AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
"If You Dare Come a Little Closer"

 :: Residential Area :: 15 Redhill RD
Aller à la page : Précédent  1, 2

أنا مثير و أنا أعلم أنه
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
أنا مثير و أنا أعلم أنه

IDENTITY CARD
Messages : 185 Je suis arrivé(e) le : 13/04/2016 Sous les traits de : Jason Momoa Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 2911 Couleurs RP : #cc6600

J'ai : 174 ans Age d'apparence : 33 ans Je travaille comme : Chef Pâtissier Actuellement, je suis : En couple avec la plus délicieuse des Louves Espèce : Djinn Iphrine Niveau social : Sans prétention
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 16 Aoû - 2:52
"If You Dare Come a Little Closer"



5 Juillet 2016 - 18h30 - Jahaal& Merry


Le choc est violent. Presque autant que toute la rancœur que tu avais à l'intérieur. Et la sienne, qui t'éclate en pleine gueule. Tu aurais du te douter, que Merry était pas du genre à se laisser faire sans réagir. C'est la louve qui s'est défendue, la louve qui a parlé. Avec ses prunelles d'or en fusion, ses griffes tranchantes et même ses crocs. Tu sens à peine ce qu'il t'arrive quand les chair de ton bras se déchirent, tu as si mal à l'intérieur que ton corps est presque anesthésié. Mais dans un sens, tu es heureux. Qu'elle réagisse. Qu'elle soit en colère aussi. Ca veut dire qu'elle est pas indifférente. Et ça, c'est déjà beaucoup. Tu souris presque quand ton dos se fracasse contre le mur et fout en l'air les conneries sur l'étagère à côté. Et puis son corps rejoint le tiens, elle est surtout avec tout l'instinct et la sauvagerie de son totem. Elle irradie d'une violence que tu savoures presque. Sa voix est différente, plus rauque, et elle te rappelles ses gémissements de plaisir. Tu t'attendais à tout venant d'elle, à ce qu'elle t'en mette une pour l'avoir bousculé, pour l'avoir traité de conne. Mais pas ça. Pas qu'elle explose de rage parce que tu lui avais parlé de tes conquêtes.

Une sorte de vague de chaleur éclate dans ton ventre. La jalousie de Merry te donne des ailes. Tu aurais presque envie de la renverser sous toi et de lui faire l'amour à même le sol. Sa possessivité te rassure. Si elle s'en foutait de toi, si elle voulait rompre, elle réagirait surement pas comme ça. Rompre ... Tu te mordrais bien la langue d'avoir penser ce mot. Y a pas à rompre quand on est pas ensemble. Ca voulait dire quoi ? C'était assez évident, mais comment te l'avouer. Et lui avouer. Tout avait bien commencé mais c'était parti en vrille à une vitesse. Avec vos deux caractères explosifs, c'était pas vraiment étonnant en même temps. Elle continue à te grogner dessus et tu ne peux pas quitter ses yeux en fusion. "Pas ta poule". "Pas encore". Cet aveu à demi-mot te fait l'effet d'une déclaration enflammée. Avec tout l'aplomb et la mauvaise humeur de la louve devenue possessive.

Et puis elle se calme, elle rentre ses griffes, sa voix devient plus douce, plus caressante. Tu bois ses paroles comme le nectar des dieux. Tu te laisses bercer par ce qu'elle dit. Ca fait écho à ce que tu penses, à ce que tu ressens. A ce que tu as essayé de lui dire tout à l'heure aussi. Quand elle suggère que vous arrêtiez tout, son regard scintille d'une tristesse impossible à feindre. Tu veux croire qu'elle ne pourrait pas, en tout cas. Tout comme tu ne voudrais partir pour rien au monde. Elle non plus apparemment. Sa fierté se fissure, sa carapace mollit alors que vous vous retrouvez à partager le même souffle brûlant. Elle est si proche. Et son aveu te fait tellement de bien. Tu sens à peine le sang qui coule le long de ton bras. Tu n'oses pas l'interrompre pourtant. Tu la laisses mener la danse. Et tu as raison car c'est elle qui vient à toi et se love entre tes bras, elle qui réclame tes lèvres que tu lui donnes en grognant un peu, elle qui s'empare de toi et fait de toi ce qu'elle veut. C'est drôlement électrisant. Et la tension monte en toi. Tes bras se font aussi possessifs et scellent votre étreinte. Ton corps se déforme un peu, s'élargie. Ta peau brunie, tes yeux flamboient de reflets cuivrés. Le Djinn se manifeste alors qu'elle l'invoque à demi-mot.

Le calme revient après l'explosion. Tu cueilles un dernier baiser chaste avant de relâcher ton étreinte. Tu glisses seulement ta paume dans la sienne, entrelacent vos doigts et l'attire au canapé. La pression était si forte que tout semble différent maintenant. Comme si quelque chose de plus te rapprochait d'elle. Un ciment nouveau qui vous unissait. Tu la regardes sans rien dire au début. Et puis c'est le tiraillement de ton bras alors que ta forme Djinn se dissipe peu à peu qui te rappelle à la réalité. Tu éponges comme tu peux avec ta chemise -bravo le crado !- mais ça ne semble pas vouloir s'arrêter. Tu affiches un sourire un peu gêné.

"Je ... tu crois qu'tu pourrais ... arranger ça ?"


