AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Jahaal & Merry ♣ Je le sens pas...

 :: Baker Street Cafe
Aller à la page : Précédent  1, 2

Berserker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Berserker

IDENTITY CARD
Messages : 175 Je suis arrivé(e) le : 09/06/2016 Sous les traits de : Emily Browning Je me dédouble : Jesse P. Baker / Aman Redkar Pseudo : Livia Crédits : Avatar me Points : 3313 Couleurs RP : parme

J'ai : 27 ans Je travaille comme : Employée d'une chaîne de fast food Actuellement, je suis : Bella Swan cernée de bestioles surnaturelles en couple avec un Djinn... Alter-ego : Loup gris Espèce : Berserker Niveau social : Modeste
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 26 Juin 2016 - 22:25

La louve le regarde approcher, les oreilles pointées soudain vers le Djinn, hésitant entre curiosité et désir de fuite. Un frisson passe sur l'échine animale, dont les poils sont moins longs à cette période de l'année. Elle ne grogne pas, cependant, quand des mains se tendent. A l'intérieur, Merry hésite un peu, au fond, en le voyant l'attirer comme on chercherait à le faire d'un animal. Au fond elle en a l'instinct et la peau. Etre sous cette forme la tranquillise infiniment : comme il serait facile de détaler ou d'attaquer...  Alors elle a moins peur. Peut-être parce qu'il n'est pas humain lui non plus. Un humain aurait peur d'elle, de sa forme, de ce qu'elle est. Lui non. Elle le laisse venir à elle, glisser ses doigts dans sa fourrure, soutenant son regard, sentant un frisson primitif la saisir alors qu'il la caresse comme on le ferait d'un gros chien. La louve s'est assise, yeux mi-clos, sage comme tout, comme une brave bête que l'on flatterait gentiment. Sa langue rose passe ses babines et elle cherche à lécher la main de Jahaal.

Il sent le sable et sa peau est brûlante, contre sa fourrure. C'est agréable. Merry songe que c'est un peu bizarre quand même : à cet instant elle n'est plus qu'une entité animale, pourtant toujours consciente, présente. Elle peut le voir sans peur, savourer les douces caresses. Assise, sa queue battant contre le sol, faisant voler quelques brin d'herbe et feuilles de l'automne passé, elle ressemble parfaitement à un loup. Pourtant la jeune femme en elle soupire en maintenant ce regard entre le cuivre et l'onyx tandis que les mains brassent ses poils soyeux. La louve couine, gentiment, en de petits gémissements bas.  De nouveau, elle cherche à le lécher au visage, pour le faire sourire, pour l'amuser.
Au fond, Jahaal à raison : ils n'ont rien d'humain tous les deux. Ils se voient, deux êtres très différents, mais à cet instant, c'est la douceur qui prédomine. Merry se calme, savoure, yeux de louve mi-clos, ce petit moment de tendresse simple, presque simpliste. Parfois, être un animal est plus facile. Car être dans ses bras en temps qu'humaine, c'est effrayant, parce que ça veut dire plein de choses.

Merry sait bien qu'elle est trop romantique. Qu'elle est trop fleur bleue, sous ses airs revêches. Qu'il va lui briser son petit coeur. Mais la louve en elle pense que le moment présent est plus important; car les loups ne se soucient pas du lendemain. Il suffit de le regarder : il est beau, il est là, brûlant, l'emplissant toute entière d'un désir timide. C'est peut-être bien le problème, finalement. Qu'elle ai voulu dès leur première rencontre être pétrie sous de grandes mains chaudes jusqu'à n'être plus qu'une pâte toute entière vouée au plaisir.

Sa voix l'appelle, l'invite, elle frissonne, sous le poil. Elle sait très bien qu'elle reviendra nue. Il est charmeur, beau parleur. Mais il la veut, elle. Elle se sent flattée, au fond : elle n'a rien de spécial, juste une fille un peu bizarre qui se change en loup. Une fille qui vends des burgers toute la journée et habite un T2 sans rien de spécial, ni beau, ni moche. Une fille un peu dodue, qui à l'habitude d'être invisible. Ce n'est pourtant pas une fatalité : autrefois elle ne l'était pas. Elle était cette fille populaire, toujours entourée. Puis tout à changé et elle ne peut qu'avoir des regrets. Au fond, peut-être que c'est mieux. Quelle genre de peste serait-elle devenue, alors, dans ce monde alternatif où elle serait une simple humaine ?
Les yeux de Merry, au travers de sa louve, expriment de la tendresse alors qu'il l'appelle en arabe, la réclame, elle. Ce n'est pas une bonne idée. Elle devrait fuir, le plus loin possible. Avant qu'il ne reste plus rien d'elle. Avant qu'il soit autre chose qu'un presqu'inconnu.

