AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
For the best and the worst | Aileen & Edelsio

 :: Residential Area :: 145 O'Connor ST

IDENTITY CARD
Messages : 35 Je suis arrivé(e) le : 07/08/2016 Sous les traits de : Samuel Larsen Pseudo : Sharlie Crédits : Avatar: moi -Sharlie- | Gif: Tumblr Points : 397

J'ai : 202 ans Age d'apparence : 24 ans Je travaille comme : Propriétaire de plusieurs appartements Actuellement, je suis : Marié mais c'est compliqué Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 9 Aoû - 15:05
For the best and the worst.
Aileen & Edelsio
If you’re struggling like I am, Can’t we make things a little easier? - Kwon Ji Yong "If You"

Dans son grand lit, il pouvait sentir les timides rayons du soleil qui commençaient à chauffer sa peau. L’été était bel et bien présent. Il n’avait pas bien dormi cette nuit-là, il avait beaucoup remué dans sa quête du sommeil. La raison ? Aileen. Encore elle. Toujours elle. Il ne pouvait s’empêcher de penser à elle. Mais cette fois-ci plus que d’habitude. Pourtant il avait déjà vécu cette situation et il savait que ça ne serait pas la dernière fois.

Il avait cédé à beaucoup de chose pour elle, il avait même accepté de lui donner un de ses appartements pour qu’elle puisse avoir un endroit à elle, même s’il savait que c’était pour s’éloigner de lui. C’est vrai que lui aussi, le fait qu’elle soit « loin » l’arranger un peu parce qu’il savait très bien que quand ils sont ensemble trop longtemps, un des deux allait forcément finir blesser.

Edelsio avait mal dormi. Il savait comment elle était, alors pourquoi ça lui faisait si mal au cœur ? Il l’avait déjà vu comme ça mais pourtant sa jalousie restait la même. Hier il l’avait encore vu dans les bras d’un autre. Encore. Sans doute la fois de trop. Il savait que sa femme n’était plus la même et se permettait de vivre sa liberté mais la voir avec d’autres personnes le rendait malade. Parfois il le tolérait, d’autres fois il en devenait fou. Aujourd’hui, il ne pouvait pas le supporter.

Sous sa douche froide, il essayait de se calmer mais en vain. Quand il fermait les yeux, il voyait la main de cet homme dans les cheveux roux de Aileen, le corps de sa belle répondant aux appels de son nouvel amant. Il ne pouvait plus le supporter. Il fallait qu’il évacue sa frustration et sa colère. Il s’habilla rapidement, un tee-shirt blanc et un jean fera l’affaire. Il ne prit même pas la peine de se coiffer.

Il ferma la porte derrière lui, monta dans sa mustang verte foncée et s’en alla sans attendre. Il roula assez vite pour ne plus distinguer les arbres qui défilaient aux fenêtres. Il arriva très vite en ville. Il se gara en bas de son immeuble chic où elle avait voulu habiter. Devant la porte, il entra le code sans hésiter. Pour accéder à son étage il fallait une clé pour l’ascenseur dont il avait le double, il l’enfonça dans la serrure et son impatience grandit pendant qu’il montait voir sa femme. Quand les portes de l’ascenseur s’ouvrirent, il rentra doucement dans l’appartement calme de Aileen. Son odeur flottait autour de Edelsio. Il ne s’en lassait jamais.

Il n’y avait pas un bruit dans l’appartement, il se doutait que la rousse dormait encore. C’est pour cela qu’il se rendit dans sa chambre et il vu sa charmante femme dans son lit. Avec l’homme de la veille. Il passa sa main dans les cheveux avec un peu d’énervement. Il rentra pour de bon dans la pièce et se posa au pied du lit.

« Aileen réveille-toi. »

Sa voix était posée mais assez forte pour réveiller la jeune femme. Il était temps de régler certains comptes.



© Gasmask


Dernière édition par Edelsio Willord le Jeu 18 Aoû - 3:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 18 Je suis arrivé(e) le : 07/08/2016 Sous les traits de : julia johansen Crédits : moriarty Points : 167

J'ai : deux-cent ans. Age d'apparence : entre dix-neuf et vingt-deux ans, selon la vue de la personne. Je travaille comme : barmaid, métier sans attaches qui représente parfaitement ma soif de liberté. Actuellement, je suis : mariée, mais je ne sais pas si je me considère encore comme telle aujourd'hui. Niveau social : jadis fille d'un entrepreneur en métalurgie, mariée à un héritier d'une riche famille depuis toutes ces années, je ne pense pas manquer de quoi que ce soit, bien au contraire.
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 13 Aoû - 0:35
for the best and the worst.