Un silence. Tu as une voix étrangement prudente quand tu t'exprimes à nouveau.

"Dis ... tu le pensais vraiment ce que tu as dis tout à l'heure ? Qu't'avais attendu que j't'appelle aussi ? Et ..."


Ton visage se fend d'un sourire un peu goguenard. Et tu rougirais presque si ta peau n'était pas aussi foncée.

"T'as dis qu't'étais pas encore ma poule ... Parce que, tu voudrais ? Être ma poule ?"

La pire demande de tous les temps. Signé, Jahaal.



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Berserker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Berserker

IDENTITY CARD
Messages : 175 Je suis arrivé(e) le : 09/06/2016 Sous les traits de : Emily Browning Je me dédouble : Jesse P. Baker / Aman Redkar Pseudo : Livia Crédits : Avatar me Points : 3313 Couleurs RP : parme

J'ai : 27 ans Je travaille comme : Employée d'une chaîne de fast food Actuellement, je suis : Bella Swan cernée de bestioles surnaturelles en couple avec un Djinn... Alter-ego : Loup gris Espèce : Berserker Niveau social : Modeste
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 21 Aoû - 20:42


Bien sûr Merry est trop emportée - hey quoi ! C'est une louve ! - et qu'elle devrait prendre bien plus garde à ses accès de colère. Mais imaginer Jahaal avec d'autres nanas, c'est trop douloureux. Elle sait très bien qu'il en a sûrement eu à la pelle. Bien évidemment. Ce sont des choses logiques mais... Mais à cet instant elle ne veut pas être logique : elle veut juste que ce soit clair entre eux. Juste, peut-être essayer d'avoir une liaison avec quelqu'un. Après toutes ces années... Avec l'épée de Damoclès de sa nature qui la fera un jour porter l'enfant d'un inconnu. Mais il n'est pas un humain. Il est un Djiin et il le lui prouve encore une fois en se transformant de nouveau, prenant cette forme colossale mais à présent familière après ce si long et doux baiser qui dit plus de choses que ce qu'ils s'avouent.

Jahaal n'est pas un homme ordinaire, elle peut s'emporter, elle peut se transformer devant lui. Elle n'a pas à se cacher, à avoir peur. Juste à profiter de cette passion flamboyante qui semble les réunir. Elle a la tête qui tourne. Il la rends un peu accroc même si elle ne veut pas, même si elle fait sa fière. Pourtant, n'est-il pas le premier homme à obtenir son corps ?

Ses bras saignent et elle se sent un peu navrée, esquissant un pauvre sourire d'excuse un peu maladroit alors qu'il la ramène sur le canapé. Il tente d'éponger le sang mais elle se lève aussitôt et va chercher une boîte de compresses, du sparadra et un peu de désinfectant. Elle s'en veut un peu. Elle n'aurait pas dû s'emporter comme ça mais... Elle revient, ses produits dans les mains, les pose sur la table et le voilà qui lui demande si elle était sincère et si... Si elle veut être sa poule. Merry a le coeur qui bat la chamade mais elle cache son trouble derrière sa nouvelle casquette d'infirmière improvisée, mettant un peu de produit sur les compresses. Elle pousse un soupir, avant de relever finalement les yeux, croisant son regard chaleureux - et au moins aussi plein d'espoir que le sien.

"Oui, j'ai vraiment attendu." Dit-elle, doucement. Avec une franchise un peu pudique, elle ajoute en baissant les yeux. "Tu sais la dernière fois que j'ai eu un copain c'était il y a plus de dix ans... Quasiment 15 même. C'était un humain et je ne savais pas encore que j'étais... Une Berserker. A une soirée, j'avais bu. Il m'a peloté, comme on fait avec sa meuf, normal en gros. Sauf que je sais pas... J'ai pété un câble. J'ai failli le bouffer et massacrer tous les autres ados à cette foutue soirée... Depuis... Je n'ai plus jamais laissé un homme m'approcher."
Tout en parlant, à voix basse comme si elle craignait que les voisins l'entendent, elle s'affairait à nettoyer les plaies - finalement plus superficielles que prévu mais qui saignaient pas mal. Lui faisant soigneusement quelques pansements improvisés avec avoir désinfecté, elle réalisa finalement qu'elle était restée silencieuse un moment.
"Mais... J'aimerais bien être ta copine. J'aimerais même vraiment bien."

Elle s'empourpra et détourna le regard, cela sonnait comme une déclaration de collégienne, c'était un peu pathétique. Mais elle était sincère.
"Enfin si... Si tu n'as personne non plus en ce moment... Je veux dire... C'est pas comme si on allait se marier et tout mais... Ca me plairait, pour sûr." Finit-elle, plus rouge encore, en se cachant derrière quelques mèches de ses cheveux châtain foncé, non sans se mordiller la lèvre, prise d'une subite timidité qui ne lui ressemblait que peu...
Revenir en haut Aller en bas

أنا مثير و أنا أعلم أنه
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
أنا مثير و أنا أعلم أنه

IDENTITY CARD
Messages : 185 Je suis arrivé(e) le : 13/04/2016 Sous les traits de : Jason Momoa Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 2911 Couleurs RP : #cc6600

