AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
The Last Day On Earth [Heathcliff & Avalon]

 :: 364 Kensington PKWY
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art

IDENTITY CARD
Messages : 283 Je suis arrivé(e) le : 14/03/2016 Sous les traits de : Marilyn Manson Je me dédouble : Jahaal J. Sepehr & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 3578 Couleurs RP : #660000

J'ai : 44 ans Je travaille comme : Artiste peintre & Professeur aux Beaux Arts Actuellement, je suis : Follement amoureux d'une Ombre, mais c'est un secret Pouvoir : Manipulation du son Niveau social : D'anciennes richesses familiales
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 3 Juil - 7:18
The Last Day On Earth



20 Juillet 2016 - Qui sait ? - Heathciff & Avalon


Il ne pouvait plus. Il n'avait plus la force. Son regard sombrait aussi vite que son esprit dépérissait. Il n'était plus que l'ombre de lui-même, une ombre volatile, à la merci du moindre souffle de vent, une ombre attirée inlassablement par les ténèbres d'une nuit éternelle. Et pour la première fois de sa vie, il ne voulait plus lutter. Il n'aspirait qu'à s'y abandonner, se soumettre à l'attraction des abysses, à l'étreinte du néant. Il voulait rejoindre la fange et y pourrir, retrouver le repos et le sommeil. Il n'avait plus de volonté, plus de but, plus goût à quoi que ce soit. La perdition et la débauche avaient servis un temps à juguler l'hémorragie, à tamponner les pertes et à tempérer sa souffrance. Mais l'équilibre était rompus. Les flots d'alcool et les kilos de drogue ne parvenaient plus à éponger sa détresse, à effacer sa douleur, à annihiler son tourment, à soutenir son âme. Mais le désir l'avait quitté, de peindre, de jouir, de vivre, même son obsession pour la musique s'était évanouie. Il n'y avait que le chaos et la souffrance, que la pénombre qui grignotait tout, que la douleur qui l'amputait chaque jour davantage de son essence vitale. Il n'avait plus peur. Ou plutôt la terreur et l'angoisse ne le maintenaient plus à l'écart de cette mort qu'il appelait aujourd'hui.

Il était seul dans son salon. Il devait faire jour mais il faisait des semaines qu'il n'avait pas ouvert les lourdes tentures masquant les hautes fenêtres, des jours qu'il n'était pas sorti de son Manoir, des heures entières à rester là, l'âme aussi vide que le cœur gorgé de souffrance, le corps fourbu, les muscles las et ankylosés, des plaies suintant partout sur son torse. Il portait la même chemise que lorsque Diane était venue. Le blanc un peu jauni était devenu presque brun, gorgé de crasse et de sang séché. Le verre jonchait le sol, des bouteilles vides qui agonisaient sur le plancher, d'autres éclatées en mille morceaux lorsqu'il voulait se couper. Sa silhouette était recroquevillée sur son fauteuil, ses jambes immenses repliées sous lui, les plaies sous ses pieds se creusant de plus en plus à mesure qu'il les rouvrait. Il n'arrivait même plus à ressentir la douleur physique, à avoir réellement mal, comme si son corps entier était anesthésié pour ne plus laisser qu'à son esprit le loisir de le soumettre à une torture sans fin. Il ne voulait pas devenir un martyr, s'il en avait eu la force, il aurait détruit toutes traces de lui, chacune de ses toiles, chaque tableau, chaque oeuvre, même les simples croquis. Il les aurait regroupé dans le hall du Manoir et y aurait mis le feu, les laissant rejoindre le néant, revenir à la cendre alors que le brasier l'emportait lui aussi et qu'il s'embraserait en embrassant la Faucheuse venue le chercher.

Mais il était trop faible, surement trop lâche. Comme si le regard oppressant des personnages de ses toiles le surveillait sans cesse et qu'il ne pouvait s'y soustraire. Ou ne voulait s'y résoudre. Alors il restait là, vautré dans ses remords et ses regrets, victime de ses démons, asservis à leur volonté. Il lui avait surement fallu du courage pour se redresser de sa fange et se mettre debout. Il lui avait fallu les dernières forces qu'il lui restait pour se rendre à l'atelier d'alchimie et trouver ce qu'il cherchait avant de remonter au grand salon. Le reste avait été si simple. Prendre entre ses doigts gourds aux mouvements mécaniques, le verre de cristal que sa mère avait utilisé pour mettre fin à ses jours. Le remplir de la dernière gorgée de gin dans la dernière bouteille pleine. Y ajouter la poudre de plomb, d'or et d'arsenic, et la digitaline. Remuer avec un mouvement haché du poignet. Il reste néanmoins en suspens au moment de le boire. Devant lui, un simple cadre photo, d'ordinaire retourné pour en dissimuler les portraits. Ses parents posent un regard qu'il imagine bienveillant sur sa maigre et longiligne carcasse à la mine spectrale. Il s'excuse de ses pupilles dilatées et de ses prunelles asymétriques. Il s'excuse de n'avoir pas été un bon fils, un digne fils. Et avant de se décider à en finir, il s'oblige un dernier mea culpa, il le lui doit. Tremblant, ému, bouleversé plus qu'il ne l'aurait cru, il tape son aveu, ses excuses, sa lâcheté, son déshonneur sa trahison.