Une nuit, une de plus. L’ennuie envahie peu à peu Aileen, que faire pour y remédier ? C’est son jour de repos, hors de question de faire du bénévolat, mais pourquoi pas en profiter, y faire un tour, et peut être même trouver de la compagnie. Après de longues minutes de préparations, la rousse hèle un taxi en bas de son immeuble pour lui indiquer l’adresse d’un bar branché de la ville. Un bar où elle a ses habitudes. Une dizaine de minutes plus tard, le véhicule la dépose devant les portes d’entrée de l’établissement, elle monte les quelques marches, passant devant l’immense file d’attente qui s’étend jusqu’au coin de la rue. Les vigiles la saluent gentiment. Lentement,  la stryge se dirige vers des banquettes, situés dans un coin du bar, et qui lui étaient bien souvent réservés, ou du moins cédés. Par chance, personne ne s’y trouve, Aileen y prend donc place. Une serveuse lui apporte une coupe de champagne, liquide exquis pour les humains, mais ô combien fade et sans goût pour l’irlandaise de par sa condition.  Soit, quand il faut s’adapter, on s’adapte ! Verre aux lèvres, elle avale une gorgée, tandis qu’un homme s’assoit à ses côtés. Du cran, elle aime ça. Les minutes s’écoulent, puis les heures, les corps se rapprochent, et les intentions se font plus directes. Il est temps de quitter cet endroit. Aileen se lève, toujours accompagnée de cet inconnu, sourire aux lèvres. L’endroit est bondé, mais elle le sent, elle perçoit sa présence, la ressent. Toujours là à l’espionner, soit, que ça lui plaise ou non, cet inconnu l’accompagnera à son appartement, et sera son occupation du jour.

La lune brille haut dans le ciel cette nuit-là, et une ambiance charnelle flotte dans l’appartement de la stryge. Une nouvelle danse torride se déroulé dans les draps de soie. Après tant d’efforts, la « jeune » femme s’endort tout contre son amant. Au fond, elle ressent sa peine, sa souffrance, mais elle est loin d’être égale à celle qu’elle a éprouvé ce jour-là. Elle est bercée par la respiration de cet inconnu, par la chaleur de son corps, autant de choses simples qui lui rappellent sa condition d’autrefois, son humanité. Prise d’un profond sommeil, les rayons du soleil qui se lève ne la perturbent pas. Seul un petit bruit, lointain brise légèrement son cycle, un bruit strident, mais cela doit sûrement être les voisins avec leur grille-pain. Seulement son sixième sens lui indique que ce ne sont pas eux. Un soupire lui échappe, je devrais songer à changer la clé.

Aileen réveille-toi.

Cette voix. Elle ne bouge pas tout de suite, restant collée contre ce corps qui ne lui ait pas et ne lui sera jamais familier. Aileen ouvre finalement les yeux, les posant sur cette silhouette familière. D’une main, elle atténue la buée qui recouvre ses yeux, mais ne bouge toujours pas.

—  C’est pour quoi ?   Une de ses mains glisse dans les cheveux de son amant, jouant tendrement avec ces derniers. La réveiller de si bonne heure n’est jamais bon, bien au contraire.

—  Si c’est pour me faire des reproches, tu peux t’en aller. Je ne suis pas d’humeur pour une énième crise d’amoureux transit aujourd’hui.

(c) 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 35 Je suis arrivé(e) le : 07/08/2016 Sous les traits de : Samuel Larsen Pseudo : Sharlie Crédits : Avatar: moi -Sharlie- | Gif: Tumblr Points : 397

J'ai : 202 ans Age d'apparence : 24 ans Je travaille comme : Propriétaire de plusieurs appartements Actuellement, je suis : Marié mais c'est compliqué Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 15 Aoû - 0:07
For the best and the worst.
Aileen & Edelsio
If you’re struggling like I am, Can’t we make things a little easier? - Kwon Ji Yong "If You"

Au pied du lit de sa tendre, Edelsio regarda Aileen se réveiller doucement sans sursaut. Ses cheveux étaient délicatement éclairés par le soleil matinal, ce qui leur donné une couleur cuivrée. C’était une des raisons pour lesquelles il aimait l’été.