J'ai : 174 ans Age d'apparence : 33 ans Je travaille comme : Chef Pâtissier Actuellement, je suis : En couple avec la plus délicieuse des Louves Espèce : Djinn Iphrine Niveau social : Sans prétention
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 22 Aoû - 6:05
"If You Dare Come a Little Closer"



5 Juillet 2016 - 18h30 - Jahaal& Merry


Elle va directement farfouiller dans ses affaires pour ramener de quoi te soigner quand elle voit l'état dans lequel sont tes bras. Elle a l'air de se sentir coupable, mais pas trop, comme si tu l'avais finalement bien mérité. Ce qui n'était pas faux, dans l'absolu. Tu la laisses désinfecter tes plaies, panser les griffures qui ne sont pas si profondes que ça mais qui brûlent. Brûlent du feu de la louve qui montre les crocs. Mais ça ne fait que te rendre Merry plus désirable encore. Car cette farouche façon de s'enflammer comme une torche de fourrure, était la preuve que tu ne la laissais pas indifférente. Peut être même était-elle jalouse ? Tu aurais presque envie de glousser comme un adolescent. Du plaisir simple qu'on ressent à se sentir aimer par celle qu'on aime. Même si tu étais loin de pouvoir l'énoncer aussi clairement à Merry, il restait clair que ce baiser partagé au creux de vous, juste elle et toi, toi et elle, avait plus de poids qu'un millier de mots. Tu souris simplement. Parce que tu la regardes, que tu la trouves belle à croquer et que tu n'as qu'une seule envie, la prendre dans tes bras et l'embrasser toute la nuit.

Au fond, Merry est le feu de camp qui a fait fondre ton coeur de guimauve, gros marshmallow planté sur un bâton. Tu ris un peu parce que la métaphore est amusante, toi, le Djinn Iphrine qui se consume pour cette flamboyante louve. Tu l'entends esquisser une réponse, même si elle a l'air un peu gênée. Alors tu sors de tes divagations et tu l'écoutes attentivement, tes yeux noirs aux cercles cuivrés sur ses prunelles bleus aux reflets dorés. Elle te raconte un souvenir qui a l'air douloureux, même si elle l'énonce presque cliniquement. Tu devines aisément qu'elle en est encore affectée aujourd'hui. Et pourtant, même si tu perçois son tourment, tu es rempli d'un élan de fierté immense. Quand elle t'avait avoué pendant votre première nuit, que c'était la première fois, tu avais été honoré, très touché même. Mais après, en attendant de ses nouvelles en te demandant si tu devais ou non la rappeler en premier, tu t'étais souvent demandé si ce n'était pas un mensonge. Elle venait de confirmer que non. En plus d'être vierge, elle était également restée seule. Beaucoup trop seule.

"Tu pourras toujours essayer de me bouffer, je me laisserais pas faire, t'en fait pas pour ça. J'ai de la ressource !"

Tu as dis ça pour la rassurer sans même savoir si elle allait vouloir être ta petite amie. Alors sans attendre sa réponse à ta question, tu déposes un baiser chaste sur sa bouche, prenant doucement ses lippes satinées contre les tiennes, au creux de cette barbe foisonnante et exceptionnellement bien taillée et huilée avec soin pour la rendre plus douce. Tu frottes doucement ton nez contre le sien et reprend ta place, autant que faire se peut, pour la laisser finir son office avec tes bras. Sa voix se fait beaucoup plus basse, quand elle t'avoue enfin qu'elle accepte de sortir avec toi. Tu as presque honte de ta façon de lui demander. Elle se met à rougir furieusement, et le Djinn en toi s'émoustille si fort que tu as du mal à te maîtriser. Elle détourne un peu la tête, laissant ses cheveux bruns couvrir son visage et fuyant ton regard. Tant pis pour la bienséance. Ce qu'elle avait ajouté après était juste risible. Non, bien sur que non, tu n'avais personne. Tu n'avais d'ailleurs eu personne depuis cette fameuse nuit. Tu lui avouerais surement après quelques verres, mais pas maintenant. Alors tu fais brusquement tomber le matériel sur vos genoux en te levant comme un Diable dans une boîte, monté sur ressorts. Tu l'attrapes sans trop lui demander son avis, et la prend au creux de tes bras pour la faire doucement tournoyer. Tu te sens aussi niais que ridicule, et pourtant, tu es juste heureux. Heureux d'être là, heureux auprès d'elle.

Finalement, tu la déposes avec une douceur toute relative et reprend ta forme humaine presque instantanément. Tu attrapes un verre et une canette de bière que tu ouvres en coinçant la capsule au creux de ta paume. Tu en sers une que tu tends à Merry et une autre pour toi. Un peu stupidement, tu fais choquer vos verres, pour célébrer cette grande nouvelle. Oui, car malgré les années qui n'avaient que peu de prise sur ton corps de Faë, le temps avait passé depuis ta dernière véritable relation. Pour ne pas dire un temps immense, si on considère que tu n'as jamais eu quelque chose de régulier depuis le décès de ton père. Tu as beau facilement mettre cela sur le dos de ta mère -bah oui, comment tu veux avoir une relation stable quand à ton âge, tu vivais encore chez ta mère, et tu t'en occupais beaucoup trop pour ta propre santé mentale ?- dans les faits, elle était et demeurait une bonne excuse. Disons que chat échaudé craint l'eau froide, et que l'anéantissement de ta maman lorsqu'elle a vu l'amour de sa vie disparaître pour toujours, t'avait un peu refroidi à l'idée de t'unir, surtout si tu tombais amoureux d'une mortelle. Tu affiches un sourire comblé et pourtant un peu peiné. Car finalement, Merry était mortelle. Et ce que tu t'étais promis de toujours éviter, venait de se produire. Mais pour l'instant, tu t'en foutais comme de ta première layette ! Ca aussi, tu lui en parlerais avec un petit coup dans le nez.