Alors qu'il valide l'envoi, il laisse choir le mobile qui vibre sans qu'il ne l'entende. Et d'un coup d'un seul, sans avoir peur, boit d'une traite le contenu du verre. Presque immédiatement, une douce chaleur l'envahit, et il ferme les yeux. Un dernier sourire aux lèvres. Il pense à Diane, qui aurait pu être une mère pour lui. Il pense à Mara, sa reine des enfers rousse, la muse qu'il n'aura jamais eu. Il pense à sa fille, Caroline ou peu importe son nom, qu'il ne connaîtra jamais. Il pense à Avalon, et son regard bienveillant, et sa douceur. Il pense à l'enfant qu'elle porte qui ne connaîtra jamais son défunt parrain dont parle sa mère en lui montrant une peinture de lui. Il aurait tant aimé être père. Il l'aurait tant voulu ... Sa vision se trouble, son cœur s'emballe puis ralenti, des bruits inconsistants bourdonnent à son oreille, ses sens l'abandonnent et sa conscience meurt lentement alors qu'il se sent partir vers sa propre fin.



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Sacrifices are necessary.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sacrifices are necessary.

IDENTITY CARD
Messages : 252 Je suis arrivé(e) le : 09/12/2015 Sous les traits de : Eva Green Je me dédouble : Maxence le Lepry-Chieur & Saf la dépressive - agressive Pseudo : Pims Crédits : Tumblr - Xelette - Swan Points : 6585

J'ai : 35 ans et méfiance à ceux qui oserait dire plus. Je travaille comme : Psychiatre militaire spécialisée dans les trouble explosifs, anciennement meneuse d'interrogatoire pour le compte de l'armée. Actuellement, je suis : Veuve, enceinte de son mari décédé. Pouvoir : Emission de poisons et antidotes Niveau social : Héritage familial et marital conséquent, retraite militaire confortable, méchamment riche

- Soit comme un loup blessé, qui mord le couteau, de sa gueule qui saigne. -




- On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu'on prends pour l'éviter. Je te connais mieux que toi-même ; je suis le reflet consacré. Je suis le féminin, je suis l’origine. Je suis la preuve de ta candeur ; je suis celle qui vient adoucir la terrible arrogance de ta chair
inflexible. Par la pratique d’un supplice infini, je souffre pleinement dans mon corps immaculé. Je suis la muse oubliée des hommes. -



« Nous sommes ceux que vous ne voyez pas,
Parce que vous ne savez pas voir.
Nous prenons sans rendre.
La vie, la Mort.
Sans pitié.  »
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 4 Juil - 16:38
Heathcliff & Avalon




Plus grande est notre fortune

Plus sombre est notre sort.


L'eau coulait dans la baignoire, elle avait ajouter une décoction a base de thé blanc dans l'eau et l'odeur douce embaumait la pièce. Avalon ne portait qu'un yukata, un kimono d'été, sur sa peau nue. D'une blancheur éclatante le tissu caressait sa peau comme l'aurait fait la main douce d'un amant, la main de Mathis. Voila plus d'un mois qu'il n'était plus, voilà bientôt quatre mois qu'elle était enceinte ça commençait à se voir doucement. Et cela faisait un mois qu'elle sombrait dans la violence et le vice de son alchimie. Elle regarda la coupure sur sa main, les marques de dent sur son avant bras laissé par Mara, les stries violacées sur ses avants bras et ses cuisses laissée par les poisons. La large baie vitrée de la salle d'eau donnait sur la foret, c'était seulement dans ces instants paisibles qu'elle arrivait à se recentrer un peu sur elle, sur le bébé, sur ce qu'elle devait faire.

Quand l'eau fut arrivée à la bonne hauteur elle tourna les robinets, laissa tomber le kimono au sol dans un léger froissement et se plongea dans l'eau délicieusement chaudes. Elle avait besoin de ces moments pour se calmer, pour penser à son mari et tout ce qu'il avait fait pour la canaliser, elle ne devait pas retomber dans ses travers sinon elle s'engagerait de nouveau dans l'armée et elle se perdrait pour de bon. Elle devait penser au bien de son enfant. Posant la tête sur me rebords de la baignoire elle se mit à fredonner une berceuse qu'elle avait chanter à Diogène son plus jeune frère quand il n'était encore qu'un bébé. Est ce qu'elle sera une bonne mère ? Mathis aurait été un père formidable mais pour elle Avalon émet quelques doutes. Elle sait juste qu'elle n'abandonnera jamais son enfant comme sa mère l'avait fait, qu'elle ne le blâmera pas si il n'a pas le don de l'alchimie et si il l'a elle l'encouragera si il souhaite développer ses dons, jamais elle ne le forcera comme l'aura fait son père. Elle sait qu'elle l'aimera, parce que c'est le fruit d'un amour fusionnel, inconditionnel entre deux êtres malmené par la vie qui c'étaient enfin trouvés.

Soudain son téléphone émet une vibration elle fronce les sourcils et tâtonne au sol sur l'épais tapis pour trouver son mobile. Voyant que le message proviens d'Heathcliff elle sourit, au moins son enfant aura un parrain aimant et toujours là pour eux deux. Mais alors qu'elle ouvre le message, que les mots s'étalent elle à l'impression de mourir de l'intérieur, que son sang se glace dans ses veines. Elle manque de faire tomber l'appareil dans la baignoire. La détresse suinte dans le message, ce sont des mots d'adieu, vils et venimeux qui lui brise le cœur.

