Oh Shawn...tu...enfin, salut. »  Shawn lui offrit un sourire désarmant. « Jason ! Ravi de te revoir ! Enfin pour être honnête, je ne viens pas seulement ici pour admirer ton joli minois. J'ai terriblement besoin de ton aide. Alors dis mon chou, est-ce que tu pourrais me rendre un service ?» « Euh je... oui bien sûr. Qu'est-ce que... je peux faire pour toi ?» Shawn posa quelques pièces sur le comptoir, tandis que la femme à côté semblait écouter leur conversation avec un amusement non dissimulé.   « Je suppose que vous avez des distributeurs de boissons dans votre salle de pause ? Un ami à grandement besoin d'eau, est-ce que tu pourrais m'acheter une bouteille avec ces pièces ? » Le jeune homme leva un sourcil quand Shawn prononça le mot ami, mais ne fit aucun commentaire. Il hocha la tête avant de partir, puis de revenir peu de temps après. Il lui tendit la boisson. « Oh merci ! Tu sais que tu es un ange ? Je savais que je pouvais compter sur toi  » Sur ce, Shawn déposa un baiser sur la joue du garçon, qui s'empourpra une nouvelle fois, avant de s'en aller joyeusement. Aman avait bien fait de le lui demander car l'asiatique était du genre à toujours avoir un tour dans son sac. Fier de lui-même, il retourna au près de son compagnon.   « J'arrive sauver ton amie la plante en détresse !  J'espère que tu apprécies mon dévouement pour toi, bel Appolon »  déclara-t-il à Aman. Après un clin d’œil charmeur, Shawn porta son attention sur le pauvre rosier. Bouteille en main, il se débarrassa du bouchon avant de verser délicatement le précieux liquide sur la terre asséchée.

© Nalex
Revenir en haut Aller en bas

Faës - Qilin
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Faës - Qilin

IDENTITY CARD
Messages : 35 Je suis arrivé(e) le : 09/08/2016 Sous les traits de : Willy Cartier Je me dédouble : Merry Stuart, Jesse P. baker Pseudo : Livia Crédits : Me, tumblr Points : 373

J'ai : 118 ans Age d'apparence : La trentaine Je travaille comme : Artiste Actuellement, je suis : Célibataire certains jours, en couple d'autres, ça dépends... Espèce : Qilin Niveau social : Pauvre
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 25 Aoû - 12:01
Shawn avait cette manière de parler qui amusait Aman parce qu'elle était semblable à ce qu'il avait connu dans les prémices du XXeme siècle sans être exactement semblable. A l'époque personne ne tutoyait personne. Et il y avait dans le verbe de son nouveau compagnon de galerie une verve ampoulée qui n'appartenait qu'à ceux qui singent les manières d'autrefois sans vraiment les connaître autrement qu'au travers du prisme déformant des films ou des livres. Une jeunesse qui se voulait érudite mais qui, dans leur exagération, alternait entre le ridicule et le mignon d'un chaton qui tenterait de sauter sur un canapé trop haut.

C'était donc ce qui faisait rire Aman à cet instant, trouvant dans cet humain cette fraîcheur délicieuse qu'il affectionnait tant. Lui était immuable, condamné à voir mourir toute chose mais il se réjouissait pourtant : parce que d'autres choses encore naîtraient. Le cycle était simple et clair, fait d'une routine implacable. Ce beau visage maquillé aux couleurs électrique vieillirait et se fanerait mais Aman s'en moquait : il aimait cette image présente qu'il capturait comme un fragile éphémère. Shawn lui plaisait, parce qu'il aimait les gens, surtout ceux qui sortaient de l'ordinaire - bien qu'il soit l'un des rares capables de voir au delà des simples apparences et codes sociaux.

Dans ce jardin en cage qui lui faisait toujours tant de peine, il y avait fort à faire et quand Shawn s'approcha, il l'entendit parfaitement malgré les autres multiples vois - tout est une question d'habitude. Néanmoins il ne répondit pas à ce qu'il jugea comme une métaphore charmante à sa nature. Il était un jardinier, oui, d'une certaine façon, car il était à la fois fait de chair et de sang et à l'envie fait de sève et de branches. Ou encore dragon-cerf, sa véritable forme et nature, qui lui permettait tellement plus qu'un corps humain étriqué aux limitations imparfaites.
Seul pour quelques instants alors que l'humain détalait, Aman leva la tête vers un soleil brûlant qui asséchait cette nature prisonnière. Le plus urgent était ce pauvre rosier, les feuilles pendant mollement de soif, au moins autant que les branches trop grêles pour leurs fleurs mais qui se redresseraient à présent qu'elles étaient aidées.

