AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Ne bouge pas, je risque de te rater | MAX AND NINA

 :: Sparks Street Village :: Moonlight Tattoos

Queen of Dante's heart
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Queen of Dante's heart

IDENTITY CARD
Messages : 128 Je suis arrivé(e) le : 25/04/2016 Sous les traits de : Katherine mcnamara. Crédits : Bazzart. Points : 2130 J'ai : huit cent trente deux ans. Age d'apparence : une vingtaine d'année. Je travaille comme : tatoueuse. Actuellement, je suis : amoureuse. Espèce : Banshee. Niveau social : Aisée, merci à ses huit cent piges d'économie!

we have all a secret life



but now i can smile and be happy
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 4 Juil - 0:18

Ne bouge pas, je risque de te rater
Maxence & Nina
Cela faisait des années. Des centaines d'années que tu n'avais pus te sentir aussi bien. Cette étrange sensation de ne faire qu'un avec le monde. Cette curieuse perception de se sentir enfin chez soi. De n'être qu'à l'aise ici et de se rendre compte de la stupidité de ses propres voyages. Que la finalité même d'une vie est en réalité de trouvé son propre foyer à travers l'immensité des terres cosmiques. Paris, Rome, Dublin, Los Angeles, Pekin, Moscou, Madrid, Kaboule, Ottawa, et tu en passes. Tous ces pays, toutes ces villes où tu as résidé n'étaient qu'une ébauche de ta stupidité à vouloir te convaincre qu'Ottawa faisait partie de ton passé. Certes, c'était bel et bien le cas. Tu y avais grandis, tu y avais trouvé famille et amour, plusieurs fois à travers les siècles. Tu t'y étais construite en tant que femme, que sidh. Rien n'avait été plus gratifiant que cela jusqu'à la naissance de celui qui est pour toi, un fils. Pourtant, aujourd'hui, tu devais t'y résoudre. Tu avais trouvé ta place en ce monde, entouré de ces lignées de populasse. Pour la plupart, tu avais connu leurs ancêtres. Pour d'autre, il était clair qu'ils faisaient parties de la sphère magique. Tu t'étais promis de resté le plus discrète possible en entrant ici. Tu n'avais pas trouvé d'emploi tout de suite à ton arrivée, mais tu t’efforçais d'entretenir de bonnes relations avec tes voisins pour compenser le manque de collègues. Ton pseudo entourage ? Tu n'avais pour ainsi dire personne, et cela depuis très longtemps. Trop longtemps même. Ottawa était ta seule chance de redevenir plus ou moins humaine. Tu t'en savais capable. Il te fallait juste reprendre confiance en toi, confiance en la personne que tu avais été avant de mourir. La grande faucheuse en personne t'avait offert une nouvelle vie, pourquoi ne pourrais tu pas enfin en profiter ?  Tu continuerais d'assumer ton rôle de Banshee, mais tu avais décider de te reprendre en main. Une maison, un petit chien, et un nouveau travail. Tu étais désormais tatoueuse officiel au Moonlight Tattoos.

Il faisait froid. Incroyablement froid. Tu avais courus, et le coeur battant à tout rompre, tu n'étais pas prête de t'arrêter. Ce n'était plus une question de vie ou de mort, puisque désormais, tu savais ton trépas certain. Il ne fallait pas fuir Andréas. Il fallait l'épouser, l'aimer, le vénérer. C'est ainsi que tu savais ses sept autre femmes heureuses et en bonnes santé. Elles avaient compris le stratagème depuis un moment, prouvant de la sorte qu'elles étaient les femmes les moins bêtes de la Secte. Pourtant, c'était une chose que tu ne pourrais jamais accepter. Partager la nuit et la vie d'un homme qui tu exècre plus que tout au monde. Tu en serais tout bonnement incapable et tu préfère de loin pousser ton dernier soupire que de t'y abaisser. Trop fière, Nina, tu es trop fière. Cependant, une part de toi même te hurle que c'est certainement la meilleure décision que tu ais jamais prise de ta vie. Toi qui avais vu les cadavres décomposés de tes proches, toi qui avait sentis le fer brûler ton épiderme un nombres incalculables de fois, toi qui t'étais sentis rejeter par quelque famille que ce soit. C'était effectivement le cas. Tu étais la batarde, le vilain petit canard, celle dont personne ne souhaite la naissance mais qu'on se force à aimer malgré tout. Tu es cette personne. Autrefois, cette petite fille insouciante et joyeuse. Aujourd'hui, cette jeune femme trop réaliste pour absoudre qui que ce soit de ses erreurs. Mais là, à ce moment précis, plus rien de tout cela ne t'inquiète. Tu es radicalement frigorifié. Toi qui pensais que sentir le bout de ton nez se refroidir et ne plus percevoir le bout de tes orteils était le pire qui puisse t'arriver lors de ta fuite, tu te trompais. Tu n'avais pas imaginer un seul instant que cela pouvait être si horrible. Eprouver ces picotements tout le longs de tes jambes jusqu'à les endolorirent complètement. Cette sensation se propagant petit à petit sur chacun de tes membres. Respirer un air si froid que tu pouvais sentir celui ci entrer par ton nez, glisser dans ton pharynx, ouvrir tes poumons pour sortir par le même chemin. Le vent mordait tes joues, te faisait plisser les yeux tandis que tu replaçais tes longs cheveux roux correctement de sorte à ce qu'il couvre au maximum ton cou. Il était loin le temps où tu vivais au soleil. C'était il y a plus de dix ans, et depuis ton entrée forcé à la secte, tu étais resté captive dans les dédales sous - terrains. Pourtant, tu n'avais pas souvenir que la météo soit aussi désastreuse, pas à cette époque de l'année en tout cas. Malgré le fait que ton instinct te criait de courir dans la direction opposé à ce froid intempestif, tu poursuivais ta route. Théoriquement parlant, si tu continuais par là, le froid serait une bonne raison pour tes poursuiveurs de rentrer et de t'abandonner pour de bon. Théoriquement parlant, si tu survivais bien évidemment.