Avalon sort en trombe de la baignoire, elle manque de tomber en glissant sur le carrelage mouillé. Elle passe dans sa chambre, enfile un sous vêtement pris au hasard, un jean, un pull pris lui aussi au hasard. Le portable toujours dans la main elle tente d’appeler son ami mais la tonalité sonne dans le vide. Elle prends des chaussures au hasard et part en courant dans la rue, le téléphone toujours à l'oreille sans résultat. Son souffle est rauque, elle sait que le peintre habite dans le manoir en bas de la rue tant et si bien qu'elle dévale tout à fond de train. Son souffle est rauque mais elle s'en moque, elle à la nausée mais elle s'en moque. Les mots que le peintre lui à envoyer lui disait clairement qu'il allait mettre fin à ses jours.

L'alchimiste voit enfin le manoir se profiler, elle ne réfléchit pas une seconde, il n'est pas question qu'elle perde encore quelqu'un. L'alchimie coule dans ses veines, rugit dans ses tempes et alors qu'elle arrive sur le perron elle relâche le flot. La porte se tord soudain sur ses gonds, se plie comme une vulgaire feuille. Avalon franchit le pas de la porte, ralentit seulement une fois dans le salon où elle trouve l'artiste allongé au sol. La jeune femme s'agenouille immédiatement près de lui.

« Heathcliff ! »  



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

Only Bones And Flesh
Je suis le sacrifice primordial, la victime première, le dernier rempart. Je suis la preuve de ta candeur, je suis celle qui viens adoucir la terrible arrogance de ta chair inflexible.Je suis la Muse oubliée des hommes. Je suis la Conscience.


Dernière édition par Avalon B. Mathew le Ven 8 Juil - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art

IDENTITY CARD
Messages : 283 Je suis arrivé(e) le : 14/03/2016 Sous les traits de : Marilyn Manson Je me dédouble : Jahaal J. Sepehr & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 3578 Couleurs RP : #660000

J'ai : 44 ans Je travaille comme : Artiste peintre & Professeur aux Beaux Arts Actuellement, je suis : Follement amoureux d'une Ombre, mais c'est un secret Pouvoir : Manipulation du son Niveau social : D'anciennes richesses familiales
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 4 Juil - 22:20
The Last Day On Earth



20 Juillet 2016 - Qui sait ? - Heathciff & Avalon


Il avait succombé. L'inconscience l'entourait. Il ne pouvait plus bouger, prisonnier d'un corps dont il serait bientôt libéré. La fin d'un tourment qui tordait ses entrailles. La fin d'une torture des sens et d'un martyr de l'âme. La fin de tout, et alors ? L'angoisse qu'il avait ressenti toutes ses années face à la mort avait disparu. Il se sentait presque apaisé. Une paix dans la douleur de la chair en prévision du repos éternel. Il entendait des bruits au loin, et ses doigts remuaient inconsciemment pour les amplifier. Les derniers sons qu'il entendrait. Une vibration, régulière, puissante, presque urgente. Il reconnait sa sonnerie de téléphone et un sourire morbide fend son visage, lui donnait un air presque niais.

Les secondes s'égrainaient lentement, bercé par le tic tac d'une vieille horloge dont le mouvement régulier se faisait de puis en plus lointain. Il n'ouvrait pas les yeux, il voulait partir en laissant seulement son ouïe percevoir la fin du monde, un dernier cadeau à l'Alchimie qui envahissait tout son corps et courait dans ses veines comme un fluide mystique. Une vague salvatrice d'une douleur sans nom se mit à le tordre et il est obligé de se replier, remontant les jambes contre la poitrine pour subir les assauts du poison dévorant son organisme. Ce sera bientôt fini ! Il lui semble même entendre la voix de sa mère l'appeler vers l'au-delà. Il veut lui répondre.

Il tend le bras quand une secousse fait trembler le Manoir. Mais le fracas est tellement loin, il est se sent tellement bien malgré le brasier qui consume ses entrailles. Il chasse de son esprit les bruits de plus en plus violents qui l'assaillent. Non, finalement, il ne voulait plus rien entendre. Il voulait mourir dans le silence virginal et pur de la chute du cosmos. Les paupières fermement closes, il libère les dernières tensions dans ses bras et son visage grimaçant. Ses doigts ne remuent plus, et tout semble le porter vers le néant. La chute commence, elle sera infinie jusqu'à ce que les abysses le prennent et absorbent son âme. Elle sera longue jusqu'à la fin, mais salvatrice et libératrice. Son esprit se trouble encore davantage, et par delà les méandres de l'inconscience, il croit reconnaître une voix familière. Avalon ...



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Sacrifices are necessary.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sacrifices are necessary.

IDENTITY CARD
Messages : 252 Je suis arrivé(e) le : 09/12/2015 Sous les traits de : Eva Green Je me dédouble : Maxence le Lepry-Chieur & Saf la dépressive - agressive Pseudo : Pims Crédits : Tumblr - Xelette - Swan Points : 6585

J'ai : 35 ans et méfiance à ceux qui oserait dire plus. Je travaille comme : Psychiatre militaire spécialisée dans les trouble explosifs, anciennement meneuse d'interrogatoire pour le compte de l'armée. Actuellement, je suis : Veuve, enceinte de son mari décédé. Pouvoir : Emission de poisons et antidotes Niveau social : Héritage familial et marital conséquent, retraite militaire confortable, méchamment riche

- Soit comme un loup blessé, qui mord le couteau, de sa gueule qui saigne. -




- On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu'on prends pour l'éviter. Je te connais mieux que toi-même ; je suis le reflet consacré. Je suis le féminin, je suis l’origine. Je suis la preuve de ta candeur ; je suis celle qui vient adoucir la terrible arrogance de ta chair
inflexible. Par la pratique d’un supplice infini, je souffre pleinement dans mon corps immaculé. Je suis la muse oubliée des hommes. -



« Nous sommes ceux que vous ne voyez pas,
Parce que vous ne savez pas voir.
Nous prenons sans rendre.
La vie, la Mort.
Sans pitié.  »
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 8 Juil - 18:00
Heathcliff & Avalon




Plus grande est notre fortune

Plus sombre est notre sort.