Tu descends une lampée de bière et prend une poignée de chips que tu fourres sans classe aucune dans ta bouche. Sous les crounch-crounch de ta mastication, tu ne peux pourtant pas détourner ton regard de Merry. Maintenant que le plus compliqué a été résolu, et que vos fiertés respectives se sont respectivement faites mater, il n'y avait plus qu'à profiter du bonheur simple d'être ensemble, et tenir l'un à l'autre, sincèrement.

"Bon maintenant que t'es officiellement ma meuf -pouah j'suis trop content !- je pense qu'on pourrait peut être en apprendre plus l'un de l'autre. J'veux dire, à part que tu travailles chez McDo, que tu t'en transformes en une superbe louve et que tu es torride au pieu, je sais rien de toi ! Tu veux ?"

Tu demandes son approbation, même si tu te doutes qu'elle ne risque pas de refuser. Ou tout du moins, ça serait surprenant. Et puis, négligemment, l'air de rien, tu glisses ta main dans la sienne et entrelace vos doigts. Et en un instant, une seconde pendant laquelle tu as senti ton coeur battre d'un émoi tout nouveau, tu comprends et imagines pour la première fois la souffrance de ta mère lorsque ton père est parti pour toujours. Et ça te fait bizarrement super peur.



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Berserker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Berserker

IDENTITY CARD
Messages : 175 Je suis arrivé(e) le : 09/06/2016 Sous les traits de : Emily Browning Je me dédouble : Jesse P. Baker / Aman Redkar Pseudo : Livia Crédits : Avatar me Points : 3313 Couleurs RP : parme

J'ai : 27 ans Je travaille comme : Employée d'une chaîne de fast food Actuellement, je suis : Bella Swan cernée de bestioles surnaturelles en couple avec un Djinn... Alter-ego : Loup gris Espèce : Berserker Niveau social : Modeste
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 30 Aoû - 19:15

S'il est vrai que l'amour rends niais à cet instant Merry est une guimauve. Quelque chose de doux et de sucré dans la tête, comme de la barbapapa, elle se laisse attraper et tournoie doucement dans les bras du Djinn, en sentant son visage s'empourprer encore plus. Parce qu'elle ressent ce même bonheur débile que lui. Un truc rose, tout collant. Délicieux bonbon qu'est l'amour sincère, qu'elle fait semblant de ne pas ressentir. Ce n'est qu'un béguin ? Mais pourtant le premier depuis au moins 13 ans. Alors elle veut simplement profiter, la louve, de ce bonheur tout con alors qu'ils trinquent à cette nouvelle.

Merry glousse comme une adolescente, alors qu'elle grignote une chips après une lampée de bière. Elle se sent bête et sur un petit nuage. Elle est gauche alors elle se love contre lui, tendrement, pour profiter de sa chaleur, toute calme après sa colère passée - Merry est une fille binaire, ses colères sont aussi spectaculaires que brèves et ses pardons prompts à venir.
Elle est heureuse d'avoir pu avouer à Jahaal qu'il n'est vraiment pas n'importe qui pour elle. Il est le seul qu'elle laisse approcher, le seul homme a l'avoir eu dans son lit. Mais c'est un peu plus fort que ça, parce que finalement la vraie première fois a été avec Mara. Mais cette dernière est l'amie de Merry alors ça ne compte pas pareil. C'était juste une fois. Ce n'est pas comme avec ce fichu Djinn qui lui donne envie d'arracher sa robe dès qu'il lui fait son petit regard en coin de beau-gosse.

Merry ne sait rien des tourments qui agitent l'esprit d'un être capable de vivre très longtemps. Elle a l'insouciance des mortels et trop de pragmatisme pour souhaiter vivre éternellement. La vie est belle parce qu'elle est brève et fragile. Les loups n'ont que faire de l'éternité, seul le présent compte vraiment. Alors toutes ces prises de têtes sur les longévités des uns et des autres n'est pas à l'ordre du jour.
La main dans celle de Jahaal, elle est sur son petit nuage, pour le moment. Les choses tristes n'ont pas de prise sur elle à ce moment précieux.
Et alors qu'il plaisante un peu sur le fait qu'ils ne se connaissent pas vraiment, elle lui donne gentiment un petit coup de poing sur l'épaule, rapport au "torride au pieu" qui la fait quand même rire.

"Bah tu sais, je sais encore moins de choses de toi, monsieur le Djinn du feu pâtissier dragueur et super bombard !" Elle rigole un peu mais c'est juste pour le taquiner un peu. "Mais oui, jouons aux questions réponses sur nos vies." Elle lui sourit gentiment, après s'être penchée pour ramasser les compresses et tout la bazar tombé un peu plus tôt qu'elle met en sûreté sous la table basse. Puis prends une gorgée de bière pour se donner bonne contenance. C'est fou d'un coup, comme elle a l'impression d'être finalement juste une fille normale. Bon d'accord, ils sont des créatures surnaturelles - elle n'arrive vraiment pas encore à réaliser comme sa vie a pu basculer depuis quelques semaines. Mais elle se sent super normale.