Tu te réveillais en sursaut. Un cauchemars. Une chimère. Rien que l'esprit d'un souvenir perdu et faussé par ce que tu aurais du faire. Oui, tu aurais du fuir, cette nuit là. Tu aurais du courir dans la nuit et oublier tout ça. Pourtant, tu es resté. Tu l'as épousé, et tu as tenté à sa vie. Il t'a tué. Andréas t'as tué. Et c'est pour ainsi dire, grâce à lui, que tu es aujourd'hui vivante à cette époque. Tu soupires. Il fallait aller travailler. Parcourir la ville et prendre tes responsabilités.
Il fait beau. Incroyablement beau. Tu ne regrettes pas un seul instant cette sensation de bien être que te procure les rayons du soleil. C'est pour ainsi dire, une sorte de réconfort. Il y avait bien longtemps que tu avais compris l'importance de ce confort.  Tu comprenais que l'ombre ne pouvait être confortable. Qu'elle ne pourrait être capable d'entretenir une vie. En milles ans, tu as pus accomplir plus de vie que n'importe qui sur cette terre, toute différentes, toutes uniques en leur genres. Tu as pus être femme de ménage, enseignante, gardienne de prison, mécanicienne, tu en passes et des meilleures. Tu fus mère, amie, copine. Tu as eux l'occasion de grandir, vieillir un nombre incalculable de fois. Mais, pour la première fois, tu allais pouvoir vivre la vie dont tu avais rêver. Cette vie qui t'attendait et pour laquelle tu aurais pus patienter encore milles ans. Lorsque tu poussa enfin la porte à double battant de l'établissement, tu pus remarquer plusieurs différences. La salle était partagé par les générations. Le comptoir était lumineux et d'autant plus attractif. Un air de musique soulevait l'ambiance paisible du lieu à cette heure. Tout était plutot tranquille. Tu croisais certain regards familiers. Tu n'avais pas eux le temps de te faire beaucoup d'amis, mais malgré ta discrétion, ta réputation t'avait précédé, et de très loin. Une Sidh quasiment millénaire devenu tatoueuse professionnelle, le monde magique pouvait bien en rire, tu t'en moquais. Tu déposa tes affaires derrière le comptoir et te préparait à attendre tes premiers clients. Pendant ce temps, tu peaufinais quelques détails sur plusieurs dessins que tu allais tatouer dans la journée.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

Distributeur de baffes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Distributeur de baffes

IDENTITY CARD
Messages : 149 Je suis arrivé(e) le : 12/03/2016 Sous les traits de : Matthew Daddario Je me dédouble : Avalon la psychopathe enceinte & Saf la dépressive - agressive Pseudo : Pims Crédits : Tumblr - Xelette - Angel Dust Points : 3900

J'ai : 36 ans Age d'apparence : 26 ans, petit jeunot. Je travaille comme : Agent de sécurité et d'accueil à l'Opéra Lyra Actuellement, je suis : Adinophile qui ne s'assume pas du tout ! Par contre tu l'approche je te pète les rotules. Espèce : Leprechaun Niveau social : Aisé

- Si vous aimez, ce n’est pas cet amour qui fait partie de votre destinée ; c’est la conscience de vous-même que vous aurez trouvée au fond de cet amour qui modifiera votre vie. -



- Le Roi galope
Repoussant les Ombres
Faisant cliqueter son Armure
Faisant voler les Os
Avalant la Chair
Grinçant des Dents
Écrasant les Cœurs
Il va Seul
Vers le lointain Horizon.
-

MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 9 Juil - 13:48
Max & Nina




La marque peux sembler superficielle

Elle est indélébile.