Avalon ne supportait plus l'idée de perdre quelqu'un d'autre de proche d'elle, les mots d'adieu, d'excuses, de lâcheté d'Heathcliff tournaient en boucle dans son crane alors qu'elle courrait de toutes ses forces. Heureusement son entraînement militaire n'était pas loin et elle avait garder sa condition mais il n'empêchait qu'elle était enceinte de bientôt 5 mois et qu'elle sentait qu'elle puisait dans des ressources qu'elle connaissait à peine. Elle ne voulait pas, elle ne pouvait pas admettre qu'il ose faire une chose aussi répugnante que s'ôter la vie, qu'il ose la laisser seule après tout ce qu'elle avait vécu, après tout ce qu'il avait promis. C'était égoïste mais elle ne supporterais pas d'être de nouveau seule, après la mort de Mathis il avait été un des seul à la tirer vers le haut alors que d'autres l'avaient incité à se vautrer dans ses travers les plus mesquins.  

Elle plia la porte par sa seule volonté, projetant son alchimie dessus avec une telle force que la lourde porte se plia dans un fracas aigu et gémissant. Elle n'avait jamais réussit à modifier la matière ainsi, sans la toucher avec seulement la force mentale. Mais la peur lui donnait des ailes apparemment. Le salon était vaste et richement décoré mais la seule chose qu'elle voyait c'était le corps déguingandé et pris de spasmes de son ami. Elle hurle son prénom en s'agenouillant près de lui mais rien n'y fait il ne réagit pas.

La peur plante ses griffes insidieuses dans son ventre alors qu'elle tâte son pouls qui est clairement filant. Elle tiens sa main mais il ne réagit pas, ses longs doigts sont inertes. C'est alors qu'elle remarque le verre posé sur le petit guéridon tout près. Elle s'en saisit, il reste quelques gouttes au fond. Elle les verse sur sa langues et tout de suite ses papilles détectent le poison, elle s'ouvre à l'alchimie et les analyse à une vitesse folle. Le cocktail est explosif, déchirant pour ses sens, mortel. Tout de suite elle crée les antidotes pour elle même. Lâchant la main raide d'Heacthliff elle lève les paumes au dessus du corps de l'homme, emmagasinant une dose énorme du mélange d'antidotes nécessaires pour contrer tout ce qu'il à pris.

« Je t'interdit de mourir ! »

Et elle plaque brutalement ses mains sur Heathcliff, l'une sur son sternum l'autre sur son ventre. Le corps de l'homme se soulève vivement comme si il avait pris une décharge fulgurante. D'un seul coup Avalon se sent vidée de ses forces et elle tombe assise en tailleur à côté de Heatchliff qui semble mieux respirer. Des gouttes de sueur roulent sur son front et le long de son dos ses cheveux trempés dessinent une rigole glaciale. Elle tremble et, las d'avoir autant puisée dans ses forces, elle attrape la main de l'artiste et s'allonge sur le marbre froid du sol.

« T'as intérêt à vivre ... »  



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

Only Bones And Flesh
Je suis le sacrifice primordial, la victime première, le dernier rempart. Je suis la preuve de ta candeur, je suis celle qui viens adoucir la terrible arrogance de ta chair inflexible.Je suis la Muse oubliée des hommes. Je suis la Conscience.
Revenir en haut Aller en bas

I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art

IDENTITY CARD
Messages : 283 Je suis arrivé(e) le : 14/03/2016 Sous les traits de : Marilyn Manson Je me dédouble : Jahaal J. Sepehr & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 3578 Couleurs RP : #660000

J'ai : 44 ans Je travaille comme : Artiste peintre & Professeur aux Beaux Arts Actuellement, je suis : Follement amoureux d'une Ombre, mais c'est un secret Pouvoir : Manipulation du son Niveau social : D'anciennes richesses familiales
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 11 Juil - 7:33
The Last Day On Earth



20 Juillet 2016 - Qui sait ? - Heathciff & Avalon


La chaleur d'une paume. L'étreinte de doigts qui s'enroulent autour de son poignet. L'éclat du verre qui heurte la table, une vibration cristalline. Et puis une sensation de froid. Enveloppante, caressante, douce malgré le cocon de glace qui l'entourait soudain. Et à nouveau cette voix familière. Avalon. Il l'entend de plus en plus distinctement. Comme s'il remontait de l'abîme dans lequel il était tombé, s'abandonner à l'embrassement du néant qui le pénétrait, le possédait, le dévorait. Un contact brûlant et gelé à la fois, des paumes électrifiées sur son ventre, sur son torse. Une force s'empare de lui qui le tend comme un arc. Le froid s'insinue partout et réveille son corps, réanime ses sens, libère ses sensations, délivre la vie qui quittait son organisme. Ses nerfs frémissent, ses muscles se bandent, ses articulations tressautent, et le sang circule à nouveau, moins paresseux, moins sirupeux. Une bouffée d'air glisse dans sa bouche entrouverte, déplisse ses alvéoles, gorge ses poumons d'oxygène. Ses paupières closes s'entrouvrent, papillonnent et le trouble de sa vue se dissipe. Son ouïe s'affine, son odorat s'affûte et il avale sa salive épaisse, rance, amère du sang mêlé, déglutissant paresseusement de sa langue empâtée.