Pourtant, la louve se change, ses os bougent, ses membres se déplacent, et, tremblante à cause de la douleur, toujours aussi vive, toujours aussi insupportable, Merry a remplacé l'animal. Elle frissonne. Même s'il fait moite comme avant les orages. Elle sent sa peau se piqueter de chair de poule. Elle sait que c'est du grand délire, du grand n'importe quoi, tout ça. Pourtant, elle se cache un peu dans les bras de Jahaal, qui sont là, tout près, tout contre lui, brûlant djinn du feu. Il sent le sable, et c'est bizarre parce qu'elle n'a jamais sentit que le sable avait une odeur aussi suave. Elle est nue, elle en rougit, bien sûr, parce que ce n'est pas franchement l'endroit où l'être. Et puis, il va voir qu'elle est potelée et cela la complexe. Pourtant, elle ne pars pas. Parce qu'elle a froid. Parce que c'est doux.
Il est bavard, elle est silencieuse. Elle ne le regarde pas vraiment, intimidée par la situation qui le semble rocambolesque. Ne peut-il jamais rien lui arriver de normal ? C'est presque comique.

Pourtant, à cet instant, tête posée contre son épaule, cachée dans son cou, sa barbe lui piquant le front, elle se dit qu'elle est prisonnière de ce moment, fragile et tendre...
Revenir en haut Aller en bas

أنا مثير و أنا أعلم أنه
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
أنا مثير و أنا أعلم أنه

IDENTITY CARD
Messages : 185 Je suis arrivé(e) le : 13/04/2016 Sous les traits de : Jason Momoa Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 2911 Couleurs RP : #cc6600

J'ai : 174 ans Age d'apparence : 33 ans Je travaille comme : Chef Pâtissier Actuellement, je suis : En couple avec la plus délicieuse des Louves Espèce : Djinn Iphrine Niveau social : Sans prétention
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 26 Juin 2016 - 23:04
"Je le sens pas"



17 Juin 2016 - vers 22h30 - Jahaal& Merry


Elle cède. Son corps tremblant apparaît de la dislocation impressionnante de la louve à la douce fourrure. Tu regarde sans dire mot sa transformation, voyant les os se briser pour mieux se remodeler, les muscles les recouvrir et de nouvelles articulations se former pour lui permettre de se tenir debout. Tu as le temps d'admirer son corps. Sa peau laiteuse, ses courbes généreuse, son ventre à la peau tendre, ses seins dévoilant le froid qui la pénètre. Tu ne peux détacher ton regard d'elle. Elle est si belle. Tu ne te souviens pas avoir senti ton coeur s'emplir d'une vague si brûlante, si douce, si chatoyante, comme la lumière d'un levé de soleil sur les dunes du Sahara. Tu captes son regard, ses pommettes rosées et ses lèvres pleines. Elle vient entre tes bras se lover et tu l'étreins tendrement, précautionneusement, comme si tu avais peur de briser sa peau de porcelaine et sa figure de poupée. Tes larges paumes l'entourent, la protègent. Tu n'oses serrer, mais tu ne veux pas la lâcher. Tes mains restent chastes, posées sur ses omoplates. Tu sens son odeur, si banale et pourtant si unique, quelque chose de frais, de pur, de charmant qui te donne envie de sourire. Et tu te souviens que tout cela à commencer parce que tu voulais l'emmerder un moment vu qu'elle t'avait envoyé bouler en te servant ton plateau ...

Tu n'y penses pas plus d'une seconde. Le temps s'arrête, plus rien n'a d'importance sinon ce corps frêle offert entre tes bras. Et son front qui se niche contre ton cou, et sa chevelure noire qui se mêle à ta barbe dans un bruissement tendre. Pour une fois, tu n'oses pas ouvrir la bouche, refusant de gâcher ce moment. Tu te contentes de poser tes lèvres sur le haut de son crâne et de renifler profondément, les yeux clos. Un grand sourire donne à ton visage exotique un côté attachant, charmeur de serpent à l'allure vertigineuse portant à l'ivresse. Alors doucement, lentement comme lorsque tu approchais la louve, tu glisses ta paume sous son menton et lui relève la tête. Tu croises son regard clair, très différent des orbes dorées de sa forme sauvage. Ils te plaisent, ses yeux bleus, clairs comme le ciel un jour d'hiver. Il y a de la chaleur dans son visage, du réconfort dans sa moue, une tendresse sans égale qui te fait fondre. Pourquoi, comment, tu t'en fous, tu fermes alors les yeux. Ta bouche entrouverte, tu mêles ton souffle erratique au sien. Vous partagez un moment cet air qui n'existe qu'entre vous deux, union de vos deux saveurs. Il a un goût unique, transcendant, celui de la louve et du Djinn du désert, celui de Merry et Jahaal.