Maxence fixait le ciel par la fenêtre, sans vraiment savoir exactement à quoi il pensait. C'était son jour de congé, il n'avait rien prévu, pas de sorties, peut être quelques courses pour avoir de quoi le sustenter mais rien de bien précis. Alors il fixait le ciel, se perdant dans la contemplation des nuages épars, il faisait beau pour une fois. S'étirant comme un chat sa main heurta son téléphone. Peut être qu'il devait appeler quelqu'un et sortir un peu au lieu de rester enfermé. Il regarda l'écran du téléphone, le déverrouilla et fouina dans ses contact. Sa mère ? Hum non il l'évitait en ce moment. Son doigt s'arrêta sur un contact bien précise et qui était la raison pour laquelle il évitait soigneusement sa mère : Adin. Ce mec. Son mec ? Bonne question. Il n'arrivait pas à se passer de lui mais il se fit violence pour ne pas l’appeler, il le savait en répétition, et puis il devait essayer de se passer de lui quelques heures quand même.

Depuis le mariage des Mathew il c'était passer tellement de choses qu'il avait du mal à comprendre l’enchaînement des choses. Il avait surpris Athénaïs, sa copine, dans les bras d'un putain de pixie à la con, et elle avait osé lui en mettre plein la gueule et l'accuser. C'était ça le pire. Heureusement Adin avait tout de suite vu qu'il allait mal et lui avait proposer d'aller boire un verre et leur soirée alcoolisée avait déraper. Grandement dérapé puisque le lendemain ils se retrouvaient dans le même lit à … Il en rougit et se passa les mains sur le visage en grognant. Calmos Max, calmos. Maxence était perdu, il avait essayer d'aller voir Athénaïs mais quand il c'était téléporté dans son appartement ce dernier était vide avec pour seule explication un mot sur le plan de travail un foutu et ridicule « Désolée Max. ». En enquêtant il appris qu'elle était partie avec les frères pixie quand Lorcan avait été démobilisé par l'armée. Il avait du mal à savoir ce qu'il ressentait de cet abandon, sa plus fidèle amie l'avait quittée sans un mot et la seule chose dont il avait envie c'était se blottir contre Adin pour se consoler. Mais en même temps il avait du mal à assumer son attirance pour cet homme, pour un homme tout bêtement. Il appréciait énormément Adin, il avait besoin de lui à ses côtés mais il n'assumait pas du tout ce qu'il se passait.

Il se releva vivement dans son lit, bordel il n'avait pas de couilles ou quoi ? Il regarda le tatouage sur son avant bras, le premier qu'il avait fait pour son père, le premier d'une longue série. Il sauta de son lit, pris une douche rapide, enfila des habits et sortit dans la rue. Il savait ce qu'il allait faire de sa journée, voir une amie et faire quelque chose pour prouver à Adin que même s'il n'assumait pas en public ce qu'il ressentait cela n'empêchait pas qu'il était attaché. Ses pas, et ses multiples téléportations – oui Max avait la flemme aujourd'hui - le menèrent directement au Moonlight Tatoos. Il poussa la porte qui tinta. Quand il s'agissait de tatouage Maxence ne réfléchissait pas longtemps, il savait se décider rapidement et ne regrettait jamais. Et là il savait exactement ce qu'il voulait il était tomber sur le symbole, enfin le mot qu'il voulait quelques jours plus tôt. Tout de suite il aperçut une tête rousse bien connue.

« Salut la vieille ! J'ai besoin de tes talents. »
 



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

Tame Your Demons
Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate. En cas de choc, elle reste meurtrie, marquée, hantée.  ×  KEEP THEM ON A LEASH.
Revenir en haut Aller en bas

Queen of Dante's heart
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Queen of Dante's heart

IDENTITY CARD
Messages : 128 Je suis arrivé(e) le : 25/04/2016 Sous les traits de : Katherine mcnamara. Crédits : Bazzart. Points : 2130 J'ai : huit cent trente deux ans. Age d'apparence : une vingtaine d'année. Je travaille comme : tatoueuse. Actuellement, je suis : amoureuse. Espèce : Banshee. Niveau social : Aisée, merci à ses huit cent piges d'économie!