"T'as intérêt à vivre ..."

Un écho inversé, lointain mais qui va en se rapprochant. Un ton plein de panique, qui tremble. Une voix éraillée, au souffle erratique. Et une présence, qu'il sent proche de lui. Une paume qui le serre fortement, une odeur de sueur féminine mêlée de bain moussant. Un corps qui s'étend près du sien, aux muscles secoués de spasmes. Une impression étonnante de douceur, de tendresse qui l'envahit lentement et le submerge. Un sursaut de vigueur, une énième inspiration profonde plus brusque, une autre déglutition écœurante et il se redresse brutalement. Un coup de poignard dans le ventre, son estomac qui se tord, ses entrailles qui se nouent et se dénouent, et il se coupe en deux, dégueulant le poison et le sang vermeil qui s'y noie, Il expulse une vague nauséabonde de gin et de venin qui lui brûle la bouche. Son corps entier se tend, trémule, tremble quand les assauts de son estomac sont remplacés par son foie qui déverse sa bile jaunâtre. Comme s'il cherchait à se vider complètement. Les plaies de son torse s'ouvrent à nouveau et saignent. Les tâches pourpres se mêlent à celles plus brunes qui ont déjà séchées, souillant la chemise d'une nouvelle salve d'immondices. La douleur l'assaille finalement, caustique, coulant dans sa gorge comme il s'essuie les lèvres du revers de sa manche. Il fait sombre dans la pièce et il ne distingue que les contours de ce qui l'entoure. La table basse. Le verre de cristal. L'écrin de satin remplie de poudre blanche. Le billet de cinq cent dollars. Les cadavres de bouteilles de gin. Son fauteuil. Et une étrange masse, au ventre légèrement arrondi, les cheveux humides, la mine blême, l'air épuisé.

"Avalon ..."

Les premiers mots rauques, caverneux, semblent dépucelés sa gorge d'un silence mortifère. L'odeur du vomi lui lève le coeur, celle de son propre corps lui donne le vertige. Il se sent sale, souillé d'un vice plus grand et plus dévastateur que tout ceux auxquels il a succombé. Il a honte. Il a mal. Et il regrette. Il ne pense plus, ou difficilement. Son esprit est en plein chaos, rien n'est ordonné, rien n'est clair. Ses souvenirs reviennent lentement, par bribes et il remonte le temps. Il revoit ce qu'il a fait, et pourquoi il l'a fait. La détresse. La vulnérabilité. La souffrance. La solitude. L'angoisse. L'abandon. Corrosives et âpres. Acides et destructrices. Qui pousse l'homme le plus fort à rendre les armes. Qui font ployer les volontés les plus illustres et démantèlent le courage le plus valeureux. Il a été vaincu, le Mithridatiseur, celui qui s'adonne à l'orgie de poisons pour s'immuniser a voulu mourir par ceux là même qu'il déguste sur le plat de la langue, par vanité ou provocation envers la grande Faucheuse. Son corps est lourd, ses membres lui pèsent, une migraine lui fend le crâne. Il se dégoûte, le pus de ses plaines infectées, le sang coagulé qui perle, la sueur masculine de gin, les relents de mort, la bile mêlée de venin. Il se sent sale, il a envie de gratter sa peau si fort qu'elle se déchirerait, lacéré cette chair à moitié morte de ses os, tel un écorché spectrale, à moitié vivant. La cohérence lui manque. L'énergie aussi. Il voudrait s'allonger et fermer les yeux mais la tête lui tourne et les vertiges lui portent le coeur au bord des lèvres.

"Je ... Tu ... tu peux m'emmener à la salle de bain, il faut que je me lave, j'en peux plus ..."

Une plainte, une supplique. Et pourtant c'était la première fois qu'il la tutoyait. Qui est-il pour lui imposer cela ? Comment ose-t-il ? Pourquoi espérer qu'elle tienne sa promesse quand il venait de prouver qu'il était capable de mettre fin à son propre serment. Pourrait-il seulement la regarder en face à nouveau ? Alors qu'il venait de faire ce qu'il avait juré devant Dieu ne jamais lui faire subir : l'abandonner. Quel droit avait-il de poser son regard faible et désemparé sur elle, quant il venait de la trahir ? Aucun. Aucun et pourtant elle était tout ce qui lui restait. Aucun et malgré tout, elle était là et elle venait de lui sauver la vie.



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Sacrifices are necessary.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sacrifices are necessary.

IDENTITY CARD
Messages : 252 Je suis arrivé(e) le : 09/12/2015 Sous les traits de : Eva Green Je me dédouble : Maxence le Lepry-Chieur & Saf la dépressive - agressive Pseudo : Pims Crédits : Tumblr - Xelette - Swan Points : 6585

J'ai : 35 ans et méfiance à ceux qui oserait dire plus. Je travaille comme : Psychiatre militaire spécialisée dans les trouble explosifs, anciennement meneuse d'interrogatoire pour le compte de l'armée. Actuellement, je suis : Veuve, enceinte de son mari décédé. Pouvoir : Emission de poisons et antidotes Niveau social : Héritage familial et marital conséquent, retraite militaire confortable, méchamment riche

- Soit comme un loup blessé, qui mord le couteau, de sa gueule qui saigne. -




- On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu'on prends pour l'éviter. Je te connais mieux que toi-même ; je suis le reflet consacré. Je suis le féminin, je suis l’origine. Je suis la preuve de ta candeur ; je suis celle qui vient adoucir la terrible arrogance de ta chair
inflexible. Par la pratique d’un supplice infini, je souffre pleinement dans mon corps immaculé. Je suis la muse oubliée des hommes. -



« Nous sommes ceux que vous ne voyez pas,
Parce que vous ne savez pas voir.
Nous prenons sans rendre.
La vie, la Mort.
Sans pitié.  »
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 13 Juil - 14:11
Heathcliff & Avalon




Plus grande est notre fortune

Plus sombre est notre sort.