Shawn ne tarda pas à revenir, avec une bouteille fraîche, qu'il versa sur "l'amie plante" d'Aman. Ce dernier considéra l'humain dans un sourire un peu nébuleux, remarquant bien combien ce garçon ne cessait de tenter d'obtenir son approbation. C'était mignon, dans le fond. Et Aman, tout sourire et soulagé pour son amie, s'approcha de Shawn une fois l'eau vidée, tout proche de lui, au point que leurs corps semblaient sur le point de se frôler.
"J'apprécie. Le rosier plus que moi mais il ne peut pas te remercier lui-même..." Tranquillement, sans se soucier de quoi que ce soit, il posa une main sur la hanche du garçon, puis une sur ce visage encadré de jolis cheveux bleutés. Il joua un instant du bout des doigts avec ces jolies mèches teintes, puis, se pencha comme s'il allait l'embrasser. Leurs lèvres se frôlèrent de peu, leurs souffles se mêlèrent sur une inspiration, suspens insoutenable d'avant tout baiser... Une sensation électrique, familière, délicieuse, d'une alchimie vieille comme le monde, vieille comme les plus vieilles choses. Mais, avant que leurs bouches ne s'abandonnent, que le baiser se fasse.... Aman se redressa comme un chien de prairie, son esprit fantasque ayant cependant capté l'arrivée d'un groupe de touristes qui amorçaient leur entrée dans la cour.

En vérité Aman ne s'éloigna de Shawn que pour une seule raison : il voulait profiter des vitraux avant de devoir louvoyer dans une foule - il détestait lorsqu'il y avait trop de monde autour de lui. Alors, comme le groupe avançait lentement non sans mitrailler les sculptures de photos, Aman détalla sans un mot vers l'aile de l'exposition, sans vraiment se soucier que Shawn le suive ou non - mais il entendait ses pas juste derrière lui - lui-même ne faisait pas plus de bruit que d'habitude.
La salle climatisée lui parut froide après la chaleur et il traversa quelques lignes de sculptures, avant de pénétrer dans la salle aux vitraux.

Puis, il se figea là, charmé de lumières dansantes et de mille couleurs, ayant tout oublié du reste pour rester hypnotisé, les bras ballants, à savourer les nuances infinies.... "N'est-ce pas magnifique ?" Fit Aman, en pâmoison, oubliant de parler à haute voix, usant de télépathie sans même y prendre garde.
Revenir en haut Aller en bas

I'm not strange, I'm unique ♝
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm not strange, I'm unique ♝

IDENTITY CARD
Messages : 131 Je suis arrivé(e) le : 08/08/2016 Sous les traits de : Harry Shum Jr. Je me dédouble : Angel & Alek Pseudo : Mellowness Crédits : Ilyria Points : 484 Couleurs RP : DeepSkyBlue

J'ai : 26 ans Je travaille comme : Barman Actuellement, je suis : Un papillon libre qui aime butiner les plus belles fleurs ~ Niveau social : Modeste




MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 29 Aoû - 23:21
I never resist the temptation of beauty
Jamais Shawn ne pourrait être une personne blasée envers la vie. Tant d’événements imprévus, de découvertes surprenantes, de mystères passionnants et de personnes uniques, la rendaient digne du plus grand intérêt. Elle pouvait certes se révéler courte, brutale. Il est vrai qu'elle était toujours très éphémère - du moins pour les humains - mais  c'était justement ce qui lui donnait toute sa valeur. Shawn s'était souvent demandé si avoir l'éternité devant soi - bien qu'il pensait cela impossible jusqu'au jour où il découvrit plus ou moins l'existence des "vampires" - était une bonne ou une mauvaise chose. C'était diaboliquement tentant à première vue, mais après réflexion ce serait un peu comme faire perdre tout son sens à la vie. Après tout, elle avait toujours un début et une fin. Chaque chose - les végétaux, les hommes et même le soleil et la lune -  naissait, vivait, mourrait. La vie engendrait indubitablement la mort, mais la mort créait également la vie.  De la décomposition d'une plante, d'un animal, d'un être humain se développait  toujours d'autres espèces vivantes. C'était un cycle permanent, essentiel et nécessaire. Alors rompre ce cercle, à travers l'immortalité,  avait forcément des conséquences, non ? En fait, Shawn aimait s'interroger lui-même sur ce genre de célèbres thématiques. Dans ces moments, son esprit s'envolait et vagabondait parmi ses réflexions intérieures.  Il y avait tant de questions dont les réponses n'étaient pas écrites. Tant de choses qu'on ignorait et qui nous poussait à étudier, à en apprendre toujours plus. Toujours est-il que Shawn jonglait constamment entre des moments de divertissements multiples, d'agréments variés et des moments où il privilégiait l'érudition et l'introspection. Plaisir du corps et de l'esprit, telle avait toujours été sa philosophie de vie.

L'avantage de l'art était qu'il réunissait à la fois ces deux plaisirs. On appelait cela l'éros céleste. En d'autres mots, la beauté des œuvres - captée par les sens physiques - éveillait et élevait notre âme. Shawn adorait cette idée. Du moins, il ressentait exactement ce sentiment incroyable à chaque fois qu'il était au contact de l'art. Alors quoi de mieux qu'un musée pour cela. À vrai dire, il connaissait celui-ci par cœur - comme un roman qu'on aurait lu et relu jusqu'à connaître chaque mot de phrase de chaque page - alors il aurait temps de voyager, de découvrir d'autres horizons et notamment de nouvelles œuvres.  Hélas, il se sentait bien incapable de surmonter sa peur des avions. Heureusement, ce musée continuait de lui révéler certaines surprises comme cet rencontre avec cet intriguant beau brun. Alors Shawn s'amusait à lui rendre service tout en lui faisant comprendre qu'il ne le laissait pas indifférent. Après tout, Aman lui plaisait alors pourquoi s'en cacher ? Si jamais ce dernier ne se montrait pas intéressé, Shawn n'insisterait pas. Et puis sinon, ils pourraient quand même sympathiser en tout bien tout honneur.  Même si avouons-le,  les yeux de Shawn continuerait de profiter de ce charmant tableau que représentait Aman.  Dans tous les cas, lorsqu'il sentit le corps de l'Apollon se coller au sien,  il arrêta de se perdre dans ses pensées. Shawn posa ses yeux mordorés de chat sur son compagnon de musée. Il l'écouta, puis le laissa poser ses mains sur sa hanche et son visage. Les mains d'Aman dégageaient une infinie douceur et chaleur.  Étonnement, vite remplacé par de délicieuses sensations. Oubli soudain de tout ce qu'il se trouvait autour. Attente aussi savoureuse qu'insoutenable. Lèvres gonflées, souffles emmêlées, regards enflammés. Baiser sur le point d'être échangé, mais... abrupt revirement de situation. Voilà le beau brun qui se lève, s'échappe. Laissant derrière-lui un Shawn partagé entre perplexité et frustration. Dans ce genre d'instant, l'imprévu n'était pas vraiment appréciable. C'était comme si Aman n'était qu'un rêve ravissant dont on ne pouvait voir la fin car il nous échappait juste avant. Heureusement que l'humain savait faire preuve de ténacité et non pas de susceptibilité.  