Tes lèvres capturent les pétales de satin rosées de la douce brune et tes mains entourent son visage, prenant ses joues en coupe avec délicatesse. Elle est tienne, entre tes doigts puissants, contre ton torse nu couvert de symbole qui se mettent à foncer à mesure que ton désir pour elle grandit. Tu n'as jamais ressenti une telle force de sentiment, jamais une telle intensité quand ta langue se met à remuer, séductrice et cavalière, partant à la conquête de sa compagne dans une caresse langoureuse. Une paume s'égare vers sa nuque, appréciant de se perdre dans sa chevelure foncée quand l'autre glisse le long de sa colonne. Capturant son flanc, errant sur sa hanche, tu l'enserres bientôt avec plus de fougue à mesure que le baiser s'approfondit. Ton souffle est brûlant quand tu prends une seconde, un instant d'éternité, pour capturer dans ton esprit la vision délicieuse de ta louve, ta poupée de porcelaine aux rougies rougies, qui s'abandonne autant que toi à cette étreinte. Alors tu l'enlaces, tu l'enlaces pour ne pas qu'elle parte, tu l'enlaces pour lui donner ta chaleur et que jamais plus elle ne frisonne, tu l'enlaces pour apprendre ses contours, chaque courbe, chaque creux, chaque détail de son corps, tu l'enlaces pour mêler ta peau à la sienne, tu l'enlaces pour lui montrer combien tu la désires.

Affamé de la goûter encore, de te repaître de sa saveur, tu effleures son nez du tien, bisou esquimau tendre et coquin. Et tes dents qui jouent avec sa lèvre, la mordillant doucement. Et tes lèvres qui coulent le long de sa joue, de sa nuque pour se perdre dans sa gorge pâle. Et tes mains qui voyagent à la découverte de son corps offert, s'enroulant dans le bas de son dos. Et tes cuisses puissantes qui te soutiennent lorsque tu la prends délicatement dans tes bras et la soulève de terre comme si elle n'était qu'une plume légère. Et tes bras forts qui l'entourent, protecteurs, remparts contre le monde et le reste. Et ton torse massif contre laquelle elle pourra toujours poser sa tête. Et ta bouche qui retrouve avidement la sienne alors que tu l'entraînes plus loin, à l'écart, loin de cette lumière artificielle qui efface totalement les rayons de la lune et le gala d’apparat des étoiles. Plus loin, à l'abri des regards, là où il n'y aura que toi et elle. Elle et toi. Louve et Djinn. Merry et Jahaal.



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Berserker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Berserker

IDENTITY CARD
Messages : 175 Je suis arrivé(e) le : 09/06/2016 Sous les traits de : Emily Browning Je me dédouble : Jesse P. Baker / Aman Redkar Pseudo : Livia Crédits : Avatar me Points : 3313 Couleurs RP : parme

J'ai : 27 ans Je travaille comme : Employée d'une chaîne de fast food Actuellement, je suis : Bella Swan cernée de bestioles surnaturelles en couple avec un Djinn... Alter-ego : Loup gris Espèce : Berserker Niveau social : Modeste
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 28 Juin 2016 - 11:50

Son cœur bat la chamade, mais cette fois la douleur de la métamorphose n'est plus en cause. Il la tient étroitement serrée contre lui et elle se sent toute petite ainsi, toute frêle comme un moineau. Elle n'aime pas trop l'idée d'être dans un lieu public, c'est à la fois stressant. Et pourtant un peu grisant. Une idée de l'interdit, de danger, qui ne lui est pas désagréable. Mais elle ne se préoccupe bien plus de Jahaal, contre qui elle ne pensait pas atterrir si rapidement nue. La vie est facétieuse, parfois.

Docile, elle lève le menton, s'abîme dans ces yeux comme deux charbons ardents qui consument son corps, captivent son regard et la laisse là, pantelante et soudain intimidée de la douceur des gestes qu'elle aurait imaginé plus rustres. Pourtant, la douceur est bien là et Merry s'y abandonne. Il est une oasis dans sa solitude, et quand bien même lui ferait-il du mal, plus tard, elle songe qu'il faut profiter du présent. Les loups ne pensent pas au lendemain. Les loups ne conjuguent pas au passé. Ils vivent, c'est tout, avec toute l'intensité possible. Il lui brisera peut-être bien le cœur mais elle est seule, il l'attire, la fascine, l'emprisonne. Alors, quand son visage s'avance pour un baiser, elle ne se dérobe pas.

Elle frissonne, captive, se noie à la douceur de sa peau, de ses lèvres pleines, de ce désir primal qui afflue entre ses reins. Chaque geste est plus doux que le miel, plus sucré qu'une pâtisserie d'orient. Merry sent la langue suave prendre possession de la sienne. Ses propres mains se posent, un peu timidement, dans le dos de Jahaal, collée à lui. Elle laisse l'instinct la guider, sans plus rien décider d'autre que le prochain ballet de caresses, de gestes tendres, de leurs souffles entrecroisés.
Son ventre s'enflamme, elle le veut, elle aussi, en un désir refoulé, pour ne pas s'y blesser. Ce serait sa première fois avec un homme. C'est un peu vertigineux.
Elle a toujours imaginé ça dans un lit plein de pétales de roses, mais au fond, les choses sont ce qu'elles sont. Ce n'est pas si mal. Alors Merry sourit au lieu de grogner, se sentant soulevée comme une plume, rougissant en nouant ses bras autours de son cou. Il l'entraîne à l'écart et elle ne s'en plains pas. Tout cela la gêne, bien sûr mais... mais l'envie est là, présente et insistante. Le monde s'est réduit à eux seuls, le reste peu bien attendre. Un instant, amusée, elle remarque que cette fois, il s'est tu. Cela la fait sourire toute seule. Petite victoire plus amusante qu'une revanche. Il suffit de baisers, alors ?

Bizarrement, l'animal en elle semble se tenir tranquille. La louve n'est pas son ennemie. Elle est une partie d'elle. Son autre visage. Et aucune ne veut mordre, mais se faire dévorer de baisers. Son torse, puissant, est un rempart contre lequel elle glisse ses doigts, caressant la peau chaude au parfum entêtant d'un orient auquel elle ne connait pas grand chose. Elle bise ce torse, son épaule, sans protester ni râler, cette fois. Elle ne lui dit pas, cependant, comme c'est intimidant, une première fois. Comme c'est doux, aussi, alors qu'elle est avec lui...
Revenir en haut Aller en bas

أنا مثير و أنا أعلم أنه
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
أنا مثير و أنا أعلم أنه

IDENTITY CARD
Messages : 185 Je suis arrivé(e) le : 13/04/2016 Sous les traits de : Jason Momoa Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 2911 Couleurs RP : #cc6600

J'ai : 174 ans Age d'apparence : 33 ans Je travaille comme : Chef Pâtissier Actuellement, je suis : En couple avec la plus délicieuse des Louves Espèce : Djinn Iphrine Niveau social : Sans prétention
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 28 Juin 2016 - 23:38
"Je le sens pas"



17 Juin 2016 - vers 22h30 - Jahaal& Merry


Tu sens sa main se balader sur ton torse, d'abord timidement. Et puis sa bouche qui t'effleure, te découvre. Tu sens qu'elle tremble. Elle a froid ? Ou peur ? Peut être les deux. Tu n'as jamais été très doué pour deviner ce que veulent vraiment les filles. Ta technique à toi, c'était plutôt de faire le lourd, de t'imposer, et de parvenir à ce que tu voulais de cette façon un peu sordide. Mais avec Merry c'était différent. Tu la connaissais à peine, tu l'avais rencontré de la même façon que les autres, et pourtant, c'était différent. Pourquoi, tu ne saurais le dire. Peut être parce que ce n'était pas une humaine comme les autres. Peut être parce que tu n'étais pas attiré que par son physique. Peut être parce que tu avais l'impression de partager avec elle beaucoup plus sans parvenir vraiment à l'expliquer. Tu la regardes, plonges tes disques cuivrés dans ses prunelles claires et essaye de lire des réponses à tes questions. Ressent-elle la même chose que toi ? Désire-t-elle ce que tu désires ? Ou n'est-elle que sous le charme un peu envoûtant de ton apparence Djinn ? Ton ventre se tord un peu, tu as le cerveau qui pédale pour essayer de ne pas tout gâcher. C'est la première fois que tu te préoccupes autant d'être à la hauteur. Tu es plutôt du genre à te sentir invincible. Mais c'est facile, quand ça ne compte pas. Là, c'était différent, tu n'avais pas envie de la décevoir sans parvenir à comprendre pourquoi.

Tu arrives au pied d'un arbre, loin des réverbères, loin des allées de graviers où passent parfois quelques glandus qui promènent leur chien un peu tard, ou des gens louches qui traînent. La pelouse est fraîchement tondu et il fait encore tiède. De toute façon, ta peau est brûlante. Le feu des Iphrine brûle en toi plus fort que jamais. Tu te sens enflammé d'un désire si fort que tu tentes de le refréner un peu. Ce sera la première fois -si on ne compte pas des tripotages d'adolescents avec une cousine éloignée en Israël- que tu feras l'amour à une fille sous ta véritable forme. La première fois que tu seras réellement toi-même avec quelqu'un. C'est étrange, un peu stressant, et pourtant terriblement grisant. Tu as l'impression d'expérimenter quelque chose de nouveau et de fort. Quelque chose que tu partageras avec elle. Mais pour la première fois, tu prends en compte ce qu'elle veut, ce qu'elle cherche. C'est encore quelque chose que tu ne fais pas d'ordinaire. Quand tu sens que le fruit est mûr, tu le cueilles. Là, c'est différent, tu te plonges encore dans ses yeux comme s'ils pouvaient t'apporter ta réponse. Tu ne veux pas la brusquer, tu ne veux pas la forcer. Tu veux qu'elle soit complètement d'accord, que vous soyez en phase, une union aussi bien charnelle que spirituelle. Ouais, car Merry, à tes yeux, n'était pas un plan. Elle était plus que ça.

Tu la déposes doucement sur la pelouse un peu humide mais douce qui sent la terre et les fleurs du chèvrefeuille au pied duquel tu t'allonges aussi. Tu es au-dessus d'elle, tu ne la lâches pas du regard. Ton torse au dessus de ses seins nus, tes cuisses au creux des siennes. Tu songes à combien tu te sens bien, tu te sens entier, tu te sens vivant à cet instant. Fiévreux, tu t'empares à nouveau de sa bouche, capturant ses lèvres roses et pleines pour un baiser à en perdre la tête. Ton front contre le sien, tu reprends ton souffle, tu te repais de son odeur. Ta barbe noire  effleure sa gorge, le haut de sa clavicule quand tu te penches sur son cou pour laisser couleur quelques tendres baisers. Près de son oreille, ta voix tremble un peu lorsque tu demandes dans un murmure rauque, erratique, proche de la rupture tant le contrôle que tu t'imposais pour prendre ton temps devenait difficile à tenir.

"Merry ... Tu es sûr que c'est ce que tu veux ?"



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Berserker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Berserker

IDENTITY CARD
Messages : 175 Je suis arrivé(e) le : 09/06/2016 Sous les traits de : Emily Browning Je me dédouble : Jesse P. Baker / Aman Redkar Pseudo : Livia Crédits : Avatar me Points : 3313 Couleurs RP : parme

J'ai : 27 ans Je travaille comme : Employée d'une chaîne de fast food Actuellement, je suis : Bella Swan cernée de bestioles surnaturelles en couple avec un Djinn... Alter-ego : Loup gris Espèce : Berserker Niveau social : Modeste
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 4 Juil 2016 - 19:40

Elle ne pense plus vraiment. Elle se laisse porter par l'instinct, par les sensations douce-amères. Elle a peur de lui faire du mal mais... Bizarrement pas tant que ça. Peut-être parce qu'il n'a rien d'un humain. Cette forme qu'il revêt, cette vraie forme, brûlante et imposante, la rassure. Il est comme elle, ce n'est pas un humain. Il n'a pas hurlé, ni n'est parti en courant en voyant une femme se transformer en louve. Ce n'était que la transformation gentille et proprette. Pas la plus bestiale et dangereuse en définitive. Mais Jahaal est bien là, tout contre sa peau nue, et l'allonge dans l'herbe, où elle se tortille un peu, parce que ça lui pique un peu la peau.
Elle s'installe comme l'on fait son nid, dans un parfum de chèvrefeuille, d'herbe coupée et de sable chaud. Elle est calme, très calme.

Ses baisers, cependant, répondent à ceux de Jahaal alors qu'il l'emprisonne dans ses bras, sentant son poids contre son corps. Elle s'offre sans un mot, sans un bruit, comme un animal sauvage que l'on apprivoise doucement du bout des doigts. Son propre souffle fait contraste avec celui de Jahaal, qui s'emballe. Mais elle en a envie, réellement. peu importe où ils se trouvent, finalement. Elle pense à plein de choses en même temps. Qu'elle est presque vierge - vierge avec un homme en tout cas. Qu'elle a un caillou qui lui rentre dans la fesse droite. Qu'elle entends une voiture qui passe dans la rue. Qu'elle doit bien avoir des préservatifs quelque part dans son sac. Ou non. Ha putain, elle ne sait plus. Qu'elle ne devrait pas faire ça comme ça, ici. Mais qu'en même temps elle ne veut pas gâcher le moment. Et si ça se trouve comme ils sont des bestioles magiques, ils ne peuvent pas avoir d'enfants. Mais la chtouille magique ça existe ? Et si...

Merry a fermé les yeux pendant que ça se bouscule dans sa tête. Elle noue ses bras autour du cou de Jahaal. La peur lui noue un peu l'estomac. Alors quand il susurre contre son oreille, lui demandant son avis, elle a un pauvre sourire maladroit :
"J'ai plutôt envie d'une couette et d'un matelas mais le berceau de la nature, tout ça..." Elle se mord la lèvre inférieure, le regardant de dessous ses cils pudiquement baissés avec gêne. "Jahaal... Je suis hum... Je n'ai jamais fait l'amour avec un homme. Ou un Djinn. Enfin bref."
Elle s'empourpre et s'embarrasse. Elle n'a pas très envie de faire sa chochotte et de briser ce moment romantique. Mais elle s'est sentie obligée de le lui dire. Peut-être pour être franche, pour démarrer sur de meilleures bases.
"Et heu... Mmmmh, c'est très mignon, la nature, le chèvrefeuille tout ça...." Elle se tortille une mèche de cheveux défaits - son chignon ne ressemble plus à grand chose - plutôt à une cascade de cheveux châtains épars, où s'accroche de l'herbe coupée. Ca donne un côté très fille de la nature mais ça lui pique un peu la nuque et les épaules. Dans un sourire gêné, elle ajoute bravement : "Par contre laisse-moi au moins chercher des capotes dans mon sac...."

Oh putain, elle se serait mise des claques. Elle se sent conne. Juste conne. On l'a nourrie, comme toutes les filles, d'images d'Epinal, d'amour fou et princier et de batifolages dans les champs de blés. Alors pourquoi est-ce qu'il faut qu'elle ramène tout à des trucs super terre-à-terre comme ça ? C'est pas faute d'avoir envie de lui - non mais genre vraiment - mais tout danse dans sa tête et lui file la migraine. Elle a peur. Elle a envie. Elle veut juste pas faire n'importe quoi. Sa maman l'a bien mise en garde contre les grands méchants loups à la sortie du bois; Elle n'a pas peur du loup. Plutôt des conséquences.

Jahaal l'attire, comme une braise attire le feu, elle voudrait se brûler à sa peau de bronze mais elle a aussi peur de se roussir le museau. Et s'il l'abandonne juste comme une vieille chaussette ? Bravo merry, t'as gâché ton joli moment à la disney, avec les p'tits oiseaux et tout le bordel.
Elle a encore rougi : "Je suis désolée, Jahaal. Je gâche un peu tout..." Elle a dit son nom, pour la première fois. Ca lui fait bizarre, comme des papillons au creux du ventre. ..
Revenir en haut Aller en bas

أنا مثير و أنا أعلم أنه
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
أنا مثير و أنا أعلم أنه

IDENTITY CARD
Messages : 185 Je suis arrivé(e) le : 13/04/2016 Sous les traits de : Jason Momoa Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 2911 Couleurs RP : #cc6600

J'ai : 174 ans Age d'apparence : 33 ans Je travaille comme : Chef Pâtissier Actuellement, je suis : En couple avec la plus délicieuse des Louves Espèce : Djinn Iphrine Niveau social : Sans prétention
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Lun 4 Juil 2016 - 23:57
"Je le sens pas"



17 Juin 2016 - vers 22h30 - Jahaal& Merry


Tu sens ses bras s'enrouler autour de ton cou, tu sens son coeur battre à l'unisson avec le tien, mais tu sens aussi son trouble. Comme si son esprit ne lâchait pas prise, comme si son corps dictait la danse mais qu'il y avait une réticence. Immédiatement, ton souffle se bloque, tu retiens ta respiration et abandonne la découverte de sa nuque pour revenir au dessus de son visage et plonger ton regard dans le sien. Elle a l'air gêné, son sourire s'excuse à demi. Ses dents capturent innocemment sa lèvre et elle baisse les yeux. Tu sens une sorte de peur naître dans ton ventre, une sensation inconnue et très très désagréable. Tu imagines déjà qu'elle te repousse, qu'elle te dise que non, elle ne voulait pas. C'était surement pour ça que tu demandais jamais rien et que tu laissais les choses suivre leur cours, comptant surtout sur tes prouesses pour persuader plus qu'autre chose. La chaleur te quitte et tu te sens un peu nauséeux. Tu déglutis et passe une large paume sur la joue de Merry pour l'enjoindre à se confier.

Et finalement, tu te sens soulagé lorsqu'elle lâche le morceau. Soulagé et terriblement fier de son aveu. Tu viens exactement de comprendre ce qu'elle essaye de te dire. Elle est vierge, et elle ne veut pas le faire comme ça, pas ici, pas en public, pas dehors, pas là où ils étaient si vulnérables de tout ce qui pouvait se produire. Elle rêvait surement d'un lit avec un matelas robuste, des draps de soie et des bougies, une ambiance romantique en quelques sortes. Tu hoches doucement la tête en revenant sur elle, capturant frénétiquement sa bouche avec tes lèvres avides, picorant sa gorge de baisers fougueux. Tu serais le premier. Le premier à la toucher. Le premier à la voir s'abandonner. Le premier à la prendre. Le premier à lui faire connaître l'extase. Ragaillardi par une sorte de fierté sans comparaison, tu bombes le torse et te redresse, entraînant Merry avec toi, tout contre toi. Tes bras possessifs l'enlacent, la serrant si fort avant de la faire tourner un peu. Et tu ris. Tu éclates d'un grand rire charmant sans la quitter des yeux. Elle est si belle, dans sa franchise, dans sa sincérité, avec ses joues rougies et sa bouille de poupée de porcelaine.

"Ne t'en fais pas, Merry, j'crois bien que j'ai une idée. Est-ce que tu veux qu'on aille chez moi ? J'suis pas sur qu'il y ait de quoi faire comme dans les films, mais j'ai des bougies, de l'encens d'Orient, des coussins en soie et un lit pour deux. Tu préfères si on y va ? Et j'ai pleins de capotes, à tous les goûts si tu veux, tu pourras même choisir !"

Tu te gardes bien de dire que y aurait aussi peut être ta mère. Ca c'était une autre histoire et chaque problème en son temps. De toute façon, le vieux dragon avait le sommeil lourd avec les cachetons qu'elle prenait et les boules Quies pour s'isoler pendant sa méditation. Tu attrapes à nouveau Merry dans tes bras, tu n'allais surement pas la laisser s'esquinter les pieds à marcher pieds nus -elle avait pas le cuir des Djinns sous les panards, elle- et surtout pas prendre le risque qu'elle s'accroche dans un buisson et qu'elle se fasse mal. Tu la protèges de ta chaleur, tu l'enveloppes de ton corps de braise jusqu'au banc où vous vous étiez assis. Son sac à main était là mais ses vêtements avaient ... disparus. Tu n'avais pas eu le réflexe de faire porter l'illusion que tu avais créé pour entourer son sac et le rendre invisible pour les humains, sur ses habits. Tu te frappes finalement la tête avec le plat de la main. Bon, il restait toujours ton débardeur qui était gentiment à côté du sac. Tu lui jettes un regard d'excuse et la dépose au sol avant de lui tendre le débardeur.

"Je suis désolé, j'avais pensé à faire quelque chose pour que personne te pique ton sac, mais les fringues, j'ai zappé ... Du coup, si tu veux, tu peux mettre ça, moi ça me gène pas de rester torse-nu, j'ai pas froid. Ça risque de te faire une robe un peu bizarre, mais j'habite pas loin. Tu es partante ?"

Tu lui tends doucement ta main et lui montre le chemin. Une des deux entrées de la Cour des Faës n'était très loin, et tu connaissais un raccourcis en passant par d'anciens souterrains. Vous ne risquez pas de rencontrer qui que ce soit. Tant mieux car tu ne serais surement pas très décent tant l'excitation était forte. Résistant à l'envie de la prendre sur le banc, tu coules juste tes bras autour de sa taille, te plaque contre son dos pour lui faire sentir combien tu es pressé d'arriver. Un baiser dans la nuque qui la chatouille avec ta barbe.

"Si tu veux, j'peux faire comme Edward avec Bella et te prendre sur mon dos. Mais j'cours pas aussi vite ahah. Mais au moins ça t'évitera de te faire mal aux pieds !"




© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Berserker
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Berserker

IDENTITY CARD
Messages : 175 Je suis arrivé(e) le : 09/06/2016 Sous les traits de : Emily Browning Je me dédouble : Jesse P. Baker / Aman Redkar Pseudo : Livia Crédits : Avatar me Points : 3313 Couleurs RP : parme

J'ai : 27 ans Je travaille comme : Employée d'une chaîne de fast food Actuellement, je suis : Bella Swan cernée de bestioles surnaturelles en couple avec un Djinn... Alter-ego : Loup gris Espèce : Berserker Niveau social : Modeste
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 6 Juil 2016 - 17:12

Son rire lui chatouille le cou et elle croise son regard. Il n'a pas l'air de lui en vouloir du tout, en fait et ça la rassure un peu. Elle se remet debout, époussetant son corps de l'herbe qui s'y incruste, un peu ankylosée mais soulagée de la tournure du moment.
"Ho tu sais, les bougies c'est très surfait à notre époque... Et je voudrais pas foutre le feu aux draps." Elle le taquine un peu, juste pour calmer un peu leurs nerfs à fleurs de peau, l'envie brûlante. Ce sera mieux ainsi, songe-t-elle. Elle a envie d'essayer, d'être à lui pour la nuit. De découvrir sa peau. Il la fascine. il l'envoûte un peu. Il est chiant mais pourtant... N'a-t-il pas gentiment protégé ses affaires ? Elle cherche ses fringues du regard. Bon, c'est rare de toute façon qu'elle les retrouve après une transformation. Elle pourrait se changer de nouveau mais elle n'a pas l'habitude des métamorphoses et elle a trop peur d'être ensuite bien trop épuisée. Alors elle accepte le débardeur en hochant la tête.

"Il paraît que les fringues style boyfriend sont à la mode, après tout..." Plaisante-t-elle encore en se vêtant. Elle se sent un peu à poil et ça lui donne une touche... Disons inimitable, avec ses cheveux emmêlés pleins d'herbe et ce long débardeur qui lui arrive un peu au dessus du mi-cuisses. On va éviter de se pencher, hein...
Cependant, alors qu'elle défait complètement sa coiffure, pour en faire tomber l'herbe, elle tente un petit et rougissant : "Merci."
Elle se met en route à ses côtés. Elle ne se fait pas trop mal aux pieds sur l'asphalte, prenant juste garde où elle marche. Ca lui rappelle sa seconde fugue, lorsqu'elle était revenue, les pieds en sang, jusqu'à chez ses parents.

Elle rigole un peu lorsqu'il mentionne Bella et Edward et ajoute, rentrant dans son jeu : "Tu brilles, un peu, suivant comme on regarde mais tu es beaucoup plus bronzé que ce pâlichon de vampire émo." Plus baraqué et un milliard de fois plus sexy, aussi. Mais ça, elle le garde pour elle.

En le suivant sagement, elle danse un peu en marchant sur le bord du trottoir - parce que c'est la zone la moins risquée et la moins crade, en fait - comme les enfants. L'air est doux, piquetant sa peau d'une chair de poule légère maintenant qu'elle n'est plus collée au Djinn. Cependant, curieusement, le moment lui semble agréable. Presque complice. Elle se faufile dans l'intimité de ce grand escogriffe qui semble sortit d'un bouquin ou d'un film. Son ventre se noue d'un peu de curiosité et de plaisir. L'air du soir colle le débardeur à ses rondeurs et elle est plutôt contente de ne croiser personne, en dehors de quelques véhicules anodins.

Ce ne fut guère très long et Merry était restée, comme à son habitude, majoritairement silencieuse. Elle n'aime pas beaucoup parler en vérité, surtout pour ne rien dire. Elle n'a plus l'habitude de la compagnie. Malgré la fatigue de la journée et ses émotions, elle demeure alerte. La louve aime la nuit, marcher dans cette proximité pleine de promesses. Jahaal lui semble moins lourd, il a respecté un peu sa virginité, sa peur primaire. Elle songe un instant à Mara. Elle n'est pas complètement vierge. mais elle n'a pas mentit : elle ne l'a jamais fait avec un homme. Et Mara, c'était autre chose. De la baise. Est-ce autre chose avec Jahaal ? Elle ne sait pas trop et se refuse à se poser la question. Pas maintenant, pas ici. Elle veut juste s'évader, au creux de ses bras...
Revenir en haut Aller en bas

أنا مثير و أنا أعلم أنه
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
أنا مثير و أنا أعلم أنه

IDENTITY CARD
Messages : 185 Je suis arrivé(e) le : 13/04/2016 Sous les traits de : Jason Momoa Je me dédouble : Heathcliff A. Lovecraft & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 2911 Couleurs RP : #cc6600

J'ai : 174 ans Age d'apparence : 33 ans Je travaille comme : Chef Pâtissier Actuellement, je suis : En couple avec la plus délicieuse des Louves Espèce : Djinn Iphrine Niveau social : Sans prétention
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 8 Juil 2016 - 0:28
Suite ici : ♥♥
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Jahaal & Merry ♣ Je le sens pas...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Jahaal & Merry ♣ Je le sens pas...
» Merry Christmas!!
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» SOS RPG[à sens unique]
» We wish you a merry chrismas and !a! happy new year ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: Baker Street Cafe-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3