Elle l'entends respirer difficilement, enfin, c'est comme une délivrance pour Avalon qui est toujours allongée au sol pour reprendre sa propre respiration. Tout ses muscles lui font mal et son ventre pulse, c'était vraiment une mauvaise idée de courir ainsi mais elle n'a pas réfléchit une seconde, elle devait le sauver à tout prix. Les inspirations sifflante d'Heathcliff sont comme une douce mélodie à ses oreilles, elle à réussit à le sauver, mais maintenant, une fois la peur passée la colère et la tristesse prennent le pas sur le reste. Elle ne comprends pas son geste et elle à envie de lui cogner dessus pour avoir oser essayer de l'abandonner.

L'artiste se redresse brutalement et Avalon lâche sa main pour rouler un peu plus loin car elle sait les conséquences d'un empoisonnement. Lui tournant le dos elle l'entends vomir ce qui lui donne naturellement un mouvement de déglutition pénible qu'elle réprime. Elle se redresse tout en continuant à ne pas lui faire face alors qu'il vomit une seconde fois. Cette fois c'est d'autant plus dur de retenir son propre mouvement de haut le cœur, elle à bien assez de nausées pour ne pas en rajouter. Finalement elle se retourne vers lui, recroquevillée par le froid qui coule dans son dos et attendant que Heathcliff se manifeste. La pièce est sombre et glauque, maintenant qu'elle y regarde bien elle à l'impression de se trouver dans l'antre d'un vieil artiste alcoolique. Que s'est – il passer pour que son ami si distingué en arrive à se mettre dans un état pareil ? Enfin il pose les yeux sur elle, sa voix rauque et abîmée par les poisons. Il a véritablement l'air en bout de courses, un chien famélique qu'on aurait battu pour le laisser agoniser au bord de la route. Il supplie, il tutoie et Avalon sent son cœur se serrer devant tant de détresse de sa part.

Prenant sur elle, sur la douleur de son ventre et de ses muscles fatigué par la course, l'angoisse et l'alchimie, elle se lève et viens doucement vers lui. Lentement, avec des gestes doux, elle l'aide à se relever, serre son corps dégingandé contre elle et le mène jusqu'à la salle d'eau. Elle n'échange pas un mot avec lui, ils sont bloqué dans sa gorge, elle essaye de départager la colère et la tristesse. Mais quand elle voit les difficulté qu'il à pour marcher c'est la compassion qui prends le dessus.

« Mais que t'es – t – il arriver Heatchliff ? Qu'est ce qui t'a pousser à une telle extrémité ? »

Elle arrive dans la salle d'eau et force l'homme à s'asseoir sur le rebord de la baignoire. Toujours aussi lentement elle défait les boutons de sa chemise souillée, elle prends sur elle quand l'odeur du vomi atteint ses narines sensibilisées par la grossesse. Avalon ôte la chemise, et tenant toujours l'homme contre elle comme on tiens un enfant perdue elle ouvre l'eau et la baignoire se remplie doucement. Elle prends son visage en coupe et le force à la regarder.

« Finis de te déshabiller et met toi dans l'eau je reviens. »

Elle descends rapidement, ouvre les rideaux en grand, les fenêtres aussi et va jusqu'à la cuisine où elle trouve une bouteille d'eau qu'elle ramène avec elle jusqu'à la salle d'eau.  



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

Only Bones And Flesh
Je suis le sacrifice primordial, la victime première, le dernier rempart. Je suis la preuve de ta candeur, je suis celle qui viens adoucir la terrible arrogance de ta chair inflexible.Je suis la Muse oubliée des hommes. Je suis la Conscience.
Revenir en haut Aller en bas

I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art

IDENTITY CARD
Messages : 283 Je suis arrivé(e) le : 14/03/2016 Sous les traits de : Marilyn Manson Je me dédouble : Jahaal J. Sepehr & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 3578 Couleurs RP : #660000

J'ai : 44 ans Je travaille comme : Artiste peintre & Professeur aux Beaux Arts Actuellement, je suis : Follement amoureux d'une Ombre, mais c'est un secret Pouvoir : Manipulation du son Niveau social : D'anciennes richesses familiales
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 17 Juil - 7:31
The Last Day On Earth



20 Juillet 2016 - Qui sait ? - Heathciff & Avalon


Alors qu'il se redresse, les spasmes secouant son abdomen se calment et il sent le regard d'Avalon posé sur lui. Il est pris d'un sentiment de honte corrosif qui vient le ronger avec force. Compulsivement, il laisse ses doigts aux ongles longs gratter frénétiquement ses avant-bras, son torse, son ventre, comme s'il cherchait à arracher cette peau souillée par le poison et la lâcheté. Il n'arrive pas à supporter qu'elle le regarde, sachant le spectacle pitoyable qu'il offrait, et qu'il avait trahi sa promesse. Il se sent coupable d'avoir essayer de mourir et coupable de n'y être pas parvenu. Il a du mal à lever les yeux vers elle pour se plonger dans son regard abyssal. Il ne veut pas y voir la déception, la colère et le dégoût qu'il s'attend à y trouver. Alors il ferme obstinément les paupières en l'implorant de s'occuper de lui. Conscient de l'avoir mise en danger, elle et cet enfant qu'il avait juré de protéger, se sentant encore plus minable qu'il ne pouvait l'être, baignant dans l'alcool, son sang, son sperme, sa sueur rance et son vomi venimeux. Sa propre odeur le révulse et il se dit qu'il préférerait arrêté de respirer que de subir cela. Comme si le parfum de son acte pénétrait sa peau, caustique, et s'infiltrait profondément en lui. Ses démangeaisons arrivent au sang quand Avalon arrive à son côté et l'aide à se lever. Alors il s'arrête et se laisse faire.