« C’est pour quoi faire ? »

Mais le geste suivant lui fit se serrer la mâchoire. Sa main se balada dans les cheveux de son amant. Il savait qu’elle faisait ça pour l’énerver mais il ne voulait pas s’enfoncer dans sa colère.

« Sérieusement Aileen ? Tu me le demandes ? »

Une voix toujours aussi calme et ferme.

« Si c’est pour me faire des reproches, tu peux t’en aller. Je ne suis pas d’humeur pour une énième crise d’amoureux transit aujourd’hui. »

Il sourit à la remarque. Oui c’est vrai, il avait déjà fait des « crises d’amoureux transit », en même temps comme ne pas en faire. Elle avait décidé de goûter à tout genre de vices depuis plusieurs années. Homme ou femme. Il savait que c’était pour le punir de ce jour où elle n’avait pas eu le choix. Mais il ne pouvait s’y résoudre, sa jalousie existait parce qu’il l’aimait. C’était comme ça et il ne pouvait pas le changer. Aujourd’hui, peut-être qu’il ferait une nouvelle crise comme elle le disait si bien mais il fallait bien qu’il dise comment il ressentait les choses. Ce n’est pas une habitude qu'il avait avec les autres personnes parce qu’il considérait que les gens n’avaient pas à savoir ce qu’il se passait dans sa tête mais quand c’était Aileen, il lui disait tout parce que malgré tout ça, il avait confiance en elle.

Le bellâtre qui était dans le lit, se réveilla sans doute à cause du début de conversation des deux mariés. Il fut étonné de voir un nouvel homme dans la pièce. Edelsio le remarqua.

« Sors d’ici, il faut que je parle à ma femme. »

Il accompagna sa parole avec un geste de la tête. Ce genre de problème ça se réglait en privé. Le jeune homme n’avait pas trop l’air de percuter ce qu’il se passait, il resta abasourdi devant la présence de Eldelsio qui attendait qu’il se lève pour partir. S’il s’en rappelle bien, ce n’était pas la première fois qu’il voyait un homme dans ce lit. Littéralement parlant. Une fois il avait même bu le sang d’un de ses amants dans ce même lit. Ils ont dû changer de literie. Mais aujourd’hui, il n’avait pas faim, il voulait juste parler à sa femme.

Quand le jeune homme parti en manquant de tomber, Edelsio prit un vêtement de la belle qui traînait dans la chambre et le lui lança en essayant de ne pas être trop agressif. Il ne regarda pas la réaction de Aileen et enchaîna sans attendre.

« Je t’attends dans le salon. »

Il sorti de la chambre la chaleur au corps, ça bouillonnait. Il en aurait pu en devenir fou. C’était pourtant une si belle journée d’été qui commençait.


© Gasmask


Dernière édition par Edelsio Willord le Jeu 18 Aoû - 3:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 18 Je suis arrivé(e) le : 07/08/2016 Sous les traits de : julia johansen Crédits : moriarty Points : 167

J'ai : deux-cent ans. Age d'apparence : entre dix-neuf et vingt-deux ans, selon la vue de la personne. Je travaille comme : barmaid, métier sans attaches qui représente parfaitement ma soif de liberté. Actuellement, je suis : mariée, mais je ne sais pas si je me considère encore comme telle aujourd'hui. Niveau social : jadis fille d'un entrepreneur en métalurgie, mariée à un héritier d'une riche famille depuis toutes ces années, je ne pense pas manquer de quoi que ce soit, bien au contraire.
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 17 Aoû - 22:46
for the best and the worst.