we have all a secret life



but now i can smile and be happy
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Sam 6 Aoû - 18:18

Ne bouge pas, je risque de te rater
Maxence & Nina
Le doux tintement de la porte d'entrée te sortit de ta rêverie. Ton tendre sourire fait soudainement son apparition en détaillant ton client. Grand, brun, svelte. Son regard profondément sombre fait ressortir la légère pigmentation de ses lèvres. Pourtant, son teint pâle et ton instinct te criait que quelque chose n'allait pas. Maxence était un ami de longue date et que tu avais toujours beaucoup apprécié quelques soient ses choix. Le soutiens est quelque chose que tu arrives facilement à procurer à ton entourage, outre les bien faits naturels d'une amitié banale. Son exclamation te fit soudainement rire. Il n'y avait que lui pour t'affubler d'un tel surnom tandis que la plupart se limitait à bien des banalités. Il n'avait pas tors dans le sens que ta vieillesse était un réel fait et très peu le savait ou en prenait compte. Ils s'arrêtaient très souvent à ton jolie minois et n'essayait pas de savoir qui tu étais, d'où tu venais. Et quand bien même, il ne pensait pas qu'une Banshee puisse être issue du premier millénaire, sans savoir pourquoi d'ailleurs. Enfermé dans leurs perpétuels cliché d'un monde gouverné par l'immortel Stryge.

Un sourire, un air taquin, un clin d'oeil. " - Mes talents ? Sous la couette ou sur la table ? " plaisante tu, pétillante de bonne humeur. Il n'y avait qu'avec Maxence que tu te permettais ce genre de plaisanterie. Effectivement, son attirance pour les hommes et sa personnalité en elle même t'avait convaincu qu'aucune relation de type sexuel ou amoureuse ne serait un jour possible. De ce fait, les plaisanteries de ce genre ne t'effrayaient plus en sa compagnie. Tu t'étais même demandé un jour si il n'était pas le seul avec qui tu pourrais autant rire de ça sans craindre quelconque approche du genre. A toute époque, les dangers étaient bien présent. Autrefois, on t'aurait prise pour une catin obsédée. Aujourd'hui, on penserait que tu es de ce genre de fille facile qui se laisse abordé pour la nuit. Chose que tu n'avais jamais réalisé, à quelques époques que ce soit. Trop éprise de tes missions au cours du temps, tu n'avais pas trouvé bon de t'enticher d'un amour, sachant très bien que ce ne serait que éphémère au vue de ta condition d'immortel.

Après un léger sourire, tu t'accouche au comptoir afin de t'approcher un peu plus. " - Alors, qu'est ce que je peux faire pour toi aujourd'hui ? Petite ou grosse pièce ? J'ai de la place pour toi. " poursuis tu en consultant l'agenda du salon de tatouage. Tu avais l'habitude de ses commandes. Lorsqu'il venait à toi, c'est qu'il avait déjà en tête un dessin bien précis et qu'il en avait besoin dans la journée même. Classique. Typique. Habituel. Tu étais tout aussi impulsive que lui, c'était une chose que tu pouvais comprendre malgré l'absence total de tatouage sur ton corps. Effectivement, tu fais partie de ces rares personnes qui tatouait sans être tatoué. Pas une goutte d'ancre. Il n'y avait pas la place à vrai dire. Entre toutes tes cicatrices, aucun motifs n'aurait eux d'espace. Et quand même, tu en aurais recouverte certaines, quelques unes étaient si profonde et si noirs que tu doutais que le tatouage, une fois apposé, ait pu être jolie. Alors, tu avais abandonné cette idée depuis belle lurette, te contentant de tes cicatrices.
Tout en relevant les yeux vers lui, écoutant ses dires, tu retirais ta veste avant de relever ta masse capillaire en une haute queue de cheval. Tu ne te gênais plus du regard d'autrui envers ton corps brulé de ces marques. Encore moins devant Maxence. Finalement, tu sortis ton crayon, une feuille et t'appuya au comptoir, prête à retranscrire le motif.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

Distributeur de baffes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Distributeur de baffes

IDENTITY CARD
Messages : 149 Je suis arrivé(e) le : 12/03/2016 Sous les traits de : Matthew Daddario Je me dédouble : Avalon la psychopathe enceinte & Saf la dépressive - agressive Pseudo : Pims Crédits : Tumblr - Xelette - Angel Dust Points : 3900