Les bras de son amie le soutiennent, le portent, le remontent pour qu'il tienne péniblement sur ses pieds. Il se sent faible, il se sent fourbu et incapable de quoi que ce soit et pourtant il se force, cherche dans ses réserves pour faire honneur à Avalon, ce qui reste de sa fierté et de sa distinction l'obligeant à se tenir le plus droit possible et à poser un pied devant l'autre jusqu'à sortir du grand salon, traverser le hall au plafond haut, monter l'escalier principal, contourner le premier pallier, dérouler le couloir jusqu'à sa chambre. En y entrant, il prend une bouffée insoutenable d'acide, d'amer, de rance qui lui donne à nouveau la nausée. Les tentures sont tirés depuis des jours sans que l'air ne soit changé. Les draps sont souillés de sperme, de sang, de sueur et de tout ce que furent ses nuits de débauche, où il se faisait prendre profondément par des hommes sans visage pour oublier sa douleur dans une soumission totale, et où il souillait sans scrupule des rousses grandes et faméliques pour se venger de Mara dans une domination absolue. L'atmosphère est lourde, brûlante, irrespirable et il suffoque un peu en traversant le champs de luxure pour trouver la salle de bain. Il ne répond pas à sa question, ne s'en sentant ni la force ni le courage alors que chaque pas était une douleur sans fin, une torture pour son corps meurtri.

Avalon le retient pour qu'il s'assoit sur le bord de la baignoire. Sa tête tourne, son équilibre est chancelant, les vertiges le tordent, la nausée étrangle son estomac qui se contracte et se serre. Les mains blanches se font d'une douleur sans égale en retirant chaque bouton de sa chemise, et le tissu humide glisse sur ses épaules, dévoilant son torse mutilé, aux entailles profondes, purulentes, boursouflées, sanguinolentes, toutes parallèles, faites avec la précision chirurgicale d'un geste sûr, d'une main experte qui guide la lame de rasoir sans hésiter, et tranche la chair comme pour purifier ce corps honteux de toutes ses perversions. Il en a tout le long des côtes, et puis sur les cuisses, les flancs, les biceps aussi. L'eau coule à gros bouillon pour remplir la baignoire quand Avalon le prend contre lui, le tirant à elle pour l'enlacer, prendre son visage en coupe avec une tendresse qui réchauffe son coeur froid. Il baisse les yeux, regarde obstinément le sol en comptant à mi-voix les carreaux de carrelage quand elle l'oblige à lui faire face. Elle a la patience d'une mère, la douceur d'une caresse mais la fermeté de son ton est sans appel. Heathcliff hoche pensivement la tête, et déboutonne son pantalon, glisse ses jambes interminables hors du tissu, se débarrasse de ses sous-vêtements alors que la future mère s'échappe un moment de la pièce. Il enjambe péniblement la baignoire et s'enfonce dans l'eau chaude, songeant un instant à se laisser absorber par elle, l'inviter à entrer dans ses poumons pour remplir ses alvéoles, et se noyer ainsi, sans bruit, pour rayer son existence mortifère de la surface de la terre. Définitivement. Mais déjà, Avalon est là et il la regarde avec un air coupable. Il lui doit une explication. Pourtant, il ne sait pas par où commencer. C'est si difficile ...

"Je suis désolé ... Pardonne-moi, Avalon, pardonne-moi de te faire subir cela. Je ne suis qu'une merde, une misérable merde qui mériterait de crever seul comme un cloporte."


Il n'arrive pas à croiser son regard, pourtant il sent ses yeux posé sur lui. Son corps nu, mutilé, flottant dans l'eau du bain comme un spectre sans consistance.

"Je ... je ne savais plus quoi faire ... J'avais si mal, je souffrais tellement, tu ne peux pas imaginer. Et je suis faible, je n'arrivais plus à tenir, je ... je ne suis qu'une merde, tu devrais partir et me laisser, vraiment ... je ne te mérite pas !"




© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Sacrifices are necessary.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sacrifices are necessary.

IDENTITY CARD
Messages : 252 Je suis arrivé(e) le : 09/12/2015 Sous les traits de : Eva Green Je me dédouble : Maxence le Lepry-Chieur & Saf la dépressive - agressive Pseudo : Pims Crédits : Tumblr - Xelette - Swan Points : 6585

J'ai : 35 ans et méfiance à ceux qui oserait dire plus. Je travaille comme : Psychiatre militaire spécialisée dans les trouble explosifs, anciennement meneuse d'interrogatoire pour le compte de l'armée. Actuellement, je suis : Veuve, enceinte de son mari décédé. Pouvoir : Emission de poisons et antidotes Niveau social : Héritage familial et marital conséquent, retraite militaire confortable, méchamment riche

- Soit comme un loup blessé, qui mord le couteau, de sa gueule qui saigne. -




- On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu'on prends pour l'éviter. Je te connais mieux que toi-même ; je suis le reflet consacré. Je suis le féminin, je suis l’origine. Je suis la preuve de ta candeur ; je suis celle qui vient adoucir la terrible arrogance de ta chair
inflexible. Par la pratique d’un supplice infini, je souffre pleinement dans mon corps immaculé. Je suis la muse oubliée des hommes. -



« Nous sommes ceux que vous ne voyez pas,
Parce que vous ne savez pas voir.
Nous prenons sans rendre.
La vie, la Mort.
Sans pitié.  »
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 18 Juil - 17:09
Heathcliff & Avalon




Plus grande est notre fortune

Plus sombre est notre sort.