"Je commence !"
Dit-elle joyeusement. "Ca fait longtemps que tu vis à Ottawa ?" Elle choisi une question pas trop risquée, parce que bon, elle n'aime pas l'idée de plomber l'ambiance plus douce et intime qui s'installe. "Et hummmm... Tu es né dans quel pays ?" Elle est curieuse au fond, avec son physique particulier. Ca ne veut pas dire grand chose, un bronzage : beaucoup de natifs américains sont typés d'autres ethnies. Mais la louve est curieuse. Curieuse de lui, de cet enérgumène qui lui plait tant. Au fond, c'est bien innocent...
Revenir en haut Aller en bas

أنا مثير و أنا أعلم أنه
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
أنا مثير و أنا أعلم أنه

IDENTITY CARD
Messages : 185 Je suis arrivé(e) le : 13/04/2016 Sous les traits de : Jason Momoa Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 2911 Couleurs RP : #cc6600

J'ai : 174 ans Age d'apparence : 33 ans Je travaille comme : Chef Pâtissier Actuellement, je suis : En couple avec la plus délicieuse des Louves Espèce : Djinn Iphrine Niveau social : Sans prétention
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 30 Aoû - 23:47
"If You Dare Come a Little Closer"



5 Juillet 2016 - 18h30 - Jahaal& Merry


Tu la laisses te chahuter gentiment parce que tu sais qu'au fond, elle est toute fière de ce que tu viens de dire. Il n'a qu'à voir ses deux joues rouges qui donnent à son visage le charme appétissant de deux cerises bien mûres. Elle rit en un peu et tu te rappelles avec émotion votre rencontre au MacDo, où elle avait, grinçante, chercher à se débarrasser de toi à la seconde où tu étais arrivée en décrétant qu'elle devait manger davantage pour ne pas crever la dalle. C'était hallucinant, au final, comme les choses avaient évolué entre vous. Au final, vous n'aviez passer même pas une journée ensemble. La rencontre au Macdo d'une vingtaine de minute, le rendez-vous au parc qui ne s'était guère éternisé avant de finir chez toi pour une nuit mémorable. Non vraiment, comment autant de choses avaient pu naître en toi en l'espace d'une journée et de deux semaines d'attente. C'était surréaliste.

Il faut dire que les Djinns et l'amour, c'est déjà pas simple. D'abord parce que t'as grandi avec une vision de la chose totalement biaisée : soit tu te trouves une gentille Djinn de bonne famille qui te supporte suffisamment longtemps pour porter ta progéniture et t'épouser, en composant avec le comportement insupportable des deux, soit tu te trouves une Phoenix pour reproduire la légende antique. Dans la théorie, y a pas vraiment d'autres possibilités et dans la pratique, y a pas beaucoup de Djinn suffisamment stable pour trouver l'amour et le garder. Parce que vos personnalités sont trop versatiles, votre élan naturel à ne vous préoccuper que de vous trop envahissant, et parce que vous êtes incapables de maîtriser votre tempérament déchaîné. Dans de rare cas, des relations naissent et souvent, elles sont fortes et immuables. Alors qu'en penser ? Tu n'avais jamais vraiment eu de relations sérieuses au sens propre. Des relations longues parce qu'il le faut bien, mais sans autre allant que l'habitude de se réveiller tous les jours avec une personne disposée à faire l'amour avec toi, sans avoir à faire l'effort d'aller chercher de quoi te satisfaire. Toujours des Djinns. Toujours des barges. Que ta mère avait fini par faire fuir immanquablement.

Tiens, encore un détail que tu n'avais pas évoqué avec Merry. Ta mère. Tes exs au final y avait rien à dire. Aucune suffisamment folle pour te harceler après la rupture, tout simplement parce qu'elles avaient peur de Jezabel Sepehr née Orsini, la terreur parmi les vieilles Iphrines de la Cour d'Ottawa et d'ailleurs. Sauf peut être Mirabelle, une hystérique mégalomane. Mais tu étais pratiquement sûr qu'elle s'était trouvé un pigeon Phoenix pour la supporter jusqu'à ce que ses flammes la grillent comme un poulet rôti. Et elle l'aurait bien mérité, ça c'était sur. Tu laisses couler une lampée de bière dans ta bouche avant de sortir de tes réflexions et te concentrer sur les questions de Merry. La première illustre ta plus grande angoisse : qu'elle te trouve trop vieux pour elle. Car ouais, tu n'avais pas exactement mentionné ton âge réel à ta nouvelle petite amie. Tu grimaces un peu et serres inconsciemment davantage sa paume dans la tienne. Tu aurais juré qu'elle aussi avait un peu la peau moite. Ou alors c'était la tienne et tu essayais lamentablement de te rassurer. Après tout, que voulait dire l'âge ? Ta mère avait déjà 101 quand elle t'a conçu, donc au moins 95 quand elle a connu ton père ! Et il avait bien accepté, lui. Alors pourquoi pas Merry ?