Paupières mi-closes, les doigts s’entrelaçant inlassablement dans les cheveux de l’inconnu, Aileen fixe son mari. Cet homme autrefois aimé, mais aujourd’hui méprisé. Encore un bon moment interrompu, gâché par sa jalousie. Elle regarde son amant quitter la pièce, profitant une dernière fois de la vue qu’il lui offrait, avant de s’étirer et d’attraper par réflexe le vêtement lancé. Un simple t-shirt, beaucoup trop court pour être enfilé tel quel. Elle laisse échapper un second soupire, cette journée commence mal. Une fois le lit quitté, la stryge préfère enfiler une chemise, négligemment posée sur une chaise, et boutonne peu à peu les boutons tout en allant vers le salon. La fatigue engourdit son corps, et c’est d’un pas las qu’elle se dirige vers sa salle de bain. Hors de question d’engager une dispute dans cet état, un minimum d’apprêtement est de rigueur, vestige de sa vie, de ses habitudes d’autrefois. Devant le miroir, elle observe ses traits, inchangés depuis deux-cents ans. Son cœur se resserre, les cernes, les rides, elle ne connaîtra jamais cette sensation de vieillir, du moins physiquement. Lentement, Aileen tourne le robinet d’eau froide, elle prend tout son temps afin de repousser au maximum la confrontation. Cela la fatigue plus qu’autre chose. D’un geste vif, elle humidifie son visage à l’eau froide, comme si cette sensation pouvait la réveiller, que tout ceci n’était qu’un cauchemar, un cauchemar qui perdure cependant. Elle coupe finalement le robinet, brosse brièvement sa crinière fauve et retourne dans le salon auprès d’Edelsio avant de s’écrouler sur le canapé. Quoi qu’elle fasse, ou qu’elle dise, il trouvera toujours quelque chose à lui reprocher, donc autant rester silencieuse. Les secondes s’écoulent mais personne n’ose briser le silence. Dans un élan d’énergie, la rousse se décide enfin à parler.

— Qui commence cette fois ? Toi ou moi ? Son regard s’ancre dans le sien. Je vais te laisser ce privilège pour aujourd’hui. Dépêche-toi de me faire ton sermon, j’aimerais retourner me coucher.

Un bruit attire son attention, son amant toujours présent qui se rhabille du mieux qu’il peut devant l’ascenseur. Un sourire étire ses lèvres, et d’un léger signe de tête, elle l’incite à venir lui dire au revoir. Il ne se fait pas prier, un dernier baiser d’adieu, et cet inconnu disparait derrière les lourdes portes de l’ascenseur. La rousse reporte finalement son attention sur son mari, avec un air provocateur dessiné sur son visage. Elle ne perd pas une occasion d’enfoncer le couteau dans la plaie. Une main dans les cheveux, les jambes croisées, son regard reflète sa hargne, mais également toute la fatigue accumulée après les nombreuses disputes qu’ils ont pu avoir. Celle-ci n’est pas la première, et loin d’être la dernière, sauf si Aileen décide d’y mettre clairement fin. Toute cette pression sur ses frêles épaules la rend vulnérable à la colère et à la violence, tout ce qu’elle déteste. Perdre le peu  d’humanité qu’il lui reste est sa première crainte.


(c) 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 35 Je suis arrivé(e) le : 07/08/2016 Sous les traits de : Samuel Larsen Pseudo : Sharlie Crédits : Avatar: moi -Sharlie- | Gif: Tumblr Points : 397

J'ai : 202 ans Age d'apparence : 24 ans Je travaille comme : Propriétaire de plusieurs appartements Actuellement, je suis : Marié mais c'est compliqué Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 23 Aoû - 12:31
For the best and the worst.
Aileen & Edelsio
If you’re struggling like I am, Can’t we make things a little easier? - Kwon Ji Yong "If You"

Il attendait la jeune femme dans le salon en se préparant à cette dispute qui allait arrivé dans les plus brefs délais. Il ne voulait pas le faire mais il ne pouvait pas laisser ça passer. Il ne pouvait pas admettre qu'il méritait ce comportement.

Le silence. Se fut les premières paroles entre les mariés mais la communication ne passait pas. L'un comme l'autre ne semblait être prêt pour commencer à parler. Elle était assise dans son canapé, les jambes nues et croisées, lui était encore debout observant Aileen. Quand il fut prêt à parler, c'est elle qui le fit en premier.

« Qui commence cette fois ? Toi ou moi ?.Je vais te laisser ce privilège pour aujourd’hui. Dépêche-toi de me faire ton sermon, j’aimerais retourner me coucher. » 

Il était prêt à se lancer mais l'amant d'un soir n'étant pas encore parti, l'interrompit dans son élan. Encore de la provocation ; il n'hésita pas à dire au revoir avec les encouragements de sa femme. Oui, ça le faisait mal, non, il n'allait pas commettre de meurtre. Mais il y pensait fortement. Il essaye de se calmer pour essayer parler calmement avec sa femme. Il prit une inspiration et il commença.