Aussitôt, il se mit à la suite d'Aman, le suivant rapidement. Au fond, il crut voir un instant que son "ami' était parti à cause de lui, mais finalement, cela semblait plutôt être dû à la venue d'un groupe de visiteurs étrangers dont Shawn se fichait bien. En le suivant, il arriva évidemment dans la salle d'exposition des vitraux. Le lieu était aussi sublime qu'on pouvait s'y attendre. Enfin c'étaient les vitraux eux-mêmes, non pas la pièce, qui était véritablement sublimes. Aux yeux de Shawn, c'étaient les plus anciens qui étaient les plus fascinants. Comme tout être ayant un minimum de goût, il contempla un instant ces œuvres d'arts plutôt atypiques. Jamais les vêtements ou le maquillage de Shawn ne pourra lui permettre de rayonner avec de si beaux éclats colorés. Mais une voix soudaine lui fit fermer les yeux l'espace d'une seconde et le désarçonna. Avait-il rêver ? Impossible. Son attention se porta une fois de plus sur l'étonnant Aman. «  C'est toi qui... ? Enfin oui bien sûr que c'est toi mais... comment as-tu fais cela ? Ça veut dire que toi aussi, tu es l'un des leurs ? »  lui murmura-t-il à l'oreille. Aucune peur ni méfiance dans la voix de Shawn, seulement une curiosité sincère. Et, le jeune humain pensait évidemment encore à cette histoire de vampire, même s'il avait conscience que cela pouvait paraître ridicule. En tout cas, Aman lui avait bel et bien parlé par la pensée. De cela, il en était certain. Malgré cela, malgré toutes les interrogations, son corps n'oubliait absolument pas le moment précédent. Son sang affluait dans ses veines sous la pulsion du désir, toujours présent en lui. «  Mais tu ne me feras pas oublier ce que tu as dit tout à l'heure, à savoir que le rosier ne pouvait pas me remercier lui-même. Sache que j'attends de toi que tu me remercies à sa place. Tu étais bien parti tout à l'heure mais tu n'as pas été jusqu'au bout malheureusement... Il va falloir te rattraper, cher Apollon. » Sourire malicieux. Test non dissimulé. Shawn voulait savoir jusqu'où cette sorte de jeu ambigu entre eux allait aller. «  Mais si jamais tu n'es pas intéressé - bien que je suis pourtant très charmant - autant me le faire comprendre immédiatement. Tu sais, les humains n'aiment pas vraiment être laissés en plan » déclara-t-il d'un ton mi-amusé, mi-sérieux. Les dés étaient jetés. Tiens d'ailleurs, voilà le groupe de touristes qui envahissait la salle. Était-ce le moment de s'éclipser ?

© Nalex
Revenir en haut Aller en bas

Faës - Qilin
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Faës - Qilin

IDENTITY CARD
Messages : 35 Je suis arrivé(e) le : 09/08/2016 Sous les traits de : Willy Cartier Je me dédouble : Merry Stuart, Jesse P. baker Pseudo : Livia Crédits : Me, tumblr Points : 373

J'ai : 118 ans Age d'apparence : La trentaine Je travaille comme : Artiste Actuellement, je suis : Célibataire certains jours, en couple d'autres, ça dépends... Espèce : Qilin Niveau social : Pauvre
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 30 Aoû - 21:06
♦♦♦♦

Aman était bien souvent très distrait aussi lui arrivait-il souvent d'user de télépathie sans même y prendre garde. Mais souvent , les humains trouvaient mille explications plutôt que de s'avouer avoir entendu la voix d'une personne dans leur tête.
Paralysé par sa fascination, devant cette débauche de couleurs et de reflets, les yeux sombres brillants, le Qilin oublia un moment tout ce qui composait la réalité pour mieux se laisser porter par la beauté la plus pure et la plus anodine, simples tâches de couleurs sans cesse en mouvements, entre des sculptures de verre improbables mises en valeur par des éclairages travaillés. Rien n'était plus beau et il resta là, planté tel qu'il était, avec toute son étrangeté et son inconstance.

Il entendit une douce voix à son oreille et la présence agréable de ce garçon trouvé par hasard le fit sourire et tourner la tête vers lui, leurs nez manquant de se cogner dans le mouvement, de manière un peu bête. L'un des leurs ? Des leurs quoi ? Il fronça un instant les sourcils sans comprendre et dit d'une voix lointaine et un peu stupide : "Des leurs de quoi ?" Le dragon ne voyait sincèrement pas où l'humain voulait en venir et cela se lisait sur le visage d'Aman a un point presque comique. "Faire quoi ?" Ajouta-t-il en se grattant un peu le menton, jouant un instant avec sa barbiche, sincèrement perplexe. Comme il était à ce point dans la lune, il n'avait évidemment pas compris que Shawn faisait référence au fait qu'il puisse parler par télépathie.