"Et bah ... pour être franc j'habite là depuis 92 ans. Donc, ouais, dans un sens, ça fait un bail que je s'quatte dans les parages. Et toi alors ? Je suis né en Egypte ... en 1842. Mon père est égyptien et ma mère israëlienne d'origine. Je suis fils unique, elle a toujours prétendu que j'avais -je cite- suffisamment abîmé son vagin pour lui passer l'envie d'agrandir la famille. Paraît que j'étais déjà mastoc, même bébé. Du coup j'ai grandi là bas et je suis venu au Canada avec ma maman à la mort de mon père. Mon père était humain, le côté Djinn ça vient de ma mère. Et toi alors, ta famille était aussi Berserker alors ? Tu as des frères et soeurs ? Et puis maintenant que tu sais que je suis un vieux fossile, tu peux me dire ton âge à toi, aussi, je pense !"


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Berserker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Berserker

IDENTITY CARD
Messages : 175 Je suis arrivé(e) le : 09/06/2016 Sous les traits de : Emily Browning Je me dédouble : Jesse P. Baker / Aman Redkar Pseudo : Livia Crédits : Avatar me Points : 3313 Couleurs RP : parme

J'ai : 27 ans Je travaille comme : Employée d'une chaîne de fast food Actuellement, je suis : Bella Swan cernée de bestioles surnaturelles en couple avec un Djinn... Alter-ego : Loup gris Espèce : Berserker Niveau social : Modeste
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 2 Sep - 14:55

Ce petit jeu de questions réponses n'est pas une si mauvaise idée, au fond, songe la jeune louve. Ce n'est pas évident pour elle, l'idée de se livrer, même un peu. Mais comment commencer une relation si l'on ne sait rien l'un de l'autre ? Merry a toujours pensé que le dialogue fait tout. Pour peu que tu ne puisses pas parler avec ton copain, ça finit juste par imploser. Mais elle a l'habitude de tout garder pour elle. Elle s'est crue bonne pour l'asile si longtemps... tellement d'années a penser que tout ça, c'était juste elle qui débloquait et voilà qu'elle se retrouve au milieu de Stryges, de Banshee, de Djinns et d'Alchimistes et que sais-je encore...
Finalement c'est peut-être ça le plus dur, qu'elle doive tout réapprendre, tout découvrir. De comprendre qu'on a perdu des années, à se sentir si misérable et si seule alors qu'on est une surnaturelle...

Elle l'écoute finalement lui raconter qu'il est là depuis 92 ans;.. 92 putain d'années ? Elle cille un peu, plus par surprise qu'autre chose. Sa main dans la sienne est un peu moite et elle la serre doucement, pour le réconforter, cet ours maladroit. Lorsqu'il lui dit sa date de naissance, elle fait un rapide calcul : il a presque 180 ans et cette idée lui semble vraiment bizarre. Elle n'a pas encore rencontré d'autre créature si âgée que lui - Mara est jeune, Diane aussi, de même que tous ceux qu'elle connait. Finalement, elle est confrontée à un être de presque 200 ans et elle ne s'en est pas rendu compte. C'est un peu fou d'y penser.
Cependant, elle ne se verrait pas le rejeter pour des conneries pareilles ce serait comme rejeter quelqu'un parce qu'il fait moins de telle taille ou plus de telle taille : il n'a pas choisi sa date de naissance.
Les origines exotiques du Djinn la fascinent un peu. L'egypte, terre des pharaons, et l'Israël... Pour elle, native américaine, ce sont des endroits sur une carte, loin très loin d'ici...

Lorsqu'il plaisante sur son propre vrai âge, Merry sourit légèrement, avant de se lancer d'une voix plus douce. Toutes ces questions ravive un peu le fait qu'elle a finalement découvert sur le tas qu'elle était adoptée et certaines choses douloureuses dont elle n'a parlé à personne jusqu'alors.
"Ho tu sais, moi je n'ai que 27 ans, hein, ça manque un peu de swag, je l'admet." Elle plaisante, comme pour se rassurer elle-même quant aux questions à venir. "Tu es bien conservé, pour ton âge, pas une ride, rien, tu me donnera le nom de ta crème de lifting parce que je veux la même !" Elle lui donne une gentille bourrade et serre fort sa main. Elle s'en fiche, de l'âge qu'il a. C'est impressionnant et un peu déroutant sur le principe de "salut ce mec super bon de presque 200 ans veut sortir avec une meuf super banale de même pas 30 ans." Elle a surtout du mal à croire en sa chance, sa bonne étoile ou elle ne sait trop quoi qui fait que du coup elle sort fraîchement avec un mec comme lui.

"Moi c'est... Un peu compliqué. Je suis née en Louisiane. Il paraît que j'ai des origines Vicking... Non mais sérieux, avec ma gueule de blanchette et mes poignées d'amour j'suis une putain de guerrière amazone en fait, wesh !" Elle fait de l'humour, pour dédramatiser, se rassurer. Elle rigole parce que c'est plus facile que d'avouer qu'elle est bouleversée par tout ça. Elle boit une lampée de bière pour faire passer le tout.
"En fait, c'est compliqué. J'ai été adoptée, j'ai grandi dans une famille d'humains qui ne savent rien des créatures du monde... Du coup quand j'ai commencé à sentir ma louve dans ma tête, ça a juste donné un sale bordel. Ils ont évité que je finisse à l'asile, par je ne sais quel miracle et on est parti vivre à Toronto, puis je suis partie quand j'ai été majeure pour Ottawa, je leur en ai fait baver... Tout ça parce que ma vraie mère m'a abandonnée à la naissance. En fait, j'ai rencontré ma soeur il y a quelques semaines, c'est là que j'ai su qu'en fait j'étais pas tarée, que j'avais genre des putains de pouvoirs, que c'était pas juste dans ma tête et tout ça. J'ai des parents biologiques une sœur.. Je les ai jamais rencontré mais c'est ma soeur qui m'a apprit tout ça... Que genre on est une lignée pure de Berserker qui descendent directement des vickings et toutes ces conneries..." Sa gorge se noue, elle boit encore un peu de bière, parce qu'elle a une de ces envies de se mettre à chialer...
"Donc en gros la version courte c'est que la semaine dernière je suis partie chez mes parents adoptifs. Je leur ai dit que je savais que j'avais été adoptée et, me demande pas ce qui m'a prit, je leur ai montré mon pouvoir, je suis devenue ma louve. Il y avait mon petit frère et c'est... disons que ça ne s'est pas vraiment bien passé." Elle se tut un instant, refoulant les sanglots qui menaçaient de déborder, serrant fort la main de Jahaal. "Je ne l'ai dit à personne mais j'ai dû m'enfuir avec mon frère qui a mal tourné qui a essayé de me foutre une raclée avec des potes à lui parce qu'il, je cite "savait bien que j'étais une putain de saloperie de monstre dégénéré." Comme je ne voulais pas faire du mal à mon frère, on m'a battu comme plâtre - mais c'est pas grave, je suis solide. Voilà en gros, le drama familial..."

Elle faisait la fière, c'est sûr. Pourtant, cela, elle ne l'avait dit à personne. Pas même à Mara, parce qu'elle n'avait pas forcément envie qu'une Stryge psychopathe cherche à donner une leçon à son petit frère. Elle l'aimait, il était son frangin. Pourtant, vu la force de ses coups de batte de baseball, pas sûr qu'il la considère encore comme telle... Alors elle détourna le regard et bu encore un peu, pour oublier que ça lui faisait putain de mal dans la poitrine...
Revenir en haut Aller en bas

أنا مثير و أنا أعلم أنه
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
أنا مثير و أنا أعلم أنه

IDENTITY CARD
Messages : 185 Je suis arrivé(e) le : 13/04/2016 Sous les traits de : Jason Momoa Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 2911 Couleurs RP : #cc6600

J'ai : 174 ans Age d'apparence : 33 ans Je travaille comme : Chef Pâtissier Actuellement, je suis : En couple avec la plus délicieuse des Louves Espèce : Djinn Iphrine Niveau social : Sans prétention
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 11 Sep - 7:12
"If You Dare Come a Little Closer"



5 Juillet 2016 - 18h30 - Jahaal& Merry


"Une amazone et un génie du désert, bah dis donc, c'est c'qui s'appelle un couple d'Enfer, tu crois pas Bichette ?"

C'est en voyant sa bouille toute fière et en sentant la pression de sa main dans la tienne que tu sais qu'elle accepte. Et c'est en la voyant boire une lampée de bière après avoir fait un trait d'humour que tu comprends que c'est aussi dur pour elle de se lancer dans ses confidences, que pour toi. En fait, tu comprends en croisant son regard rieur mais emprunt d'émotions, que vous vous ressemblez bien plus qu'il n'y parait. L'humour est un exutoire parfait quand il est difficile d'être sérieux. Et c'est tellement plus simple de détourner le sujet d'une blague que de se révéler à l'autre, de se soumettre à son jugement, de s'offrir à lui, en quelques sortes. Alors tu serres fort sa main, comme elle l'avait fait pour toi avant que tu ne lui avoues ton âge. Tu as du mal à glisser ton bras autour de ses hanches à l'évocation de ses poignets d'amour qui te font carrément craquer. Et puis tu la laisses parler. Parce que tu vois dans son regard qu'elle s'est plongée dans ses souvenirs et que c'est suffisamment douloureux comme ça sans que tu viennes l'interrompre.

Tu l'écoutes paisiblement, en te concentrant sur l'éclat dans ses yeux, cherchant à percevoir ce qu'elle pouvait bien ressentir de ce qu'elle racontait. Parce qu'elle avait le chic pour être capable de dissocier les faits des affects, tu l'avais déjà remarqué auparavant. La bière lui donne du courage, tu aimes croire que ta présence contre elle l'encourage aussi. Tu la sens se tendre, sa voix trembler d'un trémolo qu'elle cache habilement mais qui fendille ton coeur d'ordinaire si bourru. Mais qu'est ce que cette fille -louve ?- a fait de toi ? Elle se cramponne à toi en évoquant la semaine passée, et tu te sens subitement extrêmement coupable. Pourquoi ? Parce que tu aurais du être là. Là pour l'accompagner, là pour la soutenir, là pour la protéger. Alors qu'elle t'avoue ce que son "frère" lui avait fait, tu as du mal à te contenir. D'abord, tu te contentes de grogner et puis tu te lèves brusquement, lâchant sa main pour t'éloigner du canapé. Il était rare que tu te mettes en colère. Car il fallait que cela touche quelqu'un qui comptait pour toi. Et il y avait très peu de personnes dans ce cas. A part ta famille. Et Merry. Tu n'oses plus croiser son regard, pour dissimuler tant bien que mal la rage qui s'empare de toi et qui ne te ressemble pas. Tu voudrais cogner dans un mur, mais une force en toi te pousse à te retenir. Pour ne pas abîmer l'appartement de Merry. Parce que ce serait inutile, et très stupide.

Alors tu te contentes de grogner, de faire quelques pas, tournant en rond comme un fauve en cage. Avant de revenir près de Merry. Tu reprends ta place à ses côtés et l'enlaces brusquement. Avec une force possessive qui te ressemble davantage. Puis tu prends son visage en coupe, presse doucement ses joues rondes de tes paumes larges et brûlantes. Tu ancres ton regard qui s'est subitement fait noir, aux pupilles cerclées de cuivre. Tu grognes encore, tes mâchoires serrées comme jamais avant que tu parviennes à te décrisper suffisamment pour articuler quelques mots. Ton coeur fracasse tes côtes dans ta poitrine et tu n'es qu'à quelques centimètres de Merry, ton souffle mêlé au sien.

"Plus jamais. Tu m'entends. Plus jamais je ne le laisserais te toucher. Tu n'es pas un monstre. Tu es la plus belle louve que j'ai jamais vu. Tu dois être fière de ce que tu es, fière de ton pouvoir, fière du sang qui coule dans tes veines. Car c'est ce qui fait de toi qui tu es. Ta louve et toi, vous ne faites qu'un ... Je te protégerais. Je te jure que je laisserais jamais ça se reproduire. Même si je sais très bien que tu sais te défendre toute seule. Je permettrais pas qu'on te fasse du mal."

Dis comme ça, ça faisait encore plus drama. Tu réalises pourtant que tu t'en veux terriblement. Pourquoi ? Parce que si tu avais été plus courageux et que tu avais osé lui répondre, la revoir, avant cela, tu aurais été avec elle à ce moment là. Tu aurais pu la soutenir et l'aider à traverser cela. Alors qu'elle avait vécu ça toute seule. Tu avais l'impression d'être déjà défectueux en tant que petit ami, et ça ne te plaisait pas. Tu poses tes lèvres sur les siennes. Parce que tu as besoin de lui montrer que tu seras là, désormais. Qu'elle pourra compter sur toi. Qu'elle ne sera plus jamais seule. Que vous serez deux, maintenant, pour affronter les problèmes. Tu t'abandonnes un peu à la douceur brûlante de ce baiser quand une odeur de brûlé faire frémir tes narines.

"Je crois que tes spaghettis sont cuites, Chérie !"

Un petit surnom aussi kéké que sincèrement mignon. C'est sorti tout seul. Loin d'une réplique un peu ironique comme tu pouvais en sortir quand tu jouais à faire le beau. Non, là, pas de joli coeur qui cherche à plaire à une bande de groupies. Juste une petite marque d'affection qui t'était venu, comme ça, sans prévenir. Tu laisses Merry régler son problème de pâtes bologno et quand elle revient, tu t'es un peu vengé sur les chips. Tu avales bruyamment avant de te lancer à ton tour. Autant changer de sujet et révéler à ton tour, ton propre drama familial.

"Si ça te rassure, c'est pas plus facile pour les autres espèces surnaturelles. Je pense que c'est le moment pour t'avouer que ... Je vis toujours avec ma mère. Ou elle avec moi. Enfin ça revient au même. Quand on est arrivé au Canada, j'ai pas voulu la laisser toute seule. Et puis, avec le temps, elle m'a plus ou moins fait comprendre que c'était pas négociable et que si je m'en allais, elle me ferait vivre un enfer. Tu sais ce qu'on dit sur les mères juvies ? Imagine la version Djinn ... Elle a le même foutu caractère que moi, sait encore moins se tenir, et est encore plus possessive que ce que tu peux imaginer dans tes pires cauchemars. Enfin, mes pires cauchemars. L'autre soir ... elle était là. Enfin je veux dire, si j'emmène pas de filles chez moi, c'est parce que techniquement, ma mère y habite  aussi et que je veux pas qu'elle s'immisce plus dans ma vie privée, tu comprends ? Putain, tu dois te dire que je suis un sacré Tanguy en vrai ... Je te mentirais en te disant que j'ai tout fait pour m'en défaire. Je crois que je l'aime trop pour me barrer. Je me vois pas lui faire ça ... Et je suis pas sur que j'aimerais vivre seul ... enfin tu vois."


C'était tellement pathétique, résumé comme ça. Le vieux garçon qui n'avait jamais trouvé une fille pour l'aimer assez longtemps et assez fort pour couper le cordon avec sa mère ... Tu souris en te remettant les cheveux en arrière en vidant ta dernière lampée de bière.

"Bon, c'est pas le tout, mais je commence à avoir la dalle, pas toi ?"

Subtile et astucieux changement de sujet !


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

"If You Dare Come a Little Closer"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» EDGAR ✖ he said if you dare come a little closer.
» "If You Dare Come a Little Closer"
» truth or dare.
» Closer to the Edge
» Henry ✈ Come closer if you dare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Residential Area :: 15 Redhill RD-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3