AccueilAccueil  FAQFAQ  Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
Beer Drinker Hellraiser [Heathcliff & Daniel]

 :: The Lookout Bar
Aller à la page : 1, 2  Suivant

I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art

IDENTITY CARD
Messages : 283 Je suis arrivé(e) le : 14/03/2016 Sous les traits de : Marilyn Manson Je me dédouble : Jahaal J. Sepehr & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 3578 Couleurs RP : #660000

J'ai : 44 ans Je travaille comme : Artiste peintre & Professeur aux Beaux Arts Actuellement, je suis : Follement amoureux d'une Ombre, mais c'est un secret Pouvoir : Manipulation du son Niveau social : D'anciennes richesses familiales
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 13 Avr - 0:12
Beer Drinker Hellraiser



3 Avril 2016 - 3h du matin- Heathciff & Daniel


Une sombre nuit. Trouble.Une nuit où la lueur ambrée des réverbères d'une ruelle sordide rappelle les reflets de la liqueur qu'il laisse danser dans son verre ballon. Un délicat mouvement du poignet devenant de moins en moins subtil quand le contenant se vide et se remplie à nouveau, pour finir par se vider encore. Une nuit sans repère, pleine de rancune, qui rayonne comme la lune en quartier sur la capitale endormie. Une nuit incertaine où chaque ombre menace davantage que la précédente, curieux présage de ténèbres anthropophages tapis dans l'obscurité moite et rance de cette ruelle. Une nuit dont le silence suspendu au souffle du vent, comme une respiration qu'on retient dans l'attente anxieuse d'une révélation douloureuse, sonne le glas d'un espoir ténu qui le quitte à mesure que le nectar alcoolisé coule dans sa gorge et tapisse ses veines de son dangereux poison. Une nuit où l'effroi remplace la paix et où chaque regard se fait inquisiteur, tout autour de lui, scrutant chaque visage, chaque silhouette, comme s'ils étaient les avatars à peine déguisés de ses démons du passé revenus le hanter. Une nuit pour que s'épanouisse une culpabilité si souvent refoulée qui, devenue claustrophobe, a progressivement détruit sa prison d'inconscience pour naître dans cet esprit tourmenté et lui infliger ses pires sévices. Une nuit qu'il faudrait mieux oublier mais qui est bien décidé à laisser dans sa mémoire, le moindre de ses stigmates ...

Son poing ganté de velours heurte le bar en bois vernis et de la bouteille pleine lorsque il est arrivé, à présent presque vide, le gérant lui ressert une rasade. Il ne joue même plus avec la belle robe du liquide vénéneux, il ne contemple plus les reflets qui miroitent dans le cristal. Il se contente de l'avaler d'une traite, ravivant le feu dans sa gorge d'une nouvelle salve de carburant qui laisse glisser un frisson le long de son échine. Un grincement, un bruissement. Le moindre bruit est immédiatement amplifié et il se retourne brusquement pour en identifier le créateur. Toutes les vibrations de la pièce, même les plus infimes, font écho aux battements anarchiques d'un coeur épuisé qui s'éreinte à suivre le rythme des décharges d'adrénaline provoqués par la peur. Comme s'il s'attendait à découvrir la silhouette encapuchonnée de la Grande Faucheuse qui franchirait le seuil pour l'attirer dans ses bras et le broyer lentement comme un serpent constricteur jusqu'à ce que chacun de ses os éclatent et que la vie lui échappe progressivement dans un profond râle d'agonie. Un énième sursaut alors que la porte se referme sur la silhouette d'un client au visage buriné, une cigarette entre les lèvres, enveloppé d'une brume cotonneuse au parfum de tabac grillé. Un soupire d'aise quand il distingue ses traits. Cet homme ne ressemblait pas à l'allégorie terrifiante de la Mort et pourtant ...

Pourtant dans un réflexe mécanique, remuant ses longs doigts pâles comme les pattes désarticulées d'une tarentule, il amplifie chaque vibration provenant du nouveau venu. Pas de gargouillis visqueux en provenance de l'abdomen, un souffle très ténu qui résonne à peine dans une cage thoracique qui ne tremble d'aucun battement. Pas de carotides palpitantes au creux de cette gorge pâle, pas non plus de déferlante dans ses veines. Un silence froid qui s'accorde étrangement dans ce regard terne et carnassier. Un prédateur blasé, ne connaissant plus la peur, ou plutôt qui l'aurait oublié tant le temps avait passé sans la ressentir. Un être aussi creux que son organisme, enveloppe charnelle tendue sur le néant et l'abîme. Un immortel se tient face à lui. L'un de ces êtres invulnérables qui arpentent le monde sans la crainte sourde qui s'empare de chaque fibres nerveuses de son corps pour le paralyser. L'un de ces êtres hors du temps qui contemplent la réalité par le prisme kaléidoscopique d'une existence luisant d'une absence de finitude salvatrice, loin de l'espoir vain de rédemption auquel s'accroche sa propre carcasse mortelle. L'un de ces êtres qui le fascinent et l'obsèdent depuis qu'il a découvert qu'ils possédaient le don qu'il cherche à s'offrir depuis le commencement de ses travaux. L'un de ces êtres qui semblent, à cet instant, son seul espoir d'effleurer, même un instant fugace et éphémère, son rêve le plus précieux ...

Heathcliff, mu d'une impulsion incontrôlable, se lève. Sa taille impressionnante et sa carrure imposante se déplient lentement, peu assurées, vacillantes sous l'influence de l'alcool qui imbibe ses muscles. Il se stabilise péniblement ses deux paumes à plat sur le bar, le dos voûté, et se dirige, chancelant, jusqu'à la table où s'est installé l'homme à la cigarette. Son haleine doit surement empesté le whisky écossais et son regard aux pupilles asymétriques exceptionnellement révélées à la lueur tamisée de la vieille lampe à gaz qui éclaire le pub. Une cape immense enveloppe un corps démesuré, difforme presque, dont l'ombre obscurcit entièrement la silhouette qu'il distingue péniblement entre la fumée qui l'entoure et sa propre vision floue. Pris de nausées, il tangue, ses doigts se crispant sur le bois rustique du dossier de la chaise et il retient un haut-le-coeur. C'est une voix caverneuse, au ton rauque et franchement éméché qui sort d'une bouche gigantesque au rictus inquiétant.

"Vous, vous êtes un sacré putain d'veinard ! Vous m'voyez ? Ca fait 20 putains d'années d'merde qu'j'passe toute ma vie à bosser comme un con sur c'te foutue Grand'Oeuvre d'mes couilles. Et vous là, vous, j'sais pas comment, bah z'avez réussi. Z'êtes mort, j'le sais ! Pis bah pourtant z'êtes bien là d'vant moi avec vot'coeur qui bat pas. C'pas juste bordel, comment z'avez fait, hein ! COMMENT ?"
 


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN




Code:
<center><div class="asn_fiche"><div class="asn_header"><div class="asn_titre_h1">Beer Drinker Hellraiser</div></div><br><center><img src="http://33.media.tumblr.com/tumblr_m1xe4xG5d61r2hm8f.gif" style="opacity: 0.7; border-radius: 20px 100px / 100px 20px; width: 400px;"></center><br><div class="asn_box"><div class="asn_box_content">
<div class="asn_titre_h3">[size=20]3 Avril 2016 - 3h du matin- <span style="text-shadow: none;">[color=#018A7F]Heathciff [/color]& [color=#43900B]Daniel[/color]</span>[/size]</div>


 </div></div>

<div class="asn_bas">© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN</div>
</div></div></div></div>
</center>
Revenir en haut Aller en bas

Stryge
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Stryge

IDENTITY CARD
Messages : 207 Je suis arrivé(e) le : 21/12/2015 Sous les traits de : Mads Mikkelsen Pseudo : Opium Crédits : Tumblr Points : 1647 Couleurs RP : #2F4F4F

J'ai : Quatre cent cinquante ans Age d'apparence : Quarante cinq ans Je travaille comme : Avocat Actuellement, je suis : Veuf Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 19 Avr - 21:32

 



Allongé sur les draps douteux d'une chambre d'hôtel, Daniel écoutait sans grand intérêt les bruits qui lui parvenaient des chambres annexes. Quelque part derrière les murs, un couple se disputait violemment, tandis que dans une autre piaule, un mari esseulé appelait les siens pour prendre de leurs nouvelles - Les cloisons étaient tellement fines qu'elles trahissaient l'intimité ô combien passionnante de leurs occupants.

Le stryge expira. Il tourna la tête sur le côté, lança un regard à la brunette qui le jouxtait. Celle-ci semblait fixer le vide ; L'étincelle de vie avait quitté ses yeux. Malgré que son corps fut encore tiède, elle était exsangue - Daniel l'avait vidé de son sang.



La prostituée l'avait alpagué, alors qu'il passait dans sa zone de travail. Elle lui proposa ses services, lui susurra milles promesses lubriques et ils finirent par atterrir dans un motel miteux au bord d'une quatre voies. Ils passèrent un « agréable moment » et une fois repus, elle lui réclama son dû. N'ayant nullement l'intention de la payer, le monstre l'évida de son fluide vital, sans sommation. Il ne restait plus à Klein qu'à se débarrasser du corps. Tâche beaucoup moins passionnante.


Sans plus d'entrain, Daniel se leva et se rhabilla. Il attrapa la veste de la catin qui traînait au pied du lit. Il fouilla ses poches et récupéra l'argent qu'elle avait obtenu suite à ses ébats précédents. Une fois cela fait, il emmitoufla le corps dans une couverture...  Une chance pour lui – la chambre se trouvait au rez-de chaussée. Cela serait beaucoup plus facile pour évacuer le cadavre..




◓◒◓◒◓


Il l'avait balancé dans la rivière des Outaouais, lestant le macchabée de poids afin qu'il repose au fond des eaux sombres. Le stryge agissait quelquefois ainsi - les plans d'eaux restaient des alliés muets.

Après s'être occupé de cette corvée ingrate, l'ange noir - désireux de terminer sa nuit sur une note plus gaie - se rendit dans un pub. Il y fit son entrée, une clope au bec. La saveur de celle-ci était  fade, comparée aux cigares cubains qu'il fumait occasionnellement. Or, les catins n'étaient pas du genre à fumer du Montecristo et Daniel s'était servi dans les affaires de celle qu'il avait tué quelques heures plus tôt.

Klein s'avança dans la pièce, jeta un regard alentour. A cette heure avancée de la nuit, la clientèle  était singulière ; Poivrots, insomniaques et fêtards occupaient majoritairement l'endroit. Passant outre ces présences, Daniel alla s'installer à une table. Ses prunelles se posèrent sur son alliance – Veuf depuis maintenant un petit moment, il ne s'était toujours pas résolu à enlever son anneau. Un jour, il le ferait. Un jour, mais pas aujourd'hui. Car s'il commençait à reprendre ses habitudes de stryge solitaire, il pensait encore à elle, aux heures les plus sombres de la nuit ; Son deuil était boiteux. Chose logique, après plus de deux cents années de vie commune.

Alors que distraitement il faisait tourner la bague autour de son doigt, une ombre vînt s'étendre sur son être. L'avocat leva la tête sur un homme atypique à l'allure dégingandée.  Celui-ci manqua de choir avant de prendre la parole avec une voix de rogomme.

Si Klein s'était accoudé à la table avant d'être sollicité, lorsque l'autre lui parla il se redressa, pour ensuite s'appuyer contre le dossier de sa chaise. Légèrement amusé par l'état d'ébriété de l'inconnu, il l'observa argumenter en silence. Klein aurait pu envoyer cet homme et son blabla paître ou tout bonnement l'ignorer, mais non. Repu de tout, l'ange noir était incroyablement calme. Calme et ouvert.

Ainsi lorsque l'alchimiste cessa d'argumenter, Daniel tira sur sa cigarette puis recracha lentement la fumée vers celui qui avait osé l'aborder. «  C'est un secret. Et tout secret dévoilé a un prix. » Sans quitter son interlocuteur des yeux, Daniel poussa du pied la chaise qui lui faisait face, la dérangeant de sa place ; Il l'invitait à s'asseoir.

« Parlez moi de votre grande œuvre et dites moi... Que trouvez-vous d’intéressant dans la « non-vie », pour la désirer si ardemment? »


(c) AMIANTE

 

Revenir en haut Aller en bas

I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art

IDENTITY CARD
Messages : 283 Je suis arrivé(e) le : 14/03/2016 Sous les traits de : Marilyn Manson Je me dédouble : Jahaal J. Sepehr & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 3578 Couleurs RP : #660000

J'ai : 44 ans Je travaille comme : Artiste peintre & Professeur aux Beaux Arts Actuellement, je suis : Follement amoureux d'une Ombre, mais c'est un secret Pouvoir : Manipulation du son Niveau social : D'anciennes richesses familiales
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Dim 8 Mai - 20:33
Beer Drinker Hellraiser



3 Avril 2016 - 3h du matin- Heathciff & Daniel


La secousse qui ébranle la chaise à laquelle se raccroche sa massive silhouette vacillante, le fait sursauter. Et si son esprit tangue autant que ses chaussures à plateforme devenues bascules, il s'efforce de ne pas choir lamentablement au sol et se rattrape à son propre corps, s'enroulant dans sa cape pour échapper à la chute. Burlesque : aussi surprenant que ridicule. De quoi déclencher l'hilarité de son vis à vis qui le fixait en crachant longuement sa fumée toxique dans sa direction. Pourtant, il ne dit rien, il se contente de fixer Heathcliff dans un calme olympien. Le peintre pivote pour se remettre dans l'axe et prend le mouvement de la chaise comme une invitation à prendre place. Il se laisse tomber un peu trop lourdement et garde ses longues jambes repliées sous lui. Ses coudes plantés sur la table lui assurent un maintien relatif alors que sa tête dodeline pour l'obliger à avoir une image nette de son interlocuteur. Le whisky abandonné sur le bar, il sent sa gorge terriblement sèche à présent et sa langue pâteuse humecte ses lèvres le faisant ressembler à un avide serpent. Les mots de l'inconnu qui tirait sur sa cigarette sans le quitter des yeux l'invitent à répondre et le brouillard dense qui ronge son cerveau se dissipe, perdant sa bataille acharnée contre la curiosité que faisait naître en lui ce non-mort.

"Pour un mec qu'a rien d'autre à foutre que de profiter d'la vie sans avoir peur d'rien, j'te trouve pas très bien informé. T'dois pas être si vieux qu'ça alors. Ou p't'être juste qu'tu t'en fous. C'est vrai qu'ces temps, y a plus grand monde pour s'occuper d'ces affaires là. Parait qu'les jeunots n'en ont rien à foutre d'l'héritage des ancêtres. Bah pas moi. C'est pas d'faire mumuse avec un pouvoir bizarre qui rend éternel, m'voyez ? Par contre la Grand'Oeuvre ..."


Un silence pesant s'installe alors que, perdu dans ses pensées, Heathcliff sent les larmes lui monter aux yeux. Il pense à ses parents et à leur quête si vaine qu'elle les mena au tombeau. Il revoit le sourire candide de sa mère et le front plissé de son paternel. De vieux souvenirs qu'il refoule d'un reniflement dédaigneux en s'essuyant le nez. Il avait déjà assez de problèmes à gérer sans rajouter un couple de fantômes du passé pour tourmenter le peu d'accalmie qu'il pouvait avoir. Il chasse férocement cette image de ses yeux mi-clos et détaille un peu l'homme à la cigarette. Il y avait dans son regard le même éclat de prédation, le même danger tapi dans l'ombre que dans les pupilles de Kat. Même si son jugement était altéré par l'ivresse et que ses facultés de discernement frisaient celles d'un enfant de classe élémentaire, ce mec devait être un Stryge. Et bien qu'il soit le plus grand prédateur de cette ville, Heathcliff n'avait pas peur de lui. Il se sentait plus proche des immortels que des vivants même si sa condition le laissait faible et vulnérable à la Faucheuse. Alors il voguait entre deux hauts, tutoyant l'éternité de son radeau mortel jusqu'à ce que son voyage s'achève et qu'il se noie dans les abysses, ou que le Sainte Elixir l'élève au rang de cet être supérieur qu'il a toujours voulu devenir.

"C'est comment dire ... Une sorte de grande mystère mystique à la con. D'abord, on est même pas sur qu'ce soit possible. Si ça s'trouve, c'est juste des conneries radotées pendant des plombes par des vieux croulants.. Ou p't'être bien qu'c'est vrai. Et croyez-moi ou pas, mon gars, si y a la moindre foutu chance qu'ça marche, j'risque pas d'abandonner tant qu'j'tiens encore debout."

Son discours est confus et ses explications interrogent plus qu'elles ne renseignent l'inconnu, mais progressivement, l'ébriété le quitte et il récupère une certaine clarté de raisonnement. D'un index accusateur pointé sur sa poitrine, il désigne un petit grimoire rangé dans la poche intérieure de sa cape. Un vieux ramassis de parchemins jaunis à l'odeur rance, couvert d'encre au plomb en d'informes gribouillis dont le décryptage à occuper trois générations de sa famille. Il ne le sort pas, mais il le voit dans sa tête, chacun des pages maintes et maintes fois retournées, lues, scandées, psalmodiées comme si elles étaient la clef de sa quête.

"C'est une sorte de méthode, m'voyez ? Une recette de cuisine à notre sauce qu'est censé pondre une nouvelle forme d'matière. Un truc carrément inconnu à la base. Une hybridation pas naturelle entr'plusieurs métaux et pleins d'autres trucs. Et tout c'merdier là, après des plombes à mijoter, décanter, distiller, crapoter et tout le toutim dans l'attirail du parfait petit alchimiste, bah ça fait une pierre. La foutue pierre philosophale. Bah ouais, ça vous dit que'qu'chose maintenant ! Après t'y prend, t'y fait des miettes, tu touilles, tu touilles et avec ça, Salagadou la magicabou BIBIDIBOBIDIBOUH ! Élixir de longue vie !"


Il illustre ses propos de gestes trop brusques, trop larges, peu assurés et très approximatif. Dans une explosion finale en s'étant mis debout et ouvert les bras vers le ciel, il finit par sursauter lui-même. Un éclat de rire fait dérailler sa voix rauque et l’aridité dans sa gorge devient presque insoutenable. Il meurt de soif. Il crèverait pour un shot de gin. Finalement, presque blasé, loin de l'enthousiasme trop débordant de son récit, il pose son menton négligemment dans sa paume, manquant de tomber dans son élan, et repose son regard mélancolique plein d'espérance sur le Stryge. D'un air blasé, il marmonne :

"Enfin voila. En théorie, ce truc là est censé rendre immortel. Mais d'puis des lustres qu'tous les couillons d'mon espèce cherchent à la fabriquer, bah personne a encore réussi. Ou alors ce salopard d'égoïste a rien dit à personne et est parti se dorer la couenne aux Caraïbes ..."



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Stryge
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Stryge

IDENTITY CARD
Messages : 207 Je suis arrivé(e) le : 21/12/2015 Sous les traits de : Mads Mikkelsen Pseudo : Opium Crédits : Tumblr Points : 1647 Couleurs RP : #2F4F4F

J'ai : Quatre cent cinquante ans Age d'apparence : Quarante cinq ans Je travaille comme : Avocat Actuellement, je suis : Veuf Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 3 Juin - 21:32

 



L'alchimiste prit place, allégea la peine de sa carcasse affaiblie. C'est avec un certain franc-parler qu'il entama son explication, avant de faire silence momentanément. L'Upir à cet instant, sentit une intense nostalgie envahir le mortel. Forte, mais brève. La boisson en plus d'embuer son esprit, chamboulait, exagérait ses émotions.


Les propos de l'homme laissaient transparaître de la détermination. Sa motivation était intense, mais il perdait sans doute son temps et son énergie à tenter de résoudre une énigme irrésolvable.

Klein tira une nouvelle fois sur sa cigarette, expira par les narines. La fumée enveloppa son visage avant de se dissoudre dans l'atmosphère et durant un quart de seconde, il ressembla à un monstre de l'enfer, ses sombres agates ne cessant de luire derrière le voile opaque.



Du doigt, le mortel désigna un point spécifique, une poche et son contenu. Les orbes havanes de l'ange noir suivirent le mouvement avant de retourner à leur point de départ. L'interlocuteur détailla ses écrits avec une vigueur surprenante, s'en était burlesque. Sa soudaine vivacité attira sur lui le regard interrogateur de quelques clients attablés... Tandis que l'alchimiste s'amusa à comparer la création de la pierre à une concoction culinaire. La fin de son discours, magistrale, arracha un rictus à Klein.


Le stryge prit à son tour la parole - Les rouages de la machine infernale s'activèrent, insinuant le venin du doute dans les veines de l'autre ;

« Sans vouloir vous décourager, j'aurais tendance à dire qu'il s'agit d'une imposture. En plus de quatre cents ans d'existence, je n'ai encore jamais ouïe dire que quiconque était parvenu à trouver l'équation parfaite, permettant d'obtenir cette « fameuse » pierre. » Le malin n'oublia pas de dénoncer approximativement son âge, se targuant d'obtenir déjà ce que cet individu désirait ardemment. « Comme vous le dites, ils sont et furent nombreux à suivre cette quête à la finalité plus qu'incertaine. »

D'un geste de la main, Daniel fit signe à un serveur d'approcher. « Quatre cercueils. » Commanda t-il. L'employé étonné par cette demande sûrement peu commune, interrogea muettement Daniel. De son regard appuyé, l'ange noir certifia vouloir ce tord-boyaux peu savoureux. Cette mixture n'était pas à mettre entre toutes les mains - Le nom de la boisson était à lui seul équivoque, bien que son appellation variait selon les lieux. L'Upir reporta son regard sur l'alchimiste.

« Mais il vous reste un espoir cependant... » Il écrasa son mégot dans un récipient à l'usage détourné. « J'étais humain et mortel avant qu'un être mirifique ne me fasse entrer dans son monde. Depuis mes nuits sont sans fin. » Il marqua une pause, puis dit, le regard vif; « L'immortalité reste accessible même sans la pierre philosophale. » La perche était tendue.

L'employé revînt auprès d'eux, la commande de l'avocat sur un plateau; Il déposa les verres au milieu de la table, puis reparti vaquer à ses occupations. Daniel fit glisser deux verres vers son interlocuteur et rapprocha les deux autres vers sa propre personne. Malgré la puissance du breuvage, cela ne ferait que le griser, la résistance des stryges pour ce genre de substance étant supérieure à celle des humains. L'Ange noir mettait cependant l'autre au défi d'avaler le tout sans faillir lamentablement.

 « Quel est votre nom ? » Questionna t-il, avant de porter le verre à ses lèvres.




(c) AMIANTE

 

Revenir en haut Aller en bas

I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art

IDENTITY CARD
Messages : 283 Je suis arrivé(e) le : 14/03/2016 Sous les traits de : Marilyn Manson Je me dédouble : Jahaal J. Sepehr & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 3578 Couleurs RP : #660000

J'ai : 44 ans Je travaille comme : Artiste peintre & Professeur aux Beaux Arts Actuellement, je suis : Follement amoureux d'une Ombre, mais c'est un secret Pouvoir : Manipulation du son Niveau social : D'anciennes richesses familiales
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 14 Juin - 23:36
Beer Drinker Hellraiser



3 Avril 2016 - 3h du matin- Heathciff & Daniel


Un discours d'énigmes sur lesquelles il se concentre à peine. Si son être entier tend vers cette quête surréaliste qui motive chaque geste et chaque pensée depuis son adolescence, son boyau asséché et son esprit ivre quémande à cet instant un nouveau breuvage mirifique duquel s'abreuver jusqu'à s'évanouir et sombrer dans les méandres de l'oubli. La voix grave, rauque et volontairement malicieuse du Stryge qui se délecte de sa fumée toxique avec autant d'aplomb et de ravissement manifeste qu'il ne distille à petit feu des informations capitales pour l'Alchimiste, est pourtant lointaine. Le regard asymétrique dissimulé par les lunettes noires suit le plateau du barman et accompagne d'une gesticulation des doigts le tintement des verres et le dodelinage du mélange d'alcool fort au nom équivoque. Quand enfin les quatre shooters sont déposés devant lui, il lui devient extrêmement compliqué de rester concentrer sur ce que lui demande l'Immortel.

D'un mouvement brusque, loin de ses habituelles courtoisie et délicatesse, il prend une seconde et demi pour aviser les reflets opalescents des cercueils avant de boire cul-sec les deux shoot devant lui. La seconde suivant une déglutition bruyante et brûlante, il lance son poignet jusqu'au troisième verre que le Stryge n'a pas encore touché, et bien qu'il soit manifestement pour lui, déposé devant lui, Heathcliff s'en saisit et le vide à son tour. La déferlante empoisonnée calcine sa gorge d'une coulée de lave incandescente. Cette douleur réveille d'autres sensations aussi désagréables que délicieuses qui remuent ses entrailles et ses reins. Une frustration si longtemps accumulée dans une apparence de sobriété malgré un style excentrique, de classe et de distinction héritées à une éducation aristocratique. Un désir qui le dévore et une angoisse qui le ronge.

Suffisamment pour le pousser à héler le barman et recommander la même chose dans un beuglement de moins en moins convainquant et cohérent, qui reste néanmoins intelligible. Suffisamment pour répondre aux questions d'une curiosité malsaine de l'inconnu et lui révéler son identité en plein milieu de ce bar glauque. Sans jamais se demander pourquoi ce Stryge a-t-il l'air si apaisé, et pourquoi derrière le tabac bon marché non compatible avec le prix de son costume, il décèle une odeur de femme. Une odeur de femme trop agressive et si peu subtil qu'il parait évident qu'elle ne vient pas d'une personne honorable. Mais tout cela s'il le perçoit implicitement, il ne le réalise pas forcément, ou plutôt, il n'est plus en état de l'analyser et d'en tirer quoi que ce soit d'utile. Il répond par intuition, sa réflexion et sa prudence mises au placard pour une confession avec un démon plus tangible et plus réel que tout ceux qui hantent habituellement ses nuits d'insomnies.

"Heathcliff Armand Lovecraft, Lord de la couronne britannique, le Mithridatiseur pour les amateurs d'arts. Pour vous servir. Pas mal ta mixture. Pas très digeste j'pense. Mais ça coupe la soif. Pour un p'tit temps. C'la dit, t'en a pas besoin, toi, en vrai ? Ca marche pas si bien sur les gars dans ton genre ! Me prend pas pour un abruti, je suis peut être imbibé mais pas forcément con ! J'sais ce que tu es, je sais comment on le devient. Si j'y suis pas d'jà, y a sans doute une putain de raison."

Et sans ménagement il se projette sur la table et arrache de la main du Stryge son verre à peine entamé. Tant pis s'il avait la force nécessaire pour broyer quatre fois chacun de ses os et nettoyer le bar de tous les témoins en moins de temps qu'il ne le faut pour épeler leucodystrophie métachromatique ! Ce qu'il n'avait pas prévu dans sa démarche goulue le poussant à descendre la quatrième rasade, c'est l'effet d'une si grande quantité d'alcool sur son métabolisme. Si son âme rêvait tellement de l'Immortalité qu'elle en avait presque toutes les caractéristiques, son corps, lui, ne suivait pas le mouvement. Et tout mortel se respectant confronter à une potomanie alcoolique chronique et compulsive en phase aiguë, s'expose aux mêmes sortes de désagréments ... Un réflexe surprenant pousse Heathcliff à se tourner vers l'allée au moment où un haut-le-coeur terrible fait remonter son estomac dans sa bouche. Une seconde de vide intersidéral dans sa conscience avant que ne jaillisse une fontaine d'acide translucide qui inonde malencontreusement les chaussures du Stryge et une bonne partie du carrelage crasseux du bar.

Une goutte de bile coule le long de son menton alors qu'il éponge de l'intérieur de sa manche ses lippes pourpres au rouge carmin ayant coulé, lui donnant l'impression de s'être abreuver à l'instant de sang humain frais. Ses pupilles asymétriques dilatées et révulsées roulent un moment dans ses orbites, le temps pour lui de reprendre pied dans cette réalité qui tournoie autour de lui. Ses doigts s'agitent tout seuls pour atténuer le brouhaha alentours et l'intervention du barman et de sa serpière. Il beugle, ce rustre, qu'il ne nettoiera pas. Heathcliff se lève alors, surplombant le barman de trente bons centimètres. Il extirpe de sa poche un billet et le pose violemment sur la table en tapant de plat de sa main gantée.

"Ecoute moi bien toi là ! Je te paye, donc tu f'ras c'que j'dis. Parce qu't'es bien content d'me facturer ton bourbon dégueulasse à prix d'pur malte dix ans d'âge ! Alors tu fermes bien vite ta grosse gueule de blaireau d'mes couilles et tu nettoies. Et tu nous ramènes la même chose, mon ami a soif !"


Plus petit mais plus sobre, le regard du barman fustige un instant l'Alchimiste et son interlocuteur fumeur avec une violence inouïe. Insensible, Heathcliff se rassoit lourdement en ébranlant la table, et se retourne vers le Stryge en face de lui, loin d'imaginer ce que prépare, dans son dos, le propriétaire de l'établissement ...


© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Stryge
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Stryge

IDENTITY CARD
Messages : 207 Je suis arrivé(e) le : 21/12/2015 Sous les traits de : Mads Mikkelsen Pseudo : Opium Crédits : Tumblr Points : 1647 Couleurs RP : #2F4F4F

J'ai : Quatre cent cinquante ans Age d'apparence : Quarante cinq ans Je travaille comme : Avocat Actuellement, je suis : Veuf Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Ven 15 Juil - 20:06

 



Légèrement incrédule, Daniel regarda l'alchimiste s'enfiler les deux cercueils sans faillir, ni montrer un quelconque signe de faiblesse. Ce dernier alla même jusqu'à descendre le shoot destiné au stryge. Sérieusement... ? A cet instant précis, le flegme de Klein s’effrita légèrement. Le regard de l'ange noir refléta momentanément son mécontentement.


L'humain fit part de son incompréhension – Monsieur n'avait pas encore été choisit par un immortel, aucun d'entre eux ne l'ayant encore jugé apte ou digne d'obtenir ce « don ». Culotté à souhait, celui qui se faisait appeler Heatcliff finit par subtiliser le verre que l'avocat avait en main. Aussitôt avalé, aussitôt régurgité. L'alchimiste gerba aux pieds de leur table, souillant par la même occasion les magnifiques Vinedge de Daniel.  

Klein dit alors, légèrement refroidit ; « Je pense déjà la connaître, cette ... raison. » Et ça se pensait méritant ? Si le stryge n'avait pas été au préalable « comblé » par la traînée consommée, l'autre serait passé à la casserole sans préavis. En temps normal, Dan' l'aurait châtié pour moins que ça. Présentement, il prenait son mal en patience, persuadé de voir en cet homme une opportunité.


L'employé immédiatement vînt à eux, l'attirail de la parfaite bonniche en main. Il se mit à contester, dénonçant l'attitude de ce client qu'il jugeait infecte. C'est en silence que Klein assista à l'altercation entre les deux hommes. Après avoir jeté un bref regard circulaire alentours, il constata que la majorité des clients présents regardaient en leur direction.


Son vis-à-vis bruyant se rassit, l'ange déchu décida de reprendre leur conversation là où elle s'était arrêtée. « Ecoute Heatcliff, j'ai peut-être un deal à te proposer. » Dit-il, abandonnant dès lors le vouvoiement ; vu l'état de son interlocuteur, cela n'avait plus aucune importance. « Je pourrais t'offrir l'immortalité, sous conditions cependant.. Un genre de pacte. » Avec le diable. Il n'eut pas le temps de finaliser sa proposition, quelqu'un vînt le déranger. Une pression sur son épaule l'incita à couper court à sa conversation et à lever la tête vers l'individu qui se tenait désormais prêt de lui.  


Heath' avait commandé des cercueils, on lui envoya deux gorilles. Un chacun, car l'autre se posta à côté de l'alchimiste. C'est sur le ton de la menace que l'un d'entre eux leur demanda de quitter les lieux ; Ils avaient été repérés, faisaient trop de raffut. Klein, contrariant, refusa d'obtempérer et congédia sans plus attendre l'armoire à glace qui le surplombait de toute sa hauteur ; Cet autre ne voyait-il pas qu'il était en affaire ? Son attitude aucunement conciliante ne plut guère ; des doigts boudinés soudainement accrochèrent son col, on le souleva de sa chaise. Le gros balourd venait de faire une erreur monumentale ; Déranger un stryge de la sorte était à proscrire, d'autant plus lorsqu'il s'agissait de Daniel Klein.


Particulièrement calme jusqu'alors, sous le coup d'une certaine impulsivité il répliqua immédiatement. Le coup de tête – violent - éclata le nez du type baraqué, calmant l'ingrat définitivement.  Dans sa chute le mastodonte fit tomber la table, ainsi que les consommations de quelques loubards peu avenants. Ceux-ci, mécontents se levèrent, lancèrent un regard assassin à Daniel et son compère d'un soir, firent rouler leur muscles et craquer leurs cervicales, visiblement prêt à en découdre.

L'Upir leur lança un regard de défi ; Qu'ils approchent, ils ne seraient pas déçus du revers. « Nous reprendrons cette conversation dans quelques minutes. » Marmonna l'ange noir, à l'attention de l’éphémère.




(c) AMIANTE

 

Revenir en haut Aller en bas

I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
I'm Not an Artist I'm a Fucking Work of Art

IDENTITY CARD
Messages : 283 Je suis arrivé(e) le : 14/03/2016 Sous les traits de : Marilyn Manson Je me dédouble : Jahaal J. Sepehr & Aldous B. Koch & Archibald S. Rosier Pseudo : Yuki Shuhime Crédits : @SWAN Points : 3578 Couleurs RP : #660000

J'ai : 44 ans Je travaille comme : Artiste peintre & Professeur aux Beaux Arts Actuellement, je suis : Follement amoureux d'une Ombre, mais c'est un secret Pouvoir : Manipulation du son Niveau social : D'anciennes richesses familiales
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mar 19 Juil - 7:34
Beer Drinker Hellraiser



3 Avril 2016 - 3h du matin- Heathciff & Daniel


"Tiens donc ? Et ce serait quoi à ton avis ? Me prend pas pour un con avec ta gueule d'snobinard ! J'sais bien c'que tu penses. Qu'j'suis qu'un pauvre type, un couillon qui mérite même pas qu'on le morde, lui crache son venin dans les veines et qu'on le laisse à moitié mort à souffrir le martyr. Sauf qu'c'est pas une histoire de mérite. C'est une histoire de trouille. J'pense pas qu'ça, t'y puisse grand chose, du haut ton air hautain. C'est pas la peine d'me r'garder comme ça, j't'en r'payerais des pompes. C'est pas la mort, hein, vieux, AHAHAHAH"


Ignorant le barman et ses allées et venues, Heathcliff fut entraîné dans un fou-rire très bruyant qui le fit se secouer, lui donnant plus que jamais l'air d'un squelette désarticulé dans un costume de marque. Il ne remarquait pas que tous les clients du bar s'étaient arrêtés de discuter entre eux pour les observer avec un regard noir. Il ne remarquait pas que malgré son ton un peu agressif, le Stryge semblait tout aussi calme à son encontre, et plutôt alerte s'agissant de ce qui se passait autour de leur table. Quelques minutes suspendu d'un silence uniquement égorgé par le rire tonitruant, presque démoniaque, de la vieille carcasse mortelle de l'Alchimiste, riant tout seul de ses propres boutades douteuses. Et pourtant, tout reprenait son cours, Heathcliff étant parvenu à reprendre son souffle alors que Daniel s'adressait à lui avec sérieux en oubliant le vouvoiement qui n'était plus de rigueur après cet échange de fluide méphitique. L'attention du peintre se faisait pleine et entière quand les mots "deal", "immortalité" et "pacte" résonnèrent à la table, mais le Stryge fut coupé dans son élan.

Au début, Heath ne vit que la silhouette imposante d'un vigile oser poser sa grande main sur l'épaule de Daniel. A moitié anesthésié, il ne sentait pas la pression d'un deuxième spécimen sur sa propre épaule. Et obnubilé par ce qu'allait lui proposé le Stryge sans avoir pu finir sa phrase, il prit très mal la menace des colosses de les faire quitter le bar immédiatement. Son sang ne fit qu'un tour mais Daniel fut plus prompt à réagir en envoyant paître l'homme de son air terriblement supérieur, laissant supposer qu'un être de son rang n'avait pas à se faire éconduire de la sorte par la racaille qui servait de sécurité au bar. Mais c'était sans compter sur l'agressivité des vigiles. Celui de Daniel l'attrapa au col, le souleva violemment de sa chaise, avant de prendre un coup de crâne impulsif qui fit craquer les os de son visage et éclater les cartilages de son nez. Son corps valsa sur la table derrière lui et s'explosa contre les consommations des pauvres types qui n'auraient pas hausser un sourcil si on n'avait pas touché à leur boisson. Heath eut un reniflement peu gracieux quand son regard croisa celui du Stryge qui avait perdu de son impassible indifférence. Ca ne lui déplaisait pas. Il eut un sourire goguenard pour lui répondre d'un hochement de tête.

"Aucun problème, ça va pas leur faire d'mal d'apprendre un peu la politesse et le respect à ces trouduc'."


Heathcliff se déplia alors de tout son long, et même si son corps tanguait sous l'effet de l'alcool, il en restait pas moins imposant et bien plus grand que les crapules revanchardes qui voulaient en découdre pour venger leur consommation tristement répandues au sol par la chute du vigile sur leur table. En écho aux cervicales des clients, le peintre fait craquer ses jointures, et se mit en garde. Daniel en face de lui, à l'air presque réjoui de faire le ménage. Cherchant le gérant du regard, Heath le trouva derrière son comptoir, obstinément fixé sur les verres qu'il essuyait de son torchon crasseux, comme si de rien était. Faux jeton, pensa l'Alchimiste qui se précipita finalement sur l'un des clients. Un direct au menton qui fait valser un premier, un crochet au foie et le second s'écroule en grognant, à moitié groggy. Heathcliff jette un oeil à ses poings que les coups ont malmené un peu et il agite son poignet. Avisant le reste de l'entourage immédiat, il tourne plusieurs fois sur lui-même en toisant de défi chaque client qui ose croiser son regard fou.

"Y a d'autres volontaires ?"


Question rhétorique à laquelle ne répond personne, et Heathcliff peut reprendre sa place, chancelant alors que Dianel finit de se débarrasser des deux autres gêneurs. En quelques secondes, le silence est revenu et en quelques minutes les conversations reprennent comme si de rien n'était. Le gérant semble bizarrement beaucoup moins pressé de les voir partir et alors qu'il s'apprête à taper à nouveau sur la table pour exiger ses consommations, Heathcliff le voit arriver de lui-même, le regard torve et fuyant, un plateau entre les mains. Il a un sourire victorieux quand le Stryge revient à son tour et qu'il lui propose de se venger sur la boisson d'un geste de la main.

"J'crois qu'j'ferais mieux d'arrêter, mais vas-y, t'prive pas ! Alors, on en était où ? Tu me parlais d'un pacte .."



© fiche par Ell, optimisée par Superno√A pour ASN


Revenir en haut Aller en bas

Stryge
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Stryge

IDENTITY CARD
Messages : 207 Je suis arrivé(e) le : 21/12/2015 Sous les traits de : Mads Mikkelsen Pseudo : Opium Crédits : Tumblr Points : 1647 Couleurs RP : #2F4F4F

J'ai : Quatre cent cinquante ans Age d'apparence : Quarante cinq ans Je travaille comme : Avocat Actuellement, je suis : Veuf Niveau social : Aisé
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Mer 31 Aoû - 20:23

L'alchimiste ne tarda pas à se joindre à Daniel afin de régler le problème le plus rapidement possible. Et tandis qu'Heathcliff se jeta sur l'un des indésirables, Daniel de son côté géra les deux pseudos-hipsters alcoolisés, légèrement négligés.

Les coups fusèrent des deux partis. En deux-deux, le stryge mit au tapis les deux hurluberlus, non sans se prendre un gnon dans la face.  Coup qui lui fendit la lèvre inférieure et fit couler l'hémoglobine.

**


Les deux téméraires traînaient désormais aux pieds du stryge. Daniel, à l'attitude supérieure, inspira avant de recracher son propre sang sur les deux perdants. Son mépris était plus qu'évident.


L'ange déchu essuya son menton souillé du revers de sa manche, releva sa chaise qui traînait au sol, puis se rassit. Le brouhaha reprit crescendo, tandis que quelques autres dégagèrent les blessés pour les emmener à l'écart et leur prodiguer les premiers soins.

Klein s'empara de l'un des verres, le porta à ses lippes. Il s'enfila une rasade, puis deux, avant de reposer le contenant sur la table, sans aucune once de douceur.  Il savoura la sensation vivifiante de l'alcool, avant d'ancrer ses prunelles sombres dans celles de l'alchimiste. « Je pourrais t'offrir l'immortalité en échange de quelques services. » Il marqua une pause durant laquelle il vida le reste de son shoot d'une traite.

« Je suis avocat et j'ai la sainte horreur de perdre mes procès. Pour éviter les échecs, il m'arrive de magouiller les pièces à convictions, de faire intervenir de faux témoins pour que la balance bascule à mon avantage. »

Il vendait ses travers à l'alchimiste, sans savoir si ce dernier était véritablement digne de confiance. Mais il se doutait l'Upir, que l'autre ferait fi de ce détail pour pouvoir bénéficier de l'offre, plus qu'alléchante.  

« Si tu marches dans la combine, tu seras amené à faire ce genre de choses. Mais attention ; Si tu te fais prendre, interdiction formelle de citer mon nom. Nous serons tels deux inconnus, afin que personne ne remonte jusqu'à moi.»

Il s'empara d'un deuxième verre. Il voulait sentir les effets euphorisants de la boisson, bien que ceux-ci ne seraient que momentanés.  « Alors... Ça te parle toujours ? » Questionna t-il, avant d'entamer sa seconde consommation.

Le piège était tendu. En réalité, Daniel n'avait pas l'intention d'offrir à cet inconnu l'immortalité. Il voulait juste le mener en bateau, le temps d'en tirer profit. Promettre monts et merveilles et face à l'éventuelle insistance de l'autre, repousser l'échéance, lui dire que l'heure n'était pas encore venue.

Dans l'esprit de Klein, tout était déjà planifié d'avance. Il n'y avait plus qu'à espérer que la réponse de l'alchimiste soit positive.


(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

IDENTITY CARD
MORE ABOUT ME
IT'S OVER

Revenir en haut Aller en bas
 

Beer Drinker Hellraiser [Heathcliff & Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Invitation au voyage (Daniel)
» LOIN D'ÊTRE UNE FARCE LE CATHOLICISME ,UNE FORCE MORALE POUR DANIEL ROUZIER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All Souls Night :: The Lookout Bar-

Angel & Dante

Félicitation à nos deux couillons élus membres du mois de d'Août pour leur rafale de RP et leur bonne humeur ! <3