Mais le versatile Qilin avant déjà abandonné l'idée d'en savoir plus pour se rapprocher d'une sculpture de verre, figurant un cerisier en fleurs, admirant les reflets en oubliant de nouveau de faire attention à son environnement. Tête penchée sur le côté, le dragon finit par sentir de nouveau approché par Shawn, trouvant cette manière qu'il avait de le suivre assez amusante - l'on aurait dit un chiot. Observant le jeune homme, l'air amusé, Aman accepta de se détourner de sa contemplation pour l'écouter, souriant et patient.
Il gloussa gentiment quand Shawn réitéra son envie de se rapprocher physiquement de lui. "Je peux me faire pardonner de pleins de façons. Après tout, tu as aidé un ami. Sincèrement, je suis reconnaissant."
Les humains aimaient tellement les rapprochements physiques, il trouvait cela mignon. Après tout, il était un être très tactile, sa nature le prédisposait à aimer tout découvrir du monde dans sa beauté et son harmonie. Sentir, toucher, vibrer... Tout était un vaste jeu pour le Qilin qui avait du végétal cette inépuisable patience envers les choses.

"C'est sûr que tu es charmant !" Dit gentiment Aman - avec un enthousiasme enfantin et une naïveté certaine. "Mais les humains sont trop empressés... Patience, jeune arbrisseau. Les fruits sont meilleurs à point." Il lui pinça le nez avec malice. Il avait usé du terme "Humain" à dessein, sachant que l'autre le relèverait forcément. Le Qilin ne s'étonnait pas qu'un humain puisse connaître le surnaturel - pour peu que Shawn y connaisse vraiment quelque chose - parce que cela arrivait parfois, pour une raison ou pour une autre. Alors il ne se sentait ni surpris, ni désireux de cacher sa nature véritable. Mais il était amusant de taquiner ce garçon scarabée. L'arrivée du groupe de touristes le fit grogner légèrement, soudain maussade alors que le groupe se déployait dans la pièce, lui gâchant son plaisir de tranquille découverte.
"Fichu troupeau. Ils gâchent la lumière." Il avait râlé en français d'une voix très basse, semblant bouder à présent, d'une humeur qui lui passerait fort vite. Il soupira, dans un regard de regret. Il reviendrait un jour plus calme, si les vitraux étaient encore là.

Las, il se tourna un instant vers son joli compagnon de visite, résigné à partir, sachant qu'ils pourraient rejoindre les vastes pelouses autour du musée, qui avaient l'avantage de lui permettre de rejoindre sa demeure assez facilement en sautant par dessus le mur d'enceinte du parc arboré. Dehors, il faisait toujours aussi chaud. La lumière le réjouit et il eut envie de prendre sa vraie forme pour folâtrer dans la pelouse écrasée de chaleur, invisible aux yeux du monde. Mais il avait Shawn avec lui et pour le moment il ne savait pas vraiment ce que pouvait savoir l'humain, ou ce qu'il pensait savoir.
Marchant à pas lents sur l'herbe, il retira ses tongs, pour profiter de la sensation de l'herbe sous ses orteils, rejoignant un bosquet clément qui leur donnerait un peu d'ombre bienvenue. Les arbres chuchotaient gentiment et il les salua mentalement avant de s'arrêter, la paume doucement posée sur un tronc proche.

"Maintenant, dis-moi donc, qu'espérais-tu de moi ?"
Fit gentiment Aman, ses yeux emplis de douceurs posés sur le mortel. Il était franc de nature et aimait lorsque les choses étaient claires. Il arrivait bien sûr assez souvent que des gens, humains ou non, veulent se lier à lui pour une nuit ou plus, mais Aman aimait les choses dites, simples et claires et pas les faux-semblants qui l'ennuyaient. "Et qu'est-ce que tu entendais par "l'un deux" ?" Il était curieux, aussi. A la manière des animaux, il avait tourné son regard sur Shawn, comme s'il pouvait lire la réponse sur son visage...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

I never resist the temptation of beauty {Aman}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» The third temptation [Aaron]
» Episode 1 - American Beauty
» Within Temptation
» Il fallait bien la revoir un jour... [PV Beauty]
» Jae Shin × ❝Beauty is a whore, I like money better.❞

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: National Gallery of Canada-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3