Le chemin jusqu'à la chambre semble comme une épreuve pour Heathcliff qui se porte à peine sur ses jambes, Avalon prends le relais de ses membres fatigués puisant dans des trésors de patience et de maîtrise pour ne pas succomber à sa propre fatigue. Elle à vécu et subit bien pire comme abattement et comme douleur pour ne pas s'effondrer maintenant, surtout sachant que son ami à plus que jamais besoin d'elle. Il n'a toujours pas oser croiser son regard, elle comprends la honte et elle aurait trouver malsain qu'il n'en ai pas. Elle garde sa colère loin dans son cœur pour qu'il ne la voit pas, pour ne pas l'accabler encore plus. Si il est arriver à une telle extrémité ce n'est pas de son rôle de l'enfoncer encore plus, elle doit être un pilier comme il l'a été quand Mathis est mort.

L'air dans la chambre est étouffant, empuanti par des odeurs dont elle ne veux même pas savoir l'origine, son odorat sensibilisé par la grossesse est agresser et la nausée monte au bord de ses lèvres. Elle se fixe sur l'objectif de la salle d'eau où l'air est plus respirable. Elle sent en l'asseyant qu'il ne faut pas qu'elle le lâche pour le moment, c'est ainsi qu'elle se retrouve à ouvrir sa chemise froissée et souillée. Avalon arrive à faire la part des choses par rapport à la nudité, Heathcliff est son ami, il est dans une des heures les plus sombres de sa vie elle ne ressent aucune envie, ni désirs mis à part celui de lui venir en aide. Seulement quand elle voit les marques sur son torse l'alchimiste à du mal à garder son sang froid, voir les scarifications ouvrir la peau délicate et blanche de l'artiste lui brûle les yeux et met le feu à ses sentiments. Tenant toujours d'une main Heathcliff elle passe l'autre sur son torse, sur les entailles, ses doigts légers parcourant la chair meurtries, ôtant la purulence et les poisons de l'infection par son don. Elle ne peux pas effacer les cicatrices mais elle peux lui éviter des boursouflures terribles. Son œuvre faite elle serre Heathcliff contre elle et l'oblige à la regarder, à l'affronter une bonne fois pour toute ce qu'il ne fait pas.

Elle finit par le laisser seul et fonce jusqu'au salon. Une fois la bouteille d'eau en main elle repasse par la chambre, l'odeur est vraiment insoutenable. Elle ouvre les rideaux en grand, avisant du coin de l’œil Heathcliff qui se glisse dans l'eau. Les fenêtres s'ouvrent à grand peine et en grinçant. Avisant le lit souillé lui aussi, elle entreprends d'ôter tout les draps sans ménagement pour les faire tomber au sol avant de rejoindre Heathcliff et de lui tendre la bouteille d'eau.

« Boit. Je ferais une lessive tout à l'heure. »

Elle saisit ses vêtements et le jette avec le tas de draps sales. Elle reviens au bord de la baignoire, s'agenouille et se saisit de l'éponge naturelle qui est sur le bord. Elle y verse un peu de gel douche tout en l'écoutant, sa voix rauque abîmée par les poisons. Ses paroles lui font mal, elle ne supporte pas de savoir son unique ami aussi blessée, aussi mal qu'il en est arriver à une telle extrémité. Elle s'en veux de ne pas avoir vu son mal être. Soudain elle se lève.

« Ne me regarde pas et avance toi un peu. »

Pendant qu'il s’exécute elle ôte ses quelques vêtements et finit par se glisser dans l'eau derrière lui, ses jambes entourant ses hanches décharnées. Elle le prends contre elle, comme le ferait une mère, sa tête se calant contre son épaule. Elle n'est pas gênée par ses proximité, ni ce peau à peau elle sait que c'est une très bonne manière pour calmer les angoisses. Elle reprends l'éponge et la passe sur le torse abîmé de l'artiste.

« J'aurais du voir plus tôt que tu n'allait pas bien, et tu aurais du m'en parler. Il est hors de question que je te laisse partir comme ça Heathcliff, tu ne mérite aucunement de mourir. Et tu mérite toutes mes attentions, tu mérite de vivre plus que beaucoup d'autres alors ôte toi cette idée de la tête. »  



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN



_________________

Only Bones And Flesh
Je suis le sacrifice primordial, la victime première, le dernier rempart. Je suis la preuve de ta candeur, je suis celle qui viens adoucir la terrible arrogance de ta chair inflexible.Je suis la Muse oubliée des hommes. Je suis la Conscience.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

The Last Day On Earth [Heathcliff & Avalon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» EARTHQUAKE WARNING FROM RUSSIAN INSTITUTE of PHYSICS of the EARTH
» Google Earth: Des images fraîches d'Haïti !
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
» Sting Avalon [ en cours ]
» Another Earth [DVDRiP]uptobox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: 364 Kensington PKWY-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3