J'ai : 36 ans Age d'apparence : 26 ans, petit jeunot. Je travaille comme : Agent de sécurité et d'accueil à l'Opéra Lyra Actuellement, je suis : Adinophile qui ne s'assume pas du tout ! Par contre tu l'approche je te pète les rotules. Espèce : Leprechaun Niveau social : Aisé

- Si vous aimez, ce n’est pas cet amour qui fait partie de votre destinée ; c’est la conscience de vous-même que vous aurez trouvée au fond de cet amour qui modifiera votre vie. -



- Le Roi galope
Repoussant les Ombres
Faisant cliqueter son Armure
Faisant voler les Os
Avalant la Chair
Grinçant des Dents
Écrasant les Cœurs
Il va Seul
Vers le lointain Horizon.
-

MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 28 Aoû - 22:12
Max & Nina




La marque peux sembler superficielle

Elle est indélébile.


Maxence ne savait pas si sa décision était la bonne mais il sentait qu'il avait besoin de faire une telle chose, pour se prouver à lui même qu'il en était capable et qu'il ne baisserais pas les bras, et pour Adin aussi, pour lui assurer que même s'il n'assumait pas tout il l'avait dans la peau et qu'il n'arriverais plus à se passer de lui. Nina se tenait derrière le comptoir, ses longs cheveux roux flamboyaient tout autant que ses superbes yeux. Il adorait cette fille, elle avait toujours voulu veiller sur lui mais Maxence ne l'avait jamais accepter. Nina était une banshee qui prenait bien trop soin des autres, s'oubliant souvent et le leprechaun c'était donné la mission presque sacrée de s'occuper d'elle, de la protéger et d'être là pour elle quand elle, elle ne pensait qu'aux autres. Le sourire du jeune homme s'étire alors qu'elle fait une réflexion et il finit par rire.

« Tes talents avec une aiguille vilaine fille. »

Elle est une des seule fille qu'il n'a jamais draguer, il l'a toujours vu comme une petite sœur – de plus d'une centaine d'années – et il ne s'est jamais permis un seul écart avec elle. Ils ont certes de petites taquineries un peu orientée sous la ceinture mais Maxence ne se permettrais jamais de penser à elle autrement que comme une amie. Puis de toute façon il y avait eu le drame de son père, Athénaïs, le drame avec cette dernière et enfin Adin maintenant. Et il n'avait pas envie de que ça vire en fiasco avec lui donc il se tenait à carreaux. Nina c'est elle qui avait couvert son corps de tatouage, il n'avait confié sa peau qu'a elle et elle était surtout la seule à savoir exactement ce que signifiait chaque tatouage encré dans sa chair. Il la laisse consulter l'agenda du salon avant de répondre.

« Une petite pièce, assez discrète et que peu de personne pourront voir, juste là. »

Il soulève un peu son tee shirt et montre l'os saillant de sa hanche. Il sait qu'il va en baver au niveau de la douleur, la peau est si fine à cet endroit et l'os affleure directement en dessous donc il sait pertinemment que ça ne va pas être une partie de plaisir. Mais c'est ça aussi le tatouage, souffrir pour obtenir une marque indélébile. Il regarde Nina enlever sa veste, révélant ses blessures, comme des tatouages abominables qu'elle porte sans crainte, chacun ses cicatrices. Elle ne les avait pas eu volontairement et lui en faisait chaque fois qu'il se pointait dans son salon. Il sortit son téléphone alors qu'elle sortait une feuille et lui montra ce qu'il voulait.

« Je voudrais le mot courage en arabe. »

Il se dandina un peu mal à l'aise puis se calme, franchement c'était Nina qu'il avait devant lui, pas n'importe qui, jamais elle ne le jugerait. Il s'accouda donc complètement sur le comptoir et soupira à fendre l'âme.

« En fait ce tatouage je le fait pour Adin. C'est .. Pff c'est compliqué avec lui, je pensais même pas que je pourrais ressentir ça pour un mec mais voilà il est là et j'ai juste plus du tout envie qu'il s'en aille. Alors c'est très compliqué à assumer surtout pour moi, et tu me connais je sais pas montrer ce que je ressent alors je voudrais qu'il sache que je suis à lui, mais autrement qu'en le disant, tu comprends ? »  



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

Tame Your Demons
Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate. En cas de choc, elle reste meurtrie, marquée, hantée.  ×  KEEP THEM ON A LEASH.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Ne bouge pas, je risque de te rater | MAX AND NINA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
» BISOU X GRIFFON/CANICHE FOURRIERE 62 RISQUE EUTHA
» Un Background qui bouge !
» Japon : rater sa coupe peut rapporter gros...
» bouge ton cul, conn**d ▲ ALEKCY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Sparks Street Village :: Moonlight Tattoos-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3