« Aileen, je comprends, vraiment, mais je n'arrive pas à accepter ta manière d'être. Au début, oui, je le concevait mais ça fait plus de cent ans maintenant. Je ne te demande pas de me pardonner mais au moins de me respecter. »

Oui, il ne demandait pas le pardon, il savait bien ce qu'il avait fait n'était pas pardonnable et il comprenait la colère de sa femme. Si les rôles étaient inversés, il ne pense qu'il aurait pu le faire. Il comprend le sentiment de sa femme sur ce point. Il comprend qu'elle veuille se venger, le faire souffrir mais les années ont passé et il pensait qu'à la longue qu'elle se serait juste calmer. Ce n'est pas le cas. Elle batifole, à droite à gauche, et ça avec les années, il a de plus en plus de mal à l'accepter. Normalement, il aurait dû s'habituer mais c'est le contraire qui se passe. Ils étaient mariés et il voulait qu'elle respecte au moins ça. Qu'elle vive loin de lui, qu'elle ne veuille plus le voir pendant des mois, il pouvait le supporter, il croit même qu'il peut supporter qu'elle vive une romance. Mais de coucher avec différents hommes dont qu'elle ne connaît peut-être pas les prénoms ne lui faisait pas spécialement plaisir. Parfois il endurait dans le silence et parfois il fallait qu'il gueule un bon coup. Effectivement, ce n'est pas la manière la plus saine pour vivre sa vie.

Malgré le comportement de Aileen, Edelsio a toujours essayé de ne pas trahir. Pourtant il en avait eu l'occasion. Certes il a séduit et embrassé pour se nourrir mais jamais pour tromper Aileen. Il n'en ressentait pas le besoin.


© Gasmask


Dernière édition par Edelsio Willord le Ven 9 Sep - 4:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 18 Je suis arrivé(e) le : 07/08/2016 Sous les traits de : julia johansen Crédits : moriarty Points : 167

J'ai : deux-cent ans. Age d'apparence : entre dix-neuf et vingt-deux ans, selon la vue de la personne. Je travaille comme : barmaid, métier sans attaches qui représente parfaitement ma soif de liberté. Actuellement, je suis : mariée, mais je ne sais pas si je me considère encore comme telle aujourd'hui. Niveau social : jadis fille d'un entrepreneur en métalurgie, mariée à un héritier d'une riche famille depuis toutes ces années, je ne pense pas manquer de quoi que ce soit, bien au contraire.
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Jeu 8 Sep - 1:03
for the best and the worst.

— Aileen, je comprends, vraiment, mais je n'arrive pas à accepter ta manière d'être. Au début, oui, je le concevait, mais ça fait plus de cent ans maintenant. Je ne te demande pas de me pardonner mais au moins de me respecter.

Le regard ancré dans le sien, elle le fixe, silencieusement, impassible. De nouvelles secondes s'écoulent, avant qu'elle se décide enfin à bouger, décroisant ses jambes avec élégance pour pouvoir se redresser, et lui faire face, prête à lui cracher sa rancoeur, longtemps refoulée et qui est maintenant sur le point d'exploser. Mais Aileen parvient encore à se contrôler, serrant doucement les poings, enfonçant ses ongles dans sa paume pour provoquer une vive douleur et essayer de faire disparaître cette horrible envie de s'en prendre soudainement à lui. Cela lui fait du mal de penser de cette façon, c'est son mari, elle en a conscience. Elle a eu des moments de réflexions sur ce mode de vie, continuer et essayer de lui faire ressentir sa douleur, ou bien arrêter, jouer la comédie, porter un masque, rester silencieuse, et reprendre son rôle de petite épouse parfaite. A chaque fois la première idée l'emportait.  

—  M'as-tu respecté cette nuit là Edelsio ? Je ne pense pas. Dit-elle calmement tout en se rapprochant d'avantage de son mari, avant de poser ses mains sur son buste pour le pousser légèrement
— Tu as fais preuve d’égoïsme, et m'a privé de tout ! Aimer c'est savoir par moment se sacrifier, mettre de côté son malheur pour faire le bonheur de l'autre. Tu étais peut être encore trop jeune pour le comprendre, mais j'aurais préféré que tu m'oublie, me laisse vivre, mourir auprès des miens au lieu de m'arracher à eux de cette façon. Certes j'étais éperdument amoureuse de toi, mais j'aurais pu facilement m'en remettre, en tant qu'humaine, qu'être éphémère, contrairement à maintenant …

Elle s'éloigne de lui, n'a plus la force de le regarder droit dans les yeux. La stryge se retourne pour marcher vers la baie vitrée, et observer la vue de cet endroit. Des immeubles, encore et toujours. Elle se frotte délicatement le bras d'une main, réprimant un frisson. Beaucoup trop de sentiments se mélangent dans son esprit, elle ne sait quoi faire, s'énerver ou bien laisser couler une énième fois pour que cela finisse par exploser de nouveau plus tard. D'un geste bref, elle place une mèche de ses cheveux flamboyants derrières son oreille.

—  Tu as raison, je n'arriverais sûrement jamais à te pardonner, mais malgré tout tu es mon seul repère dans tout ça. Si j'agis de cette manière c'est pour éviter de m'en prendre directement à toi, j'ai beau te détester, ça ne veut pas dire que je n'ai plus de sentiments pour toi. Laisse moi exprimer ma rage comme je l'entends. Je peux essayer de réduire la cadence si c'est ce qui te déplait, ou d'être discrète, mais pour le moment la rancune est encore trop présente pour arrêter complètement.


(c) 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

IDENTITY CARD
Messages : 35 Je suis arrivé(e) le : 07/08/2016 Sous les traits de : Samuel Larsen Pseudo : Sharlie Crédits : Avatar: moi -Sharlie- | Gif: Tumblr Points : 397

J'ai : 202 ans Age d'apparence : 24 ans Je travaille comme : Propriétaire de plusieurs appartements Actuellement, je suis : Marié mais c'est compliqué Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 16 Sep - 23:35
For the best and the worst.
Aileen & Edelsio
If you’re struggling like I am, Can’t we make things a little easier? - Kwon Ji Yong "If You"

Ses jambes nues emmenèrent la belle près de lui. Elle avait son regard dans celui de son mari. Il ne vacilla pas et soutenu son regard. Il voyait bien qu’elle n’avait pas l’air d’être enjouée par sa situation. Ses paroles renforcèrent son idée. Edelsio écouta les paroles de sa femme. Il admit, et le savait déjà, que son action du passé était remplie d’égoïsme. Justement, aujourd’hui, ses requêtes étaient sans doute aussi de l’égoïsme. Les fines mains de Aileen se posa sur son torse pour pouvoir le repousser légèrement. Il ne put retenir son regard et le baissa à cause de la honte qu’il éprouvait face aux paroles de sa femme. Ce n’était pas la première fois qu’elle lui disait ses mots mais à chaque ça le rendait triste. Il était désolé de l’avoir privé d’une autre vie. De la vie qu’elle voulait réellement.

Il regarda lui aussi au travers de la baie vitrée. Il ne regardait pas vraiment la ville qui se dessinait devant lui. Il était plus concentré sur les dires de sa belle donc il continua d’écouter la jeune femme. Il fit dérangé par la suite des explications. Sa suggestion de diminuer la cadence ou d’être discrète fit rire doucement Edelsio. Il se tourna vers sa femme.

« Tu penses réellement que faire ça règlera le problème ? Mais Aileen… »

La mâchoire serrée après le léger rire qu’il avait fait sortir de sa bouche, il passa une main dans ses cheveux, expira fortement et continua dans sa lancée.

« Je préfère encore que tu t’acharne sur moi. Blesse-moi physiquement. Tue-moi. Mais arrête de croire que d’aller voir ailleurs va arranger ce qu’il y a entre nous. Dis-moi, tu te sens vraiment bien en faisant ça ? »

A dire vrai, il comprenait le fait qu’elle ait de la rancœur et de la colère envers lui, mais il ne pouvait pas croire qu’elle se sentait réellement bien en bafouant leur mariage en allant voir d’autres personnes. Ce n’était pas comme ça que leur couple pourrait survivre. Il avait peur que tout se termine « à cause » d’une histoire de jambes en l’air, alors que le problème était beaucoup plus profond que ça. Il aurait préféré qu’elle crie, qu’elle frappe ou autre qui lui permettrait de se défouler.


© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

For the best and the worst | Aileen & Edelsio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» For the best and the worst | Aileen & Edelsio
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Présentation de Aileen Leigh [Validée]
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Residential Area :: 145 O'Connor